AMDH Paris IDF Association Marocaine des Droits Humains - Section Paris/IDF

AMDH Paris IDF Association Marocaine des Droits Humains - Section Paris/IDF La section Paris/IDF de l'Association Marocaine des Droits Humains. (Page Officielle) Née le 15 Septembre 2012, La section Paris/IDF de l'Association Marocaine des Droits Humains milite pour faire connaître et améliorer la situation des droits humains des marocain(e)s au Maroc et ailleurs.

FreeKoulchi
14/02/2021

FreeKoulchi

🏴 Sit-in 10 ans après le 20 février 2011 : LIBERTÉ POUR LES DÉTENUS POLITIQUES ET D’OPINION

20 FÉVRIER 2011 - 20 FÉVRIER 2021

➡️ DIRE NON À L’ÉTAT DE NON DROIT
➡️ HALTE À LA RÉPRESSION
🔗 fb.me/e/dbKUQStaH

21/12/2020
Le Comité de Soutien au Mouvement Rifain Paris CSMR PARIS
25/10/2020

Le Comité de Soutien au Mouvement Rifain Paris CSMR PARIS

Appel

Le comité de soutien au mouvement rifain CSMR-Paris - organise un rassemblement Place de la république, le samedi 31 octobre 2020 de 16h a 18h à l'occasion du triste anniversaire de la mort de Mohsin Fikri et en solidarité au mouvement populaire dans le Rif, le Hirak de Rif, et pour la libération de tous les prisonniers politiques et d'opinion au Maroc.

Le 28 octobre est la date du 4ème anniversaire de la mort effroyable de Mohsin Fikri à Al Hoceima (Nord du Maroc) .Ce jeune rifain, un marchand de poissons, qui a été broyé dans une benne à ordures, après l'intervention de la police marocaine lors d’un contrôle, lorsqu' il tentait de récupérer sa cargaison d'espadons saisie et détruite par cette même police .

La mort de Mohsin Fikri le 28 octobre 2016 a suscité l’indignation partout au Maroc mais aussi en Europe au sein de la diaspora . Il a été l’élément déclencheur d’un mouvement populaire et pacifique qui a gagné tout le Rif.

La seule réponse concrète de l’état marocain à ce jour est la répression féroce perpétrée par les forces de sécurité suivie par des centaines de prisonniers politiques ainsi que des exilés politiques. Des procès expéditifs dans ce qui est un simulacre de justice, ont débouché parfois sur des lourdes peines allant jusqu'à 20 ans de prison ferme sous le fallacieux prétexte "complot et atteinte à la sécurité intérieure ” et un exode massif des jeunes vers l’Europe.

Cette action est un devoir moral et militant et s'inscrit également dans une mobilisation collective et continue en France pour exiger la libération des prisonniers politiques dans les geôles marocaines, leur libération immédiate et sans condition, demander des comptes à l'Etat marocain qui n'a pas hésité à faire emprisonner des hommes, des femmes, des enfants innocents pour imposer son autorité au moyen de méthodes violentes. De même, il est important de dénoncer la complicité du pouvoir français à la répression des mouvements sociaux au Maroc.

Le CSMR-Paris vous invite toutes et tous à participer à cette comémoration et dénoncer la politique répressive du Maroc envers toutes les voix opposantes. Soyez au rendez-vous.

