CCFD-Terre Solidaire Ile de France

CCFD-Terre Solidaire Ile de France Grâce à votre générosité, le CCFD-Terre Solidaire soutient les peuples du Sud et fait vivre la solidarité internationale en France depuis 1961.

CCFD-Terre Solidaire : la première ONG française de développement. Le Comité catholique contre la faim et pour le développement est une association Loi 1901, reconnue d'utilité publique. Elle est composée de 28 mouvements et services d'Église (MSE). Une structure permanente de 170 salariés, à Paris et en région, est chargée de mettre en œuvre les missions du CCFD-Terre Solidaire. Le CCFD-Terre Sol

CCFD-Terre Solidaire : la première ONG française de développement. Le Comité catholique contre la faim et pour le développement est une association Loi 1901, reconnue d'utilité publique. Elle est composée de 28 mouvements et services d'Église (MSE). Une structure permanente de 170 salariés, à Paris et en région, est chargée de mettre en œuvre les missions du CCFD-Terre Solidaire. Le CCFD-Terre Sol

Fonctionnement normal

Ce week-end c’était l’assemblée régionale Ile-de-France, retour en images ! 😉
13/10/2021

Ce week-end c’était l’assemblée régionale Ile-de-France, retour en images ! 😉

#JusticeClimatiqueVous avez déjà entendu parler du principe de compensation carbone ? Notre rapport pointe du doigt, l'u...
11/10/2021
Tout sauf neutre ! 3 multinationales au service de l'inaction climatique (Rapport)

#JusticeClimatique
Vous avez déjà entendu parler du principe de compensation carbone ?
Notre rapport pointe du doigt, l'usage abusif qu'en font certaines multinationales, qui ce faisant, revendiquent un bilan neutre en carbone...mais à quel prix ? 😞

A l'approche de la COP26, nous publions ce 6 octobre 2021 un rapport qui révèle les vrais visages de TotalEnergie, Nespresso et Air France. Ces 3 (...)

#StopCompensation Non, planter un arbre ne diminue pas l'impact des entreprises qui polluent. Pire encore, cela a des co...
07/10/2021
Justice climatique : non aux fausses solutions !

#StopCompensation
Non, planter un arbre ne diminue pas l'impact des entreprises qui polluent. Pire encore, cela a des conséquences sur l'humain et l'environnement. La seule solution c'est de réduire les émissions de CO2.

#StopCompensation Planter un arbre ne diminue pas l'impact des entreprises qui polluent. Pire encore, cela a des conséquences sur l'humain et l'environnement...

#stopcompensation🌳 Face au dérèglement climatique, les multinationales rivalisent de fausses solutions sur leur neutrali...
06/10/2021
Campagne Stop compensation carbone : ne soyons pas dupes !

#stopcompensation
🌳 Face au dérèglement climatique, les multinationales rivalisent de fausses solutions sur leur neutralité carbone.
⚖️ En amont de la COP26, le CCFD-Terre Solidaire se mobilise pour la Justice Climatique.
Rejoignez-nous pour les actions en Ile-de-France !
https://ccfd-terresolidaire.org/climat/campagne-stop-7123

Jusqu'à la COP 26, mobilisons-nous pour le climat et dénonçons les fausses solutions mises en avant par les multinationales et les Etats (...)

📆 [Save the date] mardi 7 septembre à 14hA l'occasion des 60 ans du CCFD-Terre Solidaire, l'antenne de Lourdes organise ...
25/08/2021

📆 [Save the date] mardi 7 septembre à 14h
A l'occasion des 60 ans du CCFD-Terre Solidaire, l'antenne de Lourdes organise une table ronde en ligne sur le thème « Où va la terre ? Ensemble, agissons pour plus de justice ! »

🗣 De nombreux intervenants : dont 2 de nos partenaires du Maroc et de la République Démocratique du Congo seront en ligne (cf liste des intervenants en fin de post)
🎤 La table ronde sera animée par le journaliste Laurent GRZYBOWSKI
👉 Pour participer : Merci de vous inscrire auprès de Lisette PROST : [email protected]

