Suprême Conseil de France

Suprême Conseil de France Le Suprême Conseil de France (SCDF) est, sur le territoire français, l'instance ultime et souveraine du Rite Écossais Ancien et Accepté (REAA) qui dispense les enseignements initiatiques de la Franc-Maçonnerie des "Hauts Grades".

Le Rite Écossais Ancien et Accepté (REAA) en France est "Un" mais administré par deux puissances maçonniques indépendantes. La Grande Loge de France (GLDF) administre les trois premiers degrés symboliques, le Suprême Conseil de France (SCDF) les trente autres au sein de ses Ateliers organisés en degrés de perfectionnement, degrés capitulaires, degrés de l'Aréopage et les Ultimes Vaillances.

Le Rite Écossais Ancien et Accepté (REAA) en France est "Un" mais administré par deux puissances maçonniques indépendantes. La Grande Loge de France (GLDF) administre les trois premiers degrés symboliques, le Suprême Conseil de France (SCDF) les trente autres au sein de ses Ateliers organisés en degrés de perfectionnement, degrés capitulaires, degrés de l'Aréopage et les Ultimes Vaillances.

Fonctionnement normal

19/09/2019

Au seuil de cette nouvelle année maçonnique il nous faut reprendre le chemin de nos Loges et Ateliers avec courage car le Chantier est en sérieux danger. C’est une évidence que d’affirmer que notre Monde ne va pas bien : il n’est qu’à écouter les dernières informations sur les tensions au Moyen-Orient pour se rendre compte qu’une folie hégémonique gagne toutes les sphères dirigeantes qu’elles soient politiques, économiques ou religieuses. Mais il semble que le pire soit sournoisement masqué par notre inconséquence à croire que tout est humainement maîtrisable. Il ne s’agit pas là de la prise de conscience de la dérive écologique dont les médias nous fatiguent de poncifs, bien que cette dernière soit une nécessité, mais de quelque chose de plus profond, de plus fondamental lié à notre manière de vouloir être. Le sacré est en train de se diluer dans une croyance en une toute puissance sur la matière qui le rejette au rayon des accessoires devenus inutiles. Oser aujourd’hui parler d’Âme et d’Esprit, est devenu pour beaucoup de nos contemporains se ranger à l’idéologie religieuse, convaincus qu’ils sont que le monde spirituel n’est qu’un mirage offert aux faibles humains que nous sommes afin d’évacuer nos angoisses liées à notre finitude, à notre état de mortels. Ceux-là, plus particulièrement dans les pays dits « avancés », sous la poussée des sciences et techniques, viennent à croire qu’ils sont à l’égal de Dieu(x) : d’aucuns pensent possible d’acquérir l’immortalité, pour eux bientôt promise par la biotechnologie qui viendrait à bout de toutes les maladies ou défaillances corporelles, mais aussi l’omniscience que pourrait apporter l’intelligence artificielle, et ainsi se débarrassent-ils de toute référence à un démiurge dont les consignes de vie, jusque-là colligées dans les livres sacrés, deviennent inutiles puisque tout acte qu’ils décideraient de leur libre arbitre n’engendrerait plus de conséquence, en bien ou en mal, dans une vie hors le monde matériel, qui de fait pour eux n’a pas d’existence. Ces mondes (psychique, spirituel), en dehors de celui matériel, pourtant explorés depuis des siècles par des Sages de toutes tendances, étant décrétés irréels, les prêtres, rabbins, et tous autres docteurs de la Loi, dans peu de temps n’auront plus d’utilité pour expliquer les règles de vie puisque la seule Loi à suivre sera celle de la recherche et de l’accomplissement du plaisir individuel maximum : exit la souffrance physique, exit les contraintes liées à la famille, exit le sens de la Vie et son lot d’angoisses existentielles ... Connaissance, prospérité, bonheur, paix ne seront plus promis dans une vie éternelle après la mort, mais ici-maintenant avec l’assistance des nanotechnologies et de l’intelligence artificielle. Le règne d’une promesse de jouissance dominatrice est déjà commencé ... Nous sommes uniques, alors à quoi bon réfléchir ; suivons nos désirs profonds. Rien ni personne ne doit nous forcer à vivre et à être ce que nous ne sommes pas. Certains humains se croient désormais sacrés en eux-mêmes car Dieu, création chimérique pour la majorité, n’existe plus. Mais il y a pire : demain se prépare à affirmer que c’est l’information qui est sacrée car c’est elle qui satisfait les besoins humains. Dieu, jusqu’au 18ème siècle a été au centre du Monde, puis ce fut le règne homocentrique jusqu’à la fin des 30 glorieuses. Aujourd’hui l’homme est prêt dans un terme court à céder sa place qu’il voulait jusque là centrale, aux données numérisées tous azimuts et à leurs logiciels de traitement.
Vers quel Monde allons-nous ? Nous autres francs-maçons, notamment du Rite Écossais Ancien et Accepté, sommes quasiment les seuls à croire encore à une Grande Lumière qui nous anime, que l’effort à s’y fondre est notre Espérance, et que donc notre existence à un sens.
Nous estimons qu’Âme et Esprit sont deux « natures » inséparables du corps dans leur tripartition : corps matériel, corps psychique, corps spirituel, qu’ils sont dans une permanence indépendante des modes de pensée et des sciences. Nous sommes en même temps, sur une autre dimension, Âme, complètement liée à notre façon d’être en humanité, et Esprit, c’est à dire « sacrés » par le dépôt immuable qui nous est donné, pour peu que nous sachions voir, et donc prononcer.
Fasse que dans nos Loges et Ateliers nous ayons à cœur de continuer à entretenir cette petite flamme spirituelle qui nous anime et qui fait que nous sommes frères en humanité plutôt que simples banques de données exploitées par des logiciels conçus pour nous dépasser en intelligence.

