Hevadis Films

Hevadis Films Hévadis Films - distribution - Production - FRANCE Film Distribution, production Company.
Production et distribution de films indépendants .
(1)

Quelques mots de Camille Jouhair, fondateur d’Hevadis : " La distribution d’aujourd’hui a un devoir d’exception. La soumission actuelle à l’uniformisation du paysage cinématographique apparaît en complète opposition avec ce qui fait la beauté, la puissance et le charme du cinéma: l’originalité d’un ton, d’un visage, la liberté d’une vision sur le monde. Depuis 1999, la démarche d’Hevadis Films s’inscrit avant tout dans une perspective de découverte des cinématographies peu diffusées. Son travail consiste en la recherche d’une cohérence entre spécificités du film et sorties en salles pour en optimiser les potentialités. Hevadis Films a pour but d’encourager les projets personnels portés par des cinéastes talentueux afin qu’ils aboutissent à des films passionnants. Hevadis Films, prescripteur de diversité cinématographique. Hevadis Films se propose d’être un témoin, un relais, un regard, vers des horizons lointains mais si proches aujourd’hui." Qu’il s’agisse de longs métrages ou de documentaire, Hévadis Films s’engage à diffuser dans les salles françaises des oeuvres riches en histoire, en sociologie, en philosophie… Amener les publics à comprendre la société actuelle et à voyager grâce au cinéma : tel est le challenge porté par l’entreprise. Grâce à ces films, nous pouvons comprendre le passé -et donc mieux comprendre le présent- et briser les frontières -du moins le temps d’une projection- entre les pays, entre les arts, mais surtout entre les humains. Les cinémas du monde sont mis à l’honneur et notamment les oeuvres provenant des pays de l’hémisphère Sud car ceux-ci ne sont pas suffisamment représentés dans les salles françaises. Les blockbusters américains ou les grandes comédies françaises très médiatisées gardent, aujourd’hui encore, le monopole des projections au sein des salles de cinéma. Hévadis Film tente de renverser la balance et de participer activement à la promotion d’oeuvres cinématographiques internationales et très peu médiatisées. Les pays de l’hémisphère Sud, et notamment l’Afrique et l’Amérique latine, sont fertiles à la naissance de nouvelles formes cinématographiques. Même si le talent est souvent présent, les moyens financiers et matériels ne le sont pas et les réalisateurs ont du mal à diffuser leurs films à l’étranger. Hévadis s’engage à travailler pour la valorisation de la culture cinématographique de ces pays pour proposer, en France, un cinéma original et engagé aux publics cinéphiles.

Mission: Distribution filmique auprès des exploitants de salles.

LA MAQUISARDE SORTIE LE 16 SEPTEMBRE 2020
18/06/2020

LA MAQUISARDE SORTIE LE 16 SEPTEMBRE 2020

La maquisarde, le film de Nora Hamdi sortira finalement me mercredi 16 septembre 2020.
Paris cinéma Saint Michel Paris 5e.
À vos agendas.

La maquisarde, le film de Nora Hamdi sortira finalement me mercredi 16 septembre 2020.Paris cinéma Saint Michel Paris 5e...
18/06/2020

La maquisarde, le film de Nora Hamdi sortira finalement me mercredi 16 septembre 2020.
Paris cinéma Saint Michel Paris 5e.
À vos agendas.

03/06/2020
Hevadis Films

Cinema français et après...

Cinema français et après? Certains nous vantent via les réseaux sociaux de slogans tels que: ‘’j’aime mon cinéma Indépendant’’. D’autres nous parlent de leurs drames financiers en tant qu’attaché de presse. D’autres programmateurs de films ou exploitants de salles ou directeurs de festivals distillent des phrases du style: plus jamais comme avant.
Je vois pointer l’hypocrisie que seul le cinema français sait pondre.
Je n’y crois guère. La course aux subventions, aux ... ‘’les copains d’abord’’. Combien de fois le mépris, la condescendance, le copinage, les réseaux de noyautage bien orchestrés ont laissé sur le carreau les plus faibles, celles et ceux qui se sont battus pour un cinéma différent. Ce système s’est tiré un bazooka dans les pieds, entraînant les gens honnêtes de ce métier dans les affres de l’enfer d’un monde fait de paillettes ✨ qu’un petit virus 🦠 est venu ébranler... pour combien de temps?

