Nature Rights

Nature Rights WE ARE NATURE. Rights for Nature will ensure Basic Human rights and future generations rights. Non Profit Organization
(6)

Fonctionnement normal

GUYANE - PRATIQUES AGRICOLES TRADITIONNELLESLes pratiques agricoles des communautés traditionnelles de Guyane (amérindie...
14/10/2020
Agroforesterie et agriculture amérindienne - Life4Best Website

GUYANE - PRATIQUES AGRICOLES TRADITIONNELLES

Les pratiques agricoles des communautés traditionnelles de Guyane (amérindiennes, noir-marrons, créoles), présentent une extrême richesse en matière de diversité de cultures et de techniques spécifiques de fertilisation des sols et de rotation des cultures. De nos jours, du fait de l'évolution des modes de vie, ces pratiques sont en pleine mutation. De nouveaux modèles s'appuient sur les savoir-faire traditionnels pour encourager la préservation et le développement d'activités agricoles durables.

Soutenu par le LIFE programme de l’Union européenne, Office français de la biodiversité (OFB) et AFD - Agence Française de Développement, le projet "Agroforesterie et agriculture amérindienne " co-porté par l'association Nature Rights et le Réseau des Savoirs de la Forêt Guyane s'inscrit dans cette dynamique en accompagnant plusieurs associations et porteurs de projets issus de communautés amérindiennes de l'Ouest guyanais. Des formations, chantiers participatifs et animations pédagogiques seront mis en œuvre tout au long de l'année 2021 !

Pour plus d'informations et pour connaitre les autres projets financés par le programme LIFE4BEST :

Valorisation de l’agroforesterie et de l’agriculture traditionnelle amérindienne Guyane Française Les communautés traditionnelles, amérindiennes, noirs-marrons ou créoles vivant en Guyane française entretiennent un lien ancestral avec les écosystèmes et la biodiversité locale. Toutefois...

LA THAÏLANDE FERMERA PLUSIEURS MOIS SES PARCS NATURELS ! 👊🌿La surfréquentation touristique et la pollution en découlant ...
13/10/2020
La Thaïlande renvoie les déchets aux touristes et ferme les parcs naturels pour les protéger

LA THAÏLANDE FERMERA PLUSIEURS MOIS SES PARCS NATURELS ! 👊🌿
La surfréquentation touristique et la pollution en découlant sont un fléau pour les parcs thaïlandais. Le paysage est méconnaissable, et les déchets tuent les animaux : un cerf a été retrouvé mort en 2019 avec 7kg de plastique dans l’estomac.
En 2018 l’office des parcs nationaux avait prévu d’interdire l’utilisation du plastique dans les parcs. Mais « les restaurants des parcs nationaux continuent de servir leurs produits comme avant, en abusant des emballages plastique. Et les clients n’y trouvent rien à redire », affirme le Bangkok Post.
Avec la pandémie, la consommation d’emballages a explosé. De base la population ne cuisine que peu à domicile, et les livraisons de repas ont énormément augmenté avec la fermeture des restaurants.
Pourtant en Thaïlande, les pollueurs peuvent avoir jusqu’à 13 500€ d'amende et 5 ans d’emprisonnement, ce qui ne semble pas assez efficace pour inverser la tendance …
Avec le confinement, la non fréquentation des parcs par les humains a par contre montré un réel impact : une régénération flagrante, les animaux d’habitude invisibles (éléphants, ours brun …) qui se sont mis à sortir ! 🎊
La nature a repris ses droits 💥
#rightsfornature #endecocideonearth

En plus d’affirmer la sévérité du gouvernement vis-à-vis des pollueurs, le ministre de l’Environnement a annoncé que les parcs naturels fermeraient dorénavant plusieurs mois par an afin de limiter les impacts environnementaux du tourisme. En effet, la pandémie a permis d’observer un cha...

DÉCOLONISER L’APPROCHE ÉCOLOGIQUE“Les premiers explorateurs ont implanté l’idée d’une Afrique sauvage. Et pour les colon...
12/10/2020
« Il faut décoloniser notre approche de la nature »

DÉCOLONISER L’APPROCHE ÉCOLOGIQUE
“Les premiers explorateurs ont implanté l’idée d’une Afrique sauvage. Et pour les colonisateurs, les peuples autochtones étaient des objets à civiliser et à convertir. C’est un imaginaire raciste qui se perpétue. Quand les premiers parcs naturels de Yellowstone et du Yosemite ont été créés, aux États-Unis, des peuples autochtones y vivaient. À l’époque, on pensait qu’ils abîmaient la nature, alors même qu’ils avaient contribué à protéger cet environnement. De même que, aujourd’hui, nous avons des preuves archéologiques que l’Amazonie est habitée depuis des millénaires. Lorsqu’on dit que les humains détruisent la nature, c’est faux. C’est notre système de vie occidental qui est destructeur alors qu’il existe d’autres sociétés qui ne le sont pas. 80 % de la biodiversité se trouvent dans les territoires des peuples autochtones.”
Fiore Longo, Directrice France de Survival International, interviewée par Reporterre
En ce jour de découverte / colonisation des Amériques par les européens, il est temps de déconstruire les représentations encore empruntes (qu'on le veuille ou non) de colonialisme, pour aller vers une harmonisation réelle de l'humain, de toutes cultures qu'iels soient, avec la nature.
#rightsfornature #rightsforindigenouspeople #endecocideonearth #decolonize

Peut-on « protéger la nature » aux dépens de celles et ceux qui y vivent, à commencer par les peuples autochtones ? Cette façon de voir la réalité s’est construite sur l’imaginaire occidental de territoires vierges et de peuples à coloniser, comme l’explique Fiore Longo dans cet entre...

TOTAL SE RETIRE DE SON PROJET D'EXPLOITATION AU LARGE DU DELTA DE L'AMAZONE ! C’est une victoire pour les organisations ...
10/10/2020
Total se retire de son projet d’exploitation au large du delta de l’Amazone

TOTAL SE RETIRE DE SON PROJET D'EXPLOITATION AU LARGE DU DELTA DE L'AMAZONE !

C’est une victoire pour les organisations de défense de l’environnement. Total a annoncé, lundi 28 septembre, son retrait total du projet d’exploration puis d’exploitation pétrolière au large du delta de l’Amazone, dans les eaux brésiliennes. « Total quitte le bassin de Foz do Amazonas », titre le communiqué de la compagnie.

Après une première expédition pour faire connaître ce récif et sa biodiversité abondante au plus grand nombre.
Après une grande mobilisation internationale, fin 2018, qui avait laissé croire que
cet écosystème unique bénéficierait d’un peu de répit.
Total avait finalement relancé la procédure administrative d’autorisation pour son projet climaticide.

Mais aujourd'hui ILS SE RETIRENT À NOUVEAU devant une conjoncture défavorable.

La lutte continue mais c'est une victoire et une avancée non négligeable, savourons-la !

#endecocideonearth

Sous la pression des ONG et de la conjoncture, le pétrolier français a transféré ses zones d’exploration à la compagnie nationale brésilienne.

[OBSERVATOIRE DE LA DÉMOCRATIE BRÉSILIENNE] - 2019, LES TERRES AUTOCHTONES ENVAHIES OSTENSIBLEMENTLe Conseil indigéniste...
09/10/2020
En 2019, les territoires autochtones ont été ostensiblement envahies du nord au sud du Brésil

[OBSERVATOIRE DE LA DÉMOCRATIE BRÉSILIENNE] - 2019, LES TERRES AUTOCHTONES ENVAHIES OSTENSIBLEMENT

Le Conseil indigéniste missionnaire publie son rapport annuel sur la violence contre les peuples autochtones. En réunissant des données pour 2019, cette édition présente également des analyses sur la réalité des peuples autochtones du Brésil pendant la première année de l’administration de Jair Bolsonaro en tant que président du pays.

Ce rapport brosse à nouveau un portrait d’une réalité extrêmement perverse et inquiétante du Brésil autochtone. L’intensification des expropriations de terres autochtones, forgées au feu des invasions, usurpations et appropriations, se poursuit sur l’ensemble du territoire national avec une rapidité et une agressivité causant d’immenses destructions.

https://buff.ly/33GWRgB

Autres Brésils Conselho Indigenista Missionário - Cimi

Le Conseil indigéniste missionnaire publie son rapport annuel sur la violence contre les peuples autochtones. En réunissant des données pour 2019, cette édition présente également des analyses sur la réalité des peuples autochtones du Brésil pendant la première année de l'administration d...

RÉPRESSION DOUCE DES ASSOCIATIONS PAR LES POUVOIRS PUBLICSPlusieurs associations ont créé la nouvelle coalition pour les...
08/10/2020
Poursuites judiciaires, intimidations… le gouvernement harcèle les associations écolos

RÉPRESSION DOUCE DES ASSOCIATIONS PAR LES POUVOIRS PUBLICS
Plusieurs associations ont créé la nouvelle coalition pour les libertés associatives, qui a sorti un rapport sur la situation de cette liberté le 6 Octobre, et dépeint un tableau plutôt sombre.
Pour exemple, Antoine Gatet, juriste à France Nature Environnement, “a été auditionné par la gendarmerie pour « dénigrement agricole » après avoir dénoncé une serre industrielle de tomates qui détruisait une zone humide. « Le camion de la gendarmerie a débarqué chez moi un samedi. Je suis un personnage public local et j’en a pris plein la figure. Alors que finalement, il n’y a pas eu d’enquête. Si cela arrive à un de mes bénévoles, je ne le reverrai plus jamais sur le terrain. »
« Ces entraves découragent les citoyens de s’investir. On ne peut pas se plaindre de la défiance à l’égard des élites quand celles et ceux qui tentent de s’engager se font taper sur les doigts. La criminalisation du militantisme est un problème fondamental pour notre démocratie »”, ajoute Julien Talpin, directeur du réseau Démocratie et participation.
Malheureusement, le rapport ne sera pas accueilli positivement par les députés LREM conviés à l’occasion pour discuter de solutions à mettre en oeuvre, ne voyant pas la même réalité que celle décrite dans cette enquête de 10 ans.
L’observatoire continue son travail de recensement avec un formulaire disponible pour tou.te.s.
#reclaimthepower.
https://buff.ly/34AtQlT
https://buff.ly/33Ensef

Suppression arbitraire des subventions, poursuites judiciaires, intimidations… Les attaques contre les militants associatifs se multiplient. Le nouvel observatoire des libertés associatives a publié le 6 octobre un rapport listant une centaine d’atteintes à l’encontre des citoyens engagés ...

GUYANE : BIOMASCARADEUne nouvelle menace plane au dessus de la forêt Amazonienne, et plus précisément des écosystèmes fo...
07/10/2020
Forêts guyanaises : l'amendement controversé | Guyaweb, site d'information et d'investigation en Guyane

GUYANE : BIOMASCARADE

Une nouvelle menace plane au dessus de la forêt Amazonienne, et plus précisément des écosystèmes forestiers de Guyane française.
Depuis plusieurs années, un grand nombre de centrale biomasse ont été mises en place sur l'ensemble du territoire guyanais, prônant un mode de production d'énergie durable et écologique. La réalité est tout autre. En effet, pour alimenter ces centrales surdimensionnées, un amendement déposé à l'Assemblée Nationale dans le cadre du projet de loi d’accélération et de simplification de l’action publique (ASAP), prévoyait d'augmenter la limite de surface mise à disposition pour des projets d'exploitations agricoles ou forestières de 150 ha à 5000 ha. Il s'agit donc très clairement d'une volonté d'encourager l'implantation de méga-projets d'exploitation forestière à des fins purement économique : Bruler des hectares de forêt amazonienne pour produire plus d'énergie..."verte"...
Grâce à la pression médiatique et à l'implication des structures de défenses de l'environnement de Guyane, cet amendement a finalement été retiré juste avant le vote de la loi ASAP. La vigilance s'impose..

https://www.guyaweb.com/actualites/news/economie/forets-guyanaises-lamendement-controverse/#comment-116863


Maiouri Nature Guyane Wild Legal

La rétractation du ministre de l’Agriculture sur une modification législative introduite par Paris et fortement soutenue par Gabriel Serville, portant sur la mise à disposition des privés de grandes étendues de forêt en Guyane, questionne et met en lumière les mutations opérées par la fil...

ENVOL VERT, SHERPA ET NAAT METTENT LE GROUPE CASINO EN DEMEURE ! En juillet, des associations brésiliennes, colombiennes...
06/10/2020
Des ONG mettent Casino en demeure pour la déforestation en Amazonie

ENVOL VERT, SHERPA ET NAAT METTENT LE GROUPE CASINO EN DEMEURE !
En juillet, des associations brésiliennes, colombiennes et Envol Vert, qui lutte pour la protection des forêts, ont publié un rapport prouvant que les deux filiales sud américaines de Casino achètent une grande partie de leur bœuf à des fermes directement impliquées dans la déforestation de l’Amazonie.
Sébastien Mabile, avocat conseillant Envol Vert Sherpa et NAAT, déclare que « cette déforestation par le feu a non seulement des conséquences sur la biodiversité, mais représente aussi une perte dramatique de puits de carbone et un risque majeur pour la santé des populations autochtones, qui souffrent des émanations toxiques des incendies », puisque certaines de ces fermes sont illégales, empiétant sur les territoires des communautés.
Face au manque de réactivité de Casino, les 3 associations ont décidé d’envoyer à son président une mise en demeure, qui demande « formellement au groupe de respecter ses obligations légales en prenant les mesures nécessaires pour exclure tout le bœuf issu de la déforestation de sa chaîne d’approvisionnement ».
Le groupe a 3 mois pour mettre son plan de vigilance en conformité avec la loi du devoir de vigilance des entreprises.
#reclaimthepower #endecocideonearth #rightsfornature #rightsforindigenouspeople

Rien qu’en Amazonie légale, un territoire brésilien de plus de cinq millions de km2, les filiales de Casino auraient participé indirectement à la disparition de 56 000 hectares de forêts, une estimation qui doit encore être complétée.

DÉMOCRATIE DIRECTE EN BAVIÈRE : DE LA PÉTITION AU PROJET DE LOI1,75 million d'électeurs de Bavière, un record historique...
05/10/2020
«Sauver les abeilles», la pétition qui ouvre la voie à un référendum en Allemagne

DÉMOCRATIE DIRECTE EN BAVIÈRE : DE LA PÉTITION AU PROJET DE LOI
1,75 million d'électeurs de Bavière, un record historique, ont signé en Février 2019 une pétition pour «Sauver les abeilles» qui visait à déclencher un référendum pour impacter l'agriculture et l'industrie. Le texte de la pétition, lancée par le petit parti écologiste et conservateur ÖDP, demandait que 20% des terres arables respectent les normes biologiques en 2025, puis 30% en 2030. 10% des espaces verts en Bavière devraient également être transformés, réclame le texte, en prairies fleuries, et rivières et ruisseaux devraient être mieux protégés des pesticides et engrais.
Face au succès de la pétition qui a reçu plus d’1 million de signature en un mois, le président de ce land allemand a déclaré un mois après que la pétition passerait l’étape référendum et serait adaptée en texte de loi, puisque la Bavière fonctionne en démocratie directe. Dès qu’un million de personnes se mobilisent pour une pétition, un référendum est organisé.
Cette mobilisation montre le pouvoir de la population dans un système qui favorise les échanges entre électeurs et élus, et la possibilité d’agir de façon concrète dans des temps restreints.
#reclaimthepower #endecocideonearth #rightsfornature
https://buff.ly/36yxu2n
https://buff.ly/2Spe2gc

Le succès historique d'une pétition pourrait engendrer un référendum, en Bavière. Le texte de la pétition demande que 20% des terres arables en Bavière respectent les normes biologiques en 2025.

03/10/2020
Le Consulat

CE SOIR, SAMEDI 03 OCTOBRE, VENEZ FÊTER LA NUIT BLANCHE AU CONSULAT ✨

Au programme, une performance audiovisuelle immersive du studio Matière Noire sur une création musicale du Dj Hanah et avec le soutient technique d’AC3 Studio

👉 18h - 01h | entrée sur dotation libre et consciente
14, avenue Parmentier - Paris XI

https://buff.ly/3jyG3hy

@leconsulatparis

Ce samedi 03 octobre : Nuit Blanche au Consulat
-
Performance audiovisuelle immersive du studio Matière Noire sur une création musicale du Dj Hanah et avec le soutient technique d’AC3 Studio
-
18h - 01h | entrée sur dotation libre et consciente
14, avenue Parmentier - Paris XI

[FESTIVAL BRÉSIL EN MOUVEMENTS 2020 - DU 2 AU 4 OCTOBRE]Pourquoi ?Apiyemiyekî? retrace le premier processus d’alphabétis...
01/10/2020
FESTIVAL BRESIL EN MOUVEMENTS

[FESTIVAL BRÉSIL EN MOUVEMENTS 2020 - DU 2 AU 4 OCTOBRE]

Pourquoi ?

Apiyemiyekî? retrace le premier processus d’alphabétisation des Waimiri-Atroari, peuple natif de l'Amazonie brésilienne avec des archives de dessins et de photographies.

Venez assister à la projection de Apiyemiyekî?, suivie d'une rencontre avec la réalisatrice Ana Vaz ce vendredi 2 octobre pour l’ouverture du festival Brésil en Mouvements.

Vous pouvez réserver votre ticket sur la billetterie en ligne dès maintenant sur :

Film sélectionné à la Berlinale 2020, au Cinéma du réel 2020 et au International Film Festival Rotterdam – IFFR 2020.
https://buff.ly/2SdJFJz

DU 2 AU 4 OCTOBRE 2020 FESTIVAL BRESIL EN MOUVEMENTS

CAMPAGNE / URGENCE AMAZONIENNE : L'APPEL DE L'ALLIANCE DES PEUPLES DE LA FORÊT🌳🌍🆘Les peuples autochtones et les communau...
29/09/2020
Povos da floresta contra Covid | French

CAMPAGNE / URGENCE AMAZONIENNE : L'APPEL DE L'ALLIANCE DES PEUPLES DE LA FORÊT🌳🌍🆘

Les peuples autochtones et les communautés traditionnelles de l'Amazonie brésilienne ont besoin d'aide!

La région souffre de la recrudescence des incendies et du démantèlement de l'agenda environnemental, mettant en péril ce riche patrimoine culturel et écologique.

En outre, la pandémie de COVID19 continue de faire de nombreuses victimes au Brésil et touche les peuples autochtones et traditionnels avec un taux de mortalité trois fois plus élevé que celui du reste de la population.

Une alliance des organisations du Brésil () 🇧🇷, de la France 🇫🇷 et de la Belgique 🇧🇪 (*) soutient la campagne "Urgence Amazoneniene: un appel de l' Alliance des Peuples de la Forêt" et organisera un LIVE afin de sensibiliser à la question et de mobiliser des ressources qui aideront ces communautés.

⚠️ Quand: 30 septembre - 20h Paris

⚠️ Où (Campaigne / Live):

▶️ Suivez, divulguez et faites un don, votre aide fera toute la différence !

✅ Campagne menée par Comité de Chico Mendes , le Conseil national des populations traditionnelles/CNS, SOS Amazônia et Comissão Pró-Índio do Acre

✅ Organisations partenaires: Association Cafofo; Association Autres Brésil, Association Amazônia, Association Wayanga, Espírito Mundo, Rise For Climate Belgium, Fridays For Future

#UrgenceAmazonienne
#AlliancePeuplesdelaForet

Help the Peoples of the Forest in the fight against Covid-19

Adresse

ICT/LIGOS - 100 Rue De La Folie Mericourt
Paris
75011

Notifications

Soyez le premier à savoir et laissez-nous vous envoyer un courriel lorsque Nature Rights publie des nouvelles et des promotions. Votre adresse e-mail ne sera pas utilisée à d'autres fins, et vous pouvez vous désabonner à tout moment.

Contacter L'entreprise

Envoyer un message à Nature Rights:

Vidéos

A propos de nous !

Depuis 2009, NatureRights s’est engagée à identifier, soutenir, connecter et promouvoir les initiatives relevant des droits de la Nature entendus dans le sens de la reconnaissance du principe d’interdépendance qui relie les hommes à la nature.

L’organisation s’inscrit dans un vaste réseau d’acteurs qui défendent des systèmes de gouvernance relevant du “Droit de la Terre”, ainsi que les principes et les pratiques qui les sous-tendent, et oeuvre pour dynamiser la participation des citoyens aux initiatives et projets émergents dans ce domaine.

NatureRights agit selon plusieurs axes :

Pour la reconnaissance des Droits de la Nature et du crime d’écocide

En défense des Peuples Autochtones et de l’Amazonie

Création et promotion de Tiers lieux

Projet en développement : création d’outils et de méthodes pour garantir les échanges entre acteurs de terrain et bailleurs (communication, financement, suivi de projets, retour d’informations)

A l’origine

Suite à la loi brésilienne de « gestion des forêts publiques », censée céder des parcelles aux transnationnales à des fins d’exploitation, l’idée d’un financement collectif citoyen afin de préserver ces zones s’est affinée. NatureRights entend créer un lien entre les citoyens du monde et les populations locales pour protéger la forêt.

Lors d’un premier voyage au Brésil en 2009, l’équipe propose le projet au authorités locales et le confronte à la réalité du terrain. Le concept de financement novateur pour les collectivités locales est compris et apprécié, et apte à recevoir un soutien politique. D’Amazonie en France, entre les réserves indiennes et les ministères, l’organisation travaille à développer le projet.

Depuis, NatureRights travaille sur des outils et méthodologies pour favoriser les échanges et la transparence entre les acteurs de terrain et les bailleurs de fonds sur des projets de préservation environnementale, au bénéfice de populations locales et des acteurs de projets.

Organisations à But Non Lucratifss á proximité


Commentaires

For thriving forests, a stable climate (if still possible), and healthy communities, please, sign and share: https://www.change.org/p/federal-government-of-brazil-the-planet-s-future-depends-on-children-s-education-and-more
Article publié sur Médiapart Au Brésil, l’armée fait semblant de protéger l’Amazonie (17 AOÛT 2020 PAR JEAN-MATHIEU ALBERTINI) Des milliers de militaires sont déployés depuis le 11 mai en Amazonie pour lutter contre la déforestation et les incendies. Mais les résultats sont insignifiants alors que les mécanismes de protection de l’environnement ont été démantelés par le gouvernement de Bolsonaro. Rio de Janeiro (Brésil).– Les moyens déployés par les militaires impressionnent : 3 815 hommes, 110 véhicules terrestres, 20 embarcations et 12 aéronefs… mais les résultats de l’opération « Verde Brasil 2 » pour lutter contre la déforestation et les incendies ne sont pas au rendez-vous. Malgré cette présence massive, le nombre d’incendies a augmenté de 28 % durant le mois de juillet (en comparaison avec juillet 2019). Sur les 6 803 incendies comptabilisés, 828 ont eu lieu aux alentours de la petite ville d’Apuí, alors même que l’armée était présente dans cette zone durant toute la période. « L’armée n’a aucun plan, aucun objectif défini, aucune stratégie », soupire Evandro*, qui travaille en collaboration avec l’Ibama (institution chargée de la défense de l’environnement) depuis plusieurs années. La municipalité d’Apuí avait été choisie parmi cinq zones particulièrement à risque qui concentrent 45 % de la déforestation. Le plus souvent, les incendies, toujours d’origine humaine en Amazonie, servent à nettoyer des coins déjà en partie déboisés. Ces cinq zones ont donc été délimitées grâce au travail de l’INPE (Institut national des recherches spatiales) et de l’Ibama, qui ont créé une carte inédite mise à disposition de l’armée, actualisée toutes les 24 heures et précise à 10 mètres près même en cas de couverture nuageuse. Malgré cette prouesse technologique, les militaires privilégient une stratégie considérée comme archaïque, essentiellement basée sur des barrages routiers qui ont fait leur retour sur les routes d’Amazonie. « C’est totalement improductif, on ne fait plus ça depuis au moins dix ans. Les criminels communiquent entre eux et évitent les barrages. Ce qui marche, ce sont des opérations ciblées », soupire Wellington*, fonctionnaire de terrain expérimenté de l’Ibama, déjà visé par des tirs lors d’interventions. Pendant longtemps, l’armée a appuyé l’action des fonctionnaires de l’Ibama en fournissant matériel et escorte armée, mais dans le cadre de « Verde Brasil 2 », une partie des effectifs de l’institution leur est aujourd’hui subordonnée. Or, malgré des décennies d’expérience sur le terrain, les militaires dédaignent leurs recommandations. « Ignorer ceux qui vont chercher l’information, ont l’expérience du terrain et savent combattre ce type de criminels, c’est condamner l’opération à l’échec », analyse Marcio Astrini, secrétaire exécutif de l’Observatoire du climat, réseau qui regroupe de nombreuses associations et ONG de la société civile. Pour lui, comme pour les autres intervenants interrogés, le déploiement de l’armée est avant tout une opération de communication alors que la saison sèche, et donc celle des incendies, est désormais bien entamée. Les scènes se répètent d’une année sur l’autre. La fumée de feux immenses mêlée à celle de foyers plus modestes obscurcit le ciel, et l’atmosphère, déjà lourde à cette époque de l’année, devient irrespirable. Des nuages de fumée opaque noircissent le ciel d’Amazonie et se déplacent parfois jusqu’à des grandes villes à plusieurs centaines de kilomètres, comme São Paulo en 2019. Mais cette fois, les mauvais chiffres ont fait tiquer de grands investisseurs internationaux qui menacent de retirer leurs capitaux du pays. Sous pression, le gouvernement de Jair Bolsonaro tente de prouver sa bonne volonté : le président a publié un décret de façade interdisant les incendies en Amazonie, le vice-président ne cesse de vanter les mérites supposés de « Verde Brasil 2 » et Ricardo Salles le ministre de l’environnement a participé à une opération contre l'orpaillage illégal le 6 août dans le Pará. Sauf que, dès son départ, l’opération a été stoppée par les militaires qui ont interdit à trois hélicoptères de l’Ibama de décoller. Pour Evandro*, « tout ça c’est du maquillage, mais du maquillage qui coûte cher ». Un mois d'opération « Verde Brasil 2 » coûte autant que le budget annuel d’inspections et d’opérations de l’Ibama (10 millions d’euros). « C’est du gaspillage d’argent public. Au bout du compte, tout ça ne sert qu’à rassurer les investisseurs et donner de l’argent aux militaires », complète Wellington*, désabusé. Selon plusieurs articles du journal Estadão, l’armée est allée jusqu’à s’approprier les résultats des opérations de l’Ibama et a même gonflé son bilan avec des confiscations ou des destructions de machines inexistantes. « Le premier bilan a été publié trois jours après la signature du décret autorisant le déploiement de l’armée ! Ils ont utilisé des chiffres de l’année dernière. La quantité de mensonges est tellement importante qu’il est impossible de tout démentir », soupire Wellington*. L’argent disponible n’est même pas réservé aux actions en Amazonie. 40 000 euros de pots de peinture achetés sur le budget de « Verde Brasil 2 » ont été utilisés pour repeindre une base dans le sud du pays, bien loin de la région amazonienne. Bien sûr, ni la destruction de l’Amazonie ni le démantèlement des organismes de protection de l’environnement ne sont nouveaux. Le budget de l’Ibama est en constante réduction depuis 2013, mais depuis l'arrivée au pouvoir de Jair Bolsonaro, tout s’accélère. L’année prochaine, le budget de l'institution va encore baisser de 33,6 %. « C’était loin d’être parfait, mais c’est pire que tout maintenant. L’année sera terrible », assure Gasparo*, autre fonctionnaire chevronné de l’institution.
Bonjour à tous, En cette veille de Marche contre Monsanto, je me permets de partager avec vous un court-métrage d'actualité, "Le jour d'encore après". https://vimeo.com/399693045 Ce film se déroule dans un futur proche où un nouveau pesticide (le "Square Up" produit par la firme "Montesanto"... vous aurez reconnu...) a contaminé la planète et obligé les rares survivants à se confiner dans des bunkers souterrains. Il s'agit d'une fiction d'anticipation (pas tant que ça d'ailleurs finalement à la vue de l'actualité...) réalisée l'année dernière, qui s'ouvre d'ailleurs sur un rapide rappel de quelques scandales liés à Monsanto : Ce film devait être diffusé dans plusieurs festivals ce printemps (annulés pour cause de vous savez quoi...), et du coup ça serait chouette qu'il soit au moins un peu diffusé sur les réseaux. La chute est totalement inattendue (et tragique). N'hésitez pas à partager et à faire des retours le cas échéants.
Aujourd'hui une rencontre au coeur de Paris sur l'ile de la Cité. L'ouverture d'un lieu dédié aux savoirs des peuples autochtones et ancestrales En connexion avec les délégations autochtones présent a la #COP25 à Madrid abientot https://www.facebook.com/events/455376298452332/?active_tab=discussion
L'alternative à Google --> Ecosia.org --> le moteur de recherche qui plante des arbres !
Guillaume Kayamare de La Jeunesse Autochtone de Guyane @ Le Consulat avec NatureRights