@
@ @

On the threshold of this new Masonic year we must return to our Lodges and Workshops with courage because the shipyard is in serious danger. It is obvious to say that our World is not going well: it is only to listen to the latest information on the tensions in the Middle East to realize that a hegemonic madness is gaining all the governing spheres whether they are political, economic or religious developments. But it seems that the worst is sneakily masked by our inconsistency in believing that everything is humanly controllable. This is not the awareness of the ecological drift that the media ponders, although the latter is a necessity, but something deeper, more fundamental related to our way of wanting to be. The sacred is diluting in a belief in a power on matter that throws it into the ray of accessories that have become useless. Daring today to speak of Soul and Spirit, has become for many of our contemporaries to agree with religious ideology, convinced that they are that the spiritual world is only a mirage offered to the weak humans that we are in order to evacuate our anxieties related to our finitude, to our mortal state. These, especially in the so-called "advanced" countries, under the push of science and technology, come to believe that they are on the equal of God(x): some think it possible to acquire immortality, for them soon promised by biotechnology that would overcome all the diseases or failures of the body, but also the omniscience that artificial intelligence could bring, and thus get rid of any reference to a demiurge whose life instructions, hitherto collated in the sacred books, become useless since any act they decide of their free will would no longer give consequence, for good or ill, in a life outside the material world, which in fact for them has no existence. These worlds (psychic, spiritual), apart from that material, yet explored for centuries by sages of all tendencies, being decreed unreal, priests, rabbis, and all other doctors of the Law, soon will no longer be useful to explain the rules since the only Law to follow will be that of the search and the fulfillment of maximum individual pleasure: exit physical suffering, exit the constraints related to the family, exit the meaning of Life and its lot of existential anxieties ... Knowledge, prosperity, happiness, peace will no longer be promised in an eternal life after death, but here-now with the assistance of nanotechnology and artificial intelligence. The reign of a promise of dominating enjoyment has already begun ... We are unique, so what is the point of thinking; follow our deep desires. Nothing and no one should force us to live and be what we are not. Some humans now believe themselves sacred because God, a chimerical creation for the majority, no longer exists. But there is worse: tomorrow is preparing to affirm that it is information that is sacred because it is it that satisfies human needs. God, until the 18th century was at the center of the world, then it was the homocentric reign until the end of the glorious 30. Today man is ready in a short term to give up his place that he wanted until then central, to all-round digitized data and their processing software. What world are we going to? We Freemasons, especially the Ancient and Accepted Scottish Rite, are almost the only ones who still believe in a Great Light that animates us, that the effort to blend in is our Hope, and that therefore our existence has a meaning. We believe that Soul and Spirit are two "natures" inseparable from the body in their tri-partition: material body, psychic body, spiritual body, that they are in a permanence independent of the modes of thought and science. At the same time, we are on another dimension, Soul, completely linked to our way of being in humanity, and Spirit, ie "sacred" by the immutable deposit given to us, as long as we know how to see, and therefore pronounce. In our Lodges and Workshops, we are committed to continuing to maintain this little spiritual flame that animates us and makes us brothers in humanity rather than mere databases exploited by software designed to surpass us in intelligence.

