Police - Action Solidaire

Police - Action Solidaire Solidarité envers nos héros. Apporter assistance et soutien aux acteurs de la sécurité intérieure blessés en intervention, à leurs proches, ainsi qu'aux familles des tués en service. Perpétuer la mémoire des Victimes du Devoir.
Police - Action Solidaire est le département d'assistance et de soutien aux acteurs de la sécurité intérieure et leurs proches créé par l’UACPPSI, association créée en 1920 reconnue « OEUVRE DE BIENFAISANCE » qui peut, à ce titre, recevoir donations, legs et dons ouvrant droit à réduction fiscale. Ce statut implique également une gestion stricte et irréprochable de l’association.
(10)

#TRISTESSE - Suicide d’un policier d’Agen (‎Lot-et-Garonne)...C'est une nouvelle fois avec une immense tristesse que nou...
29/07/2020

#TRISTESSE - Suicide d’un policier d’Agen (‎Lot-et-Garonne)...

C'est une nouvelle fois avec une immense tristesse que nous avons appris qu'un de nos collègues a mis mis à ses jours, ce mercredi...

Laurent G., âgé de 47 ans, était Brigadier-chef affecté à la brigade de nuit du commissariat d’Agen.

Ses collègues l'ont retrouvé sans vie dans l’après-midi. Il s'était donné la mort avec son arme de service.
Laurent avait laissé une lettre expliquant ses intentions, à son domicile, ce qui a déclenché les recherches.

Police - Action Solidaire adresse ses plus sincères condoléances à la famille de Laurent, à ses amis ainsi qu'à ses collègues du commissariat d'Agen. Nous les soutenons sans réserve dans cette terrible épreuve...

#PoliceActionSolidaire #JaimeMaPolice

Grasse : Ils agressent un policier du RAID en civil, décident finalement de porter plainte et terminent en garde à vue !...
29/07/2020

Grasse : Ils agressent un policier du RAID en civil, décident finalement de porter plainte et terminent en garde à vue !

Deux hommes de 19 et 26 ans ont été placés en garde à vue ce lundi soir à Grasse (Alpes-Maritimes). Ils venaient au départ pour déposer plainte.

Les agresseurs sont mal tombés. Deux frères ont escaladé le mur d’une résidence de Grasse ce lundi soir vers 19h30. Ils avaient décidé d’en découdre avec un homme pour un motif absurde. Celui-ci venait en effet de faire une réflexion à une automobiliste imprudente, ce qui n’a pas été à leur goût.

L’homme a expliqué qu’il avait annoncé sa qualité de policier à ses deux agresseurs, mais que cela ne les avait pas refroidis. Bien au contraire, ils ont frappé le fonctionnaire du RAID qui s’est défendu. A tel point que les deux frères ont finalement préféré prendre la fuite.

Ces derniers ont ensuite choisi de se rendre au commissariat de la ville… pour déposer plainte. Leur victime avait déjà donné l’alerte et les deux hommes de 19 et 26 ans ont été placés en garde à vue. L’un d’entre eux présentait des ecchymoses au visage.

Le policier a quant à lui été conduit à l’hôpital afin d’y subir des examens. Il avait un hématome sur le front et souffrait d’une blessure à un pied. Une enquête pour violences volontaires en réunion sur personne dépositaire de l’autorité publique a été ouverte.

Source : https://actu17.fr/grasse-ils-agressent-un-policier-du-raid-en-civil-decident-finalement-de-porter-plainte-et-terminent-en-garde-a-vue/

#PoliceActionSolidaire #JaimeMaPolice

Face aux suicides dans la police, une plateforme d'écoute mise en placeCette plateforme d'écoute permettra aux policiers...
29/07/2020

Face aux suicides dans la police, une plateforme d'écoute mise en place

Cette plateforme d'écoute permettra aux policiers et gendarmes de pouvoir joindre immédiatement une personne du ministère de l'Intérieur.

Un dispositif de soutien et d’orientation sous forme de plateforme d’écoute sera lancé au début du mois d’août pour les policiers et gendarmes “victimes d’attaque”, a annoncé mardi Gérald Darmanin à l’Assemblée nationale.

Interrogé lors de la séance des questions au gouvernement sur les suicides chez les forces de l’ordre, le ministre de l’Intérieur a estimé que “beaucoup de choses ont été faites, beaucoup de choses restent à faire”.

“L’une de raisons pour lesquelles les policiers et les gendarmes peuvent mettre fin à leurs jours, c’est les blessures, les agressions, les attaques, qu’elles soient physiques ou verbales ou mentales”, selon lui.