Paris 11 octobre 2020
CSMR-PARIS

بلاغ
لجنة باريس لدعم الحراك الشعبي بالريف، تنظم تجمعاً جماهيرياً بساحة الجمهورية بباريس يوم السبت 31 أكتوبر 2020 من 16 الى 18 زوالا. يأتي هذا الشكل النضالي تخليدا لذكرى استشهاد محسن فكري في ذكراه الرابعة. كما تعتبر فرصةً للتضامن مع حراك الريف و المطالبة بالافراج الفوري و اللا مشروط عن باقي معتقلي الحراك الذين لا زالوا يعانون الامرَّيْن في سجون الذل و العار.
للتذكير ان الشهيد محسن فكري توفي في 28 من شهر اكتوبر من 2016 في حاوية للازبال بمدينة الحسيمة ( شمال المغرب) بعدما ان حاول استرجاع بضاعته التي حاول البوليس المغربي مصادرتها منه.
هذه الجريمة الشنعاء التي راح ضحيتها شهيد لُقمة العيش محسن فكري، تلقاها الرأي العام الوطني و الدولي بسخطٍ و استنكارٍ كبيرين، فكانت نقطة بداية حراك جماهيري شعبي بكل مناطق الريف.
إن الجواب الوحيد لحد الآن الذي تعاطت به الدولة المغربية مع هذا الحراك، هو أسلوب المقاربة الامنية: فزُجت بالعديد من نشطاءه في غياهب السجون لاسكاتهم، مُلفقةً اياهم تُهماً واهية، فأصدرت في حقهم احكاماً وصلت الى 20 سنة نافذة.
إننا في لجنة باريس لدعم الحراك الشعبي بالريف إذ:
1-نأكد على براءة جميع معتقلي حراك الريف و كل الحِراكات الاجتماعية الاخرى التي شهدها المغرب.
2- نطالب الدولة المغربية بالافراج الفوري و اللا مشروط عن جميع المعتقلين السياسيين و معتقلي الرأي. كما نطالب الدولة المغربية بتحقيق الملف المطلبي بما في ذلك معاقبة الجناة في ملف شهيد لقمة العيش محسن فكري.
3- نُندِّدُ بشدة صمت المسؤولين الفرنسيين على جميع الخروقات و الانتهاكات الجسيمة لحقوق الانسان بالمغرب.
4- نناشد جميع القوى الحية بفرنسا التحرك للظغط على النظام المغربي من اجل تصفية ملف الاعتقال السياسي بالمغرب.

باريس في 11أكتوبر 2020

25/10/2020
AMDH Paris IDF Association Marocaine des Droits Humains - Section Paris/IDF
06/07/2020
AMDH Paris IDF Association Marocaine des Droits Humains - Section Paris/IDF

AMDH Paris IDF Association Marocaine des Droits Humains - Section Paris/IDF

L'AMDH Paris/IDF a le plaisir de partager avec vous son premier projet de Newsletter qui revient sur quelques activités de la section, une chronologie de l'Association et un article sur les violences policières.
La publication de cette première Newsletter coïncide avec le 41ème anniversaire de l'Association Marocaine des Droits Humains. Nous en profitons donc pour saluer les efforts de tout-e-s ses militant-e-s qui participent à la défense des Droits Humains au Maroc et partout ailleurs.

- Editorial: http://amdhparis.org/wordpress/?p=4731
- Chronologie- Histoire de l'AMDH ( Partie I) :http://amdhparis.org/wordpress/?p=4744
- Droit à la terre et respect des droits humains, deux combats qui se complètent! Article écrit par la camarade Soumaya Regragui : http://amdhparis.org/wordpress/?p=4735
- Université d'été...2ème édition et pas la dernière! : http://amdhparis.org/wordpress/?p=4737
-Exil...Rendons hommages à ceux et celles qui en ont fait un combat. http://amdhparis.org/wordpress/?p=4740
- Un pays sans justice est un pays qui appelle à la révolte. Article écrit par la camarade Khadija Ryadi :http://amdhparis.org/wordpress/?p=4751
- Covid-19: Retour sur les marocain-e-s bloqué-e-s en étranger: http://amdhparis.org/wordpress/?p=4742

Pour consulter l'intégralité de notre newsletter: http://amdhparis.org/wordpress/?wysija-page=1&controller=email&action=view&email_id=4&wysijap=subscriptions&fbclid=IwAR2ZlFig9Mepp9sIMMcZ-LZuE_-of4UVZP4gvttcQE9PvuJmPgedOW_LNPM

Bonne lecture!

L'AMDH Paris/IDF a le plaisir de partager avec vous son premier projet de Newsletter qui revient sur quelques activités ...
06/07/2020
[AMDH Paris/IDF] Newsletter Janvier - Juin 2020

L'AMDH Paris/IDF a le plaisir de partager avec vous son premier projet de Newsletter qui revient sur quelques activités de la section, une chronologie de l'Association et un article sur les violences policières.
La publication de cette première Newsletter coïncide avec le 41ème anniversaire de l'Association Marocaine des Droits Humains. Nous en profitons donc pour saluer les efforts de tout-e-s ses militant-e-s qui participent à la défense des Droits Humains au Maroc et partout ailleurs.

