Collectif Alsace de Soutien à la zad NDDL

Collectif Alsace de Soutien à la zad NDDL Collectif de soutien aux opposants au projet d'Aéroport du Grand Ouest (AGO) à Notre-Dame-Des-Landes (44). Bataille gagnée en janvier 2018 avec l'abandon du projet.
(6)

Localement, nous sommes aux côtés des opposants au projet GCO à Strasbourg (67). Notre collectif agit et apporte un soutien aux opposants au projet d'aéroport de Notre-Dame-des-Landes. Localement, nous agissons aussi aux côtés des opposants au projet de Contournement Ouest de Strasbourg (GCO).

Fonctionnement normal

Photos from Les invendu-e-s de la zad's post
13/05/2021

Photos from Les invendu-e-s de la zad's post

La #LoiClimat voté en première lecture à l'Assemblée ce 4 mai, si elle avait respectée les propositions de la Convention...
07/05/2021

La #LoiClimat voté en première lecture à l'Assemblée ce 4 mai, si elle avait respectée les propositions de la Convention Citoyenne pour le Climat (seul 10% des 146 propositions ont été reprises), l'artificialisation des sols serait réduit.

Or, comme pour le #GCO en Alsace, l'Etat s'entête à justifier des projets dont l'utilité est discuté et discutable. Ici, le premier ministre Castex justifie une #gare en plein champs par des entrepôts dans les meilleures terres agricoles proches de #Paris! « Au secours, EuropaCity revient en douce! »

Retrouver le communiqué des opposants
Non à Europa City, OUI aux terres de Gonesse ⤵

Les occupations de logement, d’usines et les ZAD criminalisées par un discret article de la Loi sécurité globale... #zad...
04/05/2021
LOI SECU GLOBALE OU LA LOI ANTI-ZAD | ZAD ANTI-GCO

Les occupations de logement, d’usines et les ZAD criminalisées par un discret article de la Loi sécurité globale... #zad #squats

Une loi qui est dangereuse pour nos libertés !

Les occupations de logement, d’usines et les ZAD criminalisées par un discret article de la Loi sécurité globale

#Interlutte Solidarité avec les opposant.es à #CIGEO à #Bure Le mouvement engagé contre le projet a besoin de notre aide...
30/04/2021

#Interlutte Solidarité avec les opposant.es à #CIGEO à #Bure

Le mouvement engagé contre le projet a besoin de notre aide pour payer les avocat.es qui portent les recours (parfois les mêmes qui les défendent !). Alors, avec l'accord des personnes du procès des 1,2 et 3 juin prochain à Bar-le-Duc (55), un appel à #dons est organisé avec une répartition « moitié - moitié entre la caisse anti-répression et le fond juridique. »

⤵ ℹ – https://www.helloasso.com/associations/cacendr/collectes/en-soutien-au-proces-des-malfaiteurs-de-bure-1

#Interlutte #Bure – Après plus de 3 ans d'instruction et de lourds contrôles judiciaires, les 1, 2 et 3 juin 2021 aura lieu le #procès de sept opposant.es suite à l'instruction pour "association de malfaiteurs" dans le cadre de la lutte contre #Cigeo à BURE.

Le mouvement engagé contre le projet a besoin de notre aide pour payer les avocat.es qui portent les recours (parfois les mêmes qui les défendent !). Alors, avec l'accord des personnes de ce procès, un appel à #dons est organisé avec une répartition « moitié - moitié entre la caisse anti-répression et le fond juridique. »

Ils ajoutent : « C'est le sens donné à ce procès : mettre le projecteur sur la lutte contre Cigéo et le monde qui le permet. Et la bataille juridique contre la DUP va être acharnée ! Merci pour votre soutien qu'il soit financier ou d'une autre manière (voir sur le site) »

⤵ ℹ – https://www.helloasso.com/associations/cacendr/collectes/en-soutien-au-proces-des-malfaiteurs-de-bure-1

---

cc Bure à cuire • ZAD Partout • GCOnonmerci • Alsace Nature • Alternatiba ⋅ ANV ⋅ Strasbourg • Extinction Rebellion Strasbourg • Maison mimir • Les Amis de la Conf' Alsace • Confédération Paysanne Alsace • Destocamine

Vinci.... toujours et encore des casseroles .........
26/04/2021

Vinci.... toujours et encore des casseroles .........

Ils sont 112 grands groupes français ayant bénéficié du #chômagepartiel, qui n'ont pas respecté la demande de Bruno Le Maire, de ne pas verser de #dividendes à leurs actionnaires en 2020.

