PAJ PAJ est une association de photographes, d’auteurs et de journalistes qui éprouvent, comme vous, de plus en plus de difficultés à vivre de leur profession.
(1)

Fonctionnement normal

WEBCONFÉRENCE URSSAF LUNDI 7 JUIN À 11H30DÉCLARATION DE VOS REVENUS ARTISTIQUESLa déclaration des revenus artistiquesEn ...
04/06/2021
CampaignFormsApp

WEBCONFÉRENCE URSSAF LUNDI 7 JUIN À 11H30
DÉCLARATION DE VOS REVENUS ARTISTIQUES

La déclaration des revenus artistiques
En tant qu'artiste-auteur, vous effectuez chaque année la déclaration de vos revenus artistiques auprès de l'Urssaf.

Pour vous accompagner dans vos démarches, l'Urssaf organise une webconférence le lundi 7 juin à 11h30.

A cette occasion, les experts de l'Urssaf présenteront les modalités déclaratives en fonction des différents types de revenus artistiques (bénéfices non commerciaux, traitements et salaires) et répondront à vos interrogations sur cette déclaration.

Cette webconférence est réalisée avec Microsoft Teams Live Event. Vous pouvez y accéder en amont pour poser vos questions dans le chat et vous connecter le 7 juin à 11h30 pour assister en direct à la webconférence. Vous pourrez également visualiser le replay qui sera disponible sur la chaine Youtube l'Actu des Urssaf.
Si vous assistez à la webconférence à partir d'un smartphone ou d'une tablette, vous devrez préalablement télécharger gratuitement l'application Microsoft Teams.


Participez à la webconférence
et posez vos questions

https://f.info.urssaf.fr/f/o?c=Email%2F500113361%2F61%2F2649871%2F2785ec3b&q=0SVveKvkzcbkSGytTfLbKBZNdB15pVCCyh9JYJPcCxUCb6ohQuJbxmCM1r5rWNcUFnxH-sOl1N-WFkuxgoZTCHWKBWSwAp0JeHRwDrxA7QGEI4lBEAHfn_Y_IESpJYUGyYOtCOi08jIo5oF38ABmbmVlPsFPEXkUT9os34U0H8W0DMm9mFDOBw6RwS9Qnz4yGuyCFPQw-wps58tqa23mVkRuL-0Ouki_Gf4ofFgwp2asCSo7KE64-DCd7raM8yFC&fbclid=IwAR3Q0vjLtHrCc7xcs9HH6Zl1yUAWVCjDr9-PNaDIHBc75MLMgeHnLs1QPKU

Auteurs : une mesure sociale.Le seuil de d’ouverture des droits aux indemnités journalières maladie et maternité est aba...
18/05/2021
PAJ | Photographes Auteurs Journalistes

Auteurs : une mesure sociale.

Le seuil de d’ouverture des droits aux indemnités journalières maladie et maternité est abaissé de 900 SMIC horaire, à 600 SMIC horaire au titre de l’année 2020.

Lire la suite sur le site de PAJ : https://paj-photographe-auteur-journaliste.org/post-126

Javascript est désactivité : paj-photographe-auteur-journaliste.org peut ne pas fonctionner correctement...Vous pouvez régler ce problème dans les préférences et/ou paramètres du navigateur.

Non aux créations gratuites
03/05/2021
Non aux créations gratuites

Non aux créations gratuites

NON AUX APPELS D'OFFRES PUBLICS NON INDEMNISÉS Nous sommes artistes-auteurs, designers et communicants. Nous dénonçons le principe des appels d'offres publics nécessitant de travailler gratuitement.

Burkina Faso : deux journalistes espagnols tués dans l’est du pays | Reporters sans frontières
28/04/2021
Burkina Faso : deux journalistes espagnols tués dans l’est du pays | Reporters sans frontières

Burkina Faso : deux journalistes espagnols tués dans l’est du pays | Reporters sans frontières

Reporters sans frontières (RSF) a appris avec effroi la mort de deux journalistes espagnols, tués au cours d’une attaque dans l’est du Burkina Faso. RSF dénonce une nouvelle tragédie pour le journalisme, dernier rappel des risques considérables auxquels sont exposés celles et ceux qui tent...

