Nuclear Knowledges

Nuclear Knowledges Premier programme universitaire français de recherche indépendant sur le phénomène nucléaire

On November 24th, Pope Francis was in Nagasaki. He went there before going to Hiroshima. See why that matters ➡️ "Nagasa...
26/11/2019

On November 24th, Pope Francis was in Nagasaki. He went there before going to Hiroshima.

See why that matters ➡️ "Nagasaki’s shadows: European citizens facing nuclear weapons" https://theconversation.com/nagasakis-shadows-european-citizens-facing-nuclear-weapons-121621

And whether he may have impact on European citizens ➡️ "Is Pope Francis really an ‘influencer’ on nuclear matters?" https://theconversation.com/is-pope-francis-really-an-influencer-on-nuclear-matters-110298

#Vidéo | "Comment peut-on penser les liens entre le nucléaire militaire, la sécurité et la démocratie ?Prolifération, co...
19/03/2019
Sécurité et démocratie: ce que changent les armes nucléaires (par Benoît Pelopidas)

#Vidéo | "Comment peut-on penser les liens entre le nucléaire militaire, la sécurité et la démocratie ?
Prolifération, contrôle et technocratie nucléaire sont revisitées à l'aune des dernières découvertes de source primaires et de propositions méthodologiques qui permettent de prendre en compte le rôle de la chance dans l'issue de certaines crises nucléaires ou l'évitement d'explosions accidentelles."

Merci à Mediapart et Mathias Delori pour avoir relayé les derniers résultats de recherche de Nuclear Knowleges ⬇️
https://blogs.mediapart.fr/mathiasdelori/blog/110319/securite-et-democratie-ce-que-changent-les-armes-nucleaires-par-benoit-pelopidas

Comment peut-on penser les liens entre le nucléaire militaire, la sécurité et la démocratie ? Le chercheur Benoît Pelopidas esquisse des pistes dans une vidéo.

Retrouvez l'éditorial de Nuclear Knowldges à propos des opinions publiques européennes sur les questions nucléaires, le ...
15/03/2019
Le pape François peut-il influencer l’opinion sur la question des armes nucléaires ?

Retrouvez l'éditorial de Nuclear Knowldges à propos des opinions publiques européennes sur les questions nucléaires, le changement générationnel et l'influence du pape François ⬇️

https://theconversation.com/le-pape-francois-peut-il-influencer-lopinion-sur-la-question-des-armes-nucleaires-112175

Le pape François défend un monde sans armes nucléaires. Mais son implication sur ces questions est-elle acceptable ? Et comment son message est-il perçu par les citoyens européens ?

13/03/2019
Repenser les choix nucléaires : Sécurité et démocratie

#Vidéo | "Le danger nucléaire se réduit-il à celui de la prolifération? Le contrôle sur ces armes a-t-il été parfait jusqu’à présent et le sera-t-il à l’avenir? Les institutions en charge de la fabrication des armes et les experts associés devraient-ils définir les choix possibles?

Au lieu du triptyque prolifération/contrôle/technocratie nucléaire, Benoît Pelopidas propose la notion de vulnérabilité nucléaire globale, offre un moyen d’évaluer le rôle de la chance dans l’issue des crises nucléaires et examine les conditions d’une réappropriation démocratique des choix nucléaires, à partir de sources primaires inédites."

Merci à l'équipe de l'INRIA STEEP pour la vidéo, accessible ici: https://www.youtube.com/watch?v=X8ogjW_GFPQ&t=162s

En 2018, on compte plus de 14000 systèmes d’armes nucléaires dans le monde; la plupart des Etats dotés entament des processus de modernisation de leurs arsen...

📖 New Era or New Error ? Benoît Pelopidas and Ryan Snyder start engaging with claims of "The new era of counterforce" an...
23/02/2019
Correspondence: New Era or New Error? Technology and the Future of Deterrence

📖 New Era or New Error ?
Benoît Pelopidas and Ryan Snyder start engaging with claims of "The new era of counterforce" and invite further work on the similarities with the works of H. Kahn, C. Gray and K. Payne who reached the same conclusions from the same assumptions in very different contexts.

Read their new piece in International Security here ⬇️
https://t.co/c94yzie57T

Correspondence: New Era or New Error? Technology and the Future of Deterrence

22/02/2019

🌟 Congratulations to Kjølv Egeland who has been awarded a #MarieCurieFellowship to study the emergence, projection and contestation of the "Strategic Narrative of Nuclear Order" in Europe since the 1960s, as part of our team, with Benoît Pelopidas as mentor !

How might the history of nuclear weapons help us understand today’s security challenges? Listen to Hassan Elbahtimy's co...
21/02/2019
Podcast: Drawing from Nuclear History to Understand Today's Challenges

How might the history of nuclear weapons help us understand today’s security challenges?
Listen to Hassan Elbahtimy's contribution to the War Studies podcast and learn more about the benefits of globalizing the studies of the nuclear age
🎧▶️https://t.co/46dKJccgxm?amp=1

Date of publication: 12/02/2019 Description: Researchers and students of war and global security often look to the past to better understand developments in the present. So, how might the history of

🎧 What role does the international audience play in moderating nuclear crises? If you missed Debak Das's presentation on...
20/02/2019
"The Courtroom of World Opinion": Bringing the International Audience into Nuclear Crises

🎧 What role does the international audience play in moderating nuclear crises?
If you missed Debak Das's presentation on the "Courtroom of World Opinion" followed by the discussion by Pr. Benoît Pelopidas and Pr. Thomas Lindemann, you can now listen to it here ▶️ https://soundcloud.com/ceri-5/sets/the-courtroom-of-world-opinion

For more Nuclear Knowledges podcasts ▶️http://www.sciencespo.fr/nk/fr/Interventions

Dans le cadre du séminaire de Nuclear Knowledges du 07/02/2019 - Chaire d’excellence en études de sécurité. "The Courtroom of World Opinion": Bringing the International Audience into Nuclear Crises

Say what ? Can a small nuclear weapon really make the world safer? Listen to Sebastien Philippe's interview for the Bull...
19/02/2019
Say WHAT? — A case of low-yield nuclear thinking - Bulletin of the Atomic Scientists

Say what ? Can a small nuclear weapon really make the world safer? Listen to Sebastien Philippe's interview for the Bulletin of Atomic Scientist on low yield nuclear weapons and their impact on the likelihood of nuclear weapons use 🎥⬇️ https://t.co/wkHxZKofBn

Can a small nuclear warhead really make the world safer? In this installment of “Say WHAT?”—the Bulletin video series that casts a clear eye on fuzzy policy—we ask nuclear weapons expert Sébastien Philippe what he thinks about the latest nuclear craze.

31/01/2019

🌟 Good news of the day: Benoît Pelopidas's research-led undergraduate class on "dilemmas of a nuclear-armed world" is the most demanded among exchange students. Looking forward to its doubling!

Pour bien commencer l'année 2019, Nuclear Knowledges vous propose une bonne #lecture et un #événement ! 📖 Pourquoi l'arm...
13/01/2019
L'arme nucléaire ne constitute pas la défense parfaite_Pelopidas_Alternatives économiques.pdf

Pour bien commencer l'année 2019, Nuclear Knowledges vous propose une bonne #lecture et un #événement !

📖 Pourquoi l'arme nucléaire ne constitue-t-elle pas la défense parfaite ? Découvrez l'entretien de Benoît Pelopidas pour Alternatives économiques
en cliquant sur ce lien ▶️ https://drive.google.com/open?id=1K4u5lxMTM5w7xK3kj-hN-SdAALfH_fJV

📅 Rendez-vous le 17 Janvier prochain à 17h au CERI pour discuter de "La construction des savoirs relatifs à l'armement nucléaire: fondements institutionnels, conceptuels, imaginaires et mémoriels". Pour vous inscrire ▶️ https://www.sciencespo.fr/agenda/ceri/fr/event/La+construction+des+savoirs+relatifs+%C3%A0+l%27armement+nucl%C3%A9aire?event=987

#Interview  Quels sont les objectifs de Nuclear Knowledges?  Pourquoi avoir créé un programme de recherche universitaire...
22/11/2018
“Le choix du nucléaire engage des générations qui ne sont pas encore nées”

#Interview Quels sont les objectifs de Nuclear Knowledges? Pourquoi avoir créé un programme de recherche universitaire sur le phénomène nucléaire ? Pourquoi se concentrer tout particulièrement sur la “construction des savoirs” ?

Vous souhaitez en savoir plus sur Nuclear Knowledges? Découvrez la toute dernière interview du professeur Benoît Pelopidas publiée sur le site de Sciences Po ➡️ https://bit.ly/2qT23tL

Conflits et tensions dans le monde, arsenaux en voie de modernisation, nouveaux traités de régulation… Les armes nucléaires sont aujourd’hui plus que jamais un sujet de préoccupation. Mais se pose-t-on les bonnes questions ? Fondateur du programme d'étude des savoirs nucléaires, Nuclear Kn...

#EnjeuMondial 💡[Dépenses militaires par région, 1998-2017] Pour voir la carte en grand ➡️ https://bit.ly/2DDsHipRetrouve...
14/11/2018

#EnjeuMondial 💡[Dépenses militaires par région, 1998-2017] Pour voir la carte en grand ➡️ https://bit.ly/2DDsHip

Retrouvez les autres cartes et graphiques du nouvel ouvrage "Guerres et conflits armés au XXIe siècle" co-dirigé par Benoît Pelopidas et Frédéric Ramel ici ➡️ https://www.sciencespo.fr/enjeumondial/fr

"La figure 12 ramène l’évolution des dépenses militaires sur une base commune et affiche donc les trajectoires année après année, mettant en évidence les augmentations et les diminutions observées pour chaque région du monde telles que définies par le SIPRI. Les valeurs de la figure 12 sont donc relatives à la base (100, année 1998) et ne sont pas des valeurs financières mais des pourcentages de croissance ou de décroissance.

Le procédé permet de contourner une des limites des valeurs financières. Les différences d’échelles au niveau régional informent sur le niveau et les évolutions des dépenses militaires mais elles ne permettent pas de saisir l’effort fourni sur une période de 10 ans par exemple. Les différences importantes entre les niveaux des dépenses militaires des régions (Afrique, Amériques, Asie-Océanie, Europe, Moyen-Orient et Union européenne) exprimées en valeur financière rendent difficiles les comparaisons sur un même graphique et ne permettent pas de mesurer les efforts relatifs des régions sur ce plan. Par exemple, en valeur financière, la courbe de l’Afrique apparaîtrait stable, on y verrait peu de variation, ce qui risquerait de générer une fausse impression de stagnation.

La figure 12 permet ainsi de constater que les dépenses militaires de l’Afrique et du Moyen-Orient (pour les pays pour lesquels les données sont disponibles) ont crû de manière significative jusqu’à la crise des prix des matières premières alors que la région Asie-Océanie a augmenté ses dépenses militaires de manière ininterrompue au cours de la même période. Les Amériques, pour leur part, affichent un profil cyclique caractéristique des dépenses militaires de la région largement dominées par les États-Unis, avec une période de hausse majeure suivie d’un déclin. Enfin, la croissance européenne/Union européenne semble plus modeste et affiche également un cycle hausse-baisse, de moindre amplitude que celui des Amériques."

#EnjeuMondial 💡[Interdiction des armes nucléaires, 2018] Vous vous demandez où en est le traité d'interdiction des armes...
07/11/2018

#EnjeuMondial 💡[Interdiction des armes nucléaires, 2018] Vous vous demandez où en est le traité d'interdiction des armes nucléaires aujourd'hui ? Pour voir la carte en grand ➡️ https://bit.ly/2PI2Awn

Retrouvez les autres cartes et graphiques du nouvel ouvrage "Guerres et conflits armés au XXIe siècle" co-dirigé par Benoît Pelopidas et Frédéric Ramel ici ➡️ https://www.sciencespo.fr/enjeumondial/fr

"Cette carte illustre l’état du traité d’interdiction des armes nucléaires au 15 juin 2018, ainsi que les votes à l’assemblée générale des Nations unies le 7 juillet 2017 aboutissant à l’adoption dudit traité (122 voix pour, 1 contre, 1 abstention, sachant que les Etats dotés d’armes nucléaires ainsi que leurs alliés de l’OTAN, à l’exception des Pays-Bas, n’ont pas participé au vote). Cet état du monde se tient donc moins d’un an après l’ouverture à la signature du traité en septembre 2017. L’article XV-1 de ce dernier prévoit qu’il entre en vigueur quatre-vingt-dix jours après le dépôt d’un instrument de ratification, d’acceptation, d’approbation ou d’adhésion par le cinquantième Etat. On perçoit sur la carte le décalage entre le nombre d’Etats qui se prononcent en faveur de l’adoption du traité en juillet 2017 (122), le nombre de signataires au 15 juin 2018 (59) et le nombre de ratifications. Ce décalage témoigne de la pression exercée par les Etats dotés d’armes nucléaires contre la ratification de cet instrument, le degré de priorité parfois bas de l’objectif de désarmement nucléaire et de stigmatisation de la possession de ces armes par des Etats pourtant en principe favorables à l’adoption du traité et le temps habituel nécessaire à l’entrée en vigueur de tels traités internationaux. Dans les trois mois qui séparent la réalisation de la carte et l’écriture de ce commentaire, le Costa Rica (le 5 juillet 2018), le Nicaragua (le 19 juillet 2018), l’Uruguay (25 juillet 2018), la Nouvelle Zélande (le 31 juillet 2018) ont ratifié le traité, la Colombie a signé (le 3 août 2018) et les îles Cook ont déposé un instrument d’adhésion (le 4 septembre 2018), portant le nombre total de ratifications à quatorze. Le traité compte déjà soixante Etats signataires, donc si une majorité d’entre eux le ratifiaient, il entrerait en vigueur. Le texte du traité se trouve en français page 33."

#EnjeuMondial 💡[Stocks d’armes nucléaires, 1945-2017] | Nuclear Knowledges vous propose de découvrir les cartes et graph...
21/10/2018

#EnjeuMondial 💡[Stocks d’armes nucléaires, 1945-2017] | Nuclear Knowledges vous propose de découvrir les cartes et graphiques du nouvel ouvrage "Guerres et conflits armés au XXIe siècle" co-dirigé par Benoît Pelopidas et Frédéric Ramel ➡️ https://www.sciencespo.fr/enjeumondial/fr

Ces graphes représentent le nombre d’ogives nucléaires dans le monde. Pour les voir en grand ➡️ https://bit.ly/2PaG1jQ

La séparation entre les deux graphes montre que plus de 90% des armes nucléaires ont constamment été aux mains des Etats-Unis et de la Fédération de Russie et que cette primauté demeure après la fin de la guerre froide. Par contraste, tous les autres Etats dotés et celui qui y a renoncé (l’Afrique du Sud) ont déployé des arsenaux de taille relativement limitée. Ces graphes montrent aussi la quantité considérable de systèmes d’armes nucléaires produits depuis 1945 (plus de 130 000) et le fait que leur nombre sur la planète a atteint un pic en 1986, qui s’est suivi d’une réduction drastique jusqu’à aujourd’hui. Il montre donc que le démantèlement massif d’ogives nucléaires est possible et a eu lieu. Néanmoins, ces graphes exigent au moins deux précisions.

La première précision consiste à contextualiser ce qui est mesuré. Si l’on mesure la capacité de destruction des arsenaux nationaux plutôt que le nombre d’ogives, les tendances sont très différentes. D’une part, la recherche récente sur les effets d’explosions nucléaires dans des environnements urbains sur la production de nourriture suggèrent qu’un affrontement nucléaire limité entre l’Inde et le Pakistan suffirait à tuer plus d’un milliard d’individus par famine. Les modèles climatiques aboutissant à cette prévision n’ont pas été testés sur les autres Etats dotés mais la recherche conduit à relativiser considérablement l’idée selon laquelle seuls les Etats-Unis et la Russie disposeraient d’arsenaux nucléaires susceptibles de causer des dommages majeurs. D’autre part, la capacité de destruction des armes nucléaires qui restent (environ 14 000 en 2018 contre 64 000 en 1986) demeure suffisante pour mettre fin à la civilisation humaine, en dépit de la réduction quantitative que nous avons notée. Même si l’on néglige la possibilité de famine indiquée plus haut, il convient de rappeler qu’en 1955 déjà, le rapport Strath estimait qu’une attaque sur le Royaume-Uni avec seulement dix bombes à hydrogène serait susceptible de causer jusqu’à douze millions de victimes et une perturbation irréversible de l’organisation de la société et de sa capacité productive. Enfin, si l’on mesure la capacité de destruction des arsenaux plutôt que le nombre d’ogives, le pic pour les Etats-Unis n’est pas en 1966 mais des décennies plus tard (Eden 2011).

La seconde précision concerne la dynamique récente de modernisation des arsenaux nucléaires entamée dans la totalité des Etats dotés, qui n’aboutit pas nécessairement à une augmentation quantitative du nombre d’ogives représenté sur le graphe mais prolonge la durée de vie de ces systèmes loin dans le futur et, dans nombre de cas, augmente leur capacité de destruction. Une compréhension agrégée des capacités de destruction exige par ailleurs de prendre en compte des systèmes d’armes non-nucléaires non-représentés ici mais qui accentuent encore considérablement la primauté des Etats-Unis.

17/10/2018
Mai 1958: Grey Anderson nous raconte les origines de la Vème République française

🔴 #NKSeminar Ne manquez pas la rencontre avec l'auteur de "La Guerre Civile en France", Grey Anderson, aujourd'hui à 17h au CERI ! ➡️ https://bit.ly/2CN9TwV

🎬 En attendant, pour satisfaire votre curiosité, retrouvez l'interview de Grey Anderson sur TV5 Monde pour mieux comprendre les enjeux traités dans son livre ⬇️
https://www.youtube.com/watch?v=62AgIcbPvqI

Mai 1958 marque le début d’une séquence insurrectionnelle où le sort de la France s’est joué à Alger. C’est aussi la fin de la IVème République et le retour ...

#EnjeuMondial 💡[Prolifération et désarmement nucléaire, 2018] | Nuclear Knowledges vous propose de découvrir les cartes ...
11/10/2018

#EnjeuMondial 💡[Prolifération et désarmement nucléaire, 2018] | Nuclear Knowledges vous propose de découvrir les cartes et graphiques du nouvel ouvrage "Guerres et conflits armés au XXIe siècle" co-dirigé par Benoît Pelopidas et Frédéric Ramel ➡️ https://www.sciencespo.fr/enjeumondial/fr

Nous commençons cette série par une carte illustrant l'état du monde nucléaire. Commentaire de Benoît Pelopidas ➡️ https://www.sciencespo.fr/enjeumondial/en/media/proliferation-et-desarmement-nucleaire-2018

"Cette carte illustre l’état du monde nucléaire sous l’angle de deux instruments juridiques : le traité de non-prolifération des armes nucléaires, entré en vigueur en 1970 pour 25 ans et étendu indéfiniment en 1995, et les traités créant des zones exemptes d’armes nucléaires. Elle laisse de côté les traités concernant la limitation des armements et des essais nucléaires, qu’ils soient multilatéraux ou bilatéraux ainsi que les résolutions du Conseil de sécurité des Nations unies, de son Assemblée générale et de la Cour internationale de justice. La carte occulte aussi le traité d’interdiction des armes nucléaires ouvert à la signature en septembre 2017 et pas encore entré en vigueur (il lui faut cinquante ratifications ; cf. figure 19 du volume et de ce compagnon).

Sur cette carte, on peut observer que l’hémisphère Sud dans son entier est une zone exempte d’armes nucléaires, que le traité de non-prolifération est celui qui compte le plus d’Etats parties et que pour le moment seule la Corée du Nord l’a quitté.

La recherche a établi qu’Israël dispose d’un arsenal nucléaire même si elle ne le reconnaît pas et que sa Constitution affirme qu’il ne sera pas le premier Etat à introduire l’arme nucléaire au Moyen-Orient. Sur le plan conceptuel, il est aussi essentiel d’introduire la catégorie du renoncement aux systèmes d’armes nucléaires qui permet d’observer que la grande majorité des Etats n’a jamais essayé de se doter de tels systèmes. Une telle stratégie non-nucléaire de sécurité échappe aux deux catégories de prolifération et désarmement, qui donnent son titre à la carte et postulent toutes deux un désir a priori d’armes nucléaires."

Adresse

Paris

Notifications

Soyez le premier à savoir et laissez-nous vous envoyer un courriel lorsque Nuclear Knowledges publie des nouvelles et des promotions. Votre adresse e-mail ne sera pas utilisée à d'autres fins, et vous pouvez vous désabonner à tout moment.

Organisations à But Non Lucratifss á proximité


Autres Organisation à but non lucratif à Paris

Voir Toutes