🚨 Parmi eux : #Vinci, le constructeur du #GCO ! ⚠ – ⤵
https://gcononmerci.org/vinci/allo-bercy-cest-pour-un-dividendes-gate-avec-vinci/

« Vinci verse 1,2 milliard d'euros de dividendes alors que le groupe a profité du chômage partiel payé sur fonds public et qu'il diminue ses effectifs mondiaux de 2,1% (4 700 personnes). » – Observatoire des multinationales.

#AlloBercy #DividendesGate

Photos from ZAD NDDL Info's post
23/04/2021

Photos from ZAD NDDL Info's post

Le projet de #MarkNext d'Europa Park à #Plobsheim (67); au sud de Strasbourg, menace des terres agricoles et un espace n...
18/04/2021

Le projet de #MarkNext d'Europa Park à #Plobsheim (67); au sud de Strasbourg, menace des terres agricoles et un espace naturel à préserver. 4 paysans seraient impactés.
GCOnonmerci synthétise les critiques-arguments de Nous voulons des paysans Bas-Rhin et un Mémo-aide pour répondre à l'#EnquêtePublique en cours jusqu'au #30avril, grâce au travail du Chaudron des alternatives. A découvrir ici ⤵

https://gcononmerci.org/solidarite-entre-luttes/accaparement-despaces-naturels-a-plobsheim-cest-non-aide-a-lenquete-publique/

13/04/2021

Comme un vent d'Est sur la ZAD #NDDL !
9 avril 2018, début de destruction de la zone Est.
9 avril 2021, cabanes et chicanes y poussent toujours, les flics rôdent et les cumulards grognent...
150 personnes se sont réunies ce weekend à la Grée.
La D281 a été chicanée, peinturlurée, les gendarmes ont bloqué la route... effectué des contrôles, l'hélico a fait des ronds...

Semons les graines de nouveaux mondes ensemble, partout, tout le temps.

Venez !

https://www.ouest-france.fr/pays-de-la-loire/notre-dame-des-landes-44130/notre-dame-des-landes-dans-l-ancienne-zad-une-trentaine-de-personnes-participent-a-une-soiree-9a2d2f6a-9a9e-11eb-8367-843431873797

« La lutte n'est pas morte... vive la lutte ! » 👊 #GCO #Climat
07/04/2021
L’heure des choix… | GCO NON MERCI

« La lutte n'est pas morte... vive la lutte ! » 👊 #GCO #Climat

Nous avons peut-être perdu une bataille, mais pas la guerre. Ailleurs, trop de projets sont encore à l’étude ou en phase de décisions, sans que les mesures en matière d’écologie entreprises par le gouvernement d’Emmanuel Macron, ne les remettent en question.

23/03/2021

🚨 EXPULSION DE LA Zad du Carnet EN COURS 🚨

D'après nos informations, près de 800 gendarmes mobiles seraient mobilisés sur place.

👉 Rendez-vous aux églises de Paimbœuf, Frossay et Saint-Viaud toute la journée pour afficher votre soutien aux militant.e.s qui occupent la zone naturelle du Carnet et luttent contre sa bétonisation et la destruction de 116 espèces protégées depuis près de 7 mois.

👉 Pour les habitant.e.s de Nantes et alentours, rassemblement de soutien devant la préfecture de Nantes à midi.

Préparez vos plus belles pancartes et banderoles ✊🐦🐸🦌

Soutien et solidarité avec la ZAD 🖤

#zadColline #zad #Colline
22/03/2021

#zadColline #zad #Colline

22/03/2021

#zadCarnet #zad #Carnet

#NDDL L'ex-zad reste un territoire à part..."Opération de gendarmerie sur la ferme Bellevue Notre-Dame-des-Landes. Pour ...
11/03/2021
Notre-Dame-des-Landes, Loire-Atlantique : un contrôle inopiné en mode gendarmes mobiles

#NDDL L'ex-zad reste un territoire à part...

"Opération de gendarmerie sur la ferme Bellevue Notre-Dame-des-Landes. Pour un simple contrôle URSSAF. Etonnement sur place !"

Sur la ferme de Bellevue, à Notre-Dame-des-Landes, en Loire-Atlantique, on pensait en avoir fini avec les confrontations violentes, zadistes d'un côté, gendarmes mobiles de l'autre. Mais ce mardi matin, ce qui aurait dû...

Ancien squat légalisé à #Strasbourg, bien connu de beaucoup d'entres-vous, la Maison Mimir est en danger financier... "i...
08/03/2021
Sauvons Mimir 2020

Ancien squat légalisé à #Strasbourg, bien connu de beaucoup d'entres-vous, la Maison Mimir est en danger financier... "il y a péril en la demeure !" Ils ont besoin d'aide et ils appellent aux dons pour compenser les pertes de recettes liées à la crise sanitaire.

