Info Birmanie

Info Birmanie Info Birmanie informe sur la situation des droits humains en Birmanie et mène des actions de plaidoyer : droits humains, justice, démocratie #JusticeforMyanmar
(1)

Centre d’information et de plaidoyer, Info Birmanie informe et sensibilise sur la situation politique, économique et sociale en Birmanie

Fonctionnement normal

"L’utilisation de Twitter s’est popularisée en Birmanie après le coup d’État du 1er février dernier. Animé par une jeune...
12/07/2021
Résistance. En Birmanie, une jeune génération de “combattants du clavier” a émergé

"L’utilisation de Twitter s’est popularisée en Birmanie après le coup d’État du 1er février dernier. Animé par une jeune génération issue de la culture K-pop, le réseau social est devenu un front de lutte pour documenter la résistance, alerter la communauté internationale, mais aussi éduquer la population à la bonne utilisation des réseaux".

https://www.courrierinternational.com/article/resistance-en-birmanie-une-jeune-generation-de-combattants-du-clavier-emerge

L’utilisation de Twitter s’est popularisée en Birmanie après le coup d’État du 1er février dernier. Animé par une jeune génération issue de la culture K-pop, le réseau social est devenu un front de lutte pour documenter la résistance, alerter la communauté internationale, mais aussi

"The international community is failing the people of Myanmar.There is time to set a new course and achieve a just outco...
09/07/2021
OHCHR | Statement by Thomas H. Andrews UN Special Rapporteur on the Situation of Human Rights in Myanmar United Nations Human Rights Council

"The international community is failing the people of Myanmar.
There is time to set a new course and achieve a just outcome. Now, more than ever, we must summon the courage of the people of Myanmar and choose the path of meaningful and sustained action.
Time is short and the stakes could not be higher."
"First and foremost, an Emergency Coalition could significantly reduce the revenue that the junta needs to continue its reign of terror... A key sector remains untouched by all : oil and gas. Oil and gas-sector revenues are a financial lifeline for the junta and are estimated to be close to what is needed for the junta to maintain the security forces that are keeping them in power. They should be stopped."
https://www.ohchr.org/EN/NewsEvents/Pages/DisplayNews.aspx?NewsID=27283&LangID=E

In the five months since the government of Myanmar was overthrown in an illegal coup, two interlocking patterns have emerged:

En Birmanie, les soignants ont été les premiers à entrer en résistance contre le coup d'État à travers une grève illimit...
08/07/2021
Birmanie : les médecins, cibles des militaires en pleine résurgence du Covid-19

En Birmanie, les soignants ont été les premiers à entrer en résistance contre le coup d'État à travers une grève illimitée. Cinq mois plus t**d, elle se poursuit, entraînant une répression de plus en plus sévère par les militaires. Aujourd'hui, l'offre de soins se réduit comme une peau de chagrin alors que le pays connaît une flambée des cas de Covid-19.
https://www.france24.com/fr/asie-pacifique/20210708-birmanie-les-m%C3%A9decins-cibles-des-militaires-en-pleine-r%C3%A9surgence-du-covid-19

En Birmanie, les soignants ont été les premiers à entrer en résistance contre le coup d'État à travers une grève illimitée. Cinq mois plus t**d, elle se poursuit, entraînant une répression de plus en…

Le groupe de télécommunications norvégien Telenor, l'un des principaux opérateurs en Birmanie (18 millions d'abonnés), a...
08/07/2021
Telenor se désengage de Birmanie en raison du coup d'État

Le groupe de télécommunications norvégien Telenor, l'un des principaux opérateurs en Birmanie (18 millions d'abonnés), a annoncé jeudi la vente, pour 105 millions de dollars, de sa filiale dans ce pays, conséquence du coup d'État militaire.
https://www.lefigaro.fr/flash-eco/telenor-se-desengage-de-birmanie-en-raison-du-coup-d-etat-20210708
L'acquéreur? La compagnie financière libanaise M1 Group :
🔺 Selon Justice For Myanmar, ce groupe est lié à Irrawaddy Green Towers (IGT), qui fait du business avec les militaires (Mytel)...