@
@ @

No limiar deste novo ano maçônico, devemos voltar aos nossos Lodges e workshops com coragem porque o estaleiro está em grave perigo. É óbvio dizer que o nosso mundo não está indo bem: é só para ouvir as últimas informações sobre as tensões no Oriente Médio para perceber que uma loucura hegemônica está ganhando todas as esferas que regem se eles são políticos, desenvolvimentos económicos ou religiosos. Mas parece que o pior é sorrateiramente mascarado por nossa inconsistência em acreditar que tudo é humanamente controlável. Esta não é a consciência da deriva ecológica que a mídia pondera, embora esta seja uma necessidade, mas algo mais profundo, mais fundamental relacionado à nossa maneira de querer ser. O sagrado está diluindo em uma crença em um poder sobre a matéria que joga-lo no raio de acessórios que se tornaram inúteis. Ousadia hoje para falar de alma e espírito, tornou-se para muitos de nossos contemporâneos para concordar com a ideologia religiosa, convencido de que eles são que o mundo espiritual é apenas uma miragem oferecida aos seres humanos fracos que estamos a fim de evacuar nossas ansiedades relacionadas à nossa finitude, ao nosso estado mortal. Estes, especialmente nos chamados países avançados, o impulso da ciência e da tecnologia, vêm a crer que eles estão na igualdade de Deus (x): alguns pensam que é possível adquirir a imortalidade, para eles logo prometido pela biotecnologia que iria superar todas as doenças ou fracassos do corpo, mas também a onisciência que a inteligência artificial poderia trazer, e assim se livrar de qualquer referência a um Demiurgo cujas instruções de vida, até então agrupadas no livros sagrados, tornar-se inútil, uma vez que qualquer ato que eles decidem de sua livre vontade não iria mais dar conseqüência, para o bem ou mal, em uma vida fora do mundo material, que na verdade para eles não tem existência. Estes mundos (psíquicos, espirituais), para além desse material, mas explorados durante séculos por sábios de todas as tendências, sendo decretado irreal, sacerdotes, rabinos, e todos os outros médicos da lei, em breve não será mais útil para explicar as regras já que a única lei a seguir será a da busca e o cumprimento do máximo de prazer individual: sair do sofrimento físico, sair das restrições relacionadas à família, sair do sentido da vida e seu monte de ansiedades existenciais... Conhecimento, prosperidade, felicidade, a paz não será mais prometida em uma vida eterna após a morte, mas aqui-agora com a assistência de nanotecnologia e inteligência artificial. O reinado de uma promessa de gozo dominador já começou... Somos únicos, então qual é o ponto de pensar; seguir nossos desejos profundos. Nada e ninguém deve nos forçar a viver e ser o que não somos. Alguns seres humanos acreditam agora sagrados porque o Deus, uma criação quimérico para a maioria, já não existe. Mas há pior: amanhã está se preparando para afirmar que é a informação que é sagrada, porque é ele que satisfaz as necessidades humanas. Deus, até o século XVIII estava no centro do mundo, então foi o reinado homêntrico até o final do glorioso 30. Hoje o homem está pronto em um curto prazo para desistir de seu lugar que ele queria até então central, a todos os dados digitalizados e seu software de processamento. Que mundo vamos fazer? Nós Freemasons, especialmente o antigo e Aceito Rito Escocês, são quase os únicos que ainda acreditam em uma grande luz que nos anima, que o esforço para se misturar é a nossa esperança, e que, portanto, a nossa existência tem um significado. Acreditamos que a alma e o espírito são duas "naturezas" inseparáveis do corpo em sua Tri-partição: corpo material, corpo psíquico, corpo espiritual, que eles estão em uma permanência independente dos modos de pensamento e ciência. Ao mesmo tempo, estamos em outra dimensão, alma, completamente ligada à nossa maneira de estar na humanidade, e espírito, ou seja, "sagrado" pelo depósito imutável dado a nós, contanto que nós sabemos como ver, e, portanto, pronunciar. Nos nossos Lodges e workshops, estamos empenhados em continuar a manter esta pequena chama espiritual que nos anima e nos torna irmãos na humanidade, em vez de meros bancos de dados explorados por software projetado para superar-nos em Inteligência.

