Cultures de Mode

Cultures de Mode Culture(s) de Mode est une alliance de chercheurs et le premier réseau français de la recherche en mode.

Fonctionnement normal

[Newsletter Culture(s) de Mode - Rentrée #2020].Une rentrée placée sous le signe d’une visite exceptionnelle au sein ...
13/09/2020

[Newsletter Culture(s) de Mode - Rentrée #2020]
.
Une rentrée placée sous le signe d’une visite exceptionnelle au sein du patrimoine Chloé et de deux magnifiques nouvelles: l’arrivée d’Olivier Saillard en tant que président d’honneur de Culture(s) de Mode et la signature d’un partenariat de 3 ans avec l’Institut français!

https://mailchi.mp/64349bfc6b1d/newsletter-cultures-de-mode-rentre-2020

Palais Galliera, musée de la Mode de la Ville de Paris
07/09/2020

Palais Galliera, musée de la Mode de la Ville de Paris

[#ReouvertureGalliera J-24 > #ExpoChanel]

C'est l'info que vous attendiez !
La billetterie est enfin ouverte pour notre retrospective "Gabrielle Chanel. Manifeste de mode" : pensez donc à réserver votre billet (même gratuit) dès maintenant !

🎟️ RESERVEZ VOTRE BILLET / BOOK YOUR TICKET HERE :
👉 https://bit.ly/3jUNPBP

En savoir + :
👉 https://www.palaisgalliera.paris.fr/fr/expositions/gabrielle-chanel-manifeste-de-mode

Palais Galliera, musée de la Mode de la Ville de Paris
06/09/2020

Palais Galliera, musée de la Mode de la Ville de Paris

[ON AIME, ON PARTAGE > Le Palais Galliera est partenaire de l’exposition Tissot]
Actuellement à l’affiche du Musée d'Orsay, l’exposition “James Tissot, l’ambigu moderne” est l’occasion d’en apprendre un peu plus encore sur l’histoire de la mode du XIXe siècle. Centrée sur la figure de James Tissot, cette rétrospective présente les grandes réussites de ce peintre majeur de la seconde moitié du XIXe siècle, dont les toiles, souvent iconiques, s’ancrent dans le contexte artistique et social de son temps. On pense notamment à sa description, par des déclinaisons multiples, de la Parisienne, objet d’un grand cycle : La Femme à Paris.

{Partie II: Les accessoires de mode dans la peinture de James Tissot}

Si James Tissot s’attache à représenter avec détails et précision costumes et étoffes, il en est de même pour les accessoires qui ponctuent les silhouettes féminines comme masculines. Ils participent souvent de la construction de sa composition, terminant le geste, servant de toile de fond au personnage. Ainsi cannes, parapluies, ombrelles - tenues ouvertes ou fermées -, éventails en satin ou en larges plumes d’autruche, offrent aux personnages l’opportunité de la pose et participent de la mise en scène.
S’il est un accessoire représenté avec précision, il s’agit sans nul doute des chapeaux féminins. On peut lire à travers les toiles de Tissot la variété des coiffures féminines qui jalonnent la période… petits chapeaux ronds, capotes, béguins, chapeau à haute calotte tronconique… Au-delà des formes, James Tissot représente avec justesse la variété et le foisonnement des garnitures - rubans, plumes, fleurs articificiellles, dentelle… - qui les décorent et qui font écho aux riches étoffes. Comme les vêtements, les chapeaux évoluent sans cesse, suivant les transformations de la silhouette, et les modistes de renom, telles que Madame Valéry, Juliette Richard ou encore Camille, proposent à leur clientes leurs nouvelles créations.


