Comité de mobilisation Université de Strasbourg

Comité de mobilisation Université de Strasbourg Assemblée collégiale ouvert à toutes celles et ceux qui veulent coordonner la lutte contre la précarité et les normes libérales à l'Université de Strasbourg.

Fonctionnement normal

22/10/2021

‼ La stratégie du recourt devant le conseil d'Etat, faute de rapport de force conséquent, aura fait son temps : le nouveau mode de calcul n'est pas suspendu ‼

⚡ Plus que jamais il y a nécessité de promouvoir la généralisation du droit au salaire continué à travers les outils existants : le régime général (retraites, allocations, assurance maladie) et l'intermittence, ce dernier constituant l'ébauche d'une sécurité sociale de la culture et du patrimoine.

Il nous faut étendre ces dispositifs pour approfondir un statut capable de nous libérer de l'arbitraire du marché, tout en marginalisant sa main mise sur nos métiers. Car le chômage, loin d'être une loi naturelle, est une construction.

👉 Pour les archéologues enchainant les contrats, les pertes sèches s'élèveront à plus ou moins à 500e. A l'échelle de la société, et dans un premier temps, selon la note de l'Unedic (association chargée par délégation de service public de la gestion de l'assurance chômage), le changement du mode de calcul de l'allocation (SJR) entrainera la première année une baisse des droits mensuels pour 1.15 millions de personnes! Soit 17% de manque à gagner en moyenne et jusqu'à 43%.

Et 365 000 personnes seront concernées par le plancher, leur allocation mensuel nette passant de 885e à 622e en moyenne. Mais plus longtemps [dans la précarité] nous rétorque le gouvernement!

https://www.conseil-etat.fr/actualites/actualites/assurance-chomage-les-nouvelles-regles-de-calcul-de-l-allocation-ne-sont-pas-suspendues

23/06/2021

La contre réforme de l’assurance-chômage est suspendue (par ce qui reste de l'État de droit), en attendant un jugement sur le fond suite au recours des syndicats !

En d’autres termes, on écope d'un sursis jusqu'à ce que "la situation s'améliore". Une nouvelle ni bonne ni mauvaise...

Si le Conseil d’État rejette les nouvelles règles de calcul du montant des allocations de l'assurance chômage qui devaient entrer en vigueur au 1er juillet, la situation économique étant jugée trop incertaine pour ces mesures (et pour cause, elles sont destructrices), le principe même de la réforme n'est pas encore remis en cause.

Il faudra donc s'attendre à une nouvelle offensive contre nos institutions sociales, y compris sur la question des retraites, d’autant plus que, pour conjurer l’obsession de l’endettement, l’austérité a été annoncée. Nous qui pensions que l'austérité permanente était déjà en place...

N'oublions pas que, stratégiquement, il s'agit pour Macron et son monde d'en finir avec toute forme de salaire à la qualification, c'est-à-dire ce salaire reconnaissant notre valeur économique en-dehors du cirque de l'emploi!
A l'origine (1946), le régime général est conçu comme un "droit au salaire", validant les aînés et les chômeurs par un salaire continué basé sur le dernier revenu, et non sur un "j'ai cotisé, j'ai droit" mis en place un peu moins de 30 ans après (1984), sorte de répartition au mérite de la production. Dès lors, le retraité et le chômeur ne sont plus considérés comme des travailleurs.euses, mais des ayants droits au différé de leurs cotisations consignées sur un compte personnel de plus en plus pris en charge par l'État et ses prérogatives libérales. Séguin, en 1986, enfonce d'ailleurs le clou en indexant les pensions sur les prix et non plus sur les salaires. Le diable se niche bien dans les détails : on passe d'une continuité de son activité à une pension fluctuant en fonction des prix.
C'est bien ce droit au salaire (et non à l'emploi, objectif créé de toute pièce en 1992) basé sur la qualification personnelle, que l'on retrouve aussi bien dans le statut de fonctionnaire que dans les accords de branche réglementant la carrière (qualification indirecte à la personne) et balayés par les lois travail successives sous Hollande, qui a été la cible principale de ces 40 dernières années.