03/06/2020

Cinema français et après? Certains nous vantent via les réseaux sociaux de slogans tels que: ‘’j’aime mon cinéma Indépendant’’. D’autres nous parlent de leurs drames financiers en tant qu’attaché de presse. D’autres programmateurs de films ou exploitants de salles ou directeurs de festivals distillent des phrases du style: plus jamais comme avant.
Je vois pointer l’hypocrisie que seul le cinema français sait pondre.
Je n’y crois guère. La course aux subventions, aux ... ‘’les copains d’abord’’. Combien de fois le mépris, la condescendance, le copinage, les réseaux de noyautage bien orchestrés ont laissé sur le carreau les plus faibles, celles et ceux qui se sont battus pour un cinéma différent. Ce système s’est tiré un bazooka dans les pieds, entraînant les gens honnêtes de ce métier dans les affres de l’enfer d’un monde fait de paillettes ✨ qu’un petit virus 🦠 est venu ébranler... pour combien de temps?

29/05/2020
Hevadis Films

Hevadis Films

CINEMA ET COVID19

Ils ont dit

"Il n'y aura plus de baisers à la télévision pendant longtemps..."
Guillaume de Menthon, Président de Telfrance, groupe Newen à propos des tournages de séries les Echos du 20/05

"La crise, ça va modifier les rapports humains. On va plus être dans l'humain que dans
le fric. Le fric va perdre un peu de sa puissance au profit d'une humanité plus forte."
Claude Lelouch, sur son premier tournage post-confinement, le film "Grand rendez-vous".

‘’HUMAIN VOUS AVEZ DIT ??’’... à voir!

29/05/2020

CINEMA ET COVID19

Ils ont dit

"Il n'y aura plus de baisers à la télévision pendant longtemps..."
Guillaume de Menthon, Président de Telfrance, groupe Newen à propos des tournages de séries les Echos du 20/05

"La crise, ça va modifier les rapports humains. On va plus être dans l'humain que dans
le fric. Le fric va perdre un peu de sa puissance au profit d'une humanité plus forte."
Claude Lelouch, sur son premier tournage post-confinement, le film "Grand rendez-vous".

‘’HUMAIN VOUS AVEZ DIT ??’’... à voir!

22/05/2020

CINEMA.Vous arrive-t-il d’imaginer à quoi pourrait ressembler un film post-Covid 19 ?

Je ne pense pas qu’il y aura “un film” type, mais j’ai plutôt l’intuition qu’on a tous conscience qu’une “esthétique différente” va émerger. La notion de l’Artiste avec un grand A me semble être à même d’évoluer. J’étudie le cinéma depuis que j’ai 15 ans en ayant suivi tout un enseignement classique et je trouve ça bizarre que la pensée dominante par laquelle j’ai été constamment infusée est cette idée du réalisateur tout puissant, qui demeure partout. (Merci Le Portrait de la jeune fille en feu d’avoir su identifier et mettre en scène ça). On enseigne l’histoire du cinéma comme une histoire de la réalisation. Avec cette crise, on ressent de manière forte qu’on appartient à un ensemble, qu’on est finalement tous dépendants les uns des autres. Je suis en train de rédiger quelque chose autour de ce que pourrait être une “esthétique relationnelle”, qui transpose le concept du critique d’art contemporain Nicolas Bourriaud, au cinéma. Comme pourrait l’être une esthétique des relations qui nous lient les uns aux autres par la création. Ça représente une dimension importante à prendre en compte, qui me semble avoir été longtemps délaissée.
Natacha Sewering, programmatrice

22/05/2020
Hevadis Films

Hevadis Films

Si le cinéma et les différentes professions qui le composent sont dans la nécessité de se réinventer à l’issue de cette crise, à quoi pensez-vous qu’il faille être particulièrement attentif ? En quoi placez-vous vos espoirs ?

Pour certains “identifiés” du cinéma, je les vois beaucoup plus s’intéresser aux “précaires” sur les plateaux télé que dans la vraie vie. Je trouverais ça intéressant que l’attention aux autres ne soit pas qu’une attention d’apparat. Pour moi, le cinéma doit ressembler à une attention renouvelée et permanente. On a certes tous des contradictions, mais tentons de les traquer, et de les rendre visibles, plutôt que de faire de grands discours qui sonnent parfois faux. Nous avons un boulevard fascinant pour mettre en place de nouvelles choses. Mes espoirs sont au bout de ce boulevard, ne reste plus qu’à trouver comment y aller.
Natacha Sewering ... Programmatrice

22/05/2020

Si le cinéma et les différentes professions qui le composent sont dans la nécessité de se réinventer à l’issue de cette crise, à quoi pensez-vous qu’il faille être particulièrement attentif ? En quoi placez-vous vos espoirs ?

