Amicale du Camp de Concentration de Dachau

Amicale du Camp de Concentration de Dachau Dachau est le symbole de la répression des Résistants au n**isme de toute l'Europe, il fut le premier camp de concentration créé par Hi**er le 22 mars 1933.

L'Amicale française du camp de concentration de Dachau rassemble les survivants Déportés de Dachau, leurs familles et sympathisants. Crée par Edmond Michelet en juillet 1945, elle poursuit son engagement dans le maintien de la mémoire et l'information de cette époque tragique, auprès des instances nationales et internationales, et du public.

L'Amicale française du camp de concentration de Dachau rassemble les survivants Déportés de Dachau, leurs familles et sympathisants. Crée par Edmond Michelet en juillet 1945, elle poursuit son engagement dans le maintien de la mémoire et l'information de cette époque tragique, auprès des instances nationales et internationales, et du public.

Fonctionnement normal

Photos from KZ-Gedenkstätte Dachau / Dachau Concentration Camp Memorial Site's post
30/04/2021

Photos from KZ-Gedenkstätte Dachau / Dachau Concentration Camp Memorial Site's post

COMMEMORATIONS VIRTUELLES A DACHAU POUR LE 76e ANNIVERSAIRE DE LA LIBERATION DU CAMPNous relayons ci-dessous un message ...
27/04/2021
76. Jahrestag der Befreiung | KZ Gedenkstätte Dachau

COMMEMORATIONS VIRTUELLES A DACHAU POUR LE 76e ANNIVERSAIRE DE LA LIBERATION DU CAMP

Nous relayons ci-dessous un message rédigé par Jean-Michel Thomas (président du Comité International de Dachau), Gabriele Hammermann (directrice du Mémorial de Dachau) et Karl Freller (directeur de la Fondation pour les mémoriaux bavarois) :

Mesdames, Messieurs,

La fin avril 2021 marque le 76ème anniversaire de la libération du camp de concentration de Dachau par l´armée américaine. En raison de la pandémie de Covid-19, nous ne pouvons malheureusement pas commémorer cet événement avec une grande cérémonie sur place. Nous souhaiterions célébrer ce 76ème anniversaire grâce à différents formats numériques du 29 avril au 2 mai 2021.

Nous vous invitons chaleureusement à participer à ces commémorations digitales. De nombreux contenus et événements différents seront disponibles sur le lien suivant à partir du 29 avril :

https://www.kz-gedenkstaette-dachau.de/liberation/

Nous sommes heureux de pouvoir organiser le 29 avril, malgré une situation sanitaire contrainte, un recueillement sur place en petit comité. Lors de la cérémonie centrale du 2 mai, Monika Grütters, ministre d'État auprès de la Chancelière et déléguée du gouvernement fédéral à la culture et aux médias et le Professeur Dr. Michael Piazolo, ministre bavarois de l'éducation et de la culture et représentant le gouvernement de l'État de Bavière, commémoreront, entre autres, ce moment historique de la libération. Les interventions seront encadrées par les récits personnels et les messages de nombreux survivants et libérateurs. L'accent sera également mis sur les descendants des déportés, qui prendront la parole dans des messages vidéo personnels. De plus, la famille de Max Mannheimer a accepté notre invitation pour un dialogue qui sera retransmis en direct. Le dépôt des gerbes fera également partie des commémorations en ligne, car il aura malheureusement lieu sans cérémonie ni participants, comme l´année dernière.

Nous vous souhaitons tout le meilleur et espérons pouvoir vous accueillir bientôt à nouveau en personne au Mémorial.

En vous souhaitant une bonne santé,

Cordialement,

Auch in diesem Jahr wird das Gedenken anlässlich des 76. Jahrestags der Befreiung des Konzentrationslagers Dachau wegen der anhaltenden Corona-Pandemie nur im virtuellen Raum stattfinden. Die KZ-Gedenkstätte Dachau, die Stiftung Bayerische Gedenkstätten und das Comité International de Dachau mö...