Aujourd’hui encore, les trois quarts des 320 milliards des pensions retraites ne relèvent pas des cotisations individuelles des travailleur.euses, mais de la poursuite d’un salaire de référence ; le salaire socialisé. Il faut aussi rappeler que le tiers des plus de 18 ans relèvent de l’au-delà de l’emploi, avec 5 millions de fonctionnaires, 1 millions de salariés à statut, la moitié des retraités qui ont une pension supérieure au SMIC et entre 70 % et 80 % de leur salaire de référence, enfin les salariés des branches qui pratiquent la carrière professionnelle avec le salaire à la qualification indirecte. En tout, ce sont 17 millions de personnes qui gouttent encore à l’embryon du salaire socialisé !
Ce passage progressif du « un chômeur/retraité a le droit à son salaire de référence » à « la durée de cotisation conditionne le droit à l’allocation et à la pension » initié dans les années 1980 donc, s'accompagne en plus de l'arrivée des sous régimes fragmentant les caisses et des comptes rechargeables (prenant en compte les cotisations non utilisées d'un chômeur ayant retrouvé un emploi et se retrouvant à nouveau au chômage, et non le revenu de son dernier emploi, même si celui-ci était mieux payé). Une logique équivalente a d'ailleurs été appliquée à la CGE (système d'assurance maladie) en 1992, dont la subvention par les cotisations patronales (taxe du capital) et salariales (assurance solidaire) s'est vue retoquée en subside financée par l'impôt, au bon vouloir d'un État suivant la courbe des politiques austéritaires... Là encore, il y a eu passage de la logique du droit à la logique de l'aide, de la logique de l'indépendance (mettant au cœur du projet l'enjeu du pouvoir) à la logique de la soumission.

Depuis, c'est un déferlement de réformes structurelles pour restreindre l'accessibilité à ces droits, subvertir l'idée d'un régime portant la possibilité d'une socialisation de la richesse et appauvrir les caisses par des cadeaux fiscaux aux grandes entreprises (exonérations de cotisations patronales, défiscalisations ou plans de relance). Ainsi, pour le calcul de la pension retraite, on est passé des 10 aux 25 meilleures années, et des 37.5 années cotisées aux 43 années, ce qui revient à mettre l'inflation sur la carrière et non sur le droit au salaire.

Le but est théorisé par le livre blanc de Rocard (1991), repris par la banque mondiale en 1994 : revenir au salaire à la tâche (CDI-projets, CDI-chantiers, CDD d'intérim, contrats zéro heures, auto-entrepreneurs, stages, service civique, ...), un monde d’avant le contrat de travail inventé par le mouvement ouvrier, parce que c'est moins cher et que ça met à genoux. Mais intelligemment ! En faisant supporter cet objectif par un revenu universel, sorte de RSA amélioré, compressant toute les aides en une et permettant d'asphyxier le régime général qui porte en lui l'indépendance vis-à-vis du marché, ainsi qu'une gestion collective des investissements et des salaires via des caisses gérées par les représentants des travailleur.euses (ce qu'était l'Unédic : un organisme indépendant de l'État avec, pour trois quarts, des représentants des salarié.e.s).

Bref, l'enjeu pour eux est de substituer au contre-pouvoir économique et symbolique que forment nos institutions déjà bien sapées, mais qui même en l'état ont prouvé leur valeur durant la crise sanitaire, le monde anarchique de la production effrénée et sa double tyrannie : la valeur d'échange et l'emploi capitaliste pilotés par le marché, à savoir les normes politiques du patronat (de manière impropre nos "collaborateurs" ou "entrepreneurs").

On sait ce qu'il nous reste à défendre dans nos perspectives à partir de ce déjà-là : un régime général amélioré et indépendant, débarrassé des restrictions et autres anomalies injectées par ceux qui mettent à mal nos métiers. Parce que les attaques minutieuses contre cette conquête sociale pointent bien ce que nous devons développer!

