Fondation Res Publica

Fondation Res Publica Fondation de recherche reconnue d'utilité publique
Présidente : Marie-Françoise Bechtel ; Président d'honneur : Jean-Pierre Chevènement ; Directeur : Joachim Imad
Twitter : http://twitter.com/fondarespublica

💧 « Alors que seuls 5 % des surfaces agricoles sont irriguées en France — moins que dans la plupart des pays européens —...
10/11/2021
Agriculture: les dessous de la guerre de l’eau

💧 « Alors que seuls 5 % des surfaces agricoles sont irriguées en France — moins que dans la plupart des pays européens —, le développement de la gestion de l’eau est un chantier prioritaire pour le ministre de l’Agriculture : « On ne fait pas d’agriculture sans eau, c’est une vérité universelle, aime-t-il à dire. Il y a une nécessité impérieuse à avancer face au changement climatique, à organiser les usages pour garantir la souveraineté alimentaire. » Il compte sur le cycle de travail du Varenne de l’eau, commencé le 18 mai et qui devrait aboutir à une synthèse début 2022, pour apaiser les tensions récurrentes et faciliter les procédures. Pour l’instant, il est quasiment impossible de faire aboutir le moindre projet de stockage. Guérillas procédurales, dégradations, saccages s’enchaînent à chaque tentative. »

➡️ Dans cet article de l'Opinion, Emmanuelle Ducros met en lumière les conflits idéologiques qui minent les projets de stockage d'eau nécessaires à la bonne irrigation des terres. Certains acteurs politiques et syndicaux vont jusqu'à soutenir des actions illégales contre ces installations.

Des opposants au stockage ont détruit, ce week-end dans les Deux-Sèvres, un bassin de rétention à usage agricole, pourtant totalement légal

🌾. « Réchauffement climatique et surexploitation auraient appauvri les sols et menacent désormais la fertilité des terre...
09/11/2021
La Chine fait main basse sur le blé ukrainien dans l'indifférence européenne

🌾. « Réchauffement climatique et surexploitation auraient appauvri les sols et menacent désormais la fertilité des terres. En décembre 2020, le président Xi Jinping lui-même avait qualifié la situation agricole de cette région de "problème grave". Alors que la Chine est en train de perdre son grenier à blé, elle s'apprête à faire main basse sur celui de l'Europe. Bruxelles, Paris ou Berlin demeurent aux abonnés absents. Alors que les Occidentaux avaient su se montrer intraitables à l'égard des Russes et de leur influence en Ukraine, ils sont étrangement passifs quand il s'agit d'une vassalisation économique sous pavillon chinois. La menace que cela fait peser sur notre souveraineté alimentaire est pourtant beaucoup plus grave. »

➡️. Cet article de La Tribune décrit la stratégie chinoise de prédation des terres agricoles en Europe, et notamment en Ukraine. L'Union Européenne et ses États-membres ne réagissent pas à cette situation alarmante pour l'avenir du secteur.

OPINION. Aux portes de l'Union européenne, Pékin est devenu le principal acheteur des très convoitées productions de céréales d'Ukraine. La souveraineté alimentaire européenne pourrait être menacée. Par Jean-Jacques Handali, directeur et administrateur de Cosmopolis Conseil (Genève).

🏭  « Année après année, la France affiche des déficits commerciaux record : 58,9 milliards d’euros en 2019, 65,2 milliar...
08/11/2021
"Made in France" : ce grave déficit commercial de l'Hexagone

🏭 « Année après année, la France affiche des déficits commerciaux record : 58,9 milliards d’euros en 2019, 65,2 milliards en 2020, et sans doute 70 milliards en 2021. Covid ou pas Covid, les tendances restent les mêmes. P*s, avec la chute du tourisme, la balance des comptes courants s’effondre à son tour : - 53,3 milliards en 2020. « Les excédents dégagés par le tourisme, la finance et les services compenseront les déficits dus à la désindustrialisation », disaient les élites dans les années 1990. Échec total. Aucun pays n’affiche une telle ardoise commerciale. L’Italie, parfois regardée avec dédain, dégage toujours des excédents substantiels (64 milliards en 2020). Sans parler de l’Allemagne. Depuis 2003, année où les courbes se croisent et où le commerce extérieur français devient déficitaire, le voisin d’outre-Rhin a accumulé 3 905 milliards d’euros d’excédent. La France, plus de 900 milliards de déficit. »

➡️ Dans cet article de Marianne, Franck Dedieu et Jean-Michel Quatrepoint rapportent les conclusions d'une étude du Haut Commissariat au Plan sur le déficit commercial du pays, qui continue de se creuser alors que de nombreuses dépendances industrielles sont à déplorer.