Le groupe de télécommunications norvégien Telenor, l'un des principaux opérateurs en Birmanie, a annoncé jeudi la vente, pour 105 millions de dollars,...

Interview sans concession de Yanghee Lee, Rapporteure spéciale de l'ONU pour les droits de l'homme en Birmanie de 2014 à...
07/07/2021
The cost of inaction

Interview sans concession de Yanghee Lee, Rapporteure spéciale de l'ONU pour les droits de l'homme en Birmanie de 2014 à 2020.

"L'inaction de la communauté internationale lors de crise des Rohingyas a enhardi la Tatmadaw (la junte birmane). Elle utilise les mêmes tactiques aujourd'hui contre (ceux qu'elle considère prétendument comme) son propre peuple, les Bamars. [...] Le système onusien doit être mobilisé pour faire respecter la Charte des Nations unies. Il n'est pas acceptable que les pires criminels - ceux accusés de génocide, crimes contre l'Humanité et crimes de guerre - ne soient pas inquiétés".

https://newint.org/features/2021/06/08/cost-inaction

Yanghee Lee, a UN human rights envoy to Myanmar from 2014 to 2020, warned the world about the military’s atrocities against the Rohingya. The government responded by barring her from the country. She talks to Preeti Jha about the lessons that should have been learned from that crisis and what prac...

Le cri du peuple birman"Parti des principales villes, le conflit s’est ensuite étendu vers les régions frontalières, où ...
06/07/2021
Le cri du peuple birman — KTOTV

Le cri du peuple birman

"Parti des principales villes, le conflit s’est ensuite étendu vers les régions frontalières, où la présence chrétienne est importante. C’est le cas dans l’Etat Chin, situé dans le nord-ouest du pays. Soeur Veronica, [...] témoigne de sa douleur face à la guerre et de son inquiétude pour ses proches, alors que l’épidémie de Covid-19 s’étend dans la région. Elle nous parlera aussi de l’Eglise, arrivée dans l’Etat Chin durant la période de la colonisation britannique. Sur 478 000 habitants, les chrétiens sont autour de 85%.

https://www.ktotv.com/video/00354865/eglises-du-monde-du-1er-juillet-2021

Cette dernière édition de la saison est consacrée à la Birmanie, très éprouvée depuis le coup d’Etat militaire survenu il y a tout juste 5 mois. Le cardinal Bo, archevêque de Rangoun, a de nouveau exhorté les Birmans à sortir de la spirale de la violence et a alerté sur la situation hum...

"Si les manifestations de grande ampleur sont devenues rares en Birmanie, l’heure est à la résistance armée, avec une mu...
06/07/2021
En Birmanie, la junte fait face à une résistance armée

"Si les manifestations de grande ampleur sont devenues rares en Birmanie, l’heure est à la résistance armée, avec une multiplication des attaques de groupes d’autodéfense nouvellement formés contre les militaires ou les civils qui les représentent".

https://www.lemonde.fr/international/article/2021/07/06/en-birmanie-l-armee-fait-face-a-une-resistance-armee_6087123_3210.html

Des groupes d’autodéfense ont lancé des attaques dans plusieurs localités du pays contre les forces de l’armée.

Bonjour, Mingalaba! Info Birmanie commémore ses 25 ans cette année, avec une actualité tragique qui nous replonge dans l...
05/07/2021

Bonjour, Mingalaba!