Par exemple, jusqu'en 1979, le montant de l'allocation comme continuité du revenu ne cesse d'augmenter pour arriver à un 57% du brut (soit 70% net). Une vraie réforme irait dans le sens de la revalorisation de l'allocation qui pourrait arriver à un 100% du net. Moyennant un rapport de force à la hauteur, rien ne contrevient à cette logique lorsque l'on sait qu'en France les 1% les plus riches qui détiennent 25% du patrimoine mobilier et immobilier, ont vu augmenter leur fortune de 439% en 10 ans.

En attendant, on pourra profiter d'un été un peu moins catastrophique que ce que l'on imaginait!

https://www.lesechos.fr/economie-france/social/assurance-chomage-le-conseil-detat-suspend-la-reforme-du-gouvernement-1325707

15/06/2021

Mais oui, va faire ton service de 192h d'enseignement en licence et en master pour 800 euros nets par mois. Et avec le sourire hein.
Université de Haute-Alsace UHA, et si tu allais manger tes morts

Photos from Groupe Archéo En Lutte Alsace's post
29/04/2021

Photos from Groupe Archéo En Lutte Alsace's post

Photos from SUD Education Alsace's post
01/04/2021

Photos from SUD Education Alsace's post

08/03/2021

📢 Mardi 9 mars, l’amphi ORTSCHEIDT, à l’Escarpe sur le Campus Central
🔴Cet amphi nous est ouvert, profitons-en !
Nous proposons:
🎞️ - 12h-13h projection du film "Ils ont osé" qui traite de l’histoire, des enseignements et de
l’actualité depuis la révolution de 1917 jusqu'à aujourd'hui
💬 - 13h-14h30 : puis discussion/débat
♀️ - 14h30-16h : discussion dans le cadre de la journée internationale de luttes pour les. droits des femmes
🔴✏️ - 16h-17h : organisation de nos prochaines actions
💻 L'amphi étant très grand, il sera possible toute la journée de juste venir avec vos cours/ordinateur et travailler ou suivre vos cours à distance
🗣 Il est également possible de simplement venir pour sociabiliser avec vos ami.e.s ou rencontrer de nouvelles personnes
😷 💧 ⬅️➡️ Nous demandons simplement aux personne de respecter les gestes sanitaires

Mardi 9 mars, l’amphi ORTSCHEIDT, à l’Escarpe sur le Campus Central

16/02/2021

⚠️Alerte à la mobilisation!⚠️

Nous, étudiant.e.s en travail social de l’ESEIS, sommes toujours en colère. Dans le but de faire entendre nos droits à l’occasion de l’audit mené par la région en date du mercredi 17 février 2021, nous invitons toutes les personnes qui le souhaitent à nous rejoindre et nous soutenir dès demain matin 8h devant l’ESEIS.
Il s’agit d’une manifestation déclarée. Nous vous invitons très fortement à respecter les mesures sanitaires ainsi que les gestes barrières pour la sécurité de tou.te.s.

Nous vous attendons nombreux.euses!

Dernières Nouvelles d'Alsace - DNA
Rue89 Strasbourg
Journal L'Alsace

La rentrée de demain : une vaste blague. Vous vous souvenez de ces 20.000 postes de tuteurs et tutrices étudiant.e.s ann...
03/01/2021
Demain c'est la rentrée à l'université

La rentrée de demain : une vaste blague. Vous vous souvenez de ces 20.000 postes de tuteurs et tutrices étudiant.e.s annoncés, et qui devaient prévenir le décrochage et répondre à la précarité alarmante des jeunes ?
On vous laisse apprécier.

"N'arrêtez surtout pas de rire parce que bien sûr ces groupes de 10 [étudiant.e.s qui pourront être apparemment accueilli.e.s pour les séances de TP] (qu'aucune université n'aura pu constituer ou alors en dépit de toute forme de bon sens sauf à considérer que seul.e.s les étudiant.e.s de première année sont actuellement en souffrance), ces groupes de 10 pourront bien sûr être encadrés par des étudiants moniteurs recrutés dans le cadre des 20 000 postes étudiants créés spécialement pour l'occasion [...]. Mais - c'est là que c'est drôle - aucune université n'a encore eu la circulaire ou les modalités permettant de recruter ces 20 000 étudiants tuteurs. Et du coup aucun d'entre eux n'a été recruté. Hahaha. Pu**in qu'est-ce qu'on se marre hein ? Donc oui, Frédérique Vidal ment dans son entretien au JDD du 2 Janvier lorsqu'elle affirme que "les établissements sont en train de recruter les tuteurs étudiants". Elle ment. J'ai moi-même posé la question à ma composante et à mon établissement le vendredi du départ en vacances et rien n'était en place pour ce recrutement, aucune info du ministère. Et d'autres collègues dans d'autres universités ont reçu la même réponse".