25/04/2021

Message pour la journée nationale du Souvenir des Victimes et des Héros de la Déportation
Dimanche 25 avril 2021

76 ans après le retour des derniers déportés libérés, le souvenir de la déportation demeure dans notre mémoire collective et ne doit pas s’effacer.
Ce que furent les camps d’extermination et de concentration nazis et l’horreur vécue par les millions d’êtres humains qui en furent victimes, n’est pas une simple page documentaire de l’histoire du XXe siècle. L’humanité y a été atteinte dans ce qu’elle a de plus sacré.
Des êtres humains étaient catégorisés en surhommes et sous-hommes, leurs vies jugées « dignes ou indignes d’être vécues » sur décision d’un État qui avait érigé en programme politique sa conception raciste et eugéniste du monde et l’a portée à son paroxysme dans l’univers concentrationnaire.
Des hommes, des femmes et des enfants ont été envoyés dans des centres d’extermination ou dans des camps de mort lente, par un système qui niait leur appartenance à l’espèce humaine et s’employait à leur faire perdre conscience de leur propre humanité.
Pourtant, dans les pires circonstances, beaucoup ont su résister à la terreur et à la déshumanisation par la force de
l’esprit et la solidarité. Leur engagement et leur combat sont un exemple à suivre.
Il nous faut aujourd’hui encore résister à de nouvelles formes de fanatisme et de barbarie qui entendent promouvoir une vision raciste de l’humanité et détruire la liberté et la démocratie par la terreur.
De nouvelles menaces nous rappellent la communauté de destin qui unit l’humanité au-delà des différences culturelles, ethniques ou religieuses et des antagonismes idéologiques, politiques ou économiques.
Face à ces périls, l’espoir réside dans l’engagement de tous et en particulier des jeunes générations, à l’exemple des déportés, au service de la liberté et vers des formes nouvelles de résistance et de solidarité.
À tous les déportés, victimes des génocides ou de la répression, nous rendons aujourd’hui un hommage solennel, et nous saluons respectueusement leur mémoire.

Ce message a été rédigé conjointement par:
La Fédération Nationale des Déportés, Internés, Résistants et Patriotes (FNDIRP),
La Fondation pour la Mémoire de la Déportation (FMD) et les Associations de mémoire des camps nazis,
L’Union Nationale des Associations de Déportés Internés de la Résistance et Familles (UNADIF-FNDIR)

https://m.facebook.com/story.php?story_fbid=3919493894763894&id=518689268177724
11/04/2021

https://m.facebook.com/story.php?story_fbid=3919493894763894&id=518689268177724

De 1938 à 1945, 2 720 prêtres, religieux et séminaristes sont déportés dans le camp de concentration de Dachau, près de Munich. Regroupés dans des « blocks » spécifiques qui conserveront pour l histoire le nom de « baraques des prêtres », 1 034 d entre eux y laisseront la vie. Polonais, Belges, Allemands, Français, Italiens, Tchèques, Yougoslaves : derrière les barbelés de Dachau, l « universalité de l Église » est palpable. Ces hommes qui, dans une Europe encore christianisée, jouissaient d un statut respectable, parfois éminent, se retrouvent projetés dans une détresse absolue. La faim, le froid, les maladies, le travail harassant, les coups des SS et des kapos, les expériences médicales ou les transports d invalides ont raison de ces hommes de tous les âges. Quelques-uns sombreront dans le désespoir et s effondreront, d autres la grande majorité d entre eux ne fléchiront pas, peut-être soutenus par leur foi. Partageant le sort commun des déportés, les prêtres de Dachau s efforcent de maintenir intacte leur vie spirituelle et sacerdotale. Une chapelle, la seule autorisée dans tout le système concentrationnaire, leur apporte un secours considérable.
Cette expérience unique dans l histoire de l Église éclaire d un jour nouveau les rapports entre le nazisme et le christianisme. Près de 70 ans après sa libération, le camp de concentration de Dachau demeure le plus grand cimetière de prêtres catholiques du monde.