“Ils doivent en parler et ils doivent en parler auprès de leur hiérarchie et auprès du ministère de l’Intérieur. Un dispositif qui a été élaboré par mon prédécesseur pour les policiers et gendarmes victimes sera mis en place dès le début du mois prochain, qui permettra à toute heure en télé-déclaration ou au téléphone de pouvoir lorsqu’on est policier victime joindre immédiatement quelqu’un du ministère de l’Intérieur”, a-t-il annoncé.

En savoir plus : https://m.huffingtonpost.fr/entry/suicides-dans-la-police-une-plateforme-decoute-mise-en-place_fr_5f205dc6c5b638cfec4ad75c

#PoliceActionSolidaire #JaimeMaPolice

Rillieux-la-Pape: nuit d’affrontements entre jeunes et forces de l’ordreDe nouvelles scènes de violences urbaines se son...
29/07/2020

Rillieux-la-Pape: nuit d’affrontements entre jeunes et forces de l’ordre

De nouvelles scènes de violences urbaines se sont déroulées, dans la nuit de lundi à mardi, à Rillieux-la-Pape sur deux secteurs de la ville nouvelle.
plusieurs interpellations auraient eu lieu au cours de la nuit.
Le 14 juillet dernier, la commune rhodanienne était déjà le terrain d'affrontements : des poubelles et des voitures avaient été incendiées.

En savoir plus : https://www.leprogres.fr/faits-divers-justice/2020/07/28/nuit-d-affrontement-entre-jeunes-et-forces-de-l-ordre

#PoliceActionSolidaire #JaimeMaPolice

Villefontaine : des gendarmes visés par des cocktails MolotovLa scène s’est déroulée ce lundi 27 juillet en fin de soiré...
29/07/2020

Villefontaine : des gendarmes visés par des cocktails Molotov

La scène s’est déroulée ce lundi 27 juillet en fin de soirée, dans le quartier Muissiat à Villefontaine. Vers 23 heures, alors qu’ils sont requis pour intervenir dans ce quartier, les gendarmes ont été la cible de deux cocktails Molotov, dont l’un a pris feu devant le véhicule de gendarmerie. Si aucun blessé n’est à déplorer, un véhicule a été endommagé

"Il semble que les gendarmes sont tombés dans un guet-apens après un appel téléphonique malveillant. Ordinairement, ce quartier est calme", commente le maire Patrick Nicole-Williams qui annonce solliciter le préfet de l’Isère afin d’obtenir des renforts en raison d’un été plus compliqué que les années précédentes.

En savoir plus : https://www.ledauphine.com/faits-divers-justice/2020/07/28/villefontaine-en-isere-des-gendarmes-vises-par-des-cocktails-molotov

#PoliceActionSolidaire #JaimeMaPolice

Forces de l'ordre comparées à la police de Vichy : "Un parallèle absurde" estime l'historien Laurent JolyLaissons parler...
28/07/2020

Forces de l'ordre comparées à la police de Vichy : "Un parallèle absurde" estime l'historien Laurent Joly

Laissons parler ceux qui savent, qui connaissent l'Histoire, et écoutons leur avis sur les propos infâmes tenus par le maire de Colombes !

Le 19 juillet, le maire de Colombes Patrick Chaimovitch a comparé certains actes des forces de l'ordre actuelles à ceux de la police de Vichy. Interrogé sur franceinfo lundi, l'historien Laurent Joly évoque un parallèle "indécent" et "absurde".

"Il est dans son rôle mais il peut se passer de parallèle aussi absurde", estime lundi 27 juillet sur franceinfo Laurent Joly, historien spécialisé dans l’étude de l’antisémitisme, alors que Patrick Chaimovitch, le maire EELV de Colombes (Hauts-de-Seine), a comparé les forces de l'ordre d'aujourd'hui à celles de Vichy, le 19 juillet, lors d'une commémoration de la rafle du Vel d'Hiv.

franceinfo : Peut-on faire ce lien, entre la police d'aujourd'hui et la police de Vichy ?

Laurent Joly : Le parallèle est un petit peu indécent. On est dans un cadre de commémoration, donc déjà il faut se garder de faire de la politique dans ce genre de contexte. Ca n'a pas de sens : le contexte, la pression politique, la situation de dictature, d'occupation, et puis le fait qu'on sentait bien, même chez les policiers qui exécutaient ces opérations, qu'il y avait quelque chose de pas normal qui se passait. Il s'agissait d'arrêter des gens pour les exterminer. C'est pour le moins problématique.