Pour les aider, faites un geste... ⤵️ Merci pour eux ! -_-

https://www.helloasso.com/associations/maison%20mimir/collectes/sauvons-mimir-2020

Pour la Maison Mimir, il y a péril en la demeure ! Nous appelons aux dons pour compenser les pertes de recettes liées à la crise sanitaire.

La Maison Mimir, connue par beaucoup de militant.es, lieu autogéré à Strasbourg, a besoin d'une aide financière pour fai...
06/12/2020
Sauvons Mimir 2020

La Maison Mimir, connue par beaucoup de militant.es, lieu autogéré à Strasbourg, a besoin d'une aide financière pour faire face aux conséquences de la crise sanitaire liée au Covid19 qui prive l'association de revenu depuis mi-mars.

Appel à don... #SauvonsMimir

Pour la Maison Mimir, il y a péril en la demeure ! Nous appelons aux dons pour compenser les pertes de recettes liées à la crise sanitaire.

Le combat contre l'aéroport, c'était ça... pas les théories du complot, sauf celui des tracteurs ce jour-là ! #NDDL #zad
28/11/2020

Le combat contre l'aéroport, c'était ça... pas les théories du complot, sauf celui des tracteurs ce jour-là ! #NDDL #zad

zad nddl - 25 NOVEMBRE 2012, LE JOUR OÙ LES TRACTEURS VIGILANTS S’ENCHAÎNÈRENT AUTOUR DE LA CHATEIGNE
On continue notre retour historique sur la défaite de César avec les deux jours de bataille épique qui aboutirent il ya 8 ans à la fuite des gendarmes dans la forêt de Rohanne sous des hurlements de loups, à l'enchaînement de 40 tracteurs autour de la Chateigne et à la fin officielle de l'opération César. Avec un récit et quelques images + une expo à aller voir en vous baladant sur le site de la Chateigne.

"Nous sommes les 23 et 24 novembre 2012. Ce qui se joue ici a pris une ampleur telle que cette portion de territoire en suspens devient un sujet quotidien : des unes de la presse locale aux gros titres des médias nationaux, en passant par les discussions de comptoir et les réunions en haut-lieu, la zad est devenue le centre éphémère de la vie politique française.

"Il est hors de question de laisser un kyste s’organiser, se mettre en place, de façon durable, avec la volonté de nuire avec des moyens parfois dangereux. Nous mettrons tout en œuvre pour que la loi soit respectée (...) pour que les travaux puissent avoir lieu."
Manuel Valls, alors ministre de l’Intérieur, le 23 novembre 2012.

Bien avant l’aube le vendredi 23, une cohorte de gendarmes mobiles pénètre en silence jusqu’au cœur de la zad. Dans les dortoirs, des corps en rang serré, emmitouflés dans leurs sacs de couchage, se reposent de la fête mémorable de la veille. Les guetteurs sur les barricades sonneront l’alerte, mais trop tard. Le temps pour tout le monde de s’extirper du sommeil, d’enfiler ses chaussettes humides et son emblématique paire de bottes boueuses, et les militaires ont déjà pris position autour des cabanes de la Chat-teigne. Une vitre brisée et quelques généreuses rasades de gaz lacrymogène plus tard, nous sommes chassés dans l’obscurité de la forêt alentour.

En cette fin de semaine, les autorités veulent reprendre le contrôle et laver l’affront de la manifestation de réoccupation. Le lever du jour révèle le tragique de la situation. La Chat-teigne est aux mains des flics. Au Rosier, les tracteurs vigilants n’ont pas pu arrêter les pelleteuses qui s’attaquent bientôt au bâtiment. Dans la forêt de Rohanne, suspendue entre ciel et terre, une bande d’ami·e·s tenaces s’agite au bout des cordes qui les relient au plus haut des arbres. Au sol, de petits groupes de gendarmes escortent les machines censées détruire à nouveau leurs cabanes perchées dans les branchages, plusieurs fois déjà reconstruites ces dernières semaines pour empêcher physiquement le déboisement, première phase des travaux prévus dans la foulée des expulsions.

La nouvelle se répand. Nombre de ceux qui sont repartis le 17 novembre avec en eux un peu de la zad, ont aussi le sentiment d’avoir laissé un peu d’eux-mêmes dans la construction commune de la Chat-teigne. À l’annonce de l’assaut, ils rejoignent la forêt toutes affaires cessantes.