Intervenant-es :
▫️Menotti BOTTAZZI – ancien Secrétaire général du CCFD
▫️Alexandre CARLIER, directeur de l’ASBL « Racynes » - Belgique
▫️Vincent FONVIEILLE - Fondateur et dirigeant de La Balaguère, Président de l’association ATR (Agir pour un Tourisme Responsable) – Occitanie
▫️Père Bertrand GOURNAY – Aumônier national du CCFD-Terre Solidaire
▫️Aïcha KROMBI -Association Terre et Humanisme - Maroc
▫️Michel MOLITOR - Président d’Entraide et Fraternité/Vivre Ensemble – Belgique
▫️Adolphe MUBEMBE SHEMIGANI - membre du Comité des paysans pour la navigation et l’agriculture – République Démocratique du Congo
▫️Mgr Olivier RIBADEAU - DUMAS – Recteur du sanctuaire Notre Dame de Lourdes

📆 [Save the date] mardi 7 septembre à 14h
A l'occasion des 60 ans du CCFD-Terre Solidaire, l'antenne de Lourdes organise une table ronde en ligne sur le thème « Où va la terre ? Ensemble, agissons pour plus de justice ! »

🗣 De nombreux intervenants : dont 2 de nos partenaires du Maroc et de la République Démocratique du Congo seront en ligne (cf liste des intervenants en fin de post)
🎤 La table ronde sera animée par le journaliste Laurent GRZYBOWSKI
👉 Pour participer : Merci de vous inscrire auprès de Lisette PROST : [email protected]

Intervenant-es :
▫️Menotti BOTTAZZI – ancien Secrétaire général du CCFD
▫️Alexandre CARLIER, directeur de l’ASBL « Racynes » - Belgique
▫️Vincent FONVIEILLE - Fondateur et dirigeant de La Balaguère, Président de l’association ATR (Agir pour un Tourisme Responsable) – Occitanie
▫️Père Bertrand GOURNAY – Aumônier national du CCFD-Terre Solidaire
▫️Aïcha KROMBI -Association Terre et Humanisme - Maroc
▫️Michel MOLITOR - Président d’Entraide et Fraternité/Vivre Ensemble – Belgique
▫️Adolphe MUBEMBE SHEMIGANI - membre du Comité des paysans pour la navigation et l’agriculture – République Démocratique du Congo
▫️Mgr Olivier RIBADEAU - DUMAS – Recteur du sanctuaire Notre Dame de Lourdes

🎤 #EntretienDès sa création, le CCFD-Terre Solidaire défend une vision du #développement qui doit permettre à chaque per...
24/08/2021
Développement : « Il est temps de lever l'ambiguïté »

🎤 #Entretien
Dès sa création, le CCFD-Terre Solidaire défend une vision du #développement qui doit permettre à chaque personne de se réaliser dans ses dimensions : économiques, culturelle, spirituelle et citoyenne.
6️⃣0️⃣ ans plus t**d, dans un monde où le profit est roi, quelle est la position de l’association ?
👇 Esquisse de réponse avec le directeur de partenariat international, Nicolas Heeren 👇
https://ccfd-terresolidaire.org/nos-publications/edm/2021/317-juin-2021/developpement-il-est-7024

Dès sa création, le CCFD-Terre Solidaire défend une vision du développement qui doit permettre à chaque personne de se réaliser dans ses dimensions : (...)

#Histoire - 𝓝𝓪𝓻𝓾𝓷, 𝓹𝓪𝓻𝓽𝓲𝓮 3Voici la 3e et dernière partie de l'histoire de Narun 𝓟𝓪𝓻𝓽𝓲𝓮 3Lorsque le projecteur est étein...
13/08/2021