Pour certains “identifiés” du cinéma, je les vois beaucoup plus s’intéresser aux “précaires” sur les plateaux télé que dans la vraie vie. Je trouverais ça intéressant que l’attention aux autres ne soit pas qu’une attention d’apparat. Pour moi, le cinéma doit ressembler à une attention renouvelée et permanente. On a certes tous des contradictions, mais tentons de les traquer, et de les rendre visibles, plutôt que de faire de grands discours qui sonnent parfois faux. Nous avons un boulevard fascinant pour mettre en place de nouvelles choses. Mes espoirs sont au bout de ce boulevard, ne reste plus qu’à trouver comment y aller.
Natacha Sewering ... Programmatrice

20/05/2020
Hevadis Films

Hevadis Films

Cinema en salle.... la course à l’échalote nous pendait au nez..
Chaque fois que quelqu’un assure “croire fermement dans la valeur” de quelque chose (les services publics, le droit d'asile, la pérennité d’un couple) puis s’empresse d’ajouter un “mais”, c’est que, de toute évidence, il y a lieu de s’inquiéter. À plus forte raison lorsque l’on a affaire, comme ici, au dirigeant du studio le plus puissant de l’Histoire. À l'avenir, pour un nombre croissant de films, la salle pourrait bien ne plus être la destination première.
Mais sans doute fallait-il s’y attendre. Des mutations sont à l’œuvre dont nous n'avons pas conscience, ou dont pour l'heure nous ne mesurons pas l'ampleur des développements. Les temps changent, dans le cinéma comme ailleurs.
Dans un avenir plus ou moins proche, on doutera probablement du fait que, du temps de Michel Piccoli, des spectateurs aient pu s’entasser, moyennant une certaine somme d’argent et à des heures fixées à l’avance, dans des salles où l’on montrait des films. Qu’ait prospéré cet art pariétal, ce dispositif nécessitant un certain degré d’obscurité, une certaine disponibilité, un état plus qu'attentif – captif.

20/05/2020

Cinema en salle.... la course à l’échalote nous pendait au nez..
Chaque fois que quelqu’un assure “croire fermement dans la valeur” de quelque chose (les services publics, le droit d'asile, la pérennité d’un couple) puis s’empresse d’ajouter un “mais”, c’est que, de toute évidence, il y a lieu de s’inquiéter. À plus forte raison lorsque l’on a affaire, comme ici, au dirigeant du studio le plus puissant de l’Histoire. À l'avenir, pour un nombre croissant de films, la salle pourrait bien ne plus être la destination première.
Mais sans doute fallait-il s’y attendre. Des mutations sont à l’œuvre dont nous n'avons pas conscience, ou dont pour l'heure nous ne mesurons pas l'ampleur des développements. Les temps changent, dans le cinéma comme ailleurs.
Dans un avenir plus ou moins proche, on doutera probablement du fait que, du temps de Michel Piccoli, des spectateurs aient pu s’entasser, moyennant une certaine somme d’argent et à des heures fixées à l’avance, dans des salles où l’on montrait des films. Qu’ait prospéré cet art pariétal, ce dispositif nécessitant un certain degré d’obscurité, une certaine disponibilité, un état plus qu'attentif – captif.

20/05/2020
Hevadis Films

Hevadis Films

Cinema et Covid19...Bob Chapek, PDG de la Walt Disney Company, 5 mai 2020.

Nous croyons fermement en la valeur de l’expérience de la salle. Mais nous croyons aussi que – soit en raison du changement et de l'évolution des modes de consommation, soit à cause de certaines situations comme celle du COVID – nous pourrons être amenés à opérer quelques changements dans cette stratégie générale. Nous allons évaluer chacun de nos films au cas par cas, comme nous le faisons durant ce contexte de coronavirus...”
Bob Chapek, PDG de la Walt Disney Company, 5 mai 2020.

20/05/2020

Cinema et Covid19...Bob Chapek, PDG de la Walt Disney Company, 5 mai 2020.

Nous croyons fermement en la valeur de l’expérience de la salle. Mais nous croyons aussi que – soit en raison du changement et de l'évolution des modes de consommation, soit à cause de certaines situations comme celle du COVID – nous pourrons être amenés à opérer quelques changements dans cette stratégie générale. Nous allons évaluer chacun de nos films au cas par cas, comme nous le faisons durant ce contexte de coronavirus...”
Bob Chapek, PDG de la Walt Disney Company, 5 mai 2020.

Festival de Cannes 2007 en images suite..
18/05/2020

Festival de Cannes 2007 en images suite..