Nous sommes désormais des centaines à nous retrouver au milieu de la brume et de la fumée. On se tient ensemble. Au pied des arbres où se cramponnent nos camarades, nous harcelons en une ronde endiablée l’escorte policière des machines à broyer la forêt. Elle frôle, provoque et désoriente les gendarmes mobiles sur un air traditionnel breton, ou au rythme d’invectives qui tiennent plus du cri du cœur que du slogan. On chante, on hurle, on se bat, on pleure, on discute, on s’étreint.
En face, la consigne est claire : il faut marquer les chairs pour faire passer le goût de cette irrépressible disposition à l’insoumission. Nous compterons, après la bataille, nos blessés : une centaine, dont près d’une trentaine de plaies et lésions sérieuses pour la seule journée du samedi. Les éclats des grenades, du même genre que celle qui tuera Rémi Fraisse deux ans plus tard sur une autre zad, à Sivens, pénètrent nos corps et restent fichés sous notre peau. Comme pour qu’à l’avenir leur présence douloureuse nous enjoigne de baisser la tête. Mais cette fois, il n’était de toute façon pas question de reculer, et chaque coup n’a fait que renforcer notre résolution. Pour longtemps.

" Voilà, c’était le jour où il y avait le bordel dans la forêt de Rohanne. Et ce que j’y ai vu, la violence des flics, ça m’a énervée propre et net. Et depuis, ça n’a pas arrêté de m’énerver. Ça ne m’a pas lâchée. "
Anne-Claude du comité local de Blain.

Hors de la forêt, le conflit s’amplifie et contamine. Le vendredi soir, des dizaines de tracteurs convergent vers les quatre points de franchissement de la Loire en aval de Nantes. Le Pont de Cheviré à Nantes, celui de Saint-Nazaire, ainsi que les bacs du Pellerin et de Basse-Indre sont bloqués dès la fin d’après-midi. Le samedi, devant la préfecture de Nantes, 10 000 personnes battent le pavé et se heurtent au canon à eau mobilisé pour l’occasion.

La nuit finit par tomber sur la forêt de Rohanne. Nous assistons au retrait désordonné des forces de l’ordre, sous les projectiles et les hurlements de loup. Tout à nos conjectures sur le sens de ce repli, nous apprenons par la radio que le gouvernement annonce la fin de l’opération César.
Nous savons que ce n’est qu’une bataille et que le projet n’est pas encore enterré. Nous devons maintenant faire face à une stratégie plus fine de la part du gouvernement : la mise en place d’une « commission du dialogue », une instance de négociation à l’image de celles qui sont venues à bout de tant de luttes sociales par le passé. Elle cherche avant tout à diviser le mouvement, à défaut de pouvoir lui arracher le territoire qu’il habite. Mais l’acipa refuse de participer à la mascarade et de s’enfermer sagement dans un salon entre « personnes raisonnables ». Qu’y aurait-il à négocier au juste ? L’équation est simple : soit l’aéroport est abandonné, soit le bocage est détruit et ses habitants expulsés.

En parallèle, et ce à peine quelques heures après la déroute de César, des fourgons reviennent se positionner aux carrefours de la Saulce et à celui des Ardillières. Ces checkpoints, qui coupent la zone en deux et visent à en contrôler les entrées, seront permanents pendant près de cinq mois. Les flics resteront là, figés autour de leurs camions, sans rien à attaquer et sans rien d’autre à défendre que la vacuité de leur propre présence. Ils contempleront, impuissants, la foule qui chaque jour les contourne. Ils subiront le mépris, les quolibets et des attaques diverses et variées. Les matériaux de construction, interdits de circulation sur la zone par un absurde arrêté préfectoral, seront malgré tout acheminés par des chemins détournés. Un gendarme spécialiste du maintien de l’ordre confiera, dépité, à un journaliste du Télégramme : « Évacuer, c’est toujours possible, même sur une zone aussi importante et difficile. Il suffit d’y mettre les moyens. Mais tenir c’est impossible. »

Il y a 8 ans de ça... #NDDL Manif de réoccupation...
17/11/2020

Il y a 8 ans de ça... #NDDL Manif de réoccupation...

17 NOVEMBRE 2012 – IL Y A 8 ANS, LA MANIF DE RÉOCCUPATION RENVERSAIT L’OPÉRATION CÉSAR après 4 semaines de guerilla bocagère.