#Histoire - 𝓝𝓪𝓻𝓾𝓷, 𝓹𝓪𝓻𝓽𝓲𝓮 3
Voici la 3e et dernière partie de l'histoire de Narun
𝓟𝓪𝓻𝓽𝓲𝓮 3
Lorsque le projecteur est éteint, tout le monde prend une profonde respiration, et la discussion est ouverte. On partage son ressenti, ses questions, ses réflexions, ce que cela nous rappelle d’expériences vécues.
Plusieurs communautés participent à ces projections, ensemble. C’est un lieu commun, alors que tout est fait pour les séparer de plus en plus : de l’aménagement du territoire – quartiers séparés, hameaux séparés – aux écoles, en passant par le discours, bien sûr.
Les femmes sont peu présentes pour le moment : cela demeure peu habituel, peu accepté, qu’elles soient dans l’espace public à la nuit tombée, et de toute façon, leur deuxième journée de travail les attend à la maison.
Alors le collectif a décidé d’organiser également d’autres diffusions, en « non-mixité », à des horaires adaptés, pour qu’elles puissent elles-aussi découvrir ces œuvres et s’exprimer.
Récemment, l’équipe a décidé d’ouvrir un centre culturel dans leur bureau, où tout le monde est le bienvenu pour lire, emprunter un ordinateur et regarder un film à plusieurs, passer un peu de temps dans cet espace de calme, un peu hors du temps, hors du village et du quotidien. Certains enfants y passent des heures, après l’école, quotidiennement.
Combattre la caravane de haine des politiciens
Narun quant à lui commence à envisager d’ouvrir un autre centre dans le district voisin et à « essaimer » progressivement des collectifs dans la région.
Son objectif a toujours été d’appuyer les premiers concernés, les minorités marginalisées, dans leur propre quête d’émancipation et de droits.
Il se considère comme un facilitateur, un compagnon, un allié, mais ne souhaite pas être le « leader » et reproduire d’autres formes de domination.
Aujourd’hui, les jeunes du collectif sont tout à fait mûrs, compétents et légitimes pour le faire vivre, pour animer ces espaces de dialogue et pour poursuivre cette mission citoyenne d’information.
Même si le collectif est déjà parvenu à interférer dans ces dynamiques mortifères locales et a réussi à appuyer l’émergence d’un mouvement progressiste local, Narun sait que le chemin est long à parcourir.
A l’approche de nouvelles élections, où le parti ethno-nationaliste se sait fragilisé – voire menacé – les fausses nouvelles vont se répandre de plus en plus, d’anciennes plaies seront réouvertes, les politiciens reprendront leur caravane de haine, et le pouvoir se crispera de plus en plus pour se maintenir en place.
Mais, dans ce village, dans ce district, ils se heurteront au collectif, et à tous ces êtres humains qui refusent la division, et qui veulent vivre ensemble, autour d’un film, dans la douce pénombre d’une soirée paisible.
𝓕𝓲𝓷.

#Histoire - 𝓝𝓪𝓻𝓾𝓷, 𝓹𝓪𝓻𝓽𝓲𝓮 3
Voici la 3e et dernière partie de l'histoire de Narun
𝓟𝓪𝓻𝓽𝓲𝓮 3
Lorsque le projecteur est éteint, tout le monde prend une profonde respiration, et la discussion est ouverte. On partage son ressenti, ses questions, ses réflexions, ce que cela nous rappelle d’expériences vécues.
Plusieurs communautés participent à ces projections, ensemble. C’est un lieu commun, alors que tout est fait pour les séparer de plus en plus : de l’aménagement du territoire – quartiers séparés, hameaux séparés – aux écoles, en passant par le discours, bien sûr.
Les femmes sont peu présentes pour le moment : cela demeure peu habituel, peu accepté, qu’elles soient dans l’espace public à la nuit tombée, et de toute façon, leur deuxième journée de travail les attend à la maison.
Alors le collectif a décidé d’organiser également d’autres diffusions, en « non-mixité », à des horaires adaptés, pour qu’elles puissent elles-aussi découvrir ces œuvres et s’exprimer.
Récemment, l’équipe a décidé d’ouvrir un centre culturel dans leur bureau, où tout le monde est le bienvenu pour lire, emprunter un ordinateur et regarder un film à plusieurs, passer un peu de temps dans cet espace de calme, un peu hors du temps, hors du village et du quotidien. Certains enfants y passent des heures, après l’école, quotidiennement.
Combattre la caravane de haine des politiciens
Narun quant à lui commence à envisager d’ouvrir un autre centre dans le district voisin et à « essaimer » progressivement des collectifs dans la région.
Son objectif a toujours été d’appuyer les premiers concernés, les minorités marginalisées, dans leur propre quête d’émancipation et de droits.
Il se considère comme un facilitateur, un compagnon, un allié, mais ne souhaite pas être le « leader » et reproduire d’autres formes de domination.
Aujourd’hui, les jeunes du collectif sont tout à fait mûrs, compétents et légitimes pour le faire vivre, pour animer ces espaces de dialogue et pour poursuivre cette mission citoyenne d’information.
Même si le collectif est déjà parvenu à interférer dans ces dynamiques mortifères locales et a réussi à appuyer l’émergence d’un mouvement progressiste local, Narun sait que le chemin est long à parcourir.
A l’approche de nouvelles élections, où le parti ethno-nationaliste se sait fragilisé – voire menacé – les fausses nouvelles vont se répandre de plus en plus, d’anciennes plaies seront réouvertes, les politiciens reprendront leur caravane de haine, et le pouvoir se crispera de plus en plus pour se maintenir en place.
Mais, dans ce village, dans ce district, ils se heurteront au collectif, et à tous ces êtres humains qui refusent la division, et qui veulent vivre ensemble, autour d’un film, dans la douce pénombre d’une soirée paisible.
𝓕𝓲𝓷.