Info Birmanie commémore ses 25 ans cette année, avec une actualité tragique qui nous replonge dans le passé de la lutte contre la dictature tout en augurant de dynamiques nouvelles. Depuis le coup d’Etat militaire du 1er février, la population birmane est mobilisée avec une détermination et un courage inégalés pour faire tomber la junte.

https://www.helloasso.com/associations/info-birmanie/formulaires/5/widget

Faire un don à Info Birmanie :

* C’est appuyer notre plaidoyer ciblant les entreprises françaises en lien avec l’armée birmane

* C’est soutenir notre action de relai des voix de la société civile birmane visant à restaurer la démocratie

>>> 25 % de votre don sera alloué à Burma Campaign UK, une organisation partenaire basée à Londres qui fournit de l’aide directe aux populations déplacées et aux activistes en danger

Depuis le coup d’Etat du 1er février, Info Birmanie a réalisé plus de 40 interviews dans la presse, mettant en relation de nombreux médias français avec des activistes birmans. Info Birmanie poursuit son action de plaidoyer qui cible des entreprises françaises en lien avec l'armée, dans le cadre de la campagne Justice For Myanmar.

L'association se mobilise pour interpeller TotalEnergies sur son financement de la junte, à travers des campagnes inter-associatives, des manifestations, la publication d’informations dans la presse et sur les réseaux sociaux, des contacts avec des élus.

Info Birmanie participe à plusieurs réseaux de coordination pour identifier des actions communes et s’inscrit dans des initiatives visant à restaurer la démocratie en Birmanie, solidaire du mouvement de désobéissance civile et de la mobilisation sans précédent du peuple birman contre la junte.

En vous remerciant pour votre soutien

Bonjour, Mingalaba!

Info Birmanie commémore ses 25 ans cette année, avec une actualité tragique qui nous replonge dans le passé de la lutte contre la dictature tout en augurant de dynamiques nouvelles. Depuis le coup d’Etat militaire du 1er février, la population birmane est mobilisée avec une détermination et un courage inégalés pour faire tomber la junte.

https://www.helloasso.com/associations/info-birmanie/formulaires/5/widget

Faire un don à Info Birmanie :

* C’est appuyer notre plaidoyer ciblant les entreprises françaises en lien avec l’armée birmane

* C’est soutenir notre action de relai des voix de la société civile birmane visant à restaurer la démocratie

>>> 25 % de votre don sera alloué à Burma Campaign UK, une organisation partenaire basée à Londres qui fournit de l’aide directe aux populations déplacées et aux activistes en danger

Depuis le coup d’Etat du 1er février, Info Birmanie a réalisé plus de 40 interviews dans la presse, mettant en relation de nombreux médias français avec des activistes birmans. Info Birmanie poursuit son action de plaidoyer qui cible des entreprises françaises en lien avec l'armée, dans le cadre de la campagne Justice For Myanmar.

L'association se mobilise pour interpeller TotalEnergies sur son financement de la junte, à travers des campagnes inter-associatives, des manifestations, la publication d’informations dans la presse et sur les réseaux sociaux, des contacts avec des élus.

Info Birmanie participe à plusieurs réseaux de coordination pour identifier des actions communes et s’inscrit dans des initiatives visant à restaurer la démocratie en Birmanie, solidaire du mouvement de désobéissance civile et de la mobilisation sans précédent du peuple birman contre la junte.

En vous remerciant pour votre soutien

"L'armée birmane a tué 25 opposants lors d'affrontements avec un "groupe local  de défense" dans le centre du pays, ont ...
05/07/2021
Birmanie : 25 morts dans des affrontements entre l'armée et des opposants à la junte

"L'armée birmane a tué 25 opposants lors d'affrontements avec un "groupe local de défense" dans le centre du pays, ont rapporté dimanche des villageois. Ces groupes sont composés de militants opposés au putsch du 1er février, dotés de fusils de chasse et d'armes artisanales".

https://www.france24.com/fr/asie-pacifique/20210704-birmanie-25-morts-dans-des-affrontements-entre-l-armée-et-des-opposants-à-la-junte

L'armée birmane a tué 25 opposants lors d'affrontements avec un "groupe local de défense" dans le centre du pays, ont rapporté dimanche des villageois. Ces groupes sont composés de militants opposés…