05/07/2019

Au cours de sa tenue solennelle du 13 juin 2019 le Suprême Conseil de France a remis les insignes de Grand Commandeur Honoris Causa au Très Illustre Frère

Alain BERNHEIM
Souverain Grand Inspecteur Général
du Suprême Conseil des États-Unis d’Amérique,
Juridiction Sud

Le Frère Alain BERNHEIM, éminent historien de la maçonnerie, s’est particulièrement intéressé à la création des Suprêmes Conseils dans le monde et à leur régularité en appuyant ses thèses sur des sources historiques irréfutables.

19/04/2019

Rien n’est définitivement acquis : tout peut disparaître, et plus vite que pour l’édification, même le beau, le pur, le miséricordieux. L’insouciance, la traîtrise, l’inattention sont les fossoyeurs de nos petites constructions que nous voudrions éternelles. Et que dire de l’ignorance, du fanatisme et de l’ambition qui ne laissent derrière eux que cendres grises. "Celui qui" en est le meilleur exemple, lui qui savait pourtant. En ce jour de rappel à nos sens et notre mémoire que nous ne sommes que bien peu de chose, opposons à l’ignorance, la Connaissance, au fanatisme, l’Amour vrai et à l’ambition l’Action raisonnée, alors oui, la Lumière pourra de nouveau briller.
Bonnes fêtes de Pâques à tous.

11/02/2019

L’Alliance Internationale de la Maçonnerie Écossaise (AIME) poursuit son développement sur le continent africain avec l’agrégation en son sein de deux nouvelles Juridictions :
- le Suprême Conseil du Congo ;
- le Suprême Conseil de Madagascar.
Émanation directe du Suprême Conseil de France, ces deux Juridictions sont composées de frères africains qui, arrivés au sommet de leur parcours initiatique, ce sont engagés à développer le Rite Écossais sur ces territoires inoccupés.
Nous ne doutons pas qu’ils sauront porter haut les couleurs du Rite dans leur pays. Bon vent à eux !

21/06/2018

Bientôt une surprise ... en bande dessinée, évidemment en 33 volumes, avec le plus grand éditeur et celui que je considère être comme le meilleur scénariste de la question. Dans un premier temps sur souscription : 3 volumes par an, dès septembre 2019. Eh oui, il faudra un peu de patience, mais croyez-moi, le volume 1 déjà écrit, il arrache ... Une histoire et un cahier didactique pour chaque volume : ça c’est de la BD qui va marquer bien plus que ces pâles "marronniers" qui se veulent renseignés et qui ne diffusent bien souvent que des âneries ou des banalités affligeantes.

19/05/2018
Nous avons la joie d'annoncer que le  16 mai 2018 à 11 heures 45, dans les locaux du SCDF, le Très Puissant Souverain Gr...
17/05/2018

Nous avons la joie d'annoncer que le 16 mai 2018 à 11 heures 45, dans les locaux du SCDF, le Très Puissant Souverain Grand Commandeur du Suprême Conseil de France, Claude Collin, et le Très Puissant Souverain Grand Commandeur du Suprême Conseil pour la France, Henri Lustman, ont signé une Convention tendant au rapprochement des deux Juridictions.

PRIX DE THÈSE 2018 du SUPRÊME CONSEIL DE FRANCELES CANDIDATURES RETENUESREMISE DU PRIX LE 21 JUIN 2018Depuis 2017, le Su...
14/05/2018

PRIX DE THÈSE 2018 du SUPRÊME CONSEIL DE FRANCE
LES CANDIDATURES RETENUES
REMISE DU PRIX LE 21 JUIN 2018

Depuis 2017, le Suprême Conseil de France attribue un Prix de thèse à un lauréat sélectionné parmi des candidats ayant soutenu leur travail de doctorat devant des Universités ou des Organismes de recherche français ou étrangers.

Les thèmes et opinions développés dans ces thèses doivent présenter des convergences notables avec les valeurs mises en avant et soutenues par la Franc-Maçonnerie en général et le Suprême Conseil de France en particulier.

Elles peuvent concerner des spécialités universitaires aussi diverses que les sciences informatiques et technologiques, le droit et les sciences juridiques, la théologie, les arts et la création artistique, l’économie ou encore les sciences de l’information et de la communication.

Ce prix est ouvert à tous les candidats concernés sans condition de genre ou de nationalité. Il est attribué par un jury composé de Membres du Suprême Conseil de France.

Le succès du premier Prix de Thèse du Suprême Conseil de France remis à Monsieur François GRUSON pour son remarquable travail de doctorat en architecture intitulé « Pratique rituelle et forme de l’espace: Le Temple Maçonnique, forme, type et signification » a démontré la possibilité de trouver dans des travaux universitaires l’exposition de valeurs défendues aussi par la Franc-Maçonnerie et permettant de favoriser une réflexion commune sur l’harmonie dans nos sociétés.

Le Prix de Thèse 2018, sera remis au Lauréat ou à la Lauréate le 21 juin 2018 par le Grand Commandeur du Suprême Conseil de France.

Il pérennisera cette démarche de partage de Connaissances.

Le Suprême Conseil de France a validé 7 candidatures. L'examen de ces travaux se poursuit.

Voici les candidatures retenues :

- « La franc-maçonnerie et la notion de secret dans l'Angleterre du XX° siècle : de la seconde Guerre mondiale aux années 2000 »
Amanda Brown-Peroy
Etudes anglophones
Université de Bordeaux - Montaigne

- « Andrew Michael Ramsay (1686 – 1743) : religion, philosophie et pensée maçonnique »
Sophie Desplanches
Etudes anglophones
Université de Paris 3

- « L’influence de la franc-maçonnerie sur l’élaboration de la norme sous la V° république »
Diane-Marie Palacio-Russo
Droit
Université de Paris 2

- « Le développement du soufisme en Europe : au-delà de l'antinomie, modernité et tradition »
Francesco Piraino
Sociologie
Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales (EHESS ) - Paris
Scuola normale superiore - Pise

- « La correspondance maçonnique échangée entre 1786 et 1810 par Jean-Baptiste Willermoz et Claude-François Achard : thèmes ésotériques dans la constitution du Régime Écossais Rectifié »
Jacques Rondat
Religions et systèmes de pensée
Ecole Pratique des Hautes Etudes - Paris

- « Les degrés du silence. De la juste place du sens dans le langage et dans la perception chez Austin et Merleau-Ponty »
Jeanne-Marie Roux
Philosophie
Université de Paris 1

- « La franc-maçonnerie et les femmes au temps des Lumières : Angleterre, France et territoires allemands »
Marie-Anne Mersch
Etudes anglophones
Université de Bordeaux - Montaigne

Adresse

08 Rue Puteaux
Paris
75017

Informations générales

Le Suprême Conseil de France (SCDF) est une association régie par les dispositions de la loi du 1er juillet 1901, fondée à Paris en octobre 1804 et rendue publique par déclaration du 09 février 1933 auprès de la Préfecture de Paris. Elle est régie par les "Règlements et Constitutions de 1762", les "Grandes Constitutions de 1786", révisées en 1875 à Lausanne, et par ses "Statuts et Règlement Particulier".

Téléphone

01 45 22 18 35

Notifications

Soyez le premier à savoir et laissez-nous vous envoyer un courriel lorsque Suprême Conseil de France publie des nouvelles et des promotions. Votre adresse e-mail ne sera pas utilisée à d'autres fins, et vous pouvez vous désabonner à tout moment.

Contacter L'entreprise

Envoyer un message à Suprême Conseil de France:

Vidéos

Organisations à But Non Lucratifss á proximité


Autres Organisation à but non lucratif à Paris

Voir Toutes