FNOM Fédération Nationale des Officiers Mariniers
(9)

Fonctionnement normal

Le journal "L'Officier Marinier" n° 396 novembre-décembre 2020 est en cours d'impression.Vous le découvrirez dans votre ...
29/10/2020

Le journal "L'Officier Marinier" n° 396 novembre-décembre 2020 est en cours d'impression.
Vous le découvrirez dans votre boîte aux lettres dans la 1ère quinzaine du mois de novembre.
Vous aurez tout le loisir de le parcourir pendant le confinement...
Bonne lecture à tous !

Source: ASAF et SénatAuditionné au Sénat sur le budget 2021, le chef d’état-major des armées a réaffirmé que la France n...
16/10/2020
Mali : « La France n’a en rien été impliquée dans des négociations »

Source: ASAF et Sénat

Auditionné au Sénat sur le budget 2021, le chef d’état-major des armées a réaffirmé que la France n’avait pas participé aux négociations pour la libération des otages au Mali et, en contrepartie, à celle de prisonniers dont des terroristes.



La joie à l’annonce de la libération de l’otage française, Sophie Pétronin, au Mali a vite laissé place à des interrogations sur les conditions des négociations. En échange de la remise en liberté de Sophie Pétronin, mais aussi de l’opposant malien Soumaïla Cissé, 200 prisonniers, dont des djihadistes, ont été libérés. Auditionné au Sénat sur le budget 2021, le chef d’état-major des armées a tenu à réaffirmer que la France « n’a en rien été impliquée dans des négociations, d’aucune sorte, avec ce groupe terroriste ».

La ministre des Armées, Florence Parly, avait elle aussi affirmé hier devant les sénateurs que « la décision de libérer des djihadistes en particulier appartient aux seules autorités maliennes »

« Il y a des propos qui ont été tenus au moment de la libération de Madame Petronin qui, me semble-t-il, risquent de fausser l’appréciation qu’on doit avoir de la situation au Mali et l’engagement des armées françaises », a également déclaré, ce mercredi, le général Lecointre.

« Le message doit être clair pour l'ensemble des familles qui ont perdu des leurs dans l’ensemble des combats que nous menons au Mali. Il doit être très clair pour ces familles que nous ne dévions pas de ligne, que notre combat reste le même », a aussi ajouté le chef d’état-major des armées.

Le général Lecointre a par ailleurs insisté sur la distinction entre terroristes et opposants politiques : « Pour que les choses soient bien nommées, l'adversaire qui est le nôtre n’est pas un groupe armé comme un autre qui serait un groupe armé d’opposition au régime malien. Il s’agit bien d’une organisation terroriste internationale qui a fait allégeance à Al-Qaida ».

https://www.publicsenat.fr/article/politique/liberation-de-sophie-petronin-la-france-n-a-en-rien-ete-impliquee-dans-des

Auditionné au Sénat sur le budget 2021, le chef d’état-major des armées a réaffirmé que la France n’avait pas participé aux négociations pour la libération des otages au Mali et, en contrepartie, à celle de prisonniers dont des terroristes.

Sur la peau de bouc...rappelez vous...
14/10/2020

Sur la peau de bouc...rappelez vous...

#LeSaviezVous? La peau de bouc

« Je vais te mettre sur la peau ! »Lorsqu’un marin entend le capitaine d’armes lui dire cette phrase, il ne s’agit pas d’une bonne nouvelle. En effet, il entend par là qu’il va l’inscrire sur la « peau de bouc », surnom du cahier de demande de punitions.

À l’époque de la marine à voile, la peau de bouc était une peau de mouton, de chèvre ou de bouc tendue sur une planchette et accrochée à la dunette du navire, lieu où l’officier de quart se tenait en permanence. On y inscrivait au crayon le nom des matelots à punir, le motif invoqué et le type de punition demandée. À l’appel du soir, le capitaine d’armes annonçait les punitions du jour prononcées par le commandant. Les inscriptions étaient ensuite grattées afin que la peau puisse être prête à servir dès le lendemain. Une feuille de papier n’aurait effectivement pas résisté longtemps sur une dunette balayée par le vent et les embruns.

Plus tard, le capitaine d’armes disposa d’un vrai cahier de punis avec une couverture reliée mais toujours en peau de caprin. À noter que le cahier de punis est parfois également surnommé « pêle-mêle » mais cela fera l’objet d’un autre « le saviez-vous » ! (Ph. B.)

©Loïc Bernardin/Marine Nationale/Défense

Même en mer les marins courent...
14/10/2020
20 km connectés - Le Charles de Gaulle participe depuis la mer

Même en mer les marins courent...

Sur fond de montagnes corses, le porte-avions, actuellement en entrainement individuel en mer Méditerranée, a pu s’associer à la première édition des 20 kilomètres connectés de la ville de Paris, sa ville marraine. Motivation et sourire, distanciation et gestes barrières, tous les élémen...

05/10/2020

Le secrétariat de la FNOM à Paris sera exceptionnellement fermé jeudi 8 octobre 2020. Reprise habituelle lundi 12 octobre.

04/10/2020

Toulon : grosse concentration de bâtiments militaires pour des exercices OTAN
Trois exercices internationaux se déroulent simultanément au large de Toulon à partir de cette semaine, ce qui a entrainé une concentration exceptionnelle de bâtiments militaires dans la base navale française. Il y a tout d’abord Dynamic Mariner, entrainement majeur de l’OTAN en Méditerranée qui réunissent du 25 septembre au 9 octobre pas moins de 5000 militaires de sept nations de l’Alliance (France, Belgique, Espagne, Etats-Unis, Grèce, Italie, Pays-Bas), avec une trentaine de bâtiments de surface et près d’une quarantaine d’aéronefs. « Cet exercice s’inscrit dans le cycle de préparation de la NATO Response Force (NRF), force multinationale interarmées de l’OTAN, et a pour but de certifier la capacité de la France à exercer le commandement de sa composante maritime (maritime component command - MCC) en vue de sa prise d’alerte le 1er janvier 2021. Ce commandement avait été exercé pour la dernière fois par la France en 2018, après l’exercice de certification Brillant Mariner 2017 en Méditerranée », précise la Marine nationale. « Le scénario fictif de l’exercice Dynamic Mariner 20, développé en amont à partir d’une situation de crise, inclura des opérations aéromaritimes dans tous les domaines de lutte et des unités évoluant dans un environnement multi-menaces, allant des menaces asymétriques à des menaces de haut de spectre. Dynamic Mariner 20 va donc entraîner l’ensemble des participants à la gestion de crise, en mettant l’accent sur le caractère expéditionnaire d’un déploiement de la NRF ».

S’ajoute à Dynamic Mariner deux exercices bisannuels dédiés à la guerre des mines, Olives Noires (OTAN) et Cut Away (coopération franco-américaine). Les moyens réunis pour ces différents entrainements vont interagir et se combiner selon les phases d’exercices. Deux groupes navals permanents de l’OTAN sont également impliqués : le SNMG2 et le SNMCMG2.

Concernant la composition de la flotte, le bâtiment amiral du MCC sera le porte-hélicoptères amphibie Mistral, avec à son bord un état-major de 150 militaires français, renforcés par 34 officiers étrangers issus des autres états-majors de l’OTAN et provenant de huit nations (Allemagne, Belgique, Espagne, Etats-Unis, Italie, Pays-Bas, Royaume-Uni, Turquie).

Le groupe amphibie sera articulé, en plus du bâtiment amiral, autour des transports de chalands de débarquement Johan de Witt et Rotterdam (Pays-Bas), qui embarquent des troupes terrestres néerlandaises.

Le porte-avions Charles de Gaulle participera également aux manœuvres début octobre, entre sa remise à niveau opérationnelle (RANO) consécutive à sa sortir d’arrêt technique et sa mise en condition opérationnelle (MECO).

Du côté de l’escorte, deux groupes vont être constitués : le SURF1 avec les frégates Alvaro de Bazan (Espagne, SNMG2), ses homologues françaises Forbin, Surcouf et Aconit, ainsi que le patrouilleur de haute mer Commandant Birot, et le SURF 2 avec les frégates françaises Chevalier Paul, Auvergne et Guépratte.

Les moyens de guerre des mines se répartiront quant à eux en trois groupes. Le premier réunira le ravitailleur Aliakmon (Grèce, SNMCMG2) ainsi que les chasseurs de mines Segura et Duero (Espagne, SNMCMG2), Lyre et Orion (France) ; le second le bâtiment d’expérimentation de guerre des mines français Thetis, avec les chasseurs de mines Urk (Pays-Bas), Lobelia et Bellis (Belgique), Capricorne et Croix du Sud (France); et le dernier avec trois unites françaises, le bâtiment de soutien et d’assistance métropolitain Loire ainsi que les bâtiments bases de plongeurs-démineurs Pluton et Achéron.

Le groupe de soutien logistique sera pour sa part constitué du ravitaileur espagnol Patiño (SNMG2) et des bâtiments de commandement et de ravitaillement français Var et Marne.

Seront également engagés dans ces manœuvres un sous-marin nucléaire d’attaque de la Marine nationale, des avions de patrouille maritime français et espagnol, ainsi que des forces spéciales.

Les bâtiments étrangers sont arrivés progressivement à Toulon en fin de semaine dernière. Avec évidemment de fortes contraintes liées à la crise sanitaire, qui a d’ailleurs entrainé des annulations ou une participation réduite de plusieurs pays, comme le Royaume-Uni et l’Italie. Différentes mesures ont été prises dans la base navale française afin d’éviter les contaminations. Les équipages étrangers, qui ne pouvaient pas sortir en ville, ont eu à leur disposition des zones « Covid free » sur les quais et appontements, ainsi que des repas via food trucks ou encore des créneaux d’accès différenciés aux infrastructures sportives afin de ne pas se mélanger. Les unités, à l'image des Rotterdam et Johan de Witt ont commencé à appareiller dimanche en vue des premières manoeuvres, le gros de la flotte étant en mer depuis hier.

© Un article de la rédaction de Mer et Marine. Reproduction interdite sans consentement du ou des auteurs.

23/09/2020
www.defense.gouv.fr

Cols bleus à télécharger.

https://www.defense.gouv.fr/content/download/590744/10016603/COLS-BLEUS_3089_Complet_BD.pdf

21/09/2020

QUESTIONNAIRE DE SATISFACTION DE LA FNOM

En début d’année, la FNOM a lancé une enquête de satisfaction auprès de ses adhérents disposant d’une adresse électronique.
Le taux de participation et le nombre de réponses ont été particulièrement satisfaisants, et démontrent ainsi combien nos adhérents sont attachés à leur Fédération.
Merci à tous ceux qui ont pris quelques minutes de leur temps pour y répondre. Nous remercions plus particulièrement ceux qui nous ont fait part de leur constat sur le fonctionnement de la Fédération et de leurs suggestions.
Tous les résultats ont été analysés et la phase de réflexion sur les actions à mener est en cours.
La FNOM communiquera régulièrement à travers son journal « L’Officier Marinier », son site internet et les présidents d’association sur le sujet.
Soyez assurés que les membres du Bureau National de la FNOM n’ont comme souci permanent, que celui de répondre aux attentes des adhérents.

Le Bureau National de la FNOM

INTERVIEW Amiral Pierre Vandier : « Nous entrons dans une période exigeante pour la Marine » © LE TELEGRAMMEUne Marine p...
17/09/2020
Amiral Pierre Vandier : « Nous entrons dans une période exigeante pour la Marine »

INTERVIEW Amiral Pierre Vandier : « Nous entrons dans une période exigeante pour la Marine » © LE TELEGRAMME

Une Marine prête au combat et dont les familles font partie du système d’armes : dans un entretien exclusif au Télégramme, Pierre Vandier, le nouveau chef d’état-major de la Marine, détaille ses priorités. Un « opérationnel » à la tête de la Marine, est-ce un signal ? C’est surtout un effet de génération. Aujourd’hui, la plupart des officiers de marine ont connu les opérations. Dans mon propre parcours, j’ai eu la chance exceptionnelle d’être le chef de la cellule à l’état-major des Armées qui a suivi l’opération Serval, au Mali, en 2013. Cela m’a donné des clés de compréhension du caractère interarmées des opérations, du fonctionnement de la chaîne de commandement, du besoin de disposer de capacités sur l’ensemble du spectre de nos actions. Je peux apporter à la Marine une vision large de ses enjeux. En Méditerranée, l’agressivité turque peut-elle conduire à la guerre ? C’est le scénario que tout le monde redoute et dont personne n’a envie. La tension est perceptible. Elle est médiatisée par les acteurs de la politique du fait accompli. La Marine nationale met en lumière ce qui se déroule en Méditerranée.
Il faut être sûr de l’intégralité du spectre de nos modes d’action. Sur toutes les mers du globe, la puissance navale est de retour au premier plan. Les équipages doivent-ils s’attendre à une multiplication des embarquements ? Nous entrons dans une période exigeante. Je l’ai dit aux marins en prenant mes fonctions. Ils doivent comprendre le sens des tensions qui s’exercent : nos concitoyens, qui financent la défense, attendent que nous soyons au rendez-vous. Quels sont les risques pour l’attractivité du métier de marin ? Au regard de l’évolution de la société, ses contraintes pèsent plus qu’avant sur les familles. Pour préserver les équilibres, nous réfléchissons à de nouveaux outils et de nouvelles façons de faire. Nous devons réussir à embarquer les familles dans nos missions. Elles sont partie intégrante du système de combat de la Marine. Quelles pistes creusez-vous ? Mon prédécesseur a expérimenté les doubles équipages sur les frégates de premier rang. Comme il est impossible de fabriquer une double Marine, nous réfléchissons à préparer les gens au plus près de chez eux ou encore des renforts ponctuels. Il faut rendre à nouveau prévisible les embarquements. L’épisode de la covid-19 à bord du porte-avions Charles de Gaulle peut-il se reproduire ? Nous sommes très vigilants. Aujourd’hui, le virus ne peut pas stopper l’activité de la Marine. À son retour du Liban, jeudi dernier, l’équipage du porte-hélicoptères amphibie Tonnerre a été testé, un cas était suspect. Les marins sont partis sur de très faibles préavis, se sont comportés avec une parfaite rigueur médicale à Beyrouth, où l’épidémie est forte, et ont remarquablement rempli leur mission. Après l’incendie du sous-marin nucléaire d’attaque (SNA) La Perle, cet été, sur les chantiers de Toulon (Var), songez-vous à avancer l’admission au service actif du Suffren ? L’horizon de l’été 2021 est maintenu. Il est hors de question de brader la sécurité de l’équipage et le processus de validation des capacités opérationnelles de ce premier SNA d’une série de six. Ses performances sont au rendez-vous. Un SNA en moins : quelles sont les conséquences pour les opérations ? Aucun, jusqu’en 2022, date initiale de la fin de l’arrêt technique de La Perle. C’est ensuite, et pour les dix prochaines années, que la question se pose. Des décisions seront prises cet automne. Négligence, sabotage : quelles sont les causes de l’incendie ? On sait qu’un éclairage a enflammé un revêtement en plastique dans un caisson installé pour sabler la coque. Pourquoi ? Les enquêtes techniques et judiciaires en cours le diront. Certains incriminent des défaillances chez l’industriel Naval Group… Le maintien en condition opérationnelle (MCO) des navires est au cœur de notre préoccupation. Naval Group a compris l’enjeu opérationnel actuel et la nécessité de tirer ses standards vers le haut. Compte tenu du contexte, faut-il « muscler » la Marine ? Tenir les rendez-vous de la loi de programmation militaire (LPM) est déjà une gageure pour la Marine et les industriels. Pour l’instant, les calendriers des programmes lancés sont respectés. Une autre de mes priorités est que l’ensemble des forces de la Marine se projette dans le combat de demain. Sur le plan tactique, nous devons inventer des modes d’actions multi-domaines. Un bâtiment en mer n’opère plus tout seul, mais en lien avec des manœuvres dans les milieux spatial et cybernétique, éventuellement avec des forces spéciales. On observe que nos adversaires activent des concepts d’opérations très vastes et très efficaces. Nous devons aussi imaginer la parade aux menaces qui pointent, comme les missiles hypersoniques. En 2019, la frégate multi-missions Bretagne a réussi le tir test d’un missile évoluant à deux fois la vitesse du son. Quand va-t-on prendre une décision sur le remplaçant du Charles de Gaulle ? Le dossier est entre les mains du président de la République. Pendant mes deux années au cabinet militaire de Florence Parly, j’ai participé au groupe de travail qui a décortiqué la question sous tous les angles. La conclusion est claire : nous avons besoin d’un tel navire dans la Marine de 2040. En complément : Un opérationnel à la tête de la Marine Pour succéder à l’amiral Christophe Prazuck comme chef d’état-major de la Marine nationale (CEMM), le choix de la ministre des Armées s’est porté sur un profil jeune (52 ans) et complet, marqué par l’aéronavale et les opérations. Pilote de Super-Etendard et de Rafale, Pierre Vandier a commandé, à la mer, la frégate légère furtive Surcouf et le porte-avions Charles de Gaulle, où il aura servi au total 1 200 jours. Fils et petit fils de marin, ce père de six enfants a participé à tous les engagements majeurs des vingt dernières années : la guerre du Golfe, la Bosnie, le Kosovo, le Mali, l’Irak. Depuis deux ans, il était le chef du cabinet militaire de Florence Parly, où il s’est familiarisé avec les dossiers politico-militaires. Auteur en 2018 de « La dissuasion au troisième âge nucléaire » (Editions du Rocher), le nouveau « CEMM » a déclaré lors de sa prise de fonction à Toulon, le 1er septembre, sur le pont d’envol du Charles : « L’augmentation des incertitudes stratégiques est telle qu’elle est susceptible de conduire à un combat en mer ». Un article de la rédaction du Télégramme

© Mer et Marine https://www.meretmarine.com/fr/content/amiral-pierre-vandier-nous-entrons-dans-une-periode-exigeante-pour-la-marine?xtor=EPR-56-20120118[Newsletter_V2_Drupal]-20200917-[_2]

Une Marine prête au combat et dont les familles font partie du système d’armes : dans un entretien exclusif au Télégramme, Pierre Vandier, le nouveau chef d’état-major de la Marine, détaille ses priorités.Un « opérationnel » à la tête de la Marine, est-ce un signal ?C’est surtout u...

Adresse

45 Boulevard Vincent Auriol
Paris
75013

Métro M6 station CHEVALERET ou QUAI DE LA GARE

Heures d'ouverture

Lundi 13:00 - 16:45
Lundi 08:30 - 12:00
Mardi 13:00 - 16:45
Mardi 08:30 - 12:00
Mercredi 13:00 - 16:45
Mercredi 08:30 - 12:00
Jeudi 13:00 - 16:45
Jeudi 08:30 - 12:00

Téléphone

01 45 82 23 20

Notifications

Soyez le premier à savoir et laissez-nous vous envoyer un courriel lorsque FNOM publie des nouvelles et des promotions. Votre adresse e-mail ne sera pas utilisée à d'autres fins, et vous pouvez vous désabonner à tout moment.

Contacter L'entreprise

Envoyer un message à FNOM:

Organisations à But Non Lucratifss á proximité