Cannes 2007 que de souvenirs et de belles images.
Andrée Davanture et Abderrahmane Sissako. Regrettée Andrée Daventure (Atria films).
Atria films a soutenu pour la post-production un nombre incalculable de films africains francophones jusqu’aux années 1990.
Abderrahmane Sissako le reconnaît bien sur la photo. Credit photo @CHJ
A suivre festival de Cannes

Cannes 2007 que de souvenirs et de belles images.Andrée Davanture et Abderrahmane Sissako. Regrettée Andrée Daventure (A...
18/05/2020

Cannes 2007 que de souvenirs et de belles images.
Andrée Davanture et Abderrahmane Sissako. Regrettée Andrée Daventure (Atria films).
Atria films a soutenu pour la post-production un nombre incalculable de films africains francophones jusqu’aux années 1990.
Abderrahmane Sissako le reconnaît bien sur la photo. Credit photo @CHJ
A suivre festival de Cannes

Cannes 2007 que de souvenirs et de belles images.Andrée Davanture et Abderrahmane Sissako. Regrettée Andrée Daventure (A...
18/05/2020

Cannes 2007 que de souvenirs et de belles images.
Andrée Davanture et Abderrahmane Sissako. Regrettée Andrée Daventure (Atria films).
Atria films a soutenu pour la post-production un nombre incalculable de films africains francophones jusqu’aux années 1990.
Abderrahmane Sissako le reconnaît bien sur photo. Credit photo @CHJ
A suivre festival de Cannes

Hevadis Films
12/05/2020

Hevadis Films

Souvenirs du festival de Cannes...Tout un monde. Entourant notre regretté Mustapha Alassane (assis à droite sur la photo) remise de la médaille des arts et des lettres. Gaston Kaboré assis à gauche, Abderrahmane Sissako au centre. Votre serviteur debout avec le délégué général du Fespaco.Hadrien Jhr 2007

Souvenirs du festival de Cannes...Tout un monde. Entourant notre regretté Mustapha Alassane (assis à droite sur la photo...
12/05/2020

Souvenirs du festival de Cannes...Tout un monde. Entourant notre regretté Mustapha Alassane (assis à droite sur la photo) remise de la médaille des arts et des lettres. Gaston Kaboré assis à gauche, Abderrahmane Sissako au centre. Votre serviteur debout avec le délégué général du Fespaco.Hadrien Jhr 2007

30/04/2020
Hevadis Films

Hevadis Films

Cinema... Covid19 -2

Comment tourner avec ce p... de virus ?

L'article de Dead line commenté par les techniciens, les artistes, tous les intervenants des tournages :

"L'énergie que le talent obtient d'un public en direct est incommensurable. En tant que caméraman, je ne suis pas sûr de tout ce qui concerne les gants. Et nos assistants photo touchent notre équipement photo toute la journée, c'est leur travail! Il n'y a aucun moyen d'arrêter le «partage» du matériel photo, ce n'est tout simplement pas possible."
……………….

"Les acteurs sont les plus à risque d'entrer en contact avec tout le monde sur le plateau
et incapables de faire de la distance sociale. Une scène d'amour à distance sociale? Cheveux? Maquillage? Vous vous faites micro? L'IATSE ne devrait pas être le seul syndicat à plonger dans ce domaine pour ses membres.

30/04/2020

Cinema... Covid19 -2

Comment tourner avec ce p... de virus ?

L'article de Dead line commenté par les techniciens, les artistes, tous les intervenants des tournages :

"L'énergie que le talent obtient d'un public en direct est incommensurable. En tant que caméraman, je ne suis pas sûr de tout ce qui concerne les gants. Et nos assistants photo touchent notre équipement photo toute la journée, c'est leur travail! Il n'y a aucun moyen d'arrêter le «partage» du matériel photo, ce n'est tout simplement pas possible."
……………….

"Les acteurs sont les plus à risque d'entrer en contact avec tout le monde sur le plateau
et incapables de faire de la distance sociale. Une scène d'amour à distance sociale? Cheveux? Maquillage? Vous vous faites micro? L'IATSE ne devrait pas être le seul syndicat à plonger dans ce domaine pour ses membres.

29/04/2020
Hevadis Films

Hevadis Films

Cinema ...Tournages, plus jamais comme avant.

C'est le grand débat des professionnels, partout dans le monde, parce qu'ils veulent accélèrer le retour en studio.
En France aussi, mais sous le contrôle des organisations professionnelles.
Alors circulent, sur le Web, les interrogations sur les changements à venir :
thermomètres, gels, gants, plateaux repas individuels, combos partout pour éviter
les attroupements. La distanciation oui, mais les coiffures, le maquillage, les costumes,
les manipulations d'objectifs ?
Plus on entre dans le détail, plus ça se complique.