« Marianne » publie en avant-première une étude du Haut-Commissariat au Plan : sur quelque 900 produits, pour la plupart du quotidien, la France affiche un déficit commercial préoccupant. Aux candidats à la présidentielle de s’en saisir et aux patrons de réagir. Il y va de nos emplois, ma...

🏭  « Ça ressemble à une conversion. Pour la première fois depuis des décennies, à peu près tous les candidats à l’électi...
05/11/2021
"Réindustrialiser doit être la grande cause du prochain quinquennat"

🏭 « Ça ressemble à une conversion. Pour la première fois depuis des décennies, à peu près tous les candidats à l’élection présidentielle s’inquiètent de la désindustrialisation et prétendent y remédier. Il aura fallu le mur, de plein fouet, à pleine vitesse. Celui du Covid et de la déchéance d’un pays incapable de produire le nécessaire pour ses médecins, ses infirmières. Il aura fallu l’image de ces personnels hospitaliers se confectionnant des blouses dans des sacs-poubelles. Qui aime son pays se réjouira. Mais qui se veut lucide gardera à l’esprit qu’un homme d’État doit, certes, guérir de ses erreurs, mais surtout être visionnaire. Ne pas attendre juin 1940 pour comprendre la nécessité de s’armer militairement et moralement. »

➡️. Dans un édito pour Marianne, Natacha Polony s'interroge sur le consensus nouveau en faveur de la réindustrialisation. Beaucoup conservent le même logiciel idéologique malgré ces discours, refusant de penser les implications logiques d'un tel programme.

Pendant des années, ceux qui parlaient de « produire en France » étaient considérés au mieux comme des illuminés, au pire comme d’indécrottables chauvins. Le diagnostic est pourtant sans appel, rappelle Natacha Polony : nous avons désormais le profil d’un pays du tiers-monde. Nous expor...

🛡️  « Les guerres liées à la décolonisation et les conflits périphériques de la guerre froide ont dégoûté les peuples de...
03/11/2021
Arthur Chevallier – Présidentielle : silence dans les rangs

🛡️ « Les guerres liées à la décolonisation et les conflits périphériques de la guerre froide ont dégoûté les peuples de leurs armées. La jeunesse des années 1960 a défilé dans les capitales du monde occidental pour rappeler des politiciens inconséquents à leur humanisme. Leur idéal était vertueux et juste. La France n’y a pas échappé ; et la gauche en a profité pour s’inventer pacifiste, ce qu’elle n’avait jamais été, en tout cas pas en tant que telle. Ce reniement, pour s’être opéré avec panache et vertu, n’en était pas moins un. La gauche le paierait un jour, aujourd’hui, en faussant l’idée qu’elle se fait d’elle-même, d’une part, et en abandonnant à la droite un patrimoine dont une bonne moitié lui appartient, d’autre part. »

➡️ Arthur Chevallier signe pour Le Point cette chronique sur le lien indéfectible entre l'Armée et la République en France. Il appelle la classe politique, et notamment la gauche, à repenser leur rapport à l'institution militaire.

CHRONIQUE. Pouvoir d’achat, immigration, écologie… Les candidats à l’Élysée ne manquent pas d’idées. Sauf pour l’armée, grande absente du débat.

🎥 « On entend les annonces du Premier ministre et l’on revoit ces visages de femmes. Elles parlent de leur métier : acco...
02/11/2021
"Debout les femmes !" : les députés, les damnées de la terre et la désindustrialisation

🎥 « On entend les annonces du Premier ministre et l’on revoit ces visages de femmes. Elles parlent de leur métier : accompagnatrice d’élève en situation de handicap, auxiliaire de vie, aide à domicile. Le documentaire de François Ruffin et Gilles Perret, Debout les femmes !, leur donne la parole, à elles qui ne parlent jamais. Elles racontent les quinze ans, vingt ans de métier, à se casser le dos, la précarité, les trajets en voiture entre les visites alors que le prix de l’essence augmente, l’œil constamment sur la montre alors qu’il faut donner de l’attention à des personnes âgées dont elles sont, parfois, le seul lien avec le monde extérieur. Et ces visages s’éclairent quand elles évoquent telle famille qui marque sa reconnaissance en les invitant à l’enterrement de la vieille dame qu’elles ont veillée jusqu’à la mort, ou telle maîtresse d’école qui, tous les soirs, dit simplement merci. Elles gagnent 650, 700, 800 €, elles sont mères célibataires et disent avec pudeur qu’elles ne font « pas de folies », quand le loyer est à 400 €. »