📷: (1) James Tissot, Octobre, 1877, Musée des Beaux-Arts de Montréal © MBAM / Christine Guest
(2) Chapeau rond, vers 1880, collection Palais Galliera, © Galliera / Paris Musées
(3) James Tissot, Les Femmes d’artistes, 1885 © Ed Pollard, Chrysler Museum of Art, Norfolk, VA
(4) Madame Valéry, chapeau, vers 1880, collection Palais Galliera, © Galliera / Paris Musées
(5) Anaïs Toudouze, Portrait de femme au chapeau, Vers 1880-1885, collection Palais Galliera, © Galliera / Paris Musées
(6) Eventail plié, peinture signée B. Rosynoird, 1876, collection Palais Galliera, © Galliera / Paris Musées
(7) James Tissot, "Jour saint (Holy Day)", vers 1876, © Tate, Londres, Dist. RMN-Grand Palais / Tate Photography
(8) Juliette Richard, chapeau, 1882, collection Palais Galliera, © Galliera / Paris Musées
(9) James Tissot, La galerie du HMS Calcutta (Portsmouth), vers 1876 © Tate, Londres, Dist. RMN-Grand Palais / Tate Photography
(10) Madame Valéry, capote, vers 1885, collection Palais Galliera, © Galliera / Paris Musées

En savoir + : 👉 https://m.musee-orsay.fr/

#OnAimeOnPartage #partenariat #expoTissot #muséedOrsay #GallieraCollections

[La mode médiatisée et médiatique dans l'espace quotidien ].Par Manon Renault. .Du 12 au 14 juin dernier, la Fashion Wee...
06/09/2020

[La mode médiatisée et médiatique dans l'espace quotidien ]
.
Par Manon Renault.
.
Du 12 au 14 juin dernier, la Fashion Week de Londres était la première à lancer une édition 100% dématérialisée, rappelant que depuis le développement des techniques de médiatisation, la mode s'est soumise au jeu médiatique où le vêtement revêt sa forme 2D.
.
Si cette fashion week démultipliée sur des plate-formes plurielles ne remplace pas l'expérience visuelle du vêtement 3D, elle laisse place à un autre type de commentaires, et d'enjeux créatifs, obligeant à penser la mode en termes de culture médiatique démocratisée par les médias de masse. En effet, contrairement au port du vêtement matériel limité à des happy few, le régime spéctatoriel du vêtement 3D est non obstrué par l'obligation de justifier d'un capital économique équivalant à celui des acheteurs. La mode regardée : la mode démocratisée ?
.
« La mode ne peut survivre sans les médias. Son succès, qu'il soit de type commercial ou de type artistique dépend de l'attention que les médias lui portent. Les médias ont joué et jouent un rôle central pour donner forme à la mode en tant que complexe culturel » écrivait Anneke Smelik dans son article « Mode et culture visuelle ». L'auteure y souligne les liens entre les médias de masse, l'esthétique des images de mode mais également l'influence des pratiques de réceptions de la mode sur l'esthétique des vêtements imaginés par les créateurs.
.
Si la mode est devenue une part centrale des cultures visuelles occidentales, étudier la réception de la mode image demande aux chercheurs de disposer d'outils d'analyses de l'image fixe, en mouvement ou interactive.
.
Comme le cinéma, la TV, la mode s'étudie comme un site de représentation où des identités sont construites et déconstruites devant un large public qui interprète et lit/délit le monde par le prisme d'une mode 2D qu'il ne porte pas automatiquement. Ainsi quelle sont les représentations identitaires proposées par cette première fashion week en ligne?
.
La fashion week n'est plus tant la vitrine d'un vêtement : peut-elle embrasser de nouvelles fonctions ?
.
© Ben Stansall, AFP
.
#fashionweek #lfw #digitalfashionweek #fashion #digital

[BONNE NOUVELLE DE LA RENTRÉE].Olivier Saillard devient le Président d’honneur de @cultures_de_mode!.C’est ce que l’on p...
31/08/2020

[BONNE NOUVELLE DE LA RENTRÉE]
.
Olivier Saillard devient le Président d’honneur de @cultures_de_mode!
.
C’est ce que l’on peut appeler une rentrée sous les meilleurs auspices, non?
.
.
#culturesdemode #culturesdemodeetvous #oliviersaillard #presidentdhonneur

Certains d’entre vous l’ont deviné!Olivier Saillard devient le Président d’honneur de Culture(s) de Mode!Une nouvelle ét...
25/08/2020

Certains d’entre vous l’ont deviné!