Demain, lundi 4 Janvier 2021, c'est la rentrée à l'université. Une circulaire du ministère de l'enseignement supérieur datée du 19 décembre mais diffusée le 20 décembre (soit 2 jours après le départ en vacances) nous contraint donc à maintenir le...

19/12/2020

"Quatre semaines. Depuis quatre semaines maintenant, cinq enseignants-chercheurs vacataires du département de sociologie de l’université de Bourgogne sont en grève. A eux cinq, ils assurent 20% des cours de la composante. Les notes de leurs travaux dirigés sont suspendues."

https://www.liberation.fr/france/2020/12/19/en-greve-depuis-un-mois-des-vacataires-de-l-universite-de-bourgogne-denoncent-la-galere_1809112?fbclid=IwAR3GaZOuVsaTmLKdK76bMtOFhxTi-69rP6ze6CrpGBf0Z18YzZNPPWw9-24

Il y a quelques temps, la création d'un caisse de grève pour les personnels de l'Université de Strasbourg et des organis...
11/12/2020
Caisse de grève ESR Strasbourg - CotizUp.com

Il y a quelques temps, la création d'un caisse de grève pour les personnels de l'Université de Strasbourg et des organismes de recherche publics du site strasbourgeois a été actée en AG. Elle est maintenant accessible en ligne. Elle permettra de soutenir financièrement les plus précaires qui voudraient faire grève quand celle-ci sera de nouveau d'actualité

Soutenez cette cagnotte : participez ou partagez au maximum !

26/11/2020

On souffle un peu! Le conseil d'Etat invalide la deuxième partie de la réforme de l'assurance chômage qui aurait été destructrice.

En attendant, la LPR est passée et la Loi sécurité globale également (en première lecture au parlement). On se donne donc rendez-vous samedi qui vient : https://www.facebook.com/events/211000397238664

"Lors de l’AG du 24 novembre contre la LPR et la précarité a été votée la constitution d’un cortège universitaire pour la manifestation contre la Loi sécurité globale appelée par les Gilets jaunes. À 11h30 aura lieu un premier rassemblement et une AG populaire et à 13h sera le départ en manif."

"Nous, personnels et étudiants de l'Université de Strasbourg, appelons à la démission de la ministre Frédérique Vidal"
20/11/2020
"Nous, personnels et étudiants de l'Université de Strasbourg, appelons à la démission de la ministre Frédérique Vidal"

"Nous, personnels et étudiants de l'Université de Strasbourg, appelons à la démission de la ministre Frédérique Vidal"

Face au manque de concertation autour de la loi de programmation de la recherche, le comité de mobilisation de l’enseignement supérieur et de la recherche de l'Université de Strasbourg appelle à la démission de la ministre de l'Enseignement supérieur Frédérique Vidal.

L'Assemblée nationale vote la loi de programmation pour la recherche
18/11/2020
L'Assemblée nationale vote la loi de programmation pour la recherche

L'Assemblée nationale vote la loi de programmation pour la recherche

Il n'y pas eu de miracle. La République en marche a voté pour le texte de la loi de programmation pour la recherche (LPR) actant un peu plus le décalage entre le monde politique et scientifique.

Photos from Groupe Archéo En Lutte's post
17/11/2020

Photos from Groupe Archéo En Lutte's post

« La loi sur la recherche est de retour ? Eh bien nous aussi »
13/06/2020
« La loi sur la recherche est de retour ? Eh bien nous aussi »

« La loi sur la recherche est de retour ? Eh bien nous aussi »

Quelque 400 personnes se sont réunies devant la Sorbonne, à Paris, pour dénoncer le « passage en force du texte » qui doit être présenté le 8 juillet en conseil des ministres.