27 janvier 1945, les Soviétiques libèrent le camp de concentration d'Auschwitz. Il n'y reste que 7 000 survivants, incap...
28/01/2021

27 janvier 1945, les Soviétiques libèrent le camp de concentration d'Auschwitz. Il n'y reste que 7 000 survivants, incapables de marcher, abandonnés là par les nazis. Les lieux sont en grande partie évacués depuis le 18 janvier lorsque les soldats SS contraignent 60 000 détenus à une dernière "marche de la mort".

27 janvier 1945, les Soviétiques libèrent le camp de concentration d'Auschwitz. Il n'y reste que 7 000 survivants, incapables de marcher, abandonnés là par les nazis. Les lieux sont en grande partie évacués depuis le 18 janvier lorsque les soldats SS contraignent 60 000 détenus à une dernière "marche de la mort".

Chers lecteurs et lectricesNotre amicale a l'immense regret de vous faire part du décès de Pierre Ropiquet, décédé à l'â...
19/01/2021
Niort. Décès de Pierre Ropiquet, dernier déporté survivant des Deux-Sèvres | Courrier de l'Ouest

Chers lecteurs et lectrices

Notre amicale a l'immense regret de vous faire part du décès de Pierre Ropiquet, décédé à l'âge de 96 ans et dernier déporté survivant du département des Deux-Sèvres.

Résistant de la première heure, il est arrêté par la Gestapo à l'âge de 19 ans. Il est déporté vers Dachau par le sinistre train de la mort du 2 juillet 1944 et recevra le matricule 77363.
Il sera par la suite transféré au camp annexe de Neckarelz puis de Vaihinger.
Pierre était un témoin très engagé auprès des jeunes, et très présent au sein de nos associations de Mémoire. Nous gardons un souvenir très particulier du congrès de Niort organisé par ses soins en 1998 et qui avait ouvert le débat sur la transmission de la Mémoire par les nouvelles générations.
Restons fidèles au chemin qu'il a ainsi tracé, au côté de ses camarades de déportation.

Nous adressons nos condoléances et nos sentiments les plus chaleureux à sa famille et à ses proches.

Dominique Boueilh

Président

https://www.elysee.fr/emmanuel-macron/2020/11/25/deces-de-maurice-cling

[Courrier de l'Ouest] ​Nous venons d’apprendre le décès, à l’âge de 96 ans, de Pierre Ropiquet, résistant et ancien déporté.

L'amicale du camp de concentration de Dachau vous adresse ses meilleurs vœux pour cette nouvelle année 2021 et vous reme...
19/01/2021
CLIP de la chanson LIBERTA du groupe PEP'S

L'amicale du camp de concentration de Dachau vous adresse ses meilleurs vœux pour cette nouvelle année 2021 et vous remercie pour votre fidélité à notre page Facebook.

Souhaitons tout d'abord que le rassemblement de toutes nos forces vives et de toutes les solidarités, à l'échelle mondiale, vienne à bout de la crise sanitaire actuelle et de toutes ses difficultés.

Souhaitons enfin que, face aux attaques diverses de nos libertés les plus fondamentales exercées en 2020 et aux atteintes récentes de nos democraties, et non des moindres, les consciences s'éveillent et rappellent les messages et les valeurs des anciens Deportés parmi les composantes de ce nouveau monde que nous recherchons tous.

Bonne santé à vous et rendez vous prochainement sur notre page.

2° PRIX du FESTIVAL de ROMANS de la création sur Internet en février 2007. CLIP de la chanson "LIBERTA" du groupe PEP'S réalisé par 2 jeunes filles de 14 ans...

25/11/2020

Chers lecteurs et lectrices

Notre amicale a l'immense regret de vous faire part du décès de monsieur Maurice Cling.

Déporté à l'âge de 15 ans, avec son frère aîné, Willy, âgé d’à peine 17 ans, sa mère, Simone, 41 ans et son père, Jacques, 50 ans, il sera rescapé seul des camps d’Auschwitz et de Dachau.

Nous adressons nos condoléances et nos sentiments les plus chaleureux à sa famille et à ses proches.