➡️ Dans @Marianne, Natacha Polony consacrait récemment un édito au documentaire « Debout les femmes ! » réalisé par le député François Ruffin et le documentariste Gilles Perret. Cette oeuvre met en lumière des réalités sociales trop souvent négligées.

Elles sont accompagnatrices d’élèves en situation de handicap, auxiliaires de vie, aides à domicile... Le documentaire de François Ruffin et Gilles Perret, "Debout les femmes !", donne la parole à celles qui ne parlent jamais et nous raconte ce que devrait être le travail parlementaire, écr...

💡 « Il y a une différence entre une souveraineté interne et une souveraineté externe : en d'autres termes, l'indépendanc...
02/11/2021
Les termes du débat 8/44 : "Souveraineté"

💡 « Il y a une différence entre une souveraineté interne et une souveraineté externe : en d'autres termes, l'indépendance de l'État national est la condition sine qua none sans laquelle une souveraineté interne, celle du peuple, ne peut pas s'exercer. [...] Dans la tradition française, nous avons une constitution qui proclame les droits de l'homme et du citoyen, or on y reviendra, il est très important de ne pas évacuer le citoyen de cette succession parce que sinon nous entrons dans un contexte théorique et imaginaire tout à fait différent. Dans la constitution, le peuple est le dépositaire de la souveraineté et par conséquent la loi nationale est elle-même souveraine. »

➡️ Dans un récent épisode de l'émission Le Temps du Débat sur France Culture, consacré à la notion de "souveraineté", Marie-Françoise Bechtel, présidente de notre Fondation, échange avec l'universitaire Jean-Yves Pranchère. Elle rappelle que la souveraineté est au fondement de la démocratie.

Nationale, européenne, populaire, énergétique, ou encore alimentaire, la souveraineté irrigue les discours des candidats à la présidentielle. Son usage se rapporte à des questions d'autonomie, de volontarisme politique mais aussi parfois au souverainisme. Comment interpréter cette omnip[...]

📚 « Là où les acteurs de la "marche des beurs", ou les grévistes de l’industrie automobile réclamaient tout simplement u...
02/11/2021
Arnaud Lacheret : L'Etat "n'a pas à valoriser les origines des descendants d'immigrés"

📚 « Là où les acteurs de la "marche des beurs", ou les grévistes de l’industrie automobile réclamaient tout simplement un droit à l’indifférence, ce qu’ont du reste parfaitement réussi à obtenir les femmes interrogées puisque personne ne s’intéresse à elles, la gauche au pouvoir a valorisé la "différence", qui est devenue ensuite la "diversité". Cela ne fut pas que des mots, mais on le vérifie jour après jour : rentrez dans une classe de banlieue populaire, vous aurez toujours l’exercice visant à valoriser les origines des élèves, avec par exemple, quelques mots dans la langue du pays dont leurs parents ou grands-parents sont originaires. Allez dans un centre social, l’accueil des femmes, se fait souvent avec des pâtisseries orientales ou des cours de cuisine lors desquels on valorise les plats des pays d’origine…

Tout cela est bien entendu financé par l’Etat. Les associations aidées dans les quartiers s’appuient souvent sur les cultures d’origine pour travailler, la communication valorise la diversité désormais beaucoup plus que la société d’accueil qu’est la France… Enfin bref, les exemples de cette valorisation des origines plutôt que de celle de la société d’accueil ne manquent pas. L’argent public sert donc à expliquer aux gens qu’ils doivent être fier de leurs origines… mais ont-ils besoin de cela ? Un petit-fils d’immigrant italien, qui n’a pas eu droit à cela, a-t-il renié ses origines ? Pas du tout ! La puissance publique n’a pas à se mêler de valoriser les origines et les racines des descendants d’immigrés : ils le font très bien eux-mêmes ! Par contre, la République française doit être capable d’expliquer aux habitants des quartiers ce qu’elle attend de ceux qui veulent s’intégrer, ce que c’est que de "devenir français". Nous devons donner ces codes et ne pas les garder pour nous, sinon, nous ne pourrons que nous désespérer du fossé grandissant entre les "intégrés" et ceux qui ne le sont pas, alors que nous en sommes les principaux responsables. »