09/06/2020
Mouvement National des Chômeurs et Précaires - MNCP

On ne pourra plus dire qu'on affabule! Cette première synthèse dissipe définitivement l'enfumage du gouvernement mettant en avant les prétendus effets stimulants de la réforme de l'assurance chômage sur l'activité, dont le credo est "appauvrir pour convertir".

Son second volet, à savoir le "nouveau mode de calcul des droits" qui aura pour effet (bien concret celui-là) de réduire jusqu'à 50% les allocations, risque de faire très mal, et c'est bien pour ça qu'il a été reporté à septembre en pleine crise sanitaire. Car la maladresse congénitale du gouvernement aura eu la vertu de mettre en lumière ce qu'il réfute : cette réforme affaiblie encore un peu plus la société, isolant les individus et confinant toujours plus notre libre arbitre dans l'ombre de la servilité.

A compléter avec l'étude du très officiel Institut Européen du Salariat : https://www.ies-salariat.org/quelle-evolution-des-droits-a-lassurance-chomage-1979-2020%ef%bb%bf-synthese/?fbclid=IwAR0zgYoNuYrB9eWfimCcy3v503_yQ37J1trOFvX7G6zHGRt5lCLlO_-jhzU

| ASSURANCE CHÔMAGE |
L’ #UNEDIC vient de sortir une étude sur les impacts de la première partie de la réforme de l'#assurancechômage entre novembre 2019 et février 2020. Elle montre que les nouveaux droits ouverts ne concernent que très peu de personnes (independants, salariés démissionnaires), alors que les impacts sociaux sont massifs pour les nouvelles conditions d’affiliation à l’indemnisation chômage.

➡ Nouveaux droits (indépendants, démissionnaires) :
50 personnes par mois ont bénéficié de ce dispositif. Soit moins de une personne par département. Et seuls 150 nouveaux salariés démissionnaires par mois ont bénéficié d'une l’indemnisation.

➡ Restrictions d'accès (6 mois au lieu de 4 mois) :
20 000 rejets d’ouverture de droit à l’indemnisation chômage par mois pour cause d’affiliation insuffisante (dont 12.000 avec une affiliation entre 4 et 6 mois).

Par cette étude l'UNEDIC confirme que cette réforme est injuste et doit être retirée dans son intégralité !

Adresse

Université De Strasbourg
Strasbourg
67000

Notifications

Soyez le premier à savoir et laissez-nous vous envoyer un courriel lorsque Comité de mobilisation Université de Strasbourg publie des nouvelles et des promotions. Votre adresse e-mail ne sera pas utilisée à d'autres fins, et vous pouvez vous désabonner à tout moment.

Contacter L'entreprise

Envoyer un message à Comité de mobilisation Université de Strasbourg:

L’Université de Strasbourg,“L’excellence par-delà le code du travail”

Assemblée collégiale ouverte à toutes celles et ceux qui veulent coordonner la lutte contre la précarité et les normes libérales à l'Université de Strasbourg.