Olivier Saillard devient le Président d’honneur de Culture(s) de Mode!

Une nouvelle étape pour le réseau mais aussi pour vous!

Une opportunité unique pour développer la recherche autour de la question de la mode au croisement de conférences, d’expositions et de publications!

Palais Galliera, musée de la Mode de la Ville de Paris
24/08/2020

Palais Galliera, musée de la Mode de la Ville de Paris

[RÉOUVERTURE J-37 > Retour sur la campagne des travaux 🚧]

Le Palais Galliera a temporairement fermé ses portes en juillet 2018 au profit d’une campagne de travaux dévolus à la création de nouvelles galeries d’exposition. Alors qu’en 2013 le Palais Galliera avait fait l’objet d’une rénovation importante des salles d’expositions situées au rez-de-chaussée, ainsi que des bureaux dans les étages, cette nouvelle campagne de travaux, démarrée à l’automne 2018, concerne l’intégralité du sous-sol du musée. Elle s’est achevée en juillet 2020.

✔️Aménagées dans les caves voûtées en briques rouges et pierres de taille, sur une superficie de plus de 700 m², les nouvelles salles améliorent l’expérience de visite du public.

✔️La superficie d’exposition du musée est ainsi doublée, lui permettant de se déployer sur une surface existante, précédemment dévolue aux archives, stockage et aux éléments techniques. La nouvelle surface consacrée aux expositions en rez-de-jardin (niveau -1) est de 700 m² répartis en trois salles rectangulaires et une galerie courbe.

✔️Le musée de la Mode de la Ville de Paris peut désormais présenter sur deux niveaux des expositions temporaires de plus grande envergure, ou bien exposer sa collection permanente.

✔️ L’offre de services est également développée grâce à la création d’une salle d’atelier pour les activités culturelles et pédagogiques au rez-de-jardin, et d’une librairie au rez-de-chaussée.

✔️ Le projet est le fruit de la collaboration de deux agences d’architecture parisiennes L’Atelier de l’île et CIEL architectes. Ce chantier a également fait appel à plusieurs entreprises spécialisées dans la restauration de patrimoine bâti ancien, dans les domaines de la maçonnerie, du taillage de pierre, de la sculpture ou encore de la couverture.

📷: © GM pour Palais Galliera

#réouvertureGalliera #reopeningGalliera #comingsoon #palaisgalliera #renovation #travaux #architecture

Un peu intimidé, on a d’abord hésité, puis on s’est lancé et on lui a proposé de devenir Président d’honneur de @culture...
24/08/2020

Un peu intimidé, on a d’abord hésité, puis on s’est lancé et on lui a proposé de devenir Président d’honneur de @cultures_de_mode. Et il accepté.
.
Selon vous, de qui s’agit-il ?
.
On attend vos idées sous le post!
.
.
#presidentdhonneur #culturesdemode #culturesdemodeetvous

[L’ELEGANCE EN TOUTE CIRCONSTANCE (18)].Par @logan_sister.L’histoire du pantalon qui habille les femmes sur les photos s...
21/08/2020