De quels crimes s'est rendue coupable la police de Vichy ?

Là aussi, on est dans une simplification, y compris dans ceux qui ont contesté les propos de Patrick Chaimovitch. Cette police était aux ordres du pouvoir politique en place, de l'occupant, et on lui a demandé d'aller arrêter des gens chez eux. Donc les policiers qui ont eu à faire ça ont dû, pour l'essentiel, exécuter les ordres. Mais ce n'était pas une police collaborationniste, c'était une police ordinaire, et il y avait toute la gamme des comportements.

Même dans un contexte aussi terrible que celui de l'Occupation, certains ont prévenu, d'autres sont revenus en disant "je reviens dans deux heures". C'est tellement énorme d'avoir arrêté 13 000 personnes en deux jours qu'on oublie que deux tiers des adultes visés ont échappé à la Rafle, en grande partie parce que c'était des agents ordinaires, et que ces agents de l'Etat n'étaient pas des antisémites militants. Ils ont obéi aux ordres, mais ils l'ont fait sans un grand zèle.

Sur Twitter, le maire de Colombes dit faire le lien entre la Rafle du Vel d'Hiv, les génocides d'avant et après le nazisme, et d'autre part, les migrants pourchassés partout en Europe car ils sont différents. Pourquoi est-ce anachronique de faire ce lien ?

C'est anachronique car on n'est pas dans le même contexte : nous sommes dans un Etat de droit, l'Europe n'est pas l'Europe nazie.

L'Europe nazie, c'était l'absence totale de démocratie, là on a quand même des contre-pouvoirs. D'ailleurs lui peut dire ce qu'il dit, il peut essayer d'alerter les gens.

On n'est pas du tout dans la même situation, et c'est absurde de devoir rappeler qu'il n'y a pas de politique génocidaire, de camps d'extermination, de centres de mise à mort, de camps de concentration... Il faut vraiment faire très attention en faisant ce genre de parallèles, même si c'est très bien de dire qu'il faut bien se conduire avec les migrants. Il est dans son rôle mais il peut se passer de parallèle aussi absurde.

Pourquoi convoque-t-on la Seconde guerre mondiale et ses horreurs, car ce n'est pas la première fois ?

Parce que ça fait son effet, parce qu'on se dit qu'on va pouvoir frapper fort, toucher l'émotion et surtout stigmatiser des politiques qu'on dénonce. Ce qui est regrettable, c'est que c'est une tendance qu'on retrouve de plus en plus dans la sphère politique. C'est assez courant dans le milieu associatif, dans les conversations courantes des gens.

On a eu aussi le Premier ministre qui a récemment fait le parallèle entre l'anonymat sur Internet et Vichy, ce qui est doublement absurde car Vichy préconisait la transparence, et que ceux qui se cachaient étaient des résistants. Ce sont des parallèles absurdes, car Vichy a laissé une trace durable dans notre mémoire collective.

Quand on pense au mal en politique, on pense à la collaboration et à Vichy. Donc instantanément, par réflexe, on se met à comparer, mais ça n'a souvent pas le moindre sens.

Est-ce que ça correspond à un courant idéologique, ou à une forme d'échec de la pensée ?

Depuis les années 1970-80, ça revient fréquemment : il y a des passes d'armes à l'Assemblée nationale dans les années 1980 entre Jacques Toubon et des parlementaires de gauche, où on se renvoie Vichy à la figure quand on parle de lois sur la nationalité. C'est assez classique, mais récemment, on a l'impression que c'est de plus en plus déconnecté avec la réalité de la période de l'Occupation.

Aujourd'hui, on a un polémiste, Eric Zemmour, qui ne cesse de parler de Vichy de manière complètement anachronique, en recyclant des vieilles idées de la période de la guerre. On s'autorise avec ce passé-là un usage politique, on ne faisait pas ça il y a quelques années, quand il y avait des gens comme Simone Veil qui étaient vivants, on ne se permettait pas. Le fait que les grands témoins ont disparu, que c'est tellement loin, on a plus tendance à raconter n'importe quoi d'un point de vue historique. Quand on décortique les propos de Chaimovitch, du Premier ministre, ça n'a vraiment aucun sens. C'est sans doute inévitable, car le recul du temps fabrique aussi l'ignorance. Mais le pouvoir stigmatisant de Vichy reste toujours aussi fort.

Source : https://www.francetvinfo.fr/culture/patrimoine/histoire/forces-de-l-ordre-comparees-a-la-police-de-vichy-un-parallele-absurde-estime-l-historien-laurent-joly_4057851.html

La photo d'illustration montre des policiers Résistants des FFI, de la Préfecture de Police, au moment des combats pour la libération de Paris en août 1944.

#PoliceActionSolidaire #JaimeMaPolice

Landes : Un chauffard fonce sur des policiers venus calmer une bagarre à Vieux-Boucau !Un policier municipal a été légèr...
28/07/2020

Landes : Un chauffard fonce sur des policiers venus calmer une bagarre à Vieux-Boucau !

Un policier municipal a été légèrement blessé dans la nuit de lundi à mardi à Vieux-Boucau. Avec ses collègues, il intervenait pour une altercation entre deux groupes de jeunes, quand une voiture a foncé sur eux. Un jeune est également légèrement blessé.

La scène s'est déroulée dans la nuit de lundi à mardi, sur le front de mer à Vieux-Boucau. A la sortie des bars, sur fond d'alcool, le ton monte entre deux groupes de jeunes, des vacanciers selon nos informations. Au total, une vingtaine de personnes. Alertée, l'équipe de nuit de la police municipale, composée de trois agents, intervient pour calmer les esprits.

Alors que les policiers municipaux sont en pleine discussion, une voiture fonce sur eux et sur l'un des groupes. Au volant, un proche de l'autre bande. D'après le parquet de Dax, le conducteur n'était pas là au début de l'altercation, il serait arrivé quand les policiers tentaient d'apaiser la situation. C'est alors qu'il est parti chercher sa voiture. Seul à bord du véhicule, il a foncé dans le groupe, blessant légèrement un policier à la jambe, ainsi qu'un jeune du groupe rival, avant de prendre la fuite.

Ce mardi soir, le chauffard était activement recherché.

Source : https://www.francebleu.fr/infos/faits-divers-justice/landes-un-chauffard-fonce-sur-des-policiers-venus-calmer-une-bagarre-a-vieux-boucau-1595958867

#PoliceActionSolidaire #JaimeMaPolice

28/07/2020
Cri de douleur de Patricia, la mère d'Adrien tué à coup de couteau

Meurtre d'Adrien Perez : l'un des meurtriers présumés pourrait être remis en liberté, en attendant le procès...

Rebondissement dans l'affaire Adrien Pérez, ce jeune homme qui avait été mortellement poignardé à la sortie de la discothèque le Phoenix de Meylan, le 29 juillet 2018. L'un des trois mis en examen pourrait être remis en liberté, sur décisions du JLD, mais le Parquet a fait appel. Décision mercredi.

Le 24 juillet dernier, Adrien Perez aurait eu 28 ans. Ses parents avaient convié ses amis à un repas en sa mémoire. Mais la veille, le 23 juillet, leur avocat leur apprend que le juge des Libertés et de la détention, le juge des libertés et de la détention (JLD), a décidé de libérer et de placer sous contrôle judiciaire l'un des trois jeunes mis en examen pour meurtre et tentative de meurtre. Et là, tout s'écroule de nouveau : "C'est comme si on nous tuait une deuxième fois" dit Patricia Perez, la maman d'Adrien, en retenant ses larmes. "On n'a tout annulé. On est anéanti. On ne comprend pas cette décision."

Adrien était venu fêter son anniversaire avec des amis

Le 29 juillet 2018, après avoir fêté son anniversaire dans une boîte de Meylan, près de Grenoble, Adrien quitte l'établissement avec ses amis. Des jeunes apostrophent alors une jeune fille du groupe. Un ami d'Adrien intervient. Deux frères et leur copain s'en prennent à lui, Adrien et son ami Matthieu viennent à son secours. Matthieu est gravement blessé au poumon et au bras, Adrien est tué.

Yanis El Habib, 21 ans aujourd'hui, détenu à Saint Quentin Fallavier, nie avoir donné le coup de couteau mortel. Son frère, Younès, 23 ans, semble vouloir endosser la responsabilité de l'acte. Le troisième impliqué, Liam Djadouri, 22 ans, a lui été laissé libre sous contrôle judiciaire, dès le début de l'affaire.

Comme le veut la loi, tous les six mois, la justice reconsidère l’incarcération des personnes en attente de leur procès. Et le 23 juillet dernier, le juge des libertés et de la détention (JLD) a décidé, contre l'avis du juge d'instruction et du parquet, de remettre Yanis El Habib en liberté. Le Parquet a aussitôt fait appel de cette décision, dont on ne connait pas les motivations, et la Chambre de l'Instruction de la Cour d'appel de Grenoble l'examinera, demain, mercredi. Mais en attendant pour la famille d’Adrien, c'est un choc.

Entre incompréhension, chagrin et colère

Patricia Perez s'indigne : "Le juge des libertés a-t-il vraiment lu le dossier ? Nous, nous connaissons le dossier de notre fils de A à Z. Et, c'est clair, il y a une vidéo qui est claire ! On a ôté la vie, à notre fils pour rien, d'un coup de couteau en plein cœur. Il avait la vie devant lui, il avait un travail, des amis qui l'aimaient. Nous, ses parents, on survit, on n'a plus goût à rien."

Bruno Pérez, le père d'Adrien, lui aussi, a du mal à contenir son chagrin et sa colère. " Mercredi 29 juillet quand ils vont rendre leur décision, ce sera le jour du deuxième anniversaire de la mort de mon fils. Alors , imaginez ! S'il sort ? Depuis quatre jours, je ne mange plus, je ne dors plus, je ne pense qu'à çà ! Comment je peux imaginer que celui qui a levé les bras en l'air, en criant victoire, quand mon fils est tombé par terre, puisse voir le ciel bleu et arriver les mains dans les poches à son procès ? Une prison, c'est fait pour réfléchir à ses actes. il doit y rester."

Maître Dreyfus est l'avocat des Perez : "Je suis avocat, je respecte la présomption d'innocence" dit il. "Mais là, je ne comprends pas". L'avocat évoque la scène de l'agression, très violente, à la sortie de la discothèque, ce 29 juillet 2018, filmée par les caméras de vidéo-surveillance. "Yanis El Habib est bien présent sur les images. Il lève les bras, en disant vous vous souviendrez de moi. C'est insupportable pour mes clients. S'il sort, il y aura trouble à l'ordre public."

De son coté, l'avocat de Yanis El Habib, Maître Charles, s'est refusé à tout commentaire avant l'audience de mercredi. Il a juste dit que "s'il pouvait comprendre la peine de la famille Perez, lui, défendait son client qui a présent un projet d'insertion professionnelle, avec une adresse hors de l’Isère."

L'instruction du dossier est close, le procès devrait avoir lieu en 2021
L'instruction du meurtre d’Adrien Perez est terminée. Le Parquet doit prendre à présent ses réquisitions. La date du procès devant les Assises de Grenoble n'a pas encore été déterminée, mais il devrait avoir lieu en 2021.

Source : https://www.francebleu.fr/infos/faits-divers-justice/meurtre-d-adrien-perez-l-un-des-meurtriers-presumes-pourrait-etre-remis-en-liberte-en-attendant-le-1595874642

#PoliceActionSolidaire #JaimeMaPolice

Adresse

Paris

Notifications

Soyez le premier à savoir et laissez-nous vous envoyer un courriel lorsque Police - Action Solidaire publie des nouvelles et des promotions. Votre adresse e-mail ne sera pas utilisée à d'autres fins, et vous pouvez vous désabonner à tout moment.

Contacter L'entreprise

Envoyer un message à Police - Action Solidaire:

Vidéos

Depuis 100 ans : Honneur, solidarité et soutien

Nous œuvrons depuis 1920, en toute discrétion, respectant une totale neutralité politique, religieuse, philosophique et syndicale, ne recherchant ni gloire, ni lumière, ni reconnaissance. Le monde a changé, la société a évolué et l’on ne peut plus exister ni agir efficacement sans être connu et donc sans communiquer. C’est pour cette raison que nous avons créé cette page, entre autres.

Que vous soyez un acteur de la sécurité intérieure, actif ou retraité, ou un membre de la famille aimante qui les entoure, nous vous soutenons.

Police - Action Solidaire est dirigé par des Policiers de tous grades ayant connu l’épreuve du feu pour la plupart, ayant été blessés en intervention pour certains, ainsi que des veuves et collègues de Policiers Victimes du Devoir.

Nous comprenons parfaitement l’immense sacrifice qui est demandé au quotidien à ces femmes et ces hommes ainsi qu’à leurs proches.

Nous sommes fiers d’aider à faire connaître le travail formidable de ces héros infatigables qui marchent sur la Ligne Bleue du devoir.

Nous invitons les citoyens voulant soutenir les membres de forces de l’ordre à nous rejoindre, à nous donner les moyens d’actions concrètes en nous soutenant par leurs dons et à nous faire connaître auprès du plus grand nombre possible de personnes honorables.

Plus nous serons nombreux et soutenus, plus nous serons forts et pourrons aider ceux qui le méritent vraiment !

Organisations à But Non Lucratifss á proximité


Autres Organisation à but non lucratif à Paris

Voir Toutes