Organisations à But Non Lucratifss á proximité


Autres Organisme jeunesse à Strasbourg

Voir Toutes

Commentaires

== INFOS PRATIQUES == 👉 12H30 : ASSEMBLÉE POPULAIRE. en raison d'un mouvement de contestation de la presse qui on déclaré leur manifestation après nous et qui seront seulement quelque dizaine et qui ont décidé de ne pas vouloir convergé avec nous. la préfecture à donc décidé de nous interdire de nous rassemblé à partir de 11h30 et donc de nous décalé de 1heure. soit début du rassemblement autorisé a partir de 12h30 le nouveau récépissé arrive. 👉 13H30 : MANIFESTATION EN DIRECTION DE LA PLACE DE L'ÉTOILE 🆗 Manifestation autorisée 😷 Port du masque obligatoire ✅ Gestes barrières == APPEL == Bonjours à tous et à toutes, Ce samedi encore, nous nous rassemblerons, pour la troisième fois en deux semaines, poussés par le même élan. Tout le monde partage ce sentiment : nos libertés nous sont ôtées une à une, de crises en états d'urgence. On nous prend pour des imbéciles mais nous ne sommes pas dupes. Nous savons qu'il faut réagir maintenant avant de rejouer la fable de la grenouille plongée dans l'eau qui chauffe à feu doux. Le feu n'est pas si doux d'ailleurs, les attaques se renforcent et s'accélèrent. Comme vous le savez, la loi de sécurité globale (quel nom dystopique !) a été adoptée à l'Assemblée Nationale la semaine dernière. Parmi les nombreuses menaces qu'elle contient, un article prétend renforcer la sécurité des policiers en limitant la diffusion de leur image. Mais il ne s'agit pas de protéger les policiers, ils le sont déjà comme tous les citoyens par les lois sur le harcèlement, l'appel à la haine, la menace etc.. Cette loi honteuse encouragera encore un peu plus la police à intimider les journalistes, à menacer les manifestants pour qui filmer en direct constitue aujourd'hui une protection contre les provocations et la violence policière. Cette décision a été prise pour protéger la milice de toute inculpation, pour que l'arbitraire répressif que nous vivons dans de nombreuses manifestations reste confiné aux seuls témoins. Les policiers ne seront pas mieux protégés, et les manifestants le seront encore moins, eux qui ont tant besoin de protection face aux violences de l’État. Quels autres projets ? Nous surveiller 24h/24 grâce a des drones, des identifications faciales ? Tuer dans l’œuf toute contestation ? Surarmer la police municipale, privatiser une partie de la police ? Où sont passées nos libertés, arrachées de haute lutte ? Tous ensemble, mettons un stop à la fuite en avant liberticide de ce pouvoir. Disons-le, nous voulons vivre libres et nous ne lâcherons pas ! Ce combat urgent pour nos libertés vient s'ajouter à toutes les revendications que nous Gilets Jaunes portons depuis 2 ans. Nous nous battons depuis deux longues années, pourtant nous ne demandons pas la Lune. Nous voulons pouvoir vivre et pas survivre. La dignité pour tous, la justice sociale, la justice fiscale et environnementale. Une vraie démocratie, notamment avec le référendum d’initiative citoyenne, la fin des répressions abusives. Le peuple recommence à bouger, c'est le moment de nous rassembler, nous tous, concernés par ce qu’il se passe dans notre pays. Une vie meilleure avec un frigo rempli, même à la fin du mois, du travail pour tous, une vie sans précarité pour les étudiants et les retraités, les travailleurs. Un pays où les services publics : hôpitaux, écoles, tribunaux fonctionneront normalement, sans pénuries constantes. Un pays où les commerces, les bars et restaurants, les artistes pourront travailler librement, un pays où le fascisme naissant sera écrasé, où l’esprit de fraternité primera par dessus tout. La manifestation se fera dans le cadre des règles sanitaires, gestes barrières et port du masque obligatoire. Le mot d'ordre est simple : destitution de ce gouvernement corrompu, menteur et manipulateur. Liberté, Égalité, Fraternité, nous voulons décider, nous-mêmes de nos vies et de notre avenir commun. Rassemblons nos forces et montrons notre détermination, le moment est arrivé pour un mouvement de masse dans ce pays à bout. Ce combat doit être gagné, montrons le chemin ! Maintenant a nous de jouer. Bonne manifestation a tous.
On est en amphi 5 au Le Bel 🦝
Du coup ! https://framadate.org/T11VfnnZRhVCDHuG Voilà le lien au frama date pour les disponibilités de tractage pour celleux qui sont chaud.e.s pour tracter pour appeler à l'AG ! Il est très important d'après moi qu'on tracte devant les RUs à midi, je ne sais ce que vous en pensez
Bonjour les bonnes gens ! Okyanus de Solidaires, je me demandais si ce serait pas une bonne idée de faire un framapad pour voir les disponibilité des personnes voulant bien tracter demain et/ou après demain pour faire appel à l'AG sur les camus central et historiques, et devant les RU.