[L’ELEGANCE EN TOUTE CIRCONSTANCE (18)]
.
Par @logan_sister
.
L’histoire du pantalon qui habille les femmes sur les photos suit les étapes historiques de l’entrée de ce vêtement dans le vestiaire féminin. Il est d’abord élément de travestissement dans un contexte de fêtes, puis équipement nécessaire pour les loisirs des femmes qui peuvent s’offrir vacances et villégiatures. Fêtes et loisirs étant des moments privilégiés de l’activité photographique, les clichés de femmes portant ce pantalon qui n’est pas encore mixte, sont assez courants. Ils revêtent pourtant un caractère particulier, comme chargés d'une revendication supplémentaire à la transgression déjà opérée par le port de la culotte.
.
La pose prise par la femme photographiée en pantalon est bien souvent aussi une pose au figuré, l’attitude adoptée, la manière de se tenir, manquant de naturel. Quelque chose d’exagéré se lit dans sa pose frontale, comme si en portant un pantalon, on optait pour les mauvaises manières, on basculait du côté du mauvais genre.
.
Les privilégiées qui se font photographier en tenue de vacances adoptent à coup sûr des poses de marin, de voyou, d’Apache. Elles jouent à ce qu'elle ne sont pas et, surtout, à ce qu'elles ne doivent pas être, des garçons manqués, des affranchies.
.
Le large pantalon en vogue dans les années 1920 et 1930, pourrait paraitre une jupe sur le cliché, si la posture du modèle était plus convenable, c'est-à-dire les jambes serrées. Mettre ses poings serrés dans ses poches, écarter les jambes et planter ses pieds dans le sol, c’est pour qu'aucun doute ne subsiste quant au type de vêtement mis en scène. Et puis, entre les jambes de ce compagnon de la liberté du corps et des mouvements, s’inscrit un morceau du paysage, ici un bout de chemin, à enfourcher comme on le ferait d’une moto pour partir à la découverte de ce qui est jusqu’à présent réservé aux hommes.
.
#pants #pantalon #femme #photography

Culture(s) de Mode. is happy to announce its collaboration with the Institut Français INSTITUT FRANÇAIS for 3 years to e...
12/08/2020

Culture(s) de Mode. is happy to announce its collaboration with the Institut Français INSTITUT FRANÇAIS for 3 years to expand its network and strengthen its discussions and projects with non-French scholars and professionals in Europe and around the world
.
Norwegian, Italian, German, British, Swedish, Brazilian, Hungarian, Ukrainian, Polish, Armenian, Senegalese, Japanese, Russian, American (not to mention all the other countries of the world) scholars and fashion professionals, we would be thrilled to collaborate with all of you.
.
Together, we can organize intersdisciplinary projects and contribute to « reshape » the fashion industry, improve its social and environmental impact, redefine its values and rethink social changes it can bring.
.
.
#institutfrancais #international #interdisciplinary #culturesdemode #fashion

[POUR UNE SOCIOLGIE DE LA MODE].Par Manon Renault."Quand la mode laisse sans mots".« Ce que je perçois principalement da...
03/08/2020

[POUR UNE SOCIOLGIE DE LA MODE]
.
Par Manon Renault
.
"Quand la mode laisse sans mots"
.
« Ce que je perçois principalement dans la mode ? Elle effraie les gens, ils ont peur et se sentent en danger » déclarait Anna Wintour en ouverture du film The September Issue en 2009. Consacré au Vogue Us, ce long-métrage offre au magazine américain une autorité divine, normalisant son statut de bible qui, chaque saison, met en image et en mot le « in » en devenir pour des millions d'américaines.
.
« Être à la mode » est donc une source d'inquiétude et d'angoisse dont Vogue serait le seul salvateur. Le philosophe de l'accélération, Zygmut Bauman, décrivait en 2010 dans son article « Perpetum mobile » la mode comme une chaîne infinie d'innovations, une succession de révolutions inachevées renforçant la dépendance à la consommation de la « nouveauté ». Et quel meilleur lieu que Vogue, pour indiquer chaque mois aux lectrices « la nouveauté » leur permettant de survivre, dans ce monde aux codes changeants 6 fois par an (nombre moyen de collections présentées par une marque par an).
.
Si aujourd'hui l'autorité du bon goût s'exerce sous des formes plus variées et, a priori, moins tyranniques que Vogue (émergence des influenceurs depuis 2005), les associations de sens et hiérarchies demeurent sans cesse renouvelées et ré-articulées comme l'observait déjà Roland Barthes en 1967 dans Système de la mode – faisant de la mode un lieu dont les règles sont difficiles à suivre – soit un espace angoissant.
.
Alors, si la mode s'est rendue accessible par les voix de la fast fashion, et une médiatisation empruntant des formules narratives de plus en plus variées ; décider ce qui est à la mode reste inaccessible.
.
Bauman réinscrit cette illusion de la démocratisation dans le cadre d'une société portée par la méritocratie invitant à l'autopromotion personnelle. Le slogan de l'Oréal n'est-il pas « Parce que je le vaux bien » ? Alors sommes-nous promoteurs de notre propre vision de la mode – on le vaux bien ?
.
Si cette illusion de la démocratisation est à prendre en compte et à envisager sous son visage demotic, Susan B. Kaiser se détache d'une critique abrupte de la culture de consommation, en proposant le concept d'anxiété culturelle. Ici la cause de l'émotion n'est pas tant la vitesse des renouvellements vestimentaires que l'ambivalence culturelle de la mode inscrite au niveau des unités esthétiques présentées lors des collections.
.
La suite est ici : https://culturesdemode.com/pour-une-sociolgie-de-la-mode-3/