- Editorial: http://amdhparis.org/wordpress/?p=4731
- Chronologie- Histoire de l'AMDH ( Partie I) :http://amdhparis.org/wordpress/?p=4744
- Droit à la terre et respect des droits humains, deux combats qui se complètent! Article écrit par la camarade Soumaya Regragui : http://amdhparis.org/wordpress/?p=4735
- Université d'été...2ème édition et pas la dernière! : http://amdhparis.org/wordpress/?p=4737
-Exil...Rendons hommages à ceux et celles qui en ont fait un combat. http://amdhparis.org/wordpress/?p=4740
- Un pays sans justice est un pays qui appelle à la révolte. Article écrit par la camarade Khadija Ryadi :http://amdhparis.org/wordpress/?p=4751
- Covid-19: Retour sur les marocain-e-s bloqué-e-s en étranger: http://amdhparis.org/wordpress/?p=4742

Pour consulter l'intégralité de notre newsletter: http://amdhparis.org/wordpress/?wysija-page=1&controller=email&action=view&email_id=4&wysijap=subscriptions&fbclid=IwAR2ZlFig9Mepp9sIMMcZ-LZuE_-of4UVZP4gvttcQE9PvuJmPgedOW_LNPM

Bonne lecture!

Un pays sans justice est un pays qui appelle à la révolte . – AMDH-Paris/IDF
06/07/2020
Un pays sans justice est un pays qui appelle à la révolte . – AMDH-Paris/IDF

Un pays sans justice est un pays qui appelle à la révolte . – AMDH-Paris/IDF

Newsletter | 25 juin 2020 Kamal Ammari, Rachid Chyne, Karim Chaib, Nabil Zouhri, Abdellah Hajili, et bien d’autres, pour ne citer que quelques victimes de la période d’après l’Instance Equité et Réconciliation (IER), car la liste est longue. Ce sont des personnes victimes de la violence po...

Un pays sans justice est un pays qui appelle à la révolte . – AMDH-Paris/IDFhttp://amdhparis.org/wordpress/?p=4751Newsle...
06/07/2020
Un pays sans justice est un pays qui appelle à la révolte . – AMDH-Paris/IDF

Un pays sans justice est un pays qui appelle à la révolte . – AMDH-Paris/IDF
http://amdhparis.org/wordpress/?p=4751
Newsletter |
25 juin 2020
Kamal Ammari, Rachid Chyne, Karim Chaib, Nabil Zouhri, Abdellah Hajili, et bien d’autres, pour ne citer que quelques victimes de la période d’après l’Instance Equité et Réconciliation (IER), car la liste est longue.

Ce sont des personnes victimes de la violence policière suite à laquelle leur droit à la vie a été violé en toute impunité. Pour la plupart, lors de manifestations pacifiques dispersées par les forces de l’ordre sans respect des principes de la nécessité et de la proportionnalité.

La période du confinement instauré depuis le 20 mars 2020, comme mesure préventive contre la pandémie du covid19, et le contrôle par les forces de l’ordre de son application a été une nouvelle occasion de voir à quel point la violence est le mode de gouvernance de l’Etat, et qu’il ne compte pas l’abandonner quelque-soit les conditions et les circonstances.

Par ailleurs, en juillet 2019, un commissaire de police a même utilisé son arme à feu et a tiré avec sang-froid sur deux personnes qui ne constituaient aucun danger public. Bien au contraire, la seconde protestait contre l’acte criminel du commissaire qui a mis fin à la vie de la première victime. Le commissaire était en fait le vrai danger contre l’ordre public puisque, grâce à une vidéo filmée par un témoin, les autorités ont dû revenir sur leurs déclarations mensongères et complices, pour reconnaître que le commissaire n’était pas en service au moment du crime.

Les USA depuis quelques jours, sont enflammées par l’indignation du peuple américain choqué par le crime raciste et abject d’un policier qui a mis fin à la vie de Georges Floyd, un citoyen appartenant à la communauté noire. C’était la goutte qui a fait déborder le vase. Les sentiments d’injustice et de colère au milieu de cette communauté, générés par le comportement violent, raciste et impuni des forces de l’ordre envers ses membres ont déclenché une insurrection inédite dans le pays.