Aujourd'hui, c'est la #WokCampaignLe 3 juillet, marque la date de naissance du tortionnaire criminel Min Aung Hlaing : d...
03/07/2021

Aujourd'hui, c'est la #WokCampaign
Le 3 juillet, marque la date de naissance du tortionnaire criminel Min Aung Hlaing : de nombreux birmans brûleront des photos du putschiste, ainsi que des photos des crimes commis par l'armée birmane. Certains prendront des photos d'eux-mêmes avec un wok, brûlant Min Aung Hlaing (MAL) et ses crimes, et les publieront sur les réseaux sociaux pour exprimer symboliquement leur détestation de Min Aung Hlaing et de l'armée !
Il y a quelques jours, la junte a ordonné aux médias locaux et internationaux de ne pas l'appeler junte. La #WokCampaign refuse à Min Aung Hlaing la respectabilité qu'il a tant envie de susciter.

#WokCampaign
#JudgementDay4MAL
#HellWantsMAL4HisCrimes

"Deux des principaux mouvements combattants locaux - le Parti progressiste de l'état de Shan/Armée de l'état de Shan (SS...
02/07/2021
La guerre a repris entre mouvements ethniques shan

"Deux des principaux mouvements combattants locaux - le Parti progressiste de l'état de Shan/Armée de l'état de Shan (SSPP/SSA) et le Conseil de restauration de l'état de Shan/ Armée de l'état de Shan (RCSS/SSA) – s’affrontent violemment depuis fin mai aux alentours de leurs diverses zones d’influences".

https://lepetitjournal.com/birmanie/la-guerre-repris-entre-mouvements-ethniques-shan-316228

Deux des principaux mouvements combattants shan s’affrontent violemment depuis fin mai, tuant ls civils qui s’opposent à eux et provoquant des déplacements de populations, qui fuient les combats.

📣 Les Nouvelles de Birmanie de Juin 2021 sont arrivées, nous vous en souhaitons bonne lecture ➡️ : http://www.info-birma...
02/07/2021

📣 Les Nouvelles de Birmanie de Juin 2021 sont arrivées, nous vous en souhaitons bonne lecture ➡️ :
http://www.info-birmanie.org/wp-content/uploads/NDB-Juin-2021.pdf

📣 Les Nouvelles de Birmanie de Juin 2021 sont arrivées, nous vous en souhaitons bonne lecture ➡️ :
http://www.info-birmanie.org/wp-content/uploads/NDB-Juin-2021.pdf

Reporters sans frontières / Reporters Without Borders / RSF  appelle douze multinationales à cesser le “Business as usua...
01/07/2021
Birmanie : RSF appelle douze multinationales à cesser le “Business as usual” avec les tortionnaires militaires | Reporters sans frontières

Reporters sans frontières / Reporters Without Borders / RSF appelle douze multinationales à cesser le “Business as usual” avec les tortionnaires militaires

https://rsf.org/fr/actualites/birmanie-rsf-appelle-douze-multinationales-cesser-le-business-usual-avec-les-tortionnaires

Après les avoir invitées à se positionner en avril dernier, Reporters sans frontières (RSF) a interpellé par courrier une dizaine de multinationales pour leur demander des actions concrètes afin qu’elles cessent de soutenir et financer, directement ou indirectement, la junte au pouvoir - san...