Photo : Anna Wintour dans le documentaire de R.J. Cutler, The September Issue, 2009.

Bonjour à toutes et à tous,Nous espérons que vous et vos proches allez bien et que les derniers mois n'ont pas été trop ...
31/07/2020

Bonjour à toutes et à tous,

Nous espérons que vous et vos proches allez bien et que les derniers mois n'ont pas été trop difficiles à vivre.

Compte tenu des mesures de confinement, Culture(s) de Mode a été contraint de reporter tous les événements prévus pour les mois d'avril, mai et juin, notamment une très belle rencontre autour de l'exposition James Tissot au Musée d'Orsay et 4 tables-rondes avec des journalistes. Pour pallier l'absence de rencontres, mais aussi pour vous offrir un contenu inédit et enrichissant, nous vous avons proposé quotidiennement des articles (publiés sur notre site Internet et nos réseaux sociaux) sur l'histoire, la sociologie, la photographie... de mode. Par ailleurs, notre site s'est enrichi d'une bibliographie recensant tous les ouvrages, articles, catalogues d'exposition sur la mode publiés en français. Nous espérons que vous avez pu en profiter!

Avant de vous laisser profiter de l'été, nous tenions à vous remercier très chaleureusement pour votre fidélité et votre soutien ces derniers mois. Culture(s) de Mode existe grâce à vous, ses adhérents, grâce à votre intérêt grandissant pour les projets que l'on développe et aux discussions que l'on peut engager ensemble.

Nous espérons vous compter parmi nos membres l'année prochaine encore. Nous vous préparons une belle rentrée autour de différents événements: une soirée inédite avec une designer brillante, en septembre, une table-ronde sur l'innovation et l'écologie en octobre dans le cadre de la Fashion Tech Week, un nouveau format de conférences mensuelles dans un lieu magnifique à Paris, ainsi que des collaborations inédites pour ouvrir le réseau vers de nouveaux horizons. On vous en dit plus très vite!

Au plaisir de vous voir à la rentrée, en personne ou par écrans interposés.

Prenez soin de vous et de vos proches, et à très bientôt,

(Photographie: Miss Vélo. Paris. Crédit : © Jacques Cuinières / Roger-Viollet )

[POUR UNE SOCIOLGIE DE LA MODE].Par Manon Renault..« Sample and Mix » – La mode de tous les possibles.Mars 2020, le défi...
21/07/2020