Deadline, le site américain, lance une série d'articles " Reopening Hollywood", les efforts incroyablement complexes pour remettre l'industrie sur pied, tout en assurant la sécurité
des personnes.
Faudra-t-il, pour reprendre les tournages, modifier certaines scènes trop risquées,
avec des foules, des groupes ? Ecrire différemment, virtualiser les décors, les figurants ?
Limiter les plus possible les tournages en extérieur, car il seront étroitement surveillés
par les autorités, voire la population?
Mais les problèmes du son, qui nécessitent un contact étroit avec les comédiens ;
les échanges incessants entre techniciens, quelles procédures imaginer ?
Première éclaircie, pour alléger le contrôle permanent des distances, le bracelet électronique.
Tel celui de "Rombit", une innovation belge, qui alerte, en cas de violation, le rapproché
et le rapprocheur.

29/04/2020

Cinema ...Tournages, plus jamais comme avant.

C'est le grand débat des professionnels, partout dans le monde, parce qu'ils veulent accélèrer le retour en studio.
En France aussi, mais sous le contrôle des organisations professionnelles.
Alors circulent, sur le Web, les interrogations sur les changements à venir :
thermomètres, gels, gants, plateaux repas individuels, combos partout pour éviter
les attroupements. La distanciation oui, mais les coiffures, le maquillage, les costumes,
les manipulations d'objectifs ?
Plus on entre dans le détail, plus ça se complique.

Deadline, le site américain, lance une série d'articles " Reopening Hollywood", les efforts incroyablement complexes pour remettre l'industrie sur pied, tout en assurant la sécurité
des personnes.
Faudra-t-il, pour reprendre les tournages, modifier certaines scènes trop risquées,
avec des foules, des groupes ? Ecrire différemment, virtualiser les décors, les figurants ?
Limiter les plus possible les tournages en extérieur, car il seront étroitement surveillés
par les autorités, voire la population?
Mais les problèmes du son, qui nécessitent un contact étroit avec les comédiens ;
les échanges incessants entre techniciens, quelles procédures imaginer ?
Première éclaircie, pour alléger le contrôle permanent des distances, le bracelet électronique.
Tel celui de "Rombit", une innovation belge, qui alerte, en cas de violation, le rapproché
et le rapprocheur.

Hevadis Films
28/04/2020
Hevadis Films

Hevadis Films

Les indiens Navajos luttent à mort contre le coronavirus mais oubliés par le pouvoir américain
Par Joël Chatreau • 27/04/2020 - 15:14
Des Navajos font la queue, au volant de leurs véhicules, pour accéder au centre de santé d'Oljato près de Monument Valley - entre l'Arizona et l'Utah -, le 17 avril 2020
Des Navajos font la queue, au volant de leurs véhicules, pour accéder au centre de santé d'Oljato près de Monument Valley - entre l'Arizona et l'Utah -, le 17 avril 2020 - Tous droits réservés Kristin Murphy/AP
Cela ne date pas d'hier... Depuis la pleine possession du continent américain par les conquistadors au XVIIIème siècle, les Amérindiens, du nord jusqu'à l'extrême-sud, n'ont cessé d'être combattus, massacrés, réprimés, parqués, acculturés par "l'homme blanc civilisé". Et ce dernier, pour le même prix lourd à payer, leur a transmis toutes les grandes épidémies successives
Commandez le DVD Navajo Songline
http://www.hevadis.com
[email protected]

Adresse

Bd Morland
Paris
75004

Informations générales

Qu’il s’agisse de longs métrages ou de documentaire, Hévadis Films s’engage à diffuser dans les salles françaises des oeuvres riches en histoire, en sociologie, en philosophie… Amener les publics à comprendre la société actuelle et à voyager grâce au cinéma : tel est le challenge porté par l’entreprise. Grâce à ces films, nous pouvons comprendre le passé -et donc mieux comprendre le présent- et briser les frontières -du moins le temps d’une projection- entre les pays, entre les arts, mais surtout entre les humains.

Téléphone

+33651159593

Notifications

Soyez le premier à savoir et laissez-nous vous envoyer un courriel lorsque Hevadis Films publie des nouvelles et des promotions. Votre adresse e-mail ne sera pas utilisée à d'autres fins, et vous pouvez vous désabonner à tout moment.

Contacter L'entreprise

Envoyer un message à Hevadis Films:

Vidéos

Organisations à But Non Lucratifss á proximité


Autres organisations à but non lucratifss à Paris

Voir Toutes

Commentaires

Hadrien Jhr aime LE FILS DU DÉSERT de Laurent Merlin Bande annonce sortie prévue le 21 novembre 2018. Une sortie hevadis films http://www.hevadis.com