#Victoire✌️🙂 13 ans après la sortie de notre rapport sur les "Biens mal acquis", l'aboutissement, enfin ! La loi sur la ...
10/08/2021
La France va restituer aux populations l’argent des « Biens mal acquis »

#Victoire
✌️🙂 13 ans après la sortie de notre rapport sur les "Biens mal acquis", l'aboutissement, enfin ! La loi sur la restitution de ces biens aux populations spoliées est en passe d'être promulguée.
➡️ https://www.la-croix.com/Economie/France-restituer-populations-largent-Biens-mal-acquis-2021-07-20-1201167147

Avec l’adoption de la loi sur le développement solidaire, la France pourra reverser l’argent détourné par les dictateurs et leurs proches, investi dans des biens immobiliers ou des objets de luxe, aux populations des pays spoliés. Le texte prévoit des garanties pour éviter que les fonds re...

#Histoire - 𝓝𝓪𝓻𝓾𝓷, 𝓹𝓪𝓻𝓽𝓲𝓮 2Voici la 2e partie de l'histoire de Narun. RDV vendredi prochain pour la dernière partie 𝓟𝓪𝓻𝓽...
06/08/2021

#Histoire - 𝓝𝓪𝓻𝓾𝓷, 𝓹𝓪𝓻𝓽𝓲𝓮 2
Voici la 2e partie de l'histoire de Narun. RDV vendredi prochain pour la dernière partie
𝓟𝓪𝓻𝓽𝓲𝓮 2
Avec sa caméra, il rencontre les victimes, recueille les témoignages, documente l’horreur, pudiquement, respectueusement.
Il parle également aux auteurs des crimes, aux instigateurs des violences, ceux qui ont multiplié les discours de haine, les appels à la « défense de l’honneur », aux « revanches sur l’humiliation ».
Il cherche également à décrypter le contexte et assiste à des meetings politiques, suit les médias et le traitement de l’affaire, cherche à comprendre les rouages, les étapes, qui ont mené à ce drame.
Et se rend compte que la « première victime », cette jeune femme importunée par un jeune d’une autre communauté, n’existe pas. Des morts, des déplacés, des peines irréparables, à cause d’une rumeur et de politiciens incendiaires.
Le poison de la manipulation, des fausses informations, et de médias nationaux incapables de décrypter finement ce qu’il se passe sur place, contribuant, à défaut d’investigation, à entretenir le doute.
Rétablir la vérité
L’évidence s’impose alors à Narun. Il est essentiel de créer des médias alternatifs, citoyens, ancrés dans la réalité des communautés et des territoires, qui produisent des informations de qualité et sont en mesure de rétablir les faits.
Après quelques mois de réflexion, il décide d’initier un collectif citoyen local, au cœur des troubles, de s’engager durablement et de tenter d’apporter des solutions aux problèmes identifiés.
Rétablir la vérité devient une activité hautement sensible, qui expose à la répression
Il forme plusieurs jeunes issus des minorités discriminées et des victimes des pogroms à la prise de vue, au journalisme citoyen, à la réalisation d’entretiens, à la documentation des faits, au montage, etc.
Progressivement, les vidéos réalisées gagnent de l’audience et attirent l’attention, des médias nationaux comme du pouvoir.
Le parti ethno-nationaliste a bien emporté les élections, et dispose d’un boulevard et de tous les moyens d’Etat pour imposer son agenda, cliver de plus en plus les uns contre les autres, réprimer les voix dissidentes.
Rétablir la vérité devient une activité hautement sensible, qui expose à la répression, au harcèlement.
A plusieurs reprises, le collectif est contraint de faire profil bas, de passer « en souterrain » pour quelques semaines, lorsque la pression devient trop forte.
Ils sont clairement une épine dans le pied des milices locales et des politiciens : plusieurs reportages démontent les récits ou « narratifs » au vitriol qui visent à diviser toujours plus les communautés.
Certaines vidéos visionnées des centaines de milliers de fois, ont été reprises par les médias nationaux, exposant ainsi leurs mensonges.
Créer des espace de discussion
A travers le travail de terrain et leurs échanges nourris avec les populations locales, Narun et l’équipe se rendent compte que d’autres interventions sont nécessaires : il faut éduquer, dialoguer, débattre, amener ces échanges au plus près des gens, qui n’ont pas toujours accès aux nouvelles, même en images.
Il faut ouvrir des espaces de discussion, où l’on parle du poids de certaines traditions, de fractures anciennes, de discriminations, d’exploitation, du rejet de l’autre, où l’on peut réfléchir, intimement, et collectivement.
Des diffusions de documentaires et de films sont alors organisées dans les villages de la région. Il suffit d’un drap blanc, d’une rallonge électrique (et d’électricité… les coupures de courant sont fréquentes), de tapis pour couvrir le sol terreux, et d’une audience enthousiaste.