"En soirée, 2.296 manifestants avaient été libérés des prisons du pays, a indiqué le bureau d'information de la junte da...
01/07/2021

"En soirée, 2.296 manifestants avaient été libérés des prisons du pays, a indiqué le bureau d'information de la junte dans un communiqué.
[...]
En février, la junte avait libéré quelque 23.000 détenus, et certains groupes de défense des droits avaient alors exprimé la crainte que cette décision ne vise à désengorger les prisons pour y accueillir les opposants des militaires".

https://www.lexpress.fr/actualites/1/monde/birmanie-la-junte-libere-plus-de-2-000-opposants_2153993.html

"En soirée, 2.296 manifestants avaient été libérés des prisons du pays, a indiqué le bureau d'information de la junte dans un communiqué.
[...]
En février, la junte avait libéré quelque 23.000 détenus, et certains groupes de défense des droits avaient alors exprimé la crainte que cette décision ne vise à désengorger les prisons pour y accueillir les opposants des militaires".

https://www.lexpress.fr/actualites/1/monde/birmanie-la-junte-libere-plus-de-2-000-opposants_2153993.html

📣 Deux pétitions qui requièrent vos signatures!  📣 🔻Info Birmanie est solidaire de I'Association Suisse-Birmanie, qui a ...
30/06/2021
Sign the Petition

📣 Deux pétitions qui requièrent vos signatures! 📣

🔻Info Birmanie est solidaire de I'Association Suisse-Birmanie, qui a besoin de vos signatures pour demander à UBS Group SA et à Crédit Suisse de stopper leurs investissements avec le Conseil d'administration de l'État militaire (SAC) du Myanmar...🔻

Pétition UBS
https://www.change.org/p/ubs-group-ag-ubs-group-ag-to-stop-investing-with-myanmar-military-state-administration-counil-sac?fbclid=IwAR2Ti1qH_bIZNwBG3F4N-BagRVn8QPPK3fRQDhuIwl63aTNztBZi9h_Ibo4&use_react=false

Pétition Crédit Suisse
https://www.change.org/p/credit-suisse-credit-suisse-to-stop-investing-with-myanmar-military-state-administration-counil-sac?fbclid=IwAR1aQwH2l8JXdUcgq_0zN6xer6OHgmgrr7zeOHUHo66YV_kEDcLWSaih8O8

Merci

Credit Suisse to stop investing with Myanmar Military State Administration Counil (SAC)

"Des nouvelles milices « d’autodéfense » sont parvenues à lancer des attaques localisées contre les militaires birmans. ...
30/06/2021

"Des nouvelles milices « d’autodéfense » sont parvenues à lancer des attaques localisées contre les militaires birmans.
[...] Plusieurs de ces groupes se sont formés en réaction à la répression brutale des manifestations pacifiques par l'armée birmane"

https://www.rfi.fr/fr/asie-pacifique/20210629-birmanie-des-milices-d-autodéfense-viennent-défier-l-armée

"Des nouvelles milices « d’autodéfense » sont parvenues à lancer des attaques localisées contre les militaires birmans.
[...] Plusieurs de ces groupes se sont formés en réaction à la répression brutale des manifestations pacifiques par l'armée birmane"

https://www.rfi.fr/fr/asie-pacifique/20210629-birmanie-des-milices-d-autodéfense-viennent-défier-l-armée

"Un rapport de Global Witness jette une lumière crue sur la juteuse industrie du jade, largement dominée par l’armée bir...
29/06/2021
En Birmanie, les profits meurtriers du jade

"Un rapport de Global Witness jette une lumière crue sur la juteuse industrie du jade, largement dominée par l’armée birmane. La corruption enrichit les officiers et remonte jusqu’au propre fils de Min Aung Hlaing, le chef de la junte, à l’origine du coup d’État du 1er février."

https://www.mediapart.fr/journal/international/290621/en-birmanie-les-profits-meurtriers-du-jade?onglet=full

Un rapport de Global Witness jette une lumière crue sur la juteuse industrie du jade, largement dominée par l’armée birmane. La corruption enrichit les officiers et remonte jusqu’au propre fils de Min Aung Hlaing, le chef de la junte, à l’origine du coup d’État du 1er février.