Ce 17 novembre là (6 ans avant celui des gilets jaunes) fut un raz-de-marée inouï.
!! Retour en photos, récits, témoignages

"Nous sommes le 17 novembre 2012. Après quatre semaines de destructions et de combats, les flics s’effacent du paysage. Ils laissent place à une marée humaine de 40 000 personnes. Au départ de la manif, le petit bourg de Notre-Dame-des-Landes est comme englouti par la foule, au point que les centaines de tracteurs présents ne pourront se joindre au cortège. Quelques kilomètres plus loin, on voit passer de main en main d’innombrables planches et poutres qui disparaissent dans la forêt. Lové au cœur d’une châtaigneraie, un village surgit de terre en une journée, avec sa cuisine, sa manufacture, ses dortoirs, son « black bloc sanitaire », sa salle de réunion et sa « NoTAVerne », gargote dont le nom rend hommage à la lutte sœur du Val Susa contre le Treno Alta Velocità (le TGV italien). Pendant plusieurs mois, « La Chat-teigne » sera le point de ralliement des comités locaux, se relayant pour habiter les lieux. Ce soir-là, nous sommes des dizaines de milliers à repartir avec le sentiment d’avoir tordu le cou à César et renversé le cours de l’histoire. Nous sommes des dizaines d’autres à tout simplement ne plus pouvoir repartir du tout, saisis par l’intensité de l’aventure et prêts à déserter emplois et appartements."

Extrait de "Défendre la zad" - https://mauvaisetroupe.org/spip.php?article125

« Un truc essentiel, c’est qu’on avait tous la manif de réoccup’ en tête. On se disait : « Il faut tenir, de toute façon on doit tenir quatre semaines. » Du coup, t’oublies ton corps, t’as plus de pieds, t’as plus de sommeil, plus de bras, c’est comme une espèce de transe… Tes limites, elles n’existent plus. Ou du moins elles se déplacent tellement vite – toutes les limites de peur, les limites physiques – qu’elles sont comme abolies. T’es porté par quelque chose. C’est pour ça que moi je l’ai vécu comme un moment magnifique. »
Ulysse, occupant

Plus d’un an avant l’intervention du 16 octobre, un groupe d’occupants et de personnes proches avait lancé l’idée d’une grande manifestation de réoccupation si les expulsions avaient lieu, et diffusé massivement sa proposition dans les lieux sympathisants et les manifestations partout en France. La contre-attaque était prévue un mois après le début de l’intervention policière. Cette manifestation s’organise dans un contexte de visibilité maximale de la lutte, et offre un nouvel espace de participation massive.

"L’ACIPA a parlé de cette manif aux journalistes dès le premier jour des expulsions, alors que nous, on avait l’impression que ça ne parlait pas aux gens ! Mais du moment où les flics sont arrivés, tout le monde s’est mis à en parler. C’est là qu’on a compris que le travail qu’on avait fait existait dans la tête de plein de gens. Les affiches qui annonçaient la manif arrivaient par paquets de 5 000 et disparaissaient immédiatement, il semblait ne jamais y en avoir de disponibles. On imaginait construire une cabane, et là il y avait des gens de partout qui se lançaient dans d’énormes chantiers de constructions. Tout le matériel dont on avait besoin arrivait. En fait, la manif n’a pas été construite par les cinq ou dix qu’on avait été à la penser un an avant, ni même par les 150 qui étaient présent.e.s aux AG dans les semaines qui l’ont précédée : elle a été fabriquée par des milliers de personnes.""
Jeanne, occupante depuis 2010, « fabriqueuse » de cabanes

« Ici vit un peuple de boue »

Le 17 novembre, les manifestantes et les manifestants arrivent par bus entiers (sept bus d’Espagne !), les parkings prévus sont saturés et finalement la tête de cortège atteindra une châtaigneraie défrichée pour l’occasion et qui deviendra la Chat-Teigne, distante de Notre-Dame-des-Landes de plus de quatre kilomètres, alors que la queue de cortège n’a pas encore quitté le bourg. Les 440 tracteurs conduits par les paysans en lutte resteront longtemps bloqués à Notre-Dame, débordés par le flux des 40 000 manifestants. Les forces de l’ordre brilleront ce jour-là par leur absence, après un mois de présence quasi continue.

À l’arrivée sur le site, le nombre de bâtiments en construction dépasse largement les prévisions. C’est tout un nouveau village qui sort de terre, aussi hétéroclite que le sont les opposants qui l’ont construit : une cuisine collective et une grande salle de réunion, conçues par un collectif mêlant charpentiers proches de la zone et occupantes ; un dortoir en palettes, la « Barbotine », élaboré dans le hall de leur école, et malgré les instances de direction, par des étudiants en architecture de Nantes ; un autre dortoir, baptisé « Kulon Progo » en hommage à la lutte de paysans de cette province de l’Indonésie contre l’implantation d’une mine de fer, bâti par l’amicale Dijon-NDDL ; un atelier collectif, « la Manufacture », monté par des soutiens de Rennes ; une salle de bain collective, le « Black Bloc Sanitaire », construit par un comité du Morbihan.