➡️ À l'occasion de la sortie de son livre "Femmes, musulmanes, cadres... Une intégration à la française", Arnaud Lacheret a accordé un entretien à Hadrien Mathoux pour Marianne. Il y décrit les impasses de la politique d'intégration française.

https://www.marianne.net/societe/laicite-et-religions/arnaud-lacheret-la-puissance-publique-na-pas-a-valoriser-les-origines-des-descendants-dimmigres?utm_medium=Social&utm_source=Facebook&Echobox=1635517747&fbclid=IwAR2uyCYBK6H2rUZZrbv61AbVJgr7erk-KbEY3PtwgGdjsEdqjjk6rZOHyzE#xtor=CS2-4

Dans « Femmes, musulmanes, cadres... Une intégration à la française », le chercheur examine les obstacles qu'ont dû surmonter des Françaises d'origine maghrébine pour s'élever socialement. Une réflexion stimulante qui aboutit à une remise en cause sévère du modèle d'intégration choisi...

🇺🇸  « Les Américains ne choisissent pas l’Allemagne plutôt que la France ; mais ils reconnaissent que si l’on veut influ...
30/10/2021
Walter Russell Mead: «Le postulat des Américains est que ce sont les Allemands qui gèrent l’Europe»

🇺🇸 « Les Américains ne choisissent pas l’Allemagne plutôt que la France ; mais ils reconnaissent que si l’on veut influencer l’Europe, vous devez passer par l’Allemagne. La France est peut-être d’accord avec nous sur le constat, mais le fait que Paris et Washington soient d’accord ne fait pas bouger l’Europe. Le postulat de l’Amérique, c’est que ce sont les Allemands aujourd’hui qui gèrent l’Europe. Si vous voulez discuter la question de la Chine en Europe, le but doit donc être de gagner Berlin à votre cause et d’y changer la dynamique politique. C’est la vision standard des États-Unis de dire que, depuis 1990, l’Allemagne n’a cessé de gagner en puissance au sein de l’UE, tandis que la France est moins un égal qu’auparavant. Les États-Unis perçoivent cette situation comme un fait. Il y a donc beaucoup de domaines dans lesquels les États-Unis et la France partagent des vues communes. Et les Allemands diffèrent. Mais nous voyons bien que chanter des chansons à deux voix avec les Français sur la nécessité d’une plus grande flexibilité budgétaire en Europe ou d’une plus grande contribution militaire ne sert à rien si Berlin ne se joint pas à ce chœur, ou au moins Francfort. Sans eux, rien ne bouge! »

➡️ Le FigaroVox s'est entretenu avec le géopolitologue américain Walter Russell Mead au sujet des évolutions du paysage politique américain, et du rapport de la première puissance mondiale aux États européens : la France est, selon lui, en recul.

GRAND ENTRETIEN - Dans un entretien stimulant et peu amène pour les oreilles françaises, l’historien et stratège revient sur les récents choix de politique étrangère de Joe Biden.

🌾  « La France reste la première puissance agricole européenne. Et elle conserve de nombreux atouts associés à la divers...
28/10/2021
Pour l’Institut Montaigne, il est urgent de « faire de la France le premier pays agricole durable »

🌾 « La France reste la première puissance agricole européenne. Et elle conserve de nombreux atouts associés à la diversité de ses terroirs et à la qualité de sa recherche. Mais ses positions sont de plus en plus fragiles. La France a perdu un tiers de ses parts de marché en Europe en moins de vingt ans. En 2019, elle est même devenue importatrice nette de produits agroalimentaires par rapport à ses concurrents européens​, souligne le rapport de l’Institut Montaigne intitulé "L’agriculture en campagne", dévoilé ce jeudi 28 octobre 2021. La France serait importatrice nette de produits agroalimentaires sans la contribution des vins et spiritueux et le serait encore davantage pour les produits agricoles sans les céréales. ​Aujourd’hui 20 % de notre alimentation est importée, principalement d’Europe. »

➡️ Cet article de Ouest France relaie les conclusions du rapport de l'Institut Montaigne, "L'agriculture en campagne", dirigé par l'ancien ministre Hervé Gaymard. Ce document met en lumière les difficultés rencontrées par l'agriculture française et dessine une voie d'avenir pour le secteur.