Fiction sur l’histoire d’amour tragique entre deux jeunes de différentes communautés séparés par leur famille, documentaire sur l’émancipation des jeunes femmes, court métrage sur le travail dans les mines, ou encore visionnage du documentaire réalisé par Narun sur le pogrom…
Les yeux sont grands ouverts dans l’obscurité, et là aussi, l’audience frémit, rit, est submergée par l’émotion, souvent, s’emporte face à l’écran, parfois.

#Histoire - 𝓝𝓪𝓻𝓾𝓷, 𝓹𝓪𝓻𝓽𝓲𝓮 2
Voici la 2e partie de l'histoire de Narun. RDV vendredi prochain pour la dernière partie
𝓟𝓪𝓻𝓽𝓲𝓮 2
Avec sa caméra, il rencontre les victimes, recueille les témoignages, documente l’horreur, pudiquement, respectueusement.
Il parle également aux auteurs des crimes, aux instigateurs des violences, ceux qui ont multiplié les discours de haine, les appels à la « défense de l’honneur », aux « revanches sur l’humiliation ».
Il cherche également à décrypter le contexte et assiste à des meetings politiques, suit les médias et le traitement de l’affaire, cherche à comprendre les rouages, les étapes, qui ont mené à ce drame.
Et se rend compte que la « première victime », cette jeune femme importunée par un jeune d’une autre communauté, n’existe pas. Des morts, des déplacés, des peines irréparables, à cause d’une rumeur et de politiciens incendiaires.
Le poison de la manipulation, des fausses informations, et de médias nationaux incapables de décrypter finement ce qu’il se passe sur place, contribuant, à défaut d’investigation, à entretenir le doute.
Rétablir la vérité
L’évidence s’impose alors à Narun. Il est essentiel de créer des médias alternatifs, citoyens, ancrés dans la réalité des communautés et des territoires, qui produisent des informations de qualité et sont en mesure de rétablir les faits.
Après quelques mois de réflexion, il décide d’initier un collectif citoyen local, au cœur des troubles, de s’engager durablement et de tenter d’apporter des solutions aux problèmes identifiés.
Rétablir la vérité devient une activité hautement sensible, qui expose à la répression
Il forme plusieurs jeunes issus des minorités discriminées et des victimes des pogroms à la prise de vue, au journalisme citoyen, à la réalisation d’entretiens, à la documentation des faits, au montage, etc.
Progressivement, les vidéos réalisées gagnent de l’audience et attirent l’attention, des médias nationaux comme du pouvoir.
Le parti ethno-nationaliste a bien emporté les élections, et dispose d’un boulevard et de tous les moyens d’Etat pour imposer son agenda, cliver de plus en plus les uns contre les autres, réprimer les voix dissidentes.
Rétablir la vérité devient une activité hautement sensible, qui expose à la répression, au harcèlement.
A plusieurs reprises, le collectif est contraint de faire profil bas, de passer « en souterrain » pour quelques semaines, lorsque la pression devient trop forte.
Ils sont clairement une épine dans le pied des milices locales et des politiciens : plusieurs reportages démontent les récits ou « narratifs » au vitriol qui visent à diviser toujours plus les communautés.
Certaines vidéos visionnées des centaines de milliers de fois, ont été reprises par les médias nationaux, exposant ainsi leurs mensonges.
Créer des espace de discussion
A travers le travail de terrain et leurs échanges nourris avec les populations locales, Narun et l’équipe se rendent compte que d’autres interventions sont nécessaires : il faut éduquer, dialoguer, débattre, amener ces échanges au plus près des gens, qui n’ont pas toujours accès aux nouvelles, même en images.
Il faut ouvrir des espaces de discussion, où l’on parle du poids de certaines traditions, de fractures anciennes, de discriminations, d’exploitation, du rejet de l’autre, où l’on peut réfléchir, intimement, et collectivement.
Des diffusions de documentaires et de films sont alors organisées dans les villages de la région. Il suffit d’un drap blanc, d’une rallonge électrique (et d’électricité… les coupures de courant sont fréquentes), de tapis pour couvrir le sol terreux, et d’une audience enthousiaste.
Fiction sur l’histoire d’amour tragique entre deux jeunes de différentes communautés séparés par leur famille, documentaire sur l’émancipation des jeunes femmes, court métrage sur le travail dans les mines, ou encore visionnage du documentaire réalisé par Narun sur le pogrom…
Les yeux sont grands ouverts dans l’obscurité, et là aussi, l’audience frémit, rit, est submergée par l’émotion, souvent, s’emporte face à l’écran, parfois.