Adresse

MVAC Quartier Latin 4, Rue De Arènes
Paris
75005

Heures d'ouverture

Lundi 10:00 - 18:00
Mardi 10:00 - 18:00
Mercredi 10:00 - 18:00
Jeudi 10:00 - 18:00
Vendredi 10:00 - 18:00

Notifications

Soyez le premier à savoir et laissez-nous vous envoyer un courriel lorsque Info Birmanie publie des nouvelles et des promotions. Votre adresse e-mail ne sera pas utilisée à d'autres fins, et vous pouvez vous désabonner à tout moment.

Contacter L'entreprise

Envoyer un message à Info Birmanie:

Vidéos

Organisations à But Non Lucratifss á proximité


Autres Organisation à but non lucratif à Paris

Voir Toutes

Commentaires

Shame on Total, funding the #Myanmar military since the mid-1990s. #totalcartoonchallenge #whatshappeningnowinmyanmar
Dessin posté sur ma page FB le 6 /03/20 ainsi que texte suivant : Le coup d’Etat militaire du 1er février en Birmanie vient de ramener le pays des années en arrière et place les entreprises étrangères occidentales – et notamment françaises – dans une position délicate. L’exemple du groupe hôtelier Accor, dont le partenaire local est Max Myanmar Group, illustre ces difficultés. En 2015, le groupe s’est associé à ce conglomérat proche de l’armée birmane pour ouvrir un hôtel cinq étoiles de 366 chambres, le Novotel Yangon Max, à Rangoun, capitale économique du Myanmar (nom donné à la Birmanie par le pouvoir militaire en 1989). L’investisseur birman est le célèbre homme d’affaires Zaw Zaw, devenu proche d’Aung San Suu Kyi après l’arrivée au pouvoir de l’ancienne dirigeante en 2015. Il possède aussi des plantations de caoutchouc, des stations-service et des entreprises de travaux publics. Selon la Mission internationale indépendante d’établissement des faits au Myanmar créée par le Conseil des droits de l’homme de l’ONU, qui a publié un rapport en 2019, cette entreprise a aidé l’armée à construire des infrastructures empêchant le retour des Rohingya sur leurs terres de l’Etat de Rakhine après les persécutions de 2017 qui les avaient poussés à l’exode. Grâce à ses donations, une barrière a été construite à la frontière entre le Myanmar et le Bangladesh, où 750 000 Rohingya avaient fui – quand ils n’avaient pas été tués. Le partenaire d’Accor « doit faire l’objet d’une enquête criminelle et éventuellement être poursuivi en justice pour avoir contribué directement et de manière substantielle à un crime contre l’humanité », ont conclu les experts indépendants de l’ONU en 2019, même si, depuis, le groupe en question se serait affranchi de sa dépendance vis-à-vis de l’armée, selon une source bien informée à Rangoun. Pas de quoi faire hésiter Accor. Même depuis le coup d’Etat militaire qui, au 2 mars, a fait au moins une trentaine de morts parmi les manifestants. Le groupe hôtelier n’a pas répondu aux questions du Monde sur ce partenariat et indique simplement « suivre la situation au Myanmar », tout en affirmant au passage « soutenir le tourisme positif », sans donner plus de détails. « Prix du plus gros contribuable » L’ouverture de l’économie birmane à partir de 2011 a attiré de nombreux groupes français, même si leurs investissements – 5,6 millions d’euros lors de la dernière année fiscale (2019-2020) – restent faibles par rapport à ceux de leurs concurrents asiatiques originaires de Chine, du Japon, de Singapour ou encore de Thaïlande. Les entreprises françaises doivent fonctionner dans un pays qui vit sous la menace des sanctions occidentales, de l’instabilité politique et de l’incertitude juridique, et certaines risquent de voir leur réputation entachée. Surtout lorsque leurs partenaires sont contrôlés par l’armée birmane ou en sont proches. Total exploite depuis 1992 une partie du champ gazier de Yadana, au large des côtes birmanes, et est devenu un important contributeur financier de l’Etat birman, à qui il a versé 257 millions de dollars (213 millions d’euros) en 