Dominique Boueilh

Président

https://www.elysee.fr/emmanuel-macron/2020/11/25/deces-de-maurice-cling

15/10/2020

Nous avons la tristesse de vous faire part du décès à l’âge de 95 ans de monsieur André Marchiset.

André Marchiset était arrivé le 6 septembre 1944 à Dachau, où il avait reçu le matricule 101924, et avait été libéré du kommando d’Allach le 30 avril 1945.

Les funérailles auront lieu demain à 14h30 à la Basilique de Gray.

Nous adressons nos condoléances et nos sentiments les plus chaleureux à sa famille et à ses proches.

http://rdv-histoire.com/programme/au-coeur-du-pouvoir-nazi-gouverner-par-les-camps-gouverner-les-camps
01/10/2020
Au cœur du pouvoir nazi : gouverner par les camps, gouverner les camps | Les rendez-vous de l'histoire

http://rdv-histoire.com/programme/au-coeur-du-pouvoir-nazi-gouverner-par-les-camps-gouverner-les-camps

Partager PROGRAMME Cartes blanches Table Ronde Publié le 18/08/2020 Vendredi 9 oct. 2020 de 18:15 à 19:45 Site Chocolaterie de l'IUT Au cœur du pouvoir nazi : gouverner par les camps, gouverner les camps Table ronde, Carte blanche à l’Union des associations de mémoire des camps nazis Les étu...

29/08/2020
Conseil départemental de la Manche

Nous ne vous oublions pas

[NOUS NE VOUS OUBLIONS PAS !]
#76 🇺🇸🇬🇧🇨🇦🇫🇷
Pour le 7️⃣6️⃣e Anniversaire du Débarquement et de la Libération, le Conseil départemental de la Manche rend hommage aux vétérans alliés qui nous ont rendu la liberté.
Voici le témoignage du Pfc Moss qui faisait partie du 603e Grave Registration Company. Il a débarqué sur Utah Beach quelques jours après le Jour-J, son unité ayant pour mission de collecter, identifier et enterrer les soldats tombés au front. Un témoignage poignant, sincère et empli d'émotion.
En collaboration avec World War II veterans'memories et Paon Show.

https://www.francebleu.fr/infos/societe/sorgues-commemore-les-76-ans-du-train-fantome-et-ses-750-deportes-en-route-vers-...
20/08/2020
Sorgues commémore les 76 ans du "train fantôme" et ses 732 déportés en route vers Dachau

https://www.francebleu.fr/infos/societe/sorgues-commemore-les-76-ans-du-train-fantome-et-ses-750-deportes-en-route-vers-dachau-1597754977

Ce mardi 18 août, l'amicale des déportés du "train fantôme" a commémoré le passage du funeste convoi en Vaucluse. Il y a 76 ans, 732 résistants en transfert pour le camp de Dachau ont dû marcher jusqu'en gare de Sorgues, où les habitants leur sont venus en aide. Certains ont réussi à s'en...

Adresse

2, Rue Chauchat
Paris
75009

Téléphone

+33145233999

Notifications

Soyez le premier à savoir et laissez-nous vous envoyer un courriel lorsque Amicale du Camp de Concentration de Dachau publie des nouvelles et des promotions. Votre adresse e-mail ne sera pas utilisée à d'autres fins, et vous pouvez vous désabonner à tout moment.

Contacter L'entreprise

Envoyer un message à Amicale du Camp de Concentration de Dachau:

Vidéos

Camp de concentration de Dachau

DACHAU : UN SYMBOLE Dachau est le symbole des crimes contre l’Humanité de l’univers concentrationnaire, au même titre que le camp d’extermination d’Auschwitz rappelle le génocide du peuple juif. Dachau fut le premier camp de concentration d’Etat du Reich, créé par Hitler le 22 mars 1933, un mois seulement après son élection comme chancelier. Il fut aussi fut l’avant dernier camp libéré par les Américains, le 29 avril 1945, la veille de la mort d’Hitler. Le CAMP "MODELE" : Dachau connut d’emblée une publicité extraordinaire, la presse quotidienne rendant compte des nouveaux convois de détenus, arrêtés par la police bavaroise puis gérés par la SS, ces deux organismes ayant comme chef le même homme : Heinrich Himmler. Le camp devint la référence, le modèle, l’école du crime SS, formant à « l’Ecole de la Violence » les futurs cadres et gardiens SS des camps et servit de prototype pour les 1650 camps ultérieurs (infrastructure, organisation, fonctionnement). Des OPPOSANTS MULTIPLES : Dachau fut d’abord un camp de répression destiné aux opposants politiques allemands au régime nazi (communistes, sociaux-démocrates) en vue de leur « rééducation » et de leur réinsertion dans la nouvelle société totalitaire. Une des « maximes éducatives », « Arbeit macht frei », le travail rend libre, est inscrite sur son portail d’entrée. Le camp était alors présenté comme un moyen de protéger la population des opposants placés provisoirement hors de la « communauté du peuple » grâce à la procédure de Schutzhaft, la détention de sécurité sans jugement. Y furent rapidement enfermés tous ceux considérés par Hitler comme « superflus, nocifs ou en surnombre » (*), et parmi eux des Juifs, des soi-disant « asociaux », des Tsiganes assimilés à ces derniers, des Témoins de Jéhovah… On y compta 2 771 religieux, hostiles au nazisme, 700 moururent et 300 disparurent. Dachau, conçu pour 5000 détenus, avait une population permanente de 35 000 détenus dans des conditions particulièrement dégradantes. La REPRESSION des RESISTANTS au NAZISME de toute l'EUROPE : A partir de 1939, le camp connut une forte croissance du nombre des déportés, représentant 38 nationalités différentes. Les détenus du Reich devinrent minoritaires, avec moins de 10% des effectifs. Le camp comptabilisa ainsi jusqu’à 40 000 déportés, répartis en 183 kommandos extérieurs, pouvant compter plusieurs milliers de détenus, épuisés par le travail et la faim, jusqu’à la mort. Il reçut plus de 200 000 détenus, dont 84 738 après juin 1944 ; 41 500 (**) y moururent, 160 000 autres victimes furent marquées à vie par les tortures, le travail forcé et l’avilissement. Les EXPERIMENTATIONS : A Dachau furent expérimentées des méthodes d’extermination sur les enfants déficients, malades mentaux, vieillards, grabataires, dont les « médecins » furent ensuite mutés dans les camps d’extermination de Juifs. 200 détenus moururent d’expériences pseudo-médicales : injection de malaria et de tuberculose, hypoxie d’altitude, hypothermie dans l’eau glacée, produits coagulants causant des phlegmons,… Les HORREURS : Dachau fut le lieu de pendaisons, d’assassinats de détenus d’exécutions systématiques, dont celles de 4 000 prisonniers de guerre soviétiques. Le 5 juillet 1944, un convoi parti de Compiègne avec 2 521 hommes, entassés à 100 par wagon sous une forte chaleur et durant 4 jours, arriva avec 984 morts. A la libération, 2 300 cadavres furent également découverts en gare de Dachau dans un train arrivé de Buchenwald Les corps, jetés pêle-mêle, étaient brûlés dans des fours crématoires. Quand la mortalité dépassait les capacités des fours, les morts étaient jetés dans d’immenses fosses, comme celle de Leitenberg avec plus de 7 700 cadavres. Dachau enferma 583 homosexuels et plusieurs furent émasculés. L’épidémie de typhus causa le décès de 17342 détenus entre décembre 1944 et mai 1945 ; 2 200 détenus moururent encore en mai 1945, après la libération du camp. (*) Wolfgang Sofsky. Die Ordnung des Terrors. Das Konzentrationlager. Frankfurt-am-Main,1993. (**) Stanislas Zamecnick. «C’était ça Dachau » Paris, 2003

Organisations à But Non Lucratifss á proximité


Autres Organisation à but non lucratif à Paris

Voir Toutes