"Le plus impressionnant c’était la chaîne humaine qui s’est passé de mains en mains dix chars agricoles de matos sur 500 mètres, parce qu’avec la boue qu’il y avait, les tracteurs auraient fait un carnage. Au début, il y avait une chaîne qui s’allongeait au milieu du sentier. Mais de nouveau il y avait trop de monde, parce que le défilé ne cessait d’affluer. Alors l’idée est venue de dédoubler la chaîne en deux files sur chacun des côtés du chemin. C’est comme ça que toutes les poutres, les planches, les boîtes de clous, les outils, les ballots de paille, sont arrivés sur les différents chantiers. On voyait que les gens avaient vraiment l’envie de s’auto-organiser. Par exemple, à force d’être piétiné, le sol du chemin devenait de plus en plus gadoueux. Alors des personnes ont commencé très tôt à le recouvrir de feuilles, de fougères et de petites branches. Au début elles étaient dix, puis trente, puis cent. L’imitation marchait à plein rendement. C’est vraiment fou, dans ces moments-là où il y a une personne qui prend une initiative et dix qui suivent, c’est le contraire d’une foule amorphe."
Boris, passionné de maçonnerie vernaculaire, membre d’un comité zad du sud de la France[Témoignage extrait de Constellations, p. 114-115.]

Sans aucun doute, il y a un avant et un après 17 novembre. Un mouvement d’une ampleur jusqu’ici insoupçonnée s’y est rassemblé et, en plus de constater de visu sa propre force, il a laissé derrière lui une preuve tangible de son existence : la Chat-Teigne, symbole palpable de la puissance collective, incarne bel et bien ce qui ce jour-là a été « jeté ensemble », au sens grec de syn-ballein, la manifestation physique d’un engagement mutuel. Elle arrime au sol de la zad tous ceux qui se sont investis dans sa construction, et qui sauront se retrouver lorsqu’elle sera attaquée dans les jours suivants.

"Dès le lendemain de la manif, j’avais été au bistrot chercher le journal. La nana, que je connaissais bien, même si elle était plutôt pour l’aéroport, elle avait entendu parler de ça, et je lui avais dit : « Ça y est ils sont foutus, l’aéroport ne se fera jamais, on a gagné ! »"
Jean-Louis, paysan à Blain, adhérent de la Confédération paysanne et membre de COPAIN

Passages extraits de contrées - https://mauvaisetroupe.org/spip.php?article161

Adresse

Strasbourg
67000

Notifications

Soyez le premier à savoir et laissez-nous vous envoyer un courriel lorsque Collectif Alsace de Soutien à la zad NDDL publie des nouvelles et des promotions. Votre adresse e-mail ne sera pas utilisée à d'autres fins, et vous pouvez vous désabonner à tout moment.

Contacter L'entreprise

Envoyer un message à Collectif Alsace de Soutien à la zad NDDL:

Vidéos

Notre histoire

Notre collectif a été créé quelques semaines après la première tentative d’expulsion sur la ZAD de Notre-Dame-des-Landes. Nous étions le 16 octobre 2012.

Officiellement né le 8 novembre 2012, le groupe alsacien de soutien aux opposants au projet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes, a mené différentes actions en Alsace et participé à plusieurs manifestations à Nantes et sur la ZAD, entre octobre 2012 et février 2018. NOTRE SITE INTERNET >> http://collectif-alsace-contre-nddl.blogspot.com/