En France le mouvement « justice pour Adama », est un symbole de la lutte contre l’impunité des crimes policiers et des comportements racistes de la police. Geoffroy de Lagasnerie, philosophe et sociologue français, coauteur avec Assa Traoré sœur d’Adama, du livre « le combat d’Adama » déclare que « la police est un corps qui est capable d’inventer sa propre législation et d’utiliser les règlements sensés encadrer l’activité de ses agents pour interpréter les situations et pouvoir produire les actions qu’ils veulent, et être couverts par le gouvernement, le procureur et les juges. la police crée ses propres lois : rébellion, outrage …, la police n’est pas contrôlée par le droit. »

Si telle est la situation en France, et aux USA, elle n’est pas meilleure ailleurs. Bien au contraire. au Maroc la situation est dramatique. Non seulement parce que le nombre de victimes des aberrations policières est important et que les institutions de l’Etat sont complices, mais aussi parce que les médias contrôlés n’en parlent jamais, l’impunité est la règle, et la résistance est bien moins forte.

Malgré les recommandations de l’IER – en particulier celle parlant de l’engagement de l’Etat à mettre en place une bonne gouvernance sécuritaire, et celle évoquant l’élaboration d’une stratégie mettant fin à l’impunité – le comportement violent des forces de l’ordre envers les manifestants pacifiques et l’utilisation illégale de l’arme de fonction, génèrent plusieurs victimes. L’impunité des responsables est systématique. La précipitation des gouvernants et des institutions étatiques à justifier ces comportements illégaux est une des raisons primordiales de l’aggravation de cette situation. Ceci est un déni des Principes de base de l’ONU sur le recours à la force et l’utilisation des armes à feu par les responsables de l’application des lois qui stipulent que Les responsables de l’application des lois, dans l’accomplissement de leurs fonctions, doivent avoir recours autant que possible à des moyens non violents avant de faire usage de la force ou d’armes à feu. Et qu’ils ne peuvent faire usage de la force ou d’armes à feu que si les autres moyens restent sans effet ou ne permettent pas d’escompter le résultat désiré. Et lorsque l’usage légitime de la force ou des armes à feu est inévitable, les responsables de l’application des lois:

a) En useront avec modération et leur action sera proportionnelle à la gravité de l’infraction et à l’objectif légitime à atteindre;

b) S’efforceront de ne causer que le minimum de dommages et d’atteintes à l’intégrité physique et de respecter et de préserver la vie humaine;

c) Veilleront à ce qu’une assistance et des secours médicaux soient fournis aussi rapidement que possible à toute personne blessée ou autrement affectée;

d) Veilleront à ce que la famille ou des proches de la personne blessée ou autrement affectée soient avertis le plus rapidement possible.

Lorsque l’usage de la force ou des armes à feu par les responsables de l’application des lois entraîne une blessure ou un décès, ces responsables présenteront sans délai à leurs supérieurs un rapport sur l’incident, conformément aux règles dictées par ces mêmes principes de base.

Les gouvernements feront en sorte que l’usage arbitraire ou abusif de la force ou des armes à feu par les responsables de l’application des lois soit puni comme une infraction pénale, en application de la législation nationale.

Aucune circonstance exceptionnelle, comme l’instabilité de la situation politique intérieure ou un état d’urgence, ne peut être invoquée pour justifier une dérogation à ces Principes de base.

On est évidemment bien loin du respect de ces principes par les institutions sécuritaires du Maroc. Une des situations les plus flagrantes à cet égard est vraisemblablement le comportement de la Direction Générale de la Sureté Nationale (DGSN), qui, immédiatement après avoir pris connaissance du double crime de Casablanca du 9 juillet 2019, a publié un communiqué innocentant l’auteur du crime en qualifiant son acte de légitime défense. La DGSN se substitue ainsi à la justice et se prononce avant de faire même une enquête administrative. Ce genre de communiqué est publié quasi-systématiquement après chaque incident similaire.

Les violences policières prennent une dimension de plus en plus grande au Maroc. L’Etat invente des mensonges pour cacher la vérité des crimes commis par ses représentants. Pire encore, il innocente les criminels et criminalisent les victimes. Des accusations de rébellion, d’atteinte à une instance organisée, d’outrage à un fonctionnaire public, …etc, sont souvent évoqués pour faire taire les victimes et les témoins en les jetant en prison par la complicité d’une justice aux ordres.

Une action organisée des défenseur-e-s des droits humains contre cette situation s’impose. Une action responsable et basée sur l’approche universelle est une d’une grande urgence. Il est temps que le mouvement des droits humains et toutes les forces éprises de justice et luttant pour la dignité humaine, doivent en faire une priorité dans leur action pour un Etat de droit.

Un pays sans justice est un pays qui appelle à la révolte !