2019. Sa filiale Moattama Gas Transportation Co, enregistrée aux Bermudes, a même reçu, en août 2020, des mains du président birman, Win Myint, le « prix du plus gros contribuable » dans la catégorie « entreprises étrangères » pour l’année fiscale 2018-2019. « Les investisseurs étrangers vont financer un régime militaire brutal et illégitime, comme c’était le cas avant 2011 », s’inquiète l’ONG Justice for Myanmar. Total n’a pas répondu aux questions du Monde et affirme dans un communiqué « conduire ses activités de façon responsable dans le respect des lois et des droits humains universels ». Total exploite depuis 1992 une partie du champ gazier de Yadana, et est devenu un important contributeur financier de l’Etat birman Des entreprises françaises ont aussi tenté de vendre des systèmes d’identification biométrique au gouvernement birman. Un projet critiqué par les ONG, surtout après le « nettoyage ethnique » de 2017 qui a forcé à l’exil près de 750 000 Rohingya. Thales dit avoir renoncé à prospecter le marché birman, expliquant qu’elle « veille à ne pas se rendre complice de violations des droits de l’homme ». Son concurrent Idemia, qui se présente comme un « leader de l’identité augmentée », n’a pas répondu aux questions du Monde. Le putsch militaire risque enfin de compliquer la réalisation de grands projets d’infrastructure dans lesquels sont impliqués des Français. Plusieurs ONG avaient demandé en 2019 à EDF de se retirer du projet de barrage hydraulique Shweli 3, pour éviter que l’armée ne réprime la population opposée à un tel projet. L’électricien français leur avait répondu en octobre 2019 qu’il organisait des consultations avec les populations locales, dans le respect des « meilleurs standards sociaux et environnementaux au monde ». Mais les habitants oseront-ils, désormais, exprimer leurs désaccords ? Conglomérats géants Autre grande entreprise française qui espérait tirer profit de l’expansion de la classe moyenne birmane, Canal+ a mis le pied dans le pays via une holding enregistrée à Singapour, cité-Etat réputée pour sa fiscalité avantageuse. Son bouquet satellite diffuse, entre autres, la chaîne de la télévision d’Etat Myanmar Radio and Television (MRTV). Contrairement à Facebook, qui a décidé de suspendre le compte de la chaîne, la filiale de Vivendi continue de la diffuser. « Nous n’avons pas la main pour couper son signal et nous ne pouvons donc pas empêcher la réception de cette chaîne gratuite par nos abonnés », se justifie le groupe télévisuel français. Lire aussi En Birmanie, la répression des manifestations contre le coup d’Etat militaire prend un tour sanglant Il y a aussi les entreprises qui, par manque de vigilance, soutiennent les hauts gradés. Prenez par exemple l’Azura Beach Resort. Cet hôtel en bord de plage, situé dans la région de Chaung Thar, est gratifié d’étoiles et de commentaires élogieux sur tous les sites de tourisme alors que, selon une enquête de l’ONG Justice for Myanmar, il appartient à Aung Pyae Sone, le fils du général Min Aung Hlaing, chef de l’armée birmane et auteur du putsch de février. Les agences de voyages en ligne Hotels.com ou encore Oui.sncf proposent même d’y séjourner. L’entreprise qui gère ces sites de réservation, Expedia, dit « enquêter » sur l’établissement en question. Canal+ a mis le pied dans le pays via une holding enregistrée à Singapour. Son bouquet satellite diffuse, entre autres, la chaîne de la télévision MRTV Les entreprises contrôlées par la junte militaire, dont certaines sont associées à des groupes étrangers, échappent pour la plupart aux sanctions prises par les pays occidentaux, qui visent surtout les responsables militaires de manière individuelle. En Europe, les ministres des affaires étrangères des 27 Etats membres de l’Union européenne ont affirmé, lundi 22 février, qu’ils se tenaient « prêts à adopter des mesures