Organisations à But Non Lucratifss á proximité


Autres Environmental Conservation à Strasbourg

Voir Toutes

Commentaires

Le village du peuple a besoin de soutien, contre la betonnisation de 57ha. Venez nombreux aux weekend de soutien les 3 et4 octobre pour implanter la résistance ! https://fb.me/e/3gd02Si3d
[ 🔴 En direct : MARCHE DES PORTRAITS - BAYONNE] "On est là pour dénoncer le fossé entre les beaux discours d'@EmmanuelMacron sur la scène internationale et les actes concrets qu'il met en oeuvre qui sont bien loin de répondre à l'urgence climatique. Il n'est pas à la hauteur." ➡️ DIRECT : bit.ly/2U0OmXn #Marchedesportraits #G7Biarritz 📢 En plein #G7, ➡️ Une conférence de presse géante va avoir lieu en présence de Jean-François Julliard, directeur de @greenpeacefrance, Susan George, militante altermondialiste, @paulineboyer, porte-parole d’Alternatiba, @cécilemcd, porte-parole d’@AnvCOP21 et Esther Chatel, porte-parole de Youth For Climate Fr, pour présenter le réel bilan de la politique climatique du gouvernement. Alors qu’ Emmanuel Macron reçoit sous haute sécurité les chefs d’Etat, Bizi Mugi, ANV Action non-violente COP21 et Alternatiba ont organisé juste avant une #MarcheDesPortraits pour dénoncer l’inaction du gouvernement face à la détresse sociale et climatique. Notre maison brûle, les belles déclarations d’intentions ne suffisent pas face à l’urgence du dérèglement climatique ! #ActForTheAmazon#DécrochonsMacron https://www.facebook.com/bizimugimendua/videos/2372407209474608/
Je recherche des auteurs et des dessinateurs pour lancer un journal collaboratif dans l'optique d'une publication hebdomadaire qui s’appellerait le journal du 13.12. Le concept du journal : Le journal traite sur des faits de l'actualité politique, social, culturelle et vulgariser les découverte de la recherche par des articles ou sous forme de bandes dessinés. S'inspirant et traité parfois avec humour sur des phénomènes de société et de savoir vivre ensemble. Le journal est collaboratif et est voué à regrouper des d'auteurs et dessinateurs dans le même esprit interrogatif et aussi pour proposer des solutions pour répondre au problème qui freine les évolutions viables pour le vivant et son environnement. J'ai moi même écrit plusieurs articles et dessiné une douzaine de planches avec différentes histoires courtes sous forme de bandes dessinés. J'ai commencé à prospecter des maisons d'éditions donc le projet avance bien. Si vous êtes intéressé pour participer à la rédaction n’hésitez pas à me contacter.
Bonjour, On débarque chez vous du 19 au 25 février pour faire notre épisode 2 ! Pour y présenter votre combat et votre organisation. Ça commence d'un sac
LA SIXIÈME EXCTINCTION DE MASSE DE LA BIODIVERSITÉ ET LA CATASTROPHE CLIMATIQUE sont clairement alimentées par des projets comme le Grand Contournement Ouest de Strasbourg (GCO). Alexandre Gonçalves, écologue de la "Ligue pour la Protection des Oiseaux", explique à quel point les conséquences sur de nombreuses espèces ainsi que sur des écosystèmes entiers comme les zones humides seront désastreuses si cette autoroute se construit. Il dénonce également l'hypocrisie affligeante qui règne derrière le concept de "mesures compensatoires", souvent utilisé pour défendre des grands projets écocides.
Je suis le lanceur de la pétition « Au président de la République- TRAGEDIE DES PARTICULES FINES MORTELLES- Exigeons un plan gouvernemental à la mesure du désastre » et j’appelle ses 50000 signataires à soutenir ces militantes et militants en grève de la faim qui se battent contre un projet meurtrier et écocide! Exiger en urgence absolue un plan national contre l’emballement du réchauffement climatique ou pour stopper la grande hécatombe causée par les particules fines. C’est le même combat ! Faites passer ces infos à vos amis, soyons de plus en plus nombreux à soutenir ces grévistes de la faim. Leur sacrifice personnel, leur abnégation, leur refus de se résigner devant l’inertie absurde de nos dirigeants devant l’emballement du réchauffement climatique, suscite respect et admiration ! En grève depuis le 22 octobre, elles ou ils ont de plus en plus besoin de nous tous car ils sont très éprouvés!! Pour tout savoir sur la grève et comment soutenir :https://gcononmerci.org/greve-de-la-faim-contre-le-gco/ A propos du combat de nos amis alsaciens contre le GCO, combat qui a toute sa place dans le contexte national et mondial de la grande tragédie des particules fines mortelles, précisons qu’ il a été mis en évidence qu’à proximité de tout grand axe routier à fort trafic, soit plus de 10 000 véhicules/jour, (alors que pour le GCO c’est plus de 30000 !), règne en permanence une pollution de l’air à forte teneur en particules fines, dont le niveau, sans cesse entretenu et renouvelé par le trafic, reste constamment plus élevé qu’ailleurs. Des études épidémiologiques menées sur de longues périodes et de grandes populations ont montré que les effets nocifs résultant de l’exposition