Par : Khadija RYADI

Newsletter | 25 juin 2020 Kamal Ammari, Rachid Chyne, Karim Chaib, Nabil Zouhri, Abdellah Hajili, et bien d’autres, pour ne citer que quelques victimes de la période d’après l’Instance Equité et Réconciliation (IER), car la liste est longue. Ce sont des personnes victimes de la violence po...

LE  CALVAIRE  DES  MAROCAIN-E-S  BLOQUÉ-E-S  À  L’ÉTRANGER Depuis  le  13  mars  dernier  en  raison  de  la  fermeture ...
18/06/2020

LE CALVAIRE DES MAROCAIN-E-S BLOQUÉ-E-S À L’ÉTRANGER

Depuis le 13 mars dernier en raison de la fermeture des frontières, des milliers de Marocain-e-s attendent désespérément leur retour au Maroc. Les mesures prises par les autorités consulaires marocaines restent très en deçà des besoins. Les témoignages,dont ceux que nous avons pu recueillir, parlent d’un manque d’équité et de transparence dans les mesures entreprises.

Le Maroc est un des rares pays ayant refusé de rapatrier ses citoyen-ne-s les laissant seul-e-s face à la crise sanitaire. Aucune réponse officielle n'a été donnée, malgré les appels et lettres ouvertes adressés par les organisations de défense des droits humains, en France comme au Maroc. Cet abandon reflète l’absence de considération de l’État marocain à l’égard de personnes qui se trouvent dans des conditions déplorables (sanitaire, financière, psychologique). Ce délaissement est en réalité le prolongement d’une politique liberticide interne méprisant la dignité humaine.

Le rapatriement des cadres de Renault (Tanger et Casablanca) autorisé parle Maroc, le 26 mai, et de nombreux-ses touristes américain-ne-s et européen-ne-s montre que le Maroc (comme la France s’agissant binationaux bloqués au Maroc)hiérarchise entre des personnes de qu’il est possible à rapatrier et d’autres à qui on ne daigne même pas répondre. En somme, une discrimination fondée sur des critères économiques et/ou ethnique.

Il est inacceptable d’autoriser des vols spéciaux pour une catégorie de personnes mais pas pour d’autres. Sans oublier l'ouverture exceptionnelle de la frontière avec la ville occupée de Melilia suite à la mort subite d'une jeune marocaine de 34 ans, elle-même bloquée dans la même ville pendant deux mois, incident tragique qui reflète jusqu'à quel point les conditions de ces personnes bloquées peuvent avoir un impact physique et psychologique.

Le Maroc doit déployer les mêmes efforts pour rapatrier tous-tes les Marocaine-s bloqué-e-s à l’étranger sans aucune exception.

Nous, organisations signataires de ce présent communiqué:
-Appelons l’État marocain à ce que tou-te-s les Marocain-e-s bloqué-e-s à l’étranger soient rapatrié-e-s au plus vite et dans les meilleures conditions;
-Dénonçons la mauvaise gestion de ce dossier et appelons à plus de transparence et d’équité;
-Dénonçons l’absence de réponse et le manque de réactivité des autorités consulaires à nos lettres;
-Adressons nos plus sincères condoléances aux familles des deux personnes décédées à Melilia et aux Philippines et demandons à ce que la lumière soit faite sur les circonstances de leurs décès.

Les organisations signataires :
Association Marocaine des Droits Humains Paris/IDF (AMDH PARIS/IDF)
Association de Défense des Droits de l’Homme au Maroc (ASDHOM)
Association Marocaine des Droits Humains Nord/France (AMDH NORD/FRANCE) Association des marocains de France (AMF) Immigration Développement Démocratie (IDD)
Fédération des Tunisiens pour une Citoyenneté des deux Rives (FTCR)
Agir pour le changement et la démocratie en Algérie(ACDA)
Comité pour le respect des libertés et des droits de l'homme en Tunisie(CRLDHT) Agence de la Promotion des cultures et des Voyages (APCV)

Adresse

Paris

Notifications

Soyez le premier à savoir et laissez-nous vous envoyer un courriel lorsque AMDH Paris IDF Association Marocaine des Droits Humains - Section Paris/IDF publie des nouvelles et des promotions. Votre adresse e-mail ne sera pas utilisée à d'autres fins, et vous pouvez vous désabonner à tout moment.

Vidéos

Organisations à But Non Lucratifss á proximité


Autres Organisation à but non lucratif à Paris

Voir Toutes