Dans un rapport intitulé « L’agriculture en campagne », dévoilé ce jeudi 28 octobre 2021 dans Ouest-France, l’Institut Montaigne souligne l’urgence pour la France d’écrire un nouveau récit agricole intégrant les enjeux liés à la biodiversité et au climat. Sans oublier de préparer...

🌍  « Dans le jeu économique mondial, la patrie de Senghor, Mandela et Krumah tient, nous en sommes convaincus, une place...
26/10/2021
«En Afrique, l’agriculture a besoin d’un “New Deal”»

🌍 « Dans le jeu économique mondial, la patrie de Senghor, Mandela et Krumah tient, nous en sommes convaincus, une place absolument centrale. Elle doit, bien sûr, nourrir ses populations. Mais elle aura aussi, tôt ou t**d, la charge de nourrir d’autres régions du monde et, d’abord, sur le Vieux Continent. Pour cela aussi, nous appelons à un "New Deal" agricole pour l’Afrique. Les Africains y sont-ils prêts? Ce n’est pas sûr. D’un côté, le Fonds monétaire international estime qu’ils auront besoin de 285 milliards de dollars de financements additionnels d’ici à 2025. Mais, de l’autre, il n’existe aucun plan de relance massif clairement identifié et permettant de faire face à cette échéance. »

➡️ Dans cette tribune, le chanteur Youssou Ndour, l'ancien ministre sénégalais El Ali Haidar et Abbas Jaber, homme d'affaire, appellent à repenser le modèle de développement économique et agricole du continent africain.

TRIBUNE - Trois personnalités sénégalaises, respectivement chanteur de renommée internationale, ancien ministre de la Pêche puis de l’Environnement et capitaine d’industrie dans le secteur de l’agroalimentaire, jugent crucial que les politiques publiques des pays africains consacrent...

Adresse

52 Rue De Bourgogne
Paris
75007

Informations générales

Fondation de recherche reconnue d'utilité publique : République, mondialisation, dialogue des civilisations et des nations. Président : Jean-Pierre Chevènement

Téléphone

01 45 50 39 50

Produits

colloques, cahiers, site Internet

Notifications

Soyez le premier à savoir et laissez-nous vous envoyer un courriel lorsque Fondation Res Publica publie des nouvelles et des promotions. Votre adresse e-mail ne sera pas utilisée à d'autres fins, et vous pouvez vous désabonner à tout moment.

Contacter L'entreprise

Envoyer un message à Fondation Res Publica:

Organisations à But Non Lucratifss á proximité


Autres Organisation à but non lucratif à Paris

Voir Toutes

Commentaires

💧 « Alors que seuls 5 % des surfaces agricoles sont irriguées en France — moins que dans la plupart des pays européens —, le développement de la gestion de l’eau est un chantier prioritaire pour le ministre de l’Agriculture : « On ne fait pas d’agriculture sans eau, c’est une vérité universelle, aime-t-il à dire. Il y a une nécessité impérieuse à avancer face au changement climatique, à organiser les usages pour garantir la souveraineté alimentaire. » Il compte sur le cycle de travail du Varenne de l’eau, commencé le 18 mai et qui devrait aboutir à une synthèse début 2022, pour apaiser les tensions récurrentes et faciliter les procédures. Pour l’instant, il est quasiment impossible de faire aboutir le moindre projet de stockage. Guérillas procédurales, dégradations, saccages s’enchaînent à chaque tentative. » ➡️ Dans cet article de l'Opinion, Emmanuelle Ducros met en lumière les conflits idéologiques qui minent les projets de stockage d'eau nécessaires à la bonne irrigation des terres. Certains acteurs politiques et syndicaux vont jusqu'à soutenir des actions illégales contre ces installations.
🌾. « Réchauffement climatique et surexploitation auraient appauvri les sols et menacent désormais la fertilité des terres. En décembre 2020, le président Xi Jinping lui-même avait qualifié la situation agricole de cette région de "problème grave". Alors que la Chine est en train de perdre son grenier à blé, elle s'apprête à faire main basse sur celui de l'Europe. Bruxelles, Paris ou Berlin demeurent aux abonnés absents. Alors que les Occidentaux avaient su se montrer intraitables à l'égard des Russes et de leur influence en Ukraine, ils sont étrangement passifs quand il s'agit d'une vassalisation économique sous pavillon chinois. La menace que cela fait peser sur notre souveraineté alimentaire est pourtant beaucoup plus grave. » ➡️. Cet article de La Tribune décrit la stratégie chinoise de prédation des terres agricoles en Europe, et notamment en Ukraine. L'Union Européenne et ses États-membres ne réagissent pas à cette situation alarmante pour l'avenir du secteur.
🏭 « Année après année, la France affiche des déficits commerciaux record : 58,9 milliards d’euros en 2019, 65,2 milliards en 2020, et sans doute 70 milliards en 2021. Covid ou pas Covid, les tendances restent les mêmes. P*s, avec la chute du tourisme, la balance des comptes courants s’effondre à son tour : - 53,3 milliards en 2020. « Les excédents dégagés par le tourisme, la finance et les services compenseront les déficits dus à la désindustrialisation », disaient les élites dans les années 1990. Échec total. Aucun pays n’affiche une telle ardoise commerciale. L’Italie, parfois regardée avec dédain, dégage toujours des excédents substantiels (64 milliards en 2020). Sans parler de l’Allemagne. Depuis 2003, année où les courbes se croisent et où le commerce extérieur français devient déficitaire, le voisin d’outre-Rhin a accumulé 3 905 milliards d’euros d’excédent. La France, plus de 900 milliards de déficit. » ➡️ Dans cet article de Marianne, Franck Dedieu et Jean-Michel Quatrepoint rapportent les conclusions d'une étude du Haut Commissariat au Plan sur le déficit commercial du pays, qui continue de se creuser alors que de nombreuses dépendances industrielles sont à déplorer.
🏭 « Ça ressemble à une conversion. Pour la première fois depuis des décennies, à peu près tous les candidats à l’élection présidentielle s’inquiètent de la désindustrialisation et prétendent y remédier. Il aura fallu le mur, de plein fouet, à pleine vitesse. Celui du Covid et de la déchéance d’un pays incapable de produire le nécessaire pour ses médecins, ses infirmières. Il aura fallu l’image de ces personnels hospitaliers se confectionnant des blouses dans des sacs-poubelles. Qui aime son pays se réjouira. Mais qui se veut lucide gardera à l’esprit qu’un homme d’État doit, certes, guérir de ses erreurs, mais surtout être visionnaire. Ne pas attendre juin 1940 pour comprendre la nécessité de s’armer militairement et moralement. » ➡️. Dans un édito pour Marianne, Natacha Polony s'interroge sur le consensus nouveau en faveur de la réindustrialisation. Beaucoup conservent le même logiciel idéologique malgré ces discours, refusant de penser les implications logiques d'un tel programme.
🛡️ « Les guerres liées à la décolonisation et les conflits périphériques de la guerre froide ont dégoûté les peuples de leurs armées. La jeunesse des années 1960 a défilé dans les capitales du monde occidental pour rappeler des politiciens inconséquents à leur humanisme. Leur idéal était vertueux et juste. La France n’y a pas échappé ; et la gauche en a profité pour s’inventer pacifiste, ce qu’elle n’avait jamais été, en tout cas pas en tant que telle. Ce reniement, pour s’être opéré avec panache et vertu, n’en était pas moins un. La gauche le paierait un jour, aujourd’hui, en faussant l’idée qu’elle se fait d’elle-même, d’une part, et en abandonnant à la droite un patrimoine dont une bonne moitié lui appartient, d’autre part. » ➡️ Arthur Chevallier signe pour Le Point cette chronique sur le lien indéfectible entre l'Armée et la République en France. Il appelle la classe politique, et notamment la gauche, à repenser leur rapport à l'institution militaire.