continue des riverains à cette pollution « chronique » y sont en conséquence beaucoup plus graves et nombreux qu’ailleurs! En milieu extérieur, quoi qu’en dise la Direction Régionale de l'Environnement et de l'Aménagement(DREAL) dans ses études de projets , pour faire barrage à la propagation de l’air pollué, il n’existe, aujourd’hui, aucun paravent efficace possible, qu’il soit rempart, merlon, mur, talus, rideau végétal, tranchée ouverte, protection phonique ou autre. Cet argument inexact avancé par la DREAL dans ses études constitue en lui-même un très grand scandale ! Rien ne pourra donc préserver les futurs riverains de la propagation du nuage mortel chargé de particules fines, sur des kilomètres, de part et d’autre des ouvrages en projet ! Intimement mélangées avec l’air dont on ne peut se passer pour respirer, les particules envahiront même les demeures des riverains ! Impossible pour eux de se soustraire à une exposition continue à la pollution chronique potentiellement mortelle! C’est ce qui se passe en ce moment à proximité de tous les grands axes routiers existants dont les boulevards périphériques des grandes villes et leurs autoroutes de contournement. Les excellentes émissions télévisées d’Elise Lucet sur la pollution de l’air , ont fourni des preuves on ne peut plus révélatrices du désastre. Impossible à la DREAL de démontrer dans son étude que le GCO serait différent et ne génèrerait pas le même danger mortel que celui qui règne à proximité de tous les grands axes routiers à fort trafic actuellement en service ! Maintenant qu’il est prouvé, reconnu, et révélé au grand jour que les particules fines émises par les moteurs Diesels sont une terrible calamité ayant déjà causé des centaines de milliers de décès et certainement encore beaucoup plus d’aggravation ou d’apparition de maladies, aucun décideur ne peut persister à invoquer l’intérêt général et à s’arroger le droit d’en augmenter la concentration nulle part sans se mettre gravement hors la loi : 1) pour mise en danger mortel délibérée d’autrui en toute connaissance de cause (code pénal Article 223-1) 2) pour non- respect de l’article 3 de la Déclaration des droits de l’homme intégrée à notre Constitution : « Chaque personne a droit à la vie et doit pouvoir vivre en toute liberté et en toute sécurité. » 3) pour non- respect de l’article 1 de la Charte de l’environnement annexée à notre Constitution : « Chacun a le droit de vivre dans un environnement équilibré et respectueux de la santé. » 4) pour violation de la Loi n°96-1236 du 30 décembre 1996 sur l’Air et l’Utilisation Rationnelle de l’Energie (dite loi LAURE) qui stipule « Le droit de respirer un air qui ne nuise pas à sa santé est reconnu à chacun. » Le combat des futurs riverains du GCO et de leurs associations, c’est purement de la légitime défense ! Avec vous de tout coeur ! René HAMON Président d’honneur de l’association euroise « Non à l’autoroute ! » en lutte depuis l’an 2000 contre le projet de liaison autoroutière A28-A13- Contournement Est de Rouen.
Réchauffement climatique, extinction massive des espèces, pollution, etc... L'homme est le seul être vivant sur terre qui détruit son environnement... N'est-ce pas merveilleux ? Et le pire, c'est que rien ne change. La consommation effrénée continue, la course à la croissance aussi, alors qu'il est pourtant simple de comprendre que les ressources de la Terre ne sont pas inépuisables. La bêtise humaine est telle que certains veulent aller coloniser d'autres planètes en prévision du moment où la Terre ne sera plus vivable tout en continuant allègrement sa destruction. Et tout ça juste pour des histoires d'argent, de pouvoir et de gloire. Quand on voit que la vie sur Terre est le résultat d'un concours de circonstances tout à fait exceptionnel et que nous sommes dépendants des autres espèces présentes sur Terre pour vivre, l'être humain est bien stupide et orgueilleux ! Nous pouvons encore faire quelque chose pour éviter le pire mais il ne s'agit plus de tergiverser. L'être humain pourra-il enfin faire preuve d'humilité et admettre son impact destructeur sur notre planète ? L'avenir nous le dira... Aurélien Barrau : Changement climatique - Les autres combats n’ont aucun sens si celui-là est perdu https://www.liberation.fr/france/2018/10/02/changement-climatique-les-autres-combats-n-ont-aucun-sens-si-celui-la-est-perdu_1682744 La sixième extinction massive a déjà commencé https://www.nationalgeographic.fr/environnement/la-sixieme-extinction-massive-deja-commence Hubert Reeves : Nous sommes en train de vivre un anéantissement biologique https://www.youtube.com/watch?v=jzvDGImrxVQ Hubert Reeves : Extinction des espèces https://www.dailymotion.com/video/x1z2mml Hubert Reeves : L’Homme survivra-t-il à la sixième extinction massive? https://www.youtube.com/watch?v=HfXR12Iqae8 Hubert Reeves : L’espèce humaine menacée d’extinction ! https://www.youtube.com/watch?v=NngoYZLyn9c
our moi seul et 4 chèvres naines pouvez vous m'aidez