restrictives visant les responsables directs du coup d’Etat militaire et leurs intérêts économiques ». « Les sanctions peuvent cibler seulement certaines administrations ou certaines personnes, militaires ou non, mais il faut d’abord réunir les preuves et constituer une base légale à ces sanctions », explique un diplomate européen. « Il ne faut pas seulement cibler les militaires, dont l’épargne est souvent placée à Singapour, mais les vastes entreprises qui renforcent leur pouvoir », plaide Sophie Brondel, de l’association Info Birmanie. Leurs noms sont connus. Le rapport de la Mission internationale indépendante d’établissement des faits au Myanmar de l’ONU a identifié deux conglomérats géants, la Myanmar Economic Holdings Limited (MEHL) et la Myanmar Economic Corporation (MEC), considérés comme « les plus opaques » du pays et possédant au moins 120 entreprises dans les secteurs de la construction, de la pharmacie, de la fabrication, de l’assurance, du tourisme ou encore de la banque, sans oublier le secteur minier, et notamment le jade. Système menacé « L’armée est incontournable car c’est elle qui donne les autorisations et les licences dans de nombreux secteurs d’activité », explique Guy Lubeigt, spécialiste de la Birmanie, ancien chercheur au Centre national de la recherche scientifique (CNRS). Ses revenus sont difficiles à chiffrer. Selon un rapport d’Amnesty International, le seul conglomérat MEHL aurait distribué 18 milliards de dollars de dividendes, entre 1990 et 2011, aux militaires en activité ou retraités. Une manne qui a renforcé leur autonomie vis-à-vis du pouvoir civil. « L’armée est incontournable car c’est elle qui donne les autorisations et les licences dans de nombreux secteurs d’activité », explique Guy Lubeigt, ancien chercheur au CNRS Pour certains, la question économique sert même d’explication au coup d’Etat. « Pendant des décennies, l’armée a amassé des fortunes en contrôlant la bureaucratie d’Etat et en constituant des quasi-monopoles dans des secteurs-clés de l’économie, avance Htwe Htwe Thein, professeure à l’université australienne de Curtin. Or le programme de réformes du gouvernement conduit par la Ligue nationale pour la démocratie [LND, le parti dirigé par Aung San Suu Kyi] menaçait d’affaiblir progressivement ce système lucratif de capitalisme de connivence. » Même si la LND a veillé, lorsqu’elle était au pouvoir, à ne pas assécher les revenus des militaires, certaines de ses déclarations ont pu inquiéter l’armée. « Les militaires contrôlent de grandes entreprises au Myanmar, dans l’aviation, la banque, l’énergie, les importations et d’autres encore », avait ainsi déclaré en 2018 Myo Nyunt, porte-parole de la LND, citant la résistance de la bureaucratie comme obstacle aux réformes économiques. Pour Romain Caillaud, un Français qui a longtemps habité en Birmanie avant de diriger à Tokyo le cabinet de conseil SIPA Partners, « une certaine inquiétude se faisait jour chez les militaires lorsque la LND était au pouvoir et prônait la transparence dans le milieu des affaires, ou mettait en avant son souci de lutte contre la corruption ». Dès 2017 et la persécution des Rohingya, des entreprises ont commencé à quitter le Myanmar, à l’instar du cimentier LafargeHolcim. L’entreprise franco-suisse a annoncé à l’été 2020 la liquidation de sa filiale birmane, alors qu’elle était citée dans le rapport des experts indépendants de l’ONU comme entretenant des liens contractuels ou commerciaux avec l’armée. Le brasseur japonais Kirin a lui annoncé début février qu’il comptait rapidement mettre un terme à ses relations d’affaires avec l’armée birmane, avec laquelle il exploite localement deux brasseries. Le groupe s’est déclaré « profondément inquiet des récents agissements de l’armée en Birmanie », qui sont « contraires » à ses principes en matière de droits de l’homme. Voir moins