🎥 « On entend les annonces du Premier ministre et l’on revoit ces visages de femmes. Elles parlent de leur métier : accompagnatrice d’élève en situation de handicap, auxiliaire de vie, aide à domicile. Le documentaire de François Ruffin et Gilles Perret, Debout les femmes !, leur donne la parole, à elles qui ne parlent jamais. Elles racontent les quinze ans, vingt ans de métier, à se casser le dos, la précarité, les trajets en voiture entre les visites alors que le prix de l’essence augmente, l’œil constamment sur la montre alors qu’il faut donner de l’attention à des personnes âgées dont elles sont, parfois, le seul lien avec le monde extérieur. Et ces visages s’éclairent quand elles évoquent telle famille qui marque sa reconnaissance en les invitant à l’enterrement de la vieille dame qu’elles ont veillée jusqu’à la mort, ou telle maîtresse d’école qui, tous les soirs, dit simplement merci. Elles gagnent 650, 700, 800 €, elles sont mères célibataires et disent avec pudeur qu’elles ne font « pas de folies », quand le loyer est à 400 €. » ➡️ Dans @Marianne, Natacha Polony consacrait récemment un édito au documentaire « Debout les femmes ! » réalisé par le député François Ruffin et le documentariste Gilles Perret. Cette oeuvre met en lumière des réalités sociales trop souvent négligées.
💡 « Il y a une différence entre une souveraineté interne et une souveraineté externe : en d'autres termes, l'indépendance de l'État national est la condition sine qua none sans laquelle une souveraineté interne, celle du peuple, ne peut pas s'exercer. [...] Dans la tradition française, nous avons une constitution qui proclame les droits de l'homme et du citoyen, or on y reviendra, il est très important de ne pas évacuer le citoyen de cette succession parce que sinon nous entrons dans un contexte théorique et imaginaire tout à fait différent. Dans la constitution, le peuple est le dépositaire de la souveraineté et par conséquent la loi nationale est elle-même souveraine. » ➡️ Dans un récent épisode de l'émission Le Temps du Débat sur France Culture, consacré à la notion de "souveraineté", Marie-Françoise Bechtel, présidente de notre Fondation, échange avec l'universitaire Jean-Yves Pranchère. Elle rappelle que la souveraineté est au fondement de la démocratie.
📚 « Là où les acteurs de la "marche des beurs", ou les grévistes de l’industrie automobile réclamaient tout simplement un droit à l’indifférence, ce qu’ont du reste parfaitement réussi à obtenir les femmes interrogées puisque personne ne s’intéresse à elles, la gauche au pouvoir a valorisé la "différence", qui est devenue ensuite la "diversité". Cela ne fut pas que des mots, mais on le vérifie jour après jour : rentrez dans une classe de banlieue populaire, vous aurez toujours l’exercice visant à valoriser les origines des élèves, avec par exemple, quelques mots dans la langue du pays dont leurs parents ou grands-parents sont originaires. Allez dans un centre social, l’accueil des femmes, se fait souvent avec des pâtisseries orientales ou des cours de cuisine lors desquels on valorise les plats des pays d’origine… Tout cela est bien entendu financé par l’Etat. Les associations aidées dans les quartiers s’appuient souvent sur les cultures d’origine pour travailler, la communication valorise la diversité désormais beaucoup plus que la société d’accueil qu’est la France… Enfin bref, les exemples de cette valorisation des origines plutôt que de celle de la société d’accueil ne manquent pas. L’argent public sert donc à expliquer aux gens qu’ils doivent être fier de leurs origines… mais ont-ils besoin de cela ? Un petit-fils d’immigrant italien, qui n’a pas eu droit à cela, a-t-il renié ses origines ? Pas du tout ! La puissance publique n’a pas à se mêler de valoriser les origines et les racines des descendants d’immigrés : ils le font très bien eux-mêmes ! Par contre, la République française doit être capable d’expliquer aux habitants des quartiers ce qu’elle attend de ceux qui veulent s’intégrer, ce que c’est que de "devenir français". Nous devons donner ces codes et ne pas les garder pour nous, sinon, nous ne pourrons que nous désespérer du fossé grandissant entre les "intégrés" et ceux qui ne le sont pas, alors que nous en sommes les principaux responsables. » ➡️ À l'occasion de la sortie de son livre "Femmes, musulmanes, cadres... Une intégration à la française", Arnaud Lacheret a accordé un entretien à Hadrien Mathoux pour Marianne. Il y décrit les impasses de la politique d'intégration française. https://www.marianne.net/societe/laicite-et-religions/arnaud-lacheret-la-puissance-publique-na-pas-a-valoriser-les-origines-des-descendants-dimmigres?utm_medium=Social&utm_source=Facebook&Echobox=1635517747&fbclid=IwAR2uyCYBK6H2rUZZrbv61AbVJgr7erk-KbEY3PtwgGdjsEdqjjk6rZOHyzE#xtor=CS2-4