[POUR UNE SOCIOLGIE DE LA MODE]
.
Par Manon Renault.
.
« Sample and Mix » – La mode de tous les possibles
.
Mars 2020, le défilé Louis Vuitton par Nicolas Ghesquière clôt la fashion week, proposant des silhouettes articulant des époques hétéroclites. Les parkas accompagnent des jupes en tulle et les blousons en vinyle s’associent à des leggings aux lignes sportives - soit de multiples collages où s’unissent les contradictions, pour donner fruit à des silhouettes post-modernes échappant à toute datation. L’histoire linéaire est déconstruite : les couches de vêtements se superposent fusionnant les époques en un unique présent.
.
Plus que d’échapper au temps, les silhouettes échappent à l’identification. Des fragments de bikers rencontrent des parcelles d’alpinistes et danseuses : les persona stylistiques sont décomposées et aléatoirement recomposées dans des bricolages dessinant un sujet cubiste.
.
« Le « je » est une illusion » écrivait Nietzche. À l’ère ou nos identités se déclinent en de multiples avatars sur les réseaux et dans des activités plurielles, le vêtement permet de performer dans des cadres d’expériences contradictoires. Un fait incorporé par les créateurs de mode ? Herbert Blumer soulignait en 1969 dans Fashion : from Class Differenciation to collective selection l’ambivalence dans les propositions des créateurs de mode laissant place à de multiples lectures/appropriations.
.
De manière parallèle, Ted Polhemus décrit des pratiques vestimentaires ambivalentes propre aux bricolages subculturels. Dans Style Surfing, il érige les clubbers, passant le temps d’une chanson de codes gothiques à ceux du Cowboy, comme la caution d’une industrie de la mode devenue « un vaste supermarché des apparences » caractéristique d’un contexte post-moderne.
.
En 2020, la mélopée post-moderne décrivant des apparences mélangeant époques, territoires et panoplies classistes dans une joyeuse orgie, ne peut suffire à analyser la complexité des rapports de force et leur matérialisation dans le quotidien. Il s’agit de l’apparence - et non d’une description de l’expérience.
.
Face à l’absence de description de l’expérience du racisme, le débat de l’appropriation culturelle indique les limites de la post-modernité esthétique, prouvant que toutes les cultures ne peuvent se revêtir comme des costumes de soirée, puisque toutes les cultures ne se sont pas développées de manière équivalente. L’extasie post-modern et l’éclectisme du style ambivalent sont un privilège qui se heurte aux vécus discriminants. L’esthétisation de la mobilité sociale doit s’articuler à l’étude des rapports classistes, raciaux, et genrés.
.
Alors aux chercheurs de proposer une sociologie matérielle de l’ambivalence du sens dans les vêtements de mode : une sociologie matérialiste suspendant le vide post-moderne.
.
Photo: Anne-Christine Poujoulat/AFP via Getty Images

Adresse

Paris

Notifications

Soyez le premier à savoir et laissez-nous vous envoyer un courriel lorsque Cultures de Mode publie des nouvelles et des promotions. Votre adresse e-mail ne sera pas utilisée à d'autres fins, et vous pouvez vous désabonner à tout moment.

Contacter L'entreprise

Envoyer un message à Cultures de Mode:

Vidéos

Organisations à But Non Lucratifss á proximité


Autres Organisation à but non lucratif à Paris

Voir Toutes

Commentaires

Lovely to see Joanne Hackett, Head of Fashion and Textile conservation at V&A featured. BBC2 tonight at 8pm UK time.
Bonjour à tous ! Vous êtes sensibles à la mode « Vintage » et avez entre 15-35 ans ou plus ? Merci de répondre au questionnaire suivant dans le cadre d'une enquête visant à étudier la consommation de vêtements vintage et de sensibiliser contre le gaspillage en France dans le cadre de notre mémoire : https://forms.gle/339cg8Z7bMxorWCN9
Voici le groupe que j'ai créé pour permettre à tous ceux intéressés par le lien entre la Mode et la Recherche de trouver une plateforme d'échanges, de rencontres et de réflexion pour faire avancer leurs divers projets ! N'hésitez pas à vous exprimer !! 😉 https://www.facebook.com/groups/246273116237719/