NDH - Nouveaux Droits de l'Homme

NDH - Nouveaux Droits de l'Homme ONG La seule organisation pour l'Extension des droits de l'Homme et la défense des droits de l'Homme traditionnels
(3)

Elections présidentielles à la godille
06/10/2016
Elections présidentielles à la godille

Elections présidentielles à la godille

L’échéance électorale essentielle de la vie politique française ; l’élection présidentielle s’annonce et va rythmer les débats publics sur fond de crise économique persistante et de menaces d’attentats islamistes.


Curieusement, les candidatures sont pléthoriques au moment même où les Français ...

L’année de tous les dangers
12/09/2016
L’année de tous les dangers

L’année de tous les dangers

« La France est le pire des pays » à l’exception de tous les autres … pour parodier Winston Churchill. Raison de plus pour agir sans trêve durant l’année de travail qui commence et s’achèvera en 2017 par les élections présidentielles et législatives qui devraient redonner du souffle à la nation.
Po...

« Maman, je veux être Président »
22/08/2016
« Maman, je veux être Président »

« Maman, je veux être Président »

Le virus présidentiel continue à faire ses ravages en France. Bientôt, monsieur ou madame Dupont-Durand sera candidat à l’élection de 2017, au nom de son nombril surdimensionné et de la publicité qui en assure la notoriété d’un jour.
Qu’ont-ils fait ou mérité pour cela ? Rien le plus souvent, sinon...

Politiciens, taisez-vous
26/07/2016
Politiciens, taisez-vous

Politiciens, taisez-vous

Politiciens, taisez-vous

par respect pour les victimes
par respect pour la France

Les attaques contre l’Exécutif à propos de l’attentat terroriste de Nice ne cessent de grandir, ce qui contraint le gouvernement – et en particulier le ministre de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve – à réagir et ...

La face cachée de Barroso : l’Irak
18/07/2016
La face cachée de Barroso : l’Irak

La face cachée de Barroso : l’Irak

Chacun y va de sa petite phrase assassine sur Barroso, coupable d’être allé « pantoufler » chez Goldman Sachs après avoir été Président de la Commission Européenne. Et comme on le comprend…
Mais qui dit, qui rappelle que Barroso a commis bien plus grave en invitant aux Açores en 2002 les futurs cri...

Nice, l’horreur absolue
15/07/2016
Nice, l’horreur absolue

Nice, l’horreur absolue

La France, le monde sont sous le choc.
Après la réussite de l’Euro 2016 sur le plan de la sécurité ; notre pays croyait s’être dégagé de cette plaie que sont les attentats perpétrés par les fanatiques islamistes de toutes obédiences.
En fait, il n’en était rien comme le montre l’action ignoble d’u...

Michel Rocard:  Derrière l’ami, le frère… le maître
03/07/2016
Michel Rocard: Derrière l’ami, le frère… le maître

Michel Rocard: Derrière l’ami, le frère… le maître

L’hommage unanime de la classe politique française à Michel Rocard est un temps fort de notre vie nationale.
Démocrate, socialiste jusqu’au bout des ongles, il était et restera un modèle qui a inspiré et inspirera des générations dans leur action.
Tant il y a trente ans qu’il y a quelques semaines...

Brexit : L’impossibilité d’une île
30/06/2016
Brexit : L’impossibilité d’une île

Brexit : L’impossibilité d’une île

Le verdict populaire est tombé en Grande Bretagne. Ce pays, avec lequel la France et l’Europe entretiennent des relations étroites depuis des siècles a décidé de quitter l’Union Européenne. Prenons en acte sans tristesse ni réjouissance.
Mais cela n’empêche en rien d’analyser le larmoiement permane...

L’islamisme de crime en crime
15/06/2016
L’islamisme de crime en crime

L’islamisme de crime en crime

L’islamisme peut être suivi à la trace à travers le monde, au jour le jour. Tout est bon pour les tenants et l’islam radical pour tuer, de la Syrie à la Grande-Bretagne, de la France aux Etats-Unis… La mort est leur loi.
Avant-hier, c’est à Orlando, en Floride qu’un de ses adeptes a massacré cinqua...

La gréviculture est une culture
06/06/2016
La gréviculture est une culture

La gréviculture est une culture

Au moment où l’économie française se redresse mais reste fragile, quand les millions de nos concitoyens sont menacés dans leurs biens par des crues imprévisibles et que l’Euro de football va commencer, lancer une campagne de grèves dans tous les domaines qui relèvent du secteur public (transports, c...

Baupin le chaud lapin
17/05/2016
Baupin le chaud lapin

Baupin le chaud lapin

L’affaire Baupin montre qu’il y a des Verts qui sont toujours verts. Peut-être même des Verts-galants, comme l’était notre bon roi Henri qui, lui aussi, voulait mettre les poules au pot en toutes occasions afin de les consommer.
On pourrait en rire ou en sourire si ce n’était triste à en pleurer qu...

Nuit Debout
09/05/2016
Nuit Debout

Nuit Debout

Cela fait maintenant plusieurs semaines qu’ont lieu les rassemblements « Mao spontex » comme on disait il y a quarante ans, place de la République dès la tombée de la nuit. Un mouvement spontané ? Pas vraiment… il s’agit plutôt de singer ce qui s’est fait en Espagne ces dernières années. Mais qu’imp...

Gréviculture française
02/05/2016
Gréviculture française

Gréviculture française

Il y a un lien étroit entre l’appartenance à une entreprise publique (Air France, SNCF…) et le nombre de jours de grève chaque année. Pourtant, ce devrait être l’inverse puisque ces entreprises gèrent des services publics dont la règle de base est la continuité. Car elles incarnent l’intérêt collectif, l’intérêt général, et pas des intérêts capitalistes privés. Or il n’en est rien. Sans doute parce que ces salariés sont super protégés et ne risquent pas grand chose à priver toute une population de son dû : un service sans interruption. En outre, ils savent très bien que compte tenu de la nature de leur entreprise, l’Etat, les collectivités locales viendront toujours, avec l’argent du contribuable, à la rescousse s’ils coulent leur outil de travail. Donc, au moindre incident, ceux qui devraient être les premiers serviteurs de la nation exercent leur « droit de retrait », voire se mettent en grève le 26 avril, 24 heures à la SNCF, alors même que l’on ne touche pas à leur statut où à leurs horaires de travail. Et cela, pour la troisième fois en deux mois. Les travailleurs ordinaires, non nantis, vont encore galérer pour le seul « bon plaisir » des aristocrates en col bleu.
Certains diront : les fonctionnaires publics n’ont pas d’autre choix.
Pure démagogie. En effet, les ouvriers de Peugeot, de Bouygues, de Vivendi… ont eux aussi, le droit de grève. Mais ils usent d’autres méthodes pour faire valoir leurs revendications que la cessation du travail. La grève est l’arme suprême à n’utiliser que dans les cas extrêmes et non à tout bout de champ.
A fortiori quand l’action syndicale se double de violences, comme ce fut le cas à Air France.
On peut faire fonctionner un service public sans perturber la vie des usagers et sans que les intérêts des fonctionnaires ou agents publics ne soient lésés. Il n’y a que les archaïques du syndicalisme pour dire le contraire. La preuve, fut un temps, pas si éloigné que cela, où les agents d’EDF coupaient le courant lors de leurs mouvements revendicatifs. Mais ils y ont renoncé depuis plus de vingt ans. Est-ce pour autant qu’ils sont désarmés dans leurs luttes ? Il ne semble pas, bien que les syndicalistes y soient toujours aussi omniprésents que par le passé.
Conclusion : le droit de grève prévu par la Constitution ne saurait être remis en cause en tant qu’arme suprême. C’est son utilisation, à tort et à travers, par des démagogues en perte de vitesse (puisque le taux de syndicalisation en France est l’un des plus faibles d’Europe) qui est la preuve de leur faiblesse et non de leur force.
Pierre Bercis

Président de NDH

Un « coup d’Etat » au Brésil
19/04/2016
Un « coup d’Etat » au Brésil

Un « coup d’Etat » au Brésil

Le pays le plus avenant d’Amérique, le lumineux Brésil, compté jusqu’à il y a peu parmi les pays les plus en vue dans la croissance mondiale, à la veille des Jeux olympiques va à vau l’eau.
Non seulement sa croissance est brisée mais il s’offre, en guise de cerise sur le gâteau, un quasi coup d’Etat constitutionnel en destituant sa présidente Dilma Rousseff.
Il y aurait beaucoup à dire sur cet épilogue. Car de quoi accuse t-on celle qui a succédé au président Lula da Silva. Non pas de corruption, une pratique généralisée au Brésil, mais d’avoir « truqué » les comptes de la nation. Comme si cela était possible dans un Etat avancé.
En revanche, ses poursuivants, qui viennent d’obtenir gain de cause sont, eux, bel et bien corrompus, à commencer par le vice-président Michel Temer. Si Dilma ne fait l’objet d’aucune poursuite pour corruption ou enrichissement personnel, ce n’est pas le cas de la meute qui l’a pourchassée comme un gibier.
Le grand photographe Salgado, lui, a une explication très claire et cohérente. Il s’agit selon lui d’un complot de la grande bourgeoisie de son pays qui ne supporte plus le tandem Lula-Dilma qui a largement éradiqué la pauvreté dans le pays.
Autrefois, les différends entre les factions se réglaient par des coups d’Etat militaires suivis par une dictature répressive (dont Dilma Rousseff a elle-même été victime dans sa jeunesse militante). Aujourd’hui de telles pratiques ne sont plus possibles en raison du contexte international qui mettrait le Brésil au ban des nations. Même les Etats-Unis, premier soutien des régimes militaires dans les années 70 ne s’y risqueraient plus. Dès lors, on pratique le coup d’Etat légal, sans arme.
Bien sûr, le fait est d’autant plus spectaculaire qu’il s’agit d’un régime présidentiel où le chef de l’Exécutif est élu pour un mandat entier. Si l’on avait été dans un régime parlementaire, de type britannique ou français sous la IVe République, cela se serait traduit par le renversement du gouvernement. Donc, un non évènement. Mais voilà. La nature du système constitutionnel, la taille du pays, à la veille des Jeux Olympiques est un coup de tonnerre inutile qui prouve que ses auteurs font passer le pouvoir de l’argent, leurs intérêts de caste avant l’intérêt du pays.
Dilma Rousseff a perdu une bataille. Elle n’a pas perdu la guerre. La procédure va se poursuivre devant le Sénat. Espérons qu’elle la gagnera. Car une chose est avérée dans la lutte contre la corruption : si elle est destituée, les inculpations en cours contre ceux qui ont abouti à cette situation dramatique, seront vite oubliées. La corruption pourra continuer de plus belle.
« Tristes tropiques » se serait exclamé Claude Levi-Strauss, autre amoureux de ce pays continent.
Pierre Bercis

Président de NDH

Tabac pour personne … Cannabis pour tous
12/04/2016
Tabac pour personne … Cannabis pour tous

Tabac pour personne … Cannabis pour tous

Pour la énième fois un responsable politique de gauche, et non des moindres, revient à la charge pour tenter d’acclimater à la fois la culture (au sens intellectuel) du cannabis et sa consommation courante par le tout-venant.
Le propos est d’autant moins anodin qu’il a été tenu par un ministre (donc un dépositaire du pouvoir) qui plus est médecin de formation.
Comme diraient certains : « j’hallucine » car c’est au moment où l’on réprime par tous les moyens (prix, emballages anonymes) la consommation de tabac que Jean-Marie Le Guen se prononce pour la libéralisation (on dit « légalisation ») du commerce de cette herbe.
Que l’on sache, si trop de consommation de tabac nuit à la santé ; le cannabis, lui, est bien pire encore puisque, en sus, comme l’alcool, il est cause de nombreux accidents de circulation.
Donc, si l’on comprend bien le raisonnement du ministre chargé des relations avec le parlement : continuons à combattre le tabac, l’alcool, mais soyons tolérants avec le cannabis…
La direction dès lors est tracée : celle de l’ouverture maximale, petit à petit. Ce n’est d’ailleurs pas le premier pas dans cette direction puisque l’on a commencé à ouvrir pour les « pauvres victimes » de la drogue des « salles de shoot » où ils peuvent s’adonner à leur plaisir solitaire aux frais de la collectivité.
En fait, la France n’est pas une maison de tolérance ; c’est une maison de permissivité qui tend vers la décadence à terme puisque le principe du « toujours plus » ira en s’accentuant au fil des années. Jusqu’au jour où, par un mouvement de balancier bien connu, il faudra à nouveau réprimer la consommation de drogues (fut- ce le soi-disant gentil cannabis) en raison du coût des dégâts qu’elle cause à la société toute entière pour le plaisir des quelques uns…
Mais à propos, avant de revenir à ce point de départ, pourquoi commencer ?
Pierre Bercis

Président de NDH

Haro sur le cardinal
21/03/2016
Haro sur le cardinal

Haro sur le cardinal

Le train est lancé. Il ne s’arrêtera plus.
Quelques officines ont décrété la mort du cardinal Barbarin, en distillant, par petites doses, un poison du nom de pédophilie. Rien de moins.
De quoi l’archevêque de Lyon est-il présumé coupable et non présumé innocent ?
De n’avoir pas fait preuve d’assez de sévérité hiérarchique vis à vis de quelques clercs qui s’étaient fourvoyés il y a plus de deux décennies.
Evidemment, le primat des Gaules aurait dû être plus répressif. Mais sans plainte des victimes de ces brebis galeuses, était-il censé être plus royaliste que le roi ?
Sans soutenir le cardinal qui aurait sans doute dû mettre hors circuit les quelques prêtres concernés, et en trouvant normal de le lui reprocher, cela ressemble bigrement à un règlement de comptes avec un hiérarque religieux respecté.
Replaçons les choses dans leur contexte historique, sociologique, culturel…
Il y a quelques décennies des écrivains célèbres, comme André Gide et d’autres, toujours vivants, ne cachaient pas leurs penchants et leur pratiques. Et nul ne s’offusquait de ce qui était dans les us et les coutumes de la société démocratique grecque antique. Il y a peu encore, des écrits anciens de Daniel Cohn-Bendit étaient mis en cause. Depuis dix ans, de nombreux enseignants ont été accusés d’actes pédophiles, à juste titre, et le ministre de l’Education nationale n’a pas fait son travail de signalement. Donc si on applique le traitement infligé à Philippe Barbarin, il faudrait mettre en cause Najat Vallaud-Belkacem…
Pourquoi ce traitement inégalitaire entre l’Eglise et l’Education nationale ? Mêmes causes mêmes effets normalement. Prêtres et enseignants font des métiers où la tentation est la même, si le message éthique n’est pas assez clair et impératif : « bas les pattes ! ».
Mais voilà, vis à vis des médias, Eglise et Education nationale ne sont pas égales. Notre Education nationale est… plus égale…
En fait, nous sommes en période de transition morale et intellectuelle ; sociétale.
Souvenez-vous, en comparant des choses comparables, surtout par les amnésiques engagés au nom de leur vertu, inconnue jusqu’alors, et qu’ils doivent porter au bout d’une pique pour qu’on la reconnaisse.
Le Code pénal de Napoléon énonçait que le viol était un crime ; pas un délit. Or dans le siècle et demi qui a suivi, les juges – qui ne sont pas des violeurs – ont peu à peu correctionnalisé le viol. Il aura fallu le combat de Gisèle Halimi dans les années 70 du siècle passé pour obtenir que le viol soit considéré à nouveau comme un crime. Gisèle, Napoléon, même combat.
Là encore, comme pour la pédophilie, (et heureusement) les temps changent au profit du droit des femmes et des enfants.
Autre exemple ? Le droit des affaires, bien moins sensible, celui-ci.
Autrefois, la gestion économique était très « normée », mais toutefois interprétée par la Justice de manière un tantinet laxiste. Or un jour, par jalousie, vengeance, rivalités, a commencé, judiciairement, une sorte de rappel à la loi. Les chefs d’entreprises des années 70-80 n’étaient alors pas sur leurs gardes. En conséquence, plusieurs sont tombés de ce fait.
Le plus emblématique fut Loïk Le Floch Prigent capitaine d’industrie exemplaire qui n’a fait ni plus ni moins que ses prédécesseurs à la tête d’Elf, mais qui a inauguré une série de condamnations au nom de la nouvelle vertu en affaires. Il a payé pour tous… et la France s’est privée d’un chef d’entreprise hors pair… « Le premier qui dit la vérité, il doit être exécuté » chantait Guy Béart.
Ce n’est pas pour dénoncer le nouveau cours des choses dans tous les domaines évoqués. Seulement pour dire qu’il existe une période floue, d’adaptation et que ceux qui n’ont pas pris le virage assez vite sont exposés à la vindicte publique, stimulée par des médias en quête de sensationnel.
Il faut donc relativiser, replacer les affaires dans leur contexte, donner un minimum de temps au temps sans le moindre laxisme cependant. L’Eglise de France, comme le Vatican, comme l’Education nationale, comme la Jurisprudence pénale ont tardé à réagir. Honte à eux ! Vive le droit des enfants et le droit des femmes. Sans faiblesse. Mais n’en rajoutons pas à seule fin de se valoriser. Si Philippe Barbarin doit démissionner, Najat Vallaud Belkacem aussi. On ne le souhaite ni à l’un ni à l’autre. Quand on pilote de gros paquebots, les capitaines ont du mal à les faire virer de bord.
Ce n’est pas pour être tolérant avec eux mais pour comprendre. Et comprendre n’est pas être complice. C’est seulement avoir la philosophie des mutations de civilisation en les poussant par l’action dans une nouvelle direction plus éthique, plus pacifique, plus démocratique…
Pierre Bercis

Président de NDH

Prix littéraire 2013
18/03/2016
Prix littéraire 2013

Prix littéraire 2013

George Pau-Langevin a remis en décembre 2013 le 30ème Prix Littéraire des droits de l'Homme décerné par le jury de Nouveaux Droits de l'Homme présidé par Philippe de Saint-Robert à Boris Cyrulnik, pour son livre "Sauve-toi, la vie t'appelle" aux éditions Odile Jacob.

Adresse

14, Cité Vaneau
Paris
75007

Notifications

Soyez le premier à savoir et laissez-nous vous envoyer un courriel lorsque NDH - Nouveaux Droits de l'Homme publie des nouvelles et des promotions. Votre adresse e-mail ne sera pas utilisée à d'autres fins, et vous pouvez vous désabonner à tout moment.

Contacter L'entreprise

Envoyer un message à NDH - Nouveaux Droits de l'Homme:

Organisations à But Non Lucratifss á proximité


Autres Organisation non gouvernementale (ONG) à Paris

Voir Toutes