Collectifmap

Collectifmap Le Collectifmap oeuvre à la promotion et à l'expression de toutes les diversités dans le respects des différences. L’Afrique est un grand continent déchiré depuis de nombreuses années par des luttes intestines.
(4)

La diversité de l’Afrique se traduit par le nombre des pays qui la composent (58), par le nombre de langues qui y sont parlées (2 011 langues vivantes), et par sa diaspora. Il est donc apparu la nécessité de créer un Mouvement sous forme d’Association, afin de regrouper tous les courants qui intéressent l’Afrique ou qui s’y intéressent, qu’ils soient artistiques, scientifiques, éducatifs, etc….. dans un même Mouvement Panafricain. L’Association présentement créée est chargée de porter tous les projets en relation avec un meilleur avenir de l’Afrique.

La diversité de l’Afrique se traduit par le nombre des pays qui la composent (58), par le nombre de langues qui y sont parlées (2 011 langues vivantes), et par sa diaspora. Il est donc apparu la nécessité de créer un Mouvement sous forme d’Association, afin de regrouper tous les courants qui intéressent l’Afrique ou qui s’y intéressent, qu’ils soient artistiques, scientifiques, éducatifs, etc….. dans un même Mouvement Panafricain. L’Association présentement créée est chargée de porter tous les projets en relation avec un meilleur avenir de l’Afrique.

Fonctionnement normal

03/10/2020
Crise de confiance

Ne prenez pas pour argent comptant ce que vous voyez ou entendez. Affinez votre esprit critique car les IA peuvent être dévoyées à des fins de manipulation de masse.

Edito : L'émotion nègre« L’émotion serait nègre comme la raison serait hellène ». Je fais ici référence à la célèbre loc...
01/10/2020

Edito : L'émotion nègre

« L’émotion serait nègre comme la raison serait hellène ». Je fais ici référence à la célèbre locution de Senghor, qui a jadis suscité une véritable levée de boucliers. Le penseur camerounais Marcien Towa objecta à ce titre que " l’on ne saurait enfermer la pensée dans une âme collective même quand l’objectif serait la revendication d’une quelconque humanité."

A y regarder de près le débat a souvent porté sur le premier terme de la proposition. Le fait que la raison soit proclamée hellénique autrement dit, que la rationalité soit occidentale, ne semble pas déranger outre mesure, les contradicteurs du poète président. C’est le fait d’être défini comme un être émotif qui dérange les penseurs africains.

Et pour cause : le continent africain et plus particulièrement l’Afrique noire est dans ses institutions, la terre de l’à-peu-près. Des constitutions élastiques aux règlementations appliquées à la tête du client. Tout dans l’organisation des Etats révèle une absence de règle.

Dans de telles conditions, difficile de se projeter, de planifier, de prévoir ; en un mot d’avoir des projets en dehors des systèmes étatiques. Dans cette région du monde, il existe en réalité, deux classes sociales, l’état et le tiers état. Toute personne qui n’est pas proche de l’état n’a aucun droit. L’absence de règle et donc de rigueur est un fait politique.

Pourquoi c’est important ?

En intervenant en économie, l’Etat exerce trois fonctions qui sont : la fixation des règles de l’activité économique, la production de biens collectifs, et la redistribution des richesses. En absence de règles les principes de justices et d’équité ne peuvent s’appliquer. En absence de contrepouvoir la puissance publique ne peut que devenir autoritaire. Les relations entre les citoyens reposent alors sur les passe-droits et la capacité à avoir « le bras long ».

En absence de règles, ce sont les convictions qui l’emportent. Ce n’est pas fondamentalement une mauvaise chose; sauf quand il n’y pas de cap pour toute une nation, pas de projet commun face à la puissance des individualismes.

Oxo.
#rezotubemedia
Photo : De Kimbirila

SOCIETE : Vivre ensemble, nécessité ou utopie ?Jusqu'aux années 90, la question du vivre-ensemble n'avait jamais été spé...
01/10/2020

SOCIETE : Vivre ensemble, nécessité ou utopie ?

Jusqu'aux années 90, la question du vivre-ensemble n'avait jamais été spécifiquement abordée. Cette thématique apparait de plus en plus régulièrement, dans le discours politique et institutionnelle, en contrepoint du débat sur l'identité nationale, comme une réponse à cette implicite injonction.

Le vivre-ensemble a souvent été associé à des questions d'urbanisme, notamment à travers la remise en question des grands ensembles, leur implantation non-inclusive dans des territoires laissés à l'abandon et la disparition d'une fixité sociale au sein des territoires. De nombreuses problématiques sociales découlent, de l'existence de ces grands ensembles : relégation sociale, enclavement spatial, phénomène de délinquance et de criminalité, concentration territoriale, problématiques sociales comme la précarité, le chômage...

Portée par une autre dynamique, des groupes d'habitats communautaires aux abords de Rio (Brésil) et Kyoto (Japon) se sont développées autour des notions de solidarité et souci écologique dans les années 90 à 2000. Dotées de dispositifs privilégiant la basse consommant énergétique, de capteurs solaires et de jardins partagés, ces habitats avaient une vocation résolument sociale, reposant sur le vivre ensemble.

Les écoquartiers, tournés vers la durabilité et l'écoresponsabilité, qui ont vu le jour en France, s'inscrivent dans cette mouvante. Communautés de destins et militantisme de proximité permettent de consacrer l'échelle locale comme étant celle du changement grâce à l'empowerment citoyen et à sa capacité de changement, dans une dynamique participative et collaborative.
Ces initiatives ne représentent certes pas une solution absolue aux externalités négatives que sont les phénomènes populistes qui traversent l’Europe, ou à l'accentuation des replis communautaires et identitaires, autant de freins au vivre-ensemble ; mais elles apportent néanmoins dans leur élan solidaire, des éléments de réponses sur ce qu'il serait éventuellement possible de mettre en œuvre.

Communautés de destin

Si la question du vivre-ensemble se pose aujourd'hui avec une telle acuité, c'est en raison d'un délitement du lien social et d'un esprit de corps qui avait été entretenu jusqu'alors par les grandes mobilisations associées aux mouvements de masse du siècle dernier. Cet esprit d'appartenance à une même classe a été peu à peu supplanté, dans la défense des idéaux, par des revendications spécifiques portées par des communautés distinctes. Communautés perdant de plus en plus la capacité à converger vers une même problématique transversale.

Le concept anglo-saxon de "melting-pot", souvent associé au contexte post-colonial français et son modèle d'intégration républicain, a ainsi été remplacé par celui du "Salad bowl", autre concept dans lequel tels les ingrédients d'une salade, les communautés se côtoient mais ne se mélangent pas. A l'inverse du communautarisme qui cristallise l'étroite fusion qu'une communauté peut entretenir avec un territoire donné, qu'il soit matériel ou immatériel, la communauté reste un outil qui n'est en soi, ni bon, ni mauvais.

C'est l'usage qui en est fait qui sera déterminant

Outil de prédation et de domination. Ou au contraire, de protection en sa qualité de corps intermédiaires. Aussi devenir une seule et même communauté de destins pluriels, face aux enjeux écologiques, économiques, sociaux et politiques des prochaines décennies, semble être l'une des alternatives nous permettant de "tenir ensemble", suivant la providentielle expression du philosophe Castoriadis.

Eugénie Lobé
#rezotubemedia

FORMATION : Formation et avenir professionnelQu’est- ce qui vous retient ou vous empêche de choisir une formation ? Est-...
01/10/2020

FORMATION : Formation et avenir professionnel

Qu’est- ce qui vous retient ou vous empêche de choisir une formation ? Est-ce le métier ou le cursus même de la formation ?

Se connaître est finalement une chose difficile dans notre société ; on donne facilement un conseil à un ami ou à un membre de sa famille, mais pour soi-même, on repousse toujours le verdict. Aujourd’hui, il est temps de parler de VOUS et surtout de vous aider à bâtir une réflexion qui va impacter votre avenir proche et rayonner sur tout votre entourage.

Pour choisir son futur métier de manière précise, pour viser une entreprise convoitée, Nous devons savoir utiliser tous les outils qui sont à notre portée et avoir la faculté de nous projeter dans cet avenir qui vous tend les bras. Choisir un métier c’est avant tout, choisir sa formation. C’est indispensable pour viser un domaine de compétence.

Google est votre ami !

N’hésitez pas faire des recherches sur les métiers et les niveaux de formations qui peuvent correspondre à vos objectifs ; Internet peut se révéler d’une grande aide à la décision.

Si vous postulez un emploi de salarié, la personne des ressources humaines sera curieuse de savoir pourquoi vous pensez que ce métier est fait pour vous et pourquoi vous avez sacrifié toutes ces années au détriment du poste de vos rêves. La formation peut se révéler également être un tremplin à la création d’entreprise. Elle laisse libre court à l’expression de toutes vos capacités, grâce à la possibilité de recourir à des spécialistes.

On ne voit pas ce que l’on ne cherche pas, et l’on ne peut atteindre ce en quoi on ne croit pas…

Cher lecteur, vous avez sans doute un organisme de formation à votre portée, quel que soit votre lieu de résidence, et le continent sur lequel vous vous trouvez. En Afrique, la PEFOP (plateforme d’expertise en formation professionnelle), soutenue par l’UNESCO, accompagne la croissance et l’emploi en Afrique.

Et pour cause, le continent a urgemment besoin d’une main-d’œuvre qualifiée, les entreprises forment très peu leur personnel, même si l’on constate une croissance de la formation en Afrique francophone de 20% par an et seules les grandes entreprises y consacrent en moyenne 5 à 6 % de leur masse salariale.

La pénurie en ressources humaines y est estimée à plus de 8 millions de médecins et de spécialistes, plus d'1 million de chercheurs, plus de 4 millions d'ingénieurs et près de 70 000 agronomes. Il faut voir dans ce besoin, une opportunité pour envisager votre avenir sur le continent, via la formation, seule capable de produire des personnes qualifiées que le marché du travail recherche. N’hésitez pas à visiter le site https://pefop.iiep.unesco.org/fr pour vous en rendre compte.

Renseignez-vous, soyez curieux et proactifs afin de construire votre avenir professionnel !

Votre expérience est sans nulle doute un atout majeur, cependant votre intuition peut également se révéler très utile pour parvenir à vos fins ; le point impératif étant d’être franc avec vous-même, d’être lucide sur vos compétences, pour en tirer le meilleur et atteindre un objectif digne de vos ambitions. Ne priez pas pour que les choses soient plus faciles ; efforcez-vous d’être meilleur que les autres !

Jiloo Adéric
Afrocentricity International
#rezotubemedia

SANTE : Après l’accouchement      Juste après la naissance du bébé, la femme doit fournir un ultime effort pour solder u...
01/10/2020

SANTE : Après l’accouchement

Juste après la naissance du bébé, la femme doit fournir un ultime effort pour solder un accouchement normal. Quelques poussées sont parfois nécessaires pour expulser le placenta. Cette étape de l'accouchement est appelée à juste titre, la "délivrance". Cela correspond à un détachement, puis une expulsion du placenta, lequel était accolé aux parois de l'utérus. Le placenta est un organe indispensable au développement fœtal. Il permet, entre autres, le passage de l'oxygène et des nutriments de la mère vers le fœtus, et l'élimination des déchets dans le sens inverse.

À la délivrance, il se forme au niveau de la zone d'implantation du placenta, une "plaie placentaire". C'est de cette zone que viennent les saignements appelés "lochies". Les lochies vont diminuer progressivement et passer du sang rouge vif à des filets rosés, à mesure que la plaie placentaire cicatrise. Après un accouchement, les lochies durent deux à six semaines, et vont en régressant. Après un accouchement, en cas de fièvre, de saignements abondants de surcroît avec des caillots, de lochies en augmentation, de douleurs abdominales, d'odeurs particulièrement nauséabondes, il faut absolument consulter !

Des douleurs à type de règles sont souvent observées après l'accouchement. Ce sont en fait des contractions de l'utérus appelées "tranchées". Les tranchées permettent à l'utérus de retrouver sa taille et sa position initiale et d'évacuer les saignements. Le retour des règles survient autour du 45ème jour après l'accouchement, lorsque la mère n'allaite pas. Dans le cas contraire, cela peut prendre plusieurs mois.

L'allaitement maternel peut faire office de contraception dans le cadre STRICT de la Méthode d'Allaitement Maternel et d'Aménorrhée (MAMA). La MAMA est une méthode de contraception ALTERNATIVE, recommandée par l'OMS.

Vous pouvez l'appliquer si et seulement si :
• votre enfant a moins de six mois
• votre enfant ne s'alimente que de lait maternel avec au MINIMUM 6 tétées par jour. (Si vous donnez ne serait-ce qu'un seul biberon, vous ne pouvez pas utiliser cette méthode)
• les règles n'ont pas réapparu.

Si l'intervalle entre les tétées est de plus de 4 heures le jour et de plus de 6 heures la nuit, vous ne pouvez pas utiliser la MAMA. Si vous êtes séropositive, veuillez suivre les recommandations de votre médecin concernant l'allaitement.

Jean-Charles Wognin
Réseau Ivoire Pro Santé
#TontonSageFemme
#rezotubemedia

ENTREPRENEURIAT : L’illusion de soi Dans les affaires, il y a un ennemi que vous rencontrerez toujours et encore. Cet en...
01/10/2020

ENTREPRENEURIAT : L’illusion de soi

Dans les affaires, il y a un ennemi que vous rencontrerez toujours et encore. Cet ennemi vous fera vous remettre en question et douter de chacun de vos mouvements. C'est comme une force obscure qui vous tient par les talons. Un monstre qui vous respire dans le cou.
Cet ennemi, c'est vous.

Lorsque j'ai commencé à travailler, j'étais timide, maladroit, ignorant, horrible dans la gestion de l'argent et je n'avais aucune idée de la façon dont le monde fonctionnait. Je croyais que c'était "moi" le problème et cela m'empêchait d'agir. Le plus grand défi que j'ai eu à relever a été de loin de me perdre, de perdre mon caractère et de perdre mon identité.

La société a des phrases comme "Soyez vous-même". "Restez fidèle à vos racines". "N'oubliez pas d'où vous venez". Vous êtes-vous déjà̀ arrêté́ pour réfléchir à qui vous êtes vraiment ? Où est cette chose que vous appelez le moi ? Le moi n'existe pas, c'est simplement le fait de s'accrocher à une identité́ construite à partir d'histoires du passé.

J'ai constaté que la seule façon de réussir est de devenir la personne qui le mérite. Lorsque nous devenons cette nouvelle personne, nous ne sommes plus nous-mêmes. Vous voyez, c'est le problème de notre compréhension. Nous croyons que nous sommes quelque chose alors que nous ne sommes rien. Pour réussir dans les affaires, il faut changer qui on est. Vous devez constamment évoluer et c'est impossible de le faire quand vous vous attacher à̀ votre identité́ et croyez que vous êtes de la façon que vous êtes. Vous devez éliminer votre image de soi.
Au lieu de répondre à la question "Qui suis-je ?" Essayez de répondre à la question "Qui suis-je en train de devenir ?". Décidez qui vous devez être pour réussir, puis devenez cette nouvelle personne.

John Kuzimbikisa
#rezotubemedia

TRADITIONS & CULTURE : Seule la lutte libèreNyanfèn jugu ani Nyanfèn nyuman, Aw bèe lajèlen ka hakèto ! (Ôoh, Mes excuse...
01/10/2020

TRADITIONS & CULTURE : Seule la lutte libère

Nyanfèn jugu ani Nyanfèn nyuman, Aw bèe lajèlen ka hakèto ! (Ôoh, Mes excuses aux Bons et Mauvais esprits d’ici…)

La lutte pour la liberté d'un peuple ne se gagne pas dans une salle de conférence, ni dans un Palace, ni dans une mosquée, ni dans des bavardages inutiles avec ceux-là qui prennent le peuple pour une marchandise. La liberté se gagne par le combat patriotique acharné sur le terrain. La liberté et l'indépendance s'arrachent au prix de la sueur, des larmes et parfois du sang.

Demandez aux Cubains, c'est quoi la Lutte pour la Liberté ? - Ce petit Territoire a le Communisme, mais il est 100 fois plus développé que n'importe quel enclos colonial africain avec 60 ans de démoncratie imposée.

Demandez aux Vietnamiens c'est quoi la Lutte pour la Liberté ? - Ils ont combattu l'armée la plus puissante au monde, rien qu'avec des couteaux et de simples fusils. Aujourd'hui, toutes les traces de la guerre ont disparue et c'est un pays développé.

Demandez aux Chinois (autrefois qualifiés de Fumeurs d'Opium), ils ont mis 100 ans pour se libérer. Les Chinois avec un Leadership patriotique ont refusé TOUS les outils de domination étrangère (religions, écoles, démoncratie) et s'en sont mieux portés et sortis. Nous, en Afrique nous les avons TOUS "bouffés" goulûment, et l'indigestion culturelle continue à faire des ravages terribles.
Au fil de l'histoire, si un peuple veut le changement, il doit savoir que ce chemin est celui du renoncement. Il faut parfois accepter le sacrifice suprême de la mort pour se libérer. Pour nos Ancêtres du Mandéen, l'humiliation est pire que la mort : «SAYA KA FISSA NI MALO YÉ». C'est très difficile mais pas impossible pour un peuple digne et bien informé.

Vous voulez vous libérer avec des négociations bruyantes dans les gradins et dans les fauteuils ? Vous voulez vous libérer en rejetant nos sources ancestrales et en imitant les autres comme des comédiens sur scène ?

Je vous réponds : « Doux rêve aux croyants de la démoncratie !!! Malheur aux croyants des concertations inutiles !!! »

Kôrêdjo-Missa Doumbia
#rezotubemedia

29/09/2020
Vous avez dit "réseaux sociaux" ?

Les inventeurs du web ne likent plus. Ils assument ouvertement avoir manipulé les cerveaux : "Comment capturer un maximum de votre temps et de votre attention avec votre dopamine et votre plaisir immédiat".
#collectifmap

Les crimes cachés de Jacques Chirac | Le Média
15/09/2020
Les crimes cachés de Jacques Chirac | Le Média

Les crimes cachés de Jacques Chirac | Le Média

« Qui, parmi vous qui m’écoutez en ce moment, imagine une seule seconde qu’à la mort de, disons, George W. Bush, les commentateurs américains éludent complètement les crimes entourant la plus grosse opération militaire extérieure qu’il ait menée,…

La démocratie ne va pas de soiLes anciennes colonies Françaises en Afrique, avaient en majorité basculé vers la collabor...
07/09/2020

La démocratie ne va pas de soi

Les anciennes colonies Françaises en Afrique, avaient en majorité basculé vers la collaboration avec la France au moment des indépendances. Il semble toutefois qu’il existe une rupture grandissante entre les jeunes de ces pays et leurs dirigeants actuels, au sujet de cette situation politique. Le fait est que cette orientation a conduit à mettre en place des institutions démocratiques éloignées des habitudes culturelles de gouvernance locale.

Tout problème politique est d’abord un problème culturel

Instaurer et Changer des constitutions en ignorant les réalités culturelles locales est vain. L’organisation de la société ne saurait aller de l’avant. En réalité peu importe le nombre de mandats ou l’âge du président. Ce qui compte, c’est de garantir la liberté, les droits et les devoirs de tout un chacun et que les institutions inspirent confiance. La constitution ne saurait être réduite à un outil aux mains d’aventuriers politiques qui n’ont aucune vision à long terme.

Dans tous les pays considérés comme des démocraties avancées la mise en place des institutions correspond à l’histoire et à la culture des peuples. Il existe des différences fondamentales entre les institutions Françaises et celles que l’on trouve en Suisse, aux Royaumes Unis, en Suède, en Allemagne, au Canada ou encore au Etats Unis.

C’est là une des raisons principales du progrès social, politique et économique dans ces pays. Leurs institutions reflètent leur culture et leur histoire. Certes ces systèmes sont perfectibles mais ils correspondent aux réalités territoriales de celles et ceux dont ils régissent les existences.

L’Etat fédéral, une solution inexplorée

Les Etats de l’Afrique occidentale sont fragiles : coups de force, tripatouillages de la constitution, guerres et génocides sont les horizons funestes des anciennes colonies Françaises en Afrique noires. Il existe des raisons politiques et économiques à cette triste situation. Cependant, il est curieux que les dirigeants de ces pays se refusent avec constance de faire ce que les pays qu’ils prennent comme modèles s’évertuent à réaliser.

L’Europe rêve d’une constitution européenne pendant que dans la zone CEDEAO le simple fait d’évoquer un Etat fédéral est considéré comme suspect ! Une constitution fédérale aurait par ailleurs, l’avantage de susciter une adhésion nouvelle à un projet politique mis à jour.

Les dirigeants de l’Union Africaine le savent. Ils connaissent l’intérêt militaire en matière de sécurité d’une force commune de défense, les avantages de la mutualisation des ressources régionales, le poids d’une industrialisation locale dans la compétition économique mondiale. Ce sont des objectifs que leurs mentors européens s’efforcent de réaliser chez eux.

Alors pourquoi conservent t’ils des stratégies qui sont à l’opposé de ces choix de gouvernance et qui s'avèrent obsolètes et démodées ? La réponse la plus évidents est qu’ils ne savent pas, ou ne peuvent pas, penser autrement. A moins qu’ils ne choisissent délibérément de maintenir leur pays dans un état de dépendance politique et économique.

Si tel est le cas, la rupture avec les nouvelles générations pourra être retardée mais semble inévitable car culturellement, ces derniers se nourrissent à d’autres visions de l’économie monde.

Oxo.
#rezotubemedia

Adresse

66 Avenue Des Champs Elysées
Paris
75008

Notifications

Soyez le premier à savoir et laissez-nous vous envoyer un courriel lorsque Collectifmap publie des nouvelles et des promotions. Votre adresse e-mail ne sera pas utilisée à d'autres fins, et vous pouvez vous désabonner à tout moment.

Contacter L'entreprise

Envoyer un message à Collectifmap:

Vidéos

Organisations à But Non Lucratifss á proximité


Autres Organisation à but non lucratif à Paris

Voir Toutes