Adresse

12 Rue Guy De La Brosse
Paris
75005

Produits

- La prévention et la résolution des conflits
- La souveraineté alimentaire
- La mise en œuvre d'une économie sociale
- Les migrations internationales
- Le partage des richesses financières
- L'évolution des rapports hommes/femmes pour plus d'égalité

Notifications

Soyez le premier à savoir et laissez-nous vous envoyer un courriel lorsque CCFD-Terre Solidaire Ile de France publie des nouvelles et des promotions. Votre adresse e-mail ne sera pas utilisée à d'autres fins, et vous pouvez vous désabonner à tout moment.

Contacter L'entreprise

Envoyer un message à CCFD-Terre Solidaire Ile de France:

Vidéos

Organisations à But Non Lucratifss á proximité


Autres Organisation non gouvernementale (ONG) à Paris

Voir Toutes

Commentaires

Quand des bénévoles confinés du 92 manifestent à Lannion , heureux de retrouver le CCFD-Terre solidaire breton.
URGENT recherche de super-héros!!! Vous pouvez produire bénévolement particuliers, ateliers, groupes solidaires…avec des machines pro ou familiales. Nous fournirons des pièces prêtes a monter aux couturières. Les sur-blouses sont donner aux hôpitaux. Nous avons aussi besoin d'aide pour la logistique, les transports....et pleins d'autres trucs drôle!! rejoignez nous https://www.facebook.com/groups/couturesolidaireIDF/ Association à but non lucratif
Pour lutter contre le réchauffement climatique et la pollution mettons la pression aux candidats... Signons et partageons massivement cette pétition! https://www.facebook.com/AlternatibaParis/videos/1297066580503433/
J-1 ! Venez découvrir les associations partenaires du CCFD-Terre solidaire en Tunisie 🙃
Rdv à 11h30 devant la bibliothèque Germaine Tillion pour les bénévoles du CCFD
Demain soir à 18h30 au CCFD-Terre Solidaire (4 rue Jean Lantier 75001 PARIS) : "Crise au Nicaragua: conversation avec Ana Criquillion, de L’Articulation des Mouvements Sociaux et Organisations Civiles Nicaraguayenne"