17/04/2021
29/03/2021

POURQUOI LA "CRÉATION ARTISTIQUE" AURAIT-ELLE BESOIN D'UNE "DIRECTION GÉNÉRALE" QUI SE CONTREFICHE DES AUTEURS?

#DGCA #auteurartiste #photographie #MinistèreDeLaCulture

Timeline Photos
28/03/2021

Timeline Photos

🌿Au revoir Bertrand Tavernier ( 25 avril 1941 - 25 mars 2021) !

Bertrand Tavernier photographié par Jean-Luc Mège, 2014

Enterrement du rapport Racine, mission Brun-Buisson dans les choux, délégation à la photographie au placard, bref, roule...
13/03/2021

Enterrement du rapport Racine, mission Brun-Buisson dans les choux, délégation à la photographie au placard, bref, roule la galette et dorénavant ce sera comme d'habitude.
A LUTA CONTINUA

Suite aux annonces de la ministre Roselyne Bachelot qui enterre les mesures du #RapportRacine, après 3 années intenses d'engagement pour mes pairs, je cesse tous mes mandats. Un tel mépris pour la parole des auteurs et autrices eux-mêmes et pour le dialogue social défie l'imagination.

Voilà désormais 3 ans que je suis engagée bénévolement au quotidien pour l’amélioration des conditions sociales de ma profession. Cela a commencé en 2017 au conseil d’administration de la La Charte des auteurs et des illustrateurs pour la jeunesse puis en 2018 à travers la fondation puis la consolidation de la Ligue des auteurs professionnels. J’ai présidé ces deux organisations professionnelles avec enthousiasme et travail acharné, épaulée constamment par des auteurs et autrices formidablement engagés et compétents. Je tiens ici à les remercier du fond du cœur : je n’aurais pas tenu une semaine sans la solidarité à toute épreuve de ceux et celles qui pensent constamment à l’intérêt collectif, à savoir : comprendre les clefs de cet écosystème complexe et agir avec fermeté pour améliorer la condition sociale de nos professions.

Car oui, il s’agit bien d’un combat. D’un combat syndical. Il nous aura fallu longtemps avant de prononcer le mot syndicat et d’en comprendre toute la signification, nous qui baignons dans l’univers du livre. Par sa représentation romantisée de l’acte de création, le monde de la culture tient méticuleusement à distance toute référence au travail pour les créateurs et créatrices. Et pourtant, sans ambiguïté, créer est aussi un travail. Le secteur de la culture emploie 670 000 personnes et pèse pour 2,3% du PIB français : cette richesse économique vient de créateurs et créatrices d’œuvres qui cotisent comme des professionnels et à qui l’on nie encore aujourd’hui des droits fondamentaux en matière de droits sociaux. Les raisons de ce déni ? Notre singularité de créateur et créatrice nous exclurait de facto de toutes les règles de droit commun quand il s’agit de protéger nos professions (mais étrangement, pas quand il s’agit de contribuer !). Cette singularité ferait de nous des individus à part, pour le pire socialement et non pas le meilleur. Cette singularité en viendrait à nier que nous sommes des citoyens et citoyennes français à part entière.

Je voulais vous écrire aujourd’hui pour une raison bien précise. Le jour où la Ligue des auteurs professionnels a franchi la porte d’entrée d’une salle du ministère de la culture, pour rencontrer la mission Racine, Denis Bajram et moi-même avions formulé une promesse à leur équipe. Si la mission Racine échouait, nous rendrions nos mandats. Non par défaitisme. Mais pour dire publiquement l’inaction des pouvoirs publics alors que ces derniers auraient, nous l’espérions, désormais toutes les cartes en main pour agir.

Le rapport Racine le démontrait brillamment : le cœur des enjeux est bien la reconnaissance d’une profession. Tant que cette profession sera niée, tant que le mot travail ne pourra pas être prononcé, alors nous continuerons à vivre le grand n’importe quoi que nous connaissons depuis des décennies – spoliation des droits à la retraite, dégradation des rémunérations, absence de minimums de rémunérations, absence d’élections professionnelles et d’une démocratie sociale, dialogue social entaché de conflits d’intérêts, accès aux prestations sociales plus que chaotique, etc.

Pour que rien ne change… il fallait enterrer les mesures Racine. C’est chose faite officiellement depuis les annonces de la ministre Roselyne Bachelot, qui a pris le parti de « reculer », comme l’indique Le Monde. Les pouvoirs publics ont une immense responsabilité dans la souffrance professionnelle des artistes-auteurs, par leur inaction qui est bien correspond à un manque criant de courage face à des lobbies très installés.

Je vous épargne le traditionnel bilan des actions de ces 3 dernières années : les rapports d’activité des organisations professionnelles jouent très bien ce rôle. Je quitte aussi le conseil d’administration du Centre National du Livre, où ne siègent pas des organisations professionnelles mais des « personnalités qualifiées ». Mon mandat arrive à sa fin, et comme répété mille fois aux pouvoirs publics : il faut que des organisations professionnelles siègent dans les instances concernant les artistes-auteurs, et non pas des personnes, aussi qualifiées ou compétentes soient-elles. Si la personnification importante a ses avantages dans le combat, notamment quand des créateurs et créatrices utilisent leur notoriété pour servir la cause, elle a ses limites. On l’a vu dans le cadre de l’affaire SGDL/ Joann Sfar : la violence de certaines institutions à l’encontre des auteurs et autrices eux-mêmes, des individus donc, a redoublé. Il est bien plus facile de cibler des individus engagés pour tenter de faire taire un mouvement. À ce titre, j’ai moi-même fait l’objet de nombreuses menaces et tentatives d’intimidations depuis le début de l’exercice de mon mandat – et je passe sur les attaques sexistes. Ce n’est pas acceptable. Nous avons besoin d’organisations professionnelles puissantes qui protègent des individus qui se retrouvent de facto en position de partie faible.

J’insiste sur l’importance de distinguer la défense du droit d’auteur de la défense de nos intérêts professionnels. Le droit d’auteur est fondamental, mais n’est ne correspond pas toujours à la défense des intérêts professionnels des auteurs. Le droit d’auteur, par essence, est un droit de propriété qui a en France la particularité de se transmettre aux exploitants des œuvres sans véritables garde-fou concrets pour que nous puissions en contrôler l’exploitation. Il est vital d’établir enfin des règles de représentativité conformes à une démocratie sociale, en cessant de confondre les organismes de gestion collective (sociétés privées sous tutelle du ministère de la Culture) et les syndicats. Comme il a été vital d’enfin faire comprendre que les intérêts des maisons d’édition sont parfois convergents avec ceux des auteurs et autrices, mais souvent divergents. Il y a peu de temps encore, on entendait dire que les auteurs et autrices étaient représentés par les maisons d'édition…

Rien ne change institutionnellement, et pourtant tout change dans nos mentalités. Car il existe bien désormais un mouvement inédit de solidarité entre artistes-auteurs. Une compréhension de plus en plus fine et accrue des enjeux et des points de blocage vers l’obtention de droits sociaux. Et surtout, une détermination à gagner en expertise. Car soyons clairs : les artistes-auteurs ont peu de moyens, en revanche ils auront toujours pour eux leur solidarité, leur créativité et leur capacité à saisir l’outil du droit pour se défendre.

C’est avec beaucoup d’émotion que je vois aujourd’hui la Ligue des auteurs professionnels, simple collectif il y a deux ans, mettre au vote sa transformation en puissant syndicat. Je quitte ma fonction de présidente avec espoir : l'espoir de voir tout ce travail collectif se consolider. La joie à ma petite échelle d’avoir contribué à ce combat collectif si essentiel pour l’avenir de nos professions plus malmenées que jamais. Mais j’éprouve aussi une tristesse profonde : celle de voir qu’aujourd’hui, l’argent du droit d’auteur, l’argent des auteurs donc, est utilisé dans un lobbying à l’encontre de leurs intérêts professionnels. Il y a un gouffre immense entre la représentation que l’on se fait des auteurs et autrices, et la réalité très concrète de leurs droits qui sont constamment bafoués. L’application des mesures du rapport Racine aurait pu changer la donne de façon inédite et historique, elle aurait pu avoir des effets très concrets sur la vie des créateurs et créatrices… Cette chance n’a pas été saisie par les pouvoirs publics. Le combat continue. Il est plus nécessaire que jamais dans cette période.

Dessin de Sandrine Bonini

Bonne analyse. L'exemple de la MEP est frappant même si peu surprenant.
09/03/2021
Le CLAP pour la photographie française - 9 Lives Magazine

Bonne analyse. L'exemple de la MEP est frappant même si peu surprenant.

À l’origine du mouvement #PayeTaPhoto en 2018, cinq agences et collectifs d’auteurs (Signatures, modds, Tendance Floue, MYOP et VU’) se sont réunis en association sous le nom du CLAP (Comité de Liaison et d’action pour la Photographie). Ayant pour mission de défendre les droits et les in...

La rebellion contre les GAFAM s'intensifie. Après l'Australie, le Canada ! Ne vous laissez pas rebuter par le fait que c...
20/02/2021
Canada vows to be next country to go after Facebook to pay for news

La rebellion contre les GAFAM s'intensifie. Après l'Australie, le Canada ! Ne vous laissez pas rebuter par le fait que cet article soit en anglais. Vous pouvez le lire en français, instantanément traduit, en cliquant sur le petit sigle (un "g" blanc dans un triangle rouge) en bout d'adresse url .

Canada vowed on Thursday to make Facebook Inc pay for news content, seeking allies in the media battle with tech giants and pledging not to back down if the social media platform shuts off the country's news as it did in Australia. Facebook blocked all Australian news content on its service over pro...

Exclusif: l'accord de 76 millions de dollars de Google avec des éditeurs français rend de nombreux points de vente furie...
14/02/2021
Exclusive: Google's $76 million deal with French publishers leaves many outlets infuriated

Exclusif: l'accord de 76 millions de dollars de Google avec des éditeurs français rend de nombreux points de vente furieux

#droitvoisin #photojournalisme #Article15 #Apig

Alphabet Inc's Google has agreed to pay $76 million over three years to a group of 121 French news publishers to end a more than year-long copyright spat, documents seen by Reuters show.

Adresse

30, Rue De Grenelle
Paris
75007

Notifications

Soyez le premier à savoir et laissez-nous vous envoyer un courriel lorsque PAJ publie des nouvelles et des promotions. Votre adresse e-mail ne sera pas utilisée à d'autres fins, et vous pouvez vous désabonner à tout moment.

Organisations à But Non Lucratifss á proximité


Autres Organisation à but non lucratif à Paris

Voir Toutes

Commentaires

LECTURE INDISPENSABLE L'excellent article de Gilles Walusinski sur ce qui nous attend en 2019
Personnellement, je trouve ces affaires très graves. Payer des photo-journalistes ou une agence pour modifier les photos qui seront diffusées dans la presse, c'est clairement de la corruption pour ce qui concerne la partie EM. Pour ce qui est du résultat, c'est clairement de la manipulation d'opinion et d'image. Comment peut-on appeler le fait de payer la Poissonnière pour changer son image, être sur d'avoir des photos qui mettent en valeur le candidat... de magouiller avec une agence pour changer son image parce que des rumeurs d'homosexualité trainaient sur les réseaux ? Regardez la charte d'éthique des journalistes, regardez les lois française, je pense qu'il y a matière à poursuites...