LFPO Ligue Française de Protection des Orangs-Outans L'association LFPO a pour activité principale, la défense et la protection des grands singes et de leur environnement naturel par l'information, l'éducation, la recherche et la conservation - Le soutien au travail du Dr Biruté Galdikas et de l'OFI USA (Orangutan Fondation International USA) - L'intégration des grands singes à la « communauté des égaux ».

12/09/2020
France Culture

France Culture

À l'heure où le débat sur la cohabitation entre espèces sauvages et humains est relancé, portrait d'une icône de la protection animale, Dian Fossey. Reconnue tardivement par ses pairs, cette scientifique engagée a consacré sa vie aux gorilles des montagnes rwandais, avant d'être tuée mystérieusement à 53 ans.

04/09/2020
Sea Shepherd France

Sea Shepherd France

5 dauphins tués en 24 heures par un seul bateau de pêche.

Pas un seul jour n’est passé au mois d'aout dernier sans que des cadavres de dauphins mutilés, éventrés, parfois même dépecés au couteau ne viennent s’échouer sur les plages françaises.

Ils sont désormais plus de 10 000 à être tués annuellement dans nos eaux territoriales par des bateaux français et étrangers. D’année en année, le phénomène empire. Devant l’ampleur du carnage et l’inaction des pouvoirs publics français qui reste sourds aux alertes répétées des scientifiques, Sea Shepherd a lancé depuis 2018 une mission de surveillance des pêches, l’#OpérationDolphinByCatch. Habituellement menée en hiver dans le Golfe de Gascogne Sea Shepherd s’est mobilisé en urgence cet été du fait de l’hécatombe enregistrée au mois d’aout sur le secteur sud Bretagne. Une mission rendue complexe par le nombre important de navires de pêche et le fait que Sea Shepherd ne dispose que d’une seule embarcation rapide disponible.

Malgré cette difficulté, au petit matin du 30 Août dernier, notre équipe a pu filmer le Voluntas Dei, un fileyeur français considéré comme « artisanal » en train de relever ses filets. Sur trois relevés de filet, il a tué 5 dauphins, 2 cormorans, 1 fou de bassan. A son arrivée au port, la gendarmerie maritime prévenue par Sea Shepherd a inspecté le navire.

Le Voluntas Dei avait déclaré la capture de 4 dauphins (la déclaration pour le 5ème reste à confirmer). Dans les faits, en 2019, sur 11 300 dauphins tués, seules 4 déclarations ont été effectuées. On est donc en droit de soupçonner que le Voluntas Dei n’a procédé aux déclarations que parce que les captures ont été filmées par notre équipe.

Considérées comme des captures « accidentelles » autorisées, le Voluntas Dei dès lors qu’il a effectué les déclarations légales obligatoires, a été autorisé à retourner pêcher où bon lui semble, sans aucune entrave. Une situation équivalente en Australie aurait valu au Voluntas Dei de rester à quai.

"En France, une permissivité scandaleuse de l’Etat donne aux navires de pêche un véritable permis de tuer les espèces protégées " déclare Lamya Essemlali Présidente de Sea Shepherd France. "Alors que 588 millions d’euros de fonds européens ont été alloués à la France pour entamer la reconversion écologique du secteur, une bonne partie de cet argent n’a toujours pas été utilisé et nous demeurons le pays qui tue le plus de dauphins en Europe, une véritable honte".

Alors que les scientifiques alertent sur le fait que la mortalité ne doit pas dépasser 1% de la population pour en assurer la survie, la pêche en France lui inflige une mortalité 6 fois plus élevée et essaye de faire croire que la solution réside dans la pose de « pingers », des répulsifs acoustiques qui visent à repousser les dauphins loin de leur zone de nourrissage, ce qui revient à les condamner à mourir de faim.

Même si nous avons obtenu la condamnation de l'Etat français devant le Tribunal Administratif de Paris le 2 juillet dernier pour manquement à ses obligations, pour l'instant, l'Etat préfère payer les amendes que de se fâcher avec le puissant lobby de la pêche en prenant les mesures qui s'imposent.

La Commission Européenne quant à elle, a donné à l’Etat jusqu’au 2 octobre prochain pour suivre les recommandations des scientifiques, une interdiction d'accès au Golfe de Gascogne pour les engins de pêche susceptibles de capturer des dauphins et imposer l’installation de caméras axées sur les filets pour documenter la nature des captures et rendre compte de l’impact réel de la pêche sur le milieu marin.

Ces caméras doivent être financées par les importants fonds que l’Europe a alloué à la France pour améliorer la surveillance des pêches.

NOTRE BATEAU EN AVARIE MOTEUR

En mission de surveillance depuis le mois dernier, le bateau de Sea Shepherd est désormais à quai en raison d’un problème de compresseur qui nécessite d’être remplacé en urgence. La facture, main d’œuvre comprise s’élève à 6500 euros.

Nous lançons une cagnotte pour nous aider à financer les réparations afin de repartir en mer au plus vite. Par ailleurs, chaque patrouille journalière d’environ 12 heures nous coûte 500 euros. Bien que nous fassions un travail de surveillance des pêches en mer pour lequel l’Etat a reçu d’importants financements européens sans pour autant s’y atteler, nous devons payer l’ensemble des frais inhérents à la mission en plus d'un carburant non détaxé (contrairement aux bateaux de pêche). Nous en appellons donc à la solidarité du grand public pour nous aider dans cette mission d’intérêt général, coûteuse mais essentielle. Si nous ne parvenons pas à sauver les dauphins, nous ne sauverons pas l'océan.

Lien vers la cagnotte :
https://www.gofundme.com/f/Aidez-nous-sauver-les-dauphins

Merci !

Le Monde Environnement et Sciences
02/09/2020
Le Monde Environnement et Sciences

Le Monde Environnement et Sciences

Un arrêté préfectoral vise à autoriser l’élimination de renards qui, selon la préfecture, sont trop nombreux et sont néfastes. Pour la seconde fois, des associations contestent la décision.

Sea Shepherd France
05/08/2020

Sea Shepherd France

La France est un charnier à ciel ouvert pour la vie marine.

Le monde d'après est pire qu'avant. Que ce soit les tortues à Mayotte ou les dauphins en métropole, tout le terrain qu'on a gagné depuis 3 ans est en train d'être perdu. Chaque nuit à Mayotte département français, des tortues sont dépecées vivantes sur les plages où elles sont venues donner la vie et de plus en plus de dauphins meurent d'une mort atroce, pris au piège des filets de pêche qui quadrillent leur habitat en Bretagne et dans le Golfe de Gascogne.

Et tout ça se passe en France. Dans les restaurants, tout le monde mange allègrement du poisson de bon appétit, bar, merlu, cabillaud, thon... les estomacs sont pleins de l'agonie de l'océan et les têtes sont vides de toute réflexion. Il n 'y a jamais eu autant de raisons d'être pessimiste pour l'avenir de l'océan (et le nôtre du coup, mais à ce stade, on peut aussi ce dire qu'on ne mérite peut être pas cette planète). Malgré tout, envers et contre tout, le combat continue.

Photo prise à la sortie du confinement à Mayotte. Notre ami et partenaire Ali Mohammed gardien de tortues et militant peu de temps avant sa récente agression par des braconniers qui l'ont caillassé parce qu'il les a surpris en train de tuer une tortue. Des dizaines de cadavres de tortues jonchent actuellement les plages de l'île département français et l'Etat s'en fout à peu près autant qu'il se fout des dauphins, qu'on a pourtant d'après la légende, classé "Espèces protégées".

NB : Une marche blanche aura lieu demain matin de Chirongi à Mtsammoudou, village d'Ali en signe de protestation contre son agression. Nous sommes pour notre part, en train d'organiser notre retour sur l'ile malgré les complications liées au mesures sanitaires.

www.seashepherd.fr

25/07/2020
Hugo Clément

Hugo Clément

MOBILISATION CITOYENNE MASSIVE : TOUS ENSEMBLE POUR LES ANIMAUX !

Nous avons une opportunité unique de faire avancer les choses.

Une grande majorité de Françaises et de Français sont sensibles à la cause animale mais, pour l'instant, rien ne bouge au niveau politique.

C'est pour cela qu'avec plus de vingt associations et de nombreuses personnalités, nous avons décidé de lancer aujourd'hui le Référendum pour les animaux : www.referendumpourlesanimaux.fr

Nous voulons que tous les citoyens puissent enfin donner leur avis sur la question, en votant POUR ou CONTRE 6 mesures fortes :

- Sortie de l'élevage intensif
- Interdiction de l'élevage en cage
- Fin des spectacles avec animaux sauvages
- Interdiction des élevage à fourrure
- Abolition de la chasse à courre, du déterrage et des chasses "traditionnelles" comme le piégeage des oiseaux à la glu
- Interdiction de l'expérimentation sur les animaux quand il existe une méthode alternative

Pour permettre à la population de s'exprimer sur le sujet, et transformer ces propositions en loi, nous lançons un référendum d'initiative partagée (RIP).

Je vous explique comment cela fonctionne dans la vidéo ci-dessous.

Si nous sommes suffisamment nombreux et soutenus par une partie des parlementaires, le gouvernement sera obligé d'organiser ce référendum.

Pour agir, PARTAGEZ UN MAX, et surtout allez vous inscrire sur le site :
www.referendumpourlesanimaux.fr

On peut y arriver !

Sea Shepherd France
08/07/2020

Sea Shepherd France

Ours tué par balles : Sea Shepherd dépose plainte contre la présidente du Conseil départemental de l’Ariège pour diffamation et subornation de témoin.

À la suite de l’abattage d’un jeune ours à Ustou en juin dernier et face à l’omerta locale sur le sujet, Sea Shepherd a proposé une récompense de 10.000 euros pour tout témoignage qui aiderait la justice à faire condamner le ou les coupable(s).

La récompense atteint à ce jour 50.000 euros à la suite des dons spontanés de citoyens, d’associations et d’entreprises locales et nationales. Si Sea Shepherd a déjà eu recours à ce procédé par le passé en France et à l’étranger, une participation de la société civile pour faire monter la récompense est une première, preuve s’il en fallait du ras le bol général face à l’impunité dont jouissent en France ceux qui détruisent la vie sauvage.

En réaction à notre initiative de récompense, Christine Téqui, présidente du Conseil départemental de l’Ariège et alors Maire de Seix, qui avait déclaré à la suite de la mort de l’ours que celui-ci « n’avait pas sa place dans la montagne », a publié un communiqué de presse contenant une injonction digne d’un parrain de la mafia : « Que la montagne reste muette ».

En tant qu’élue la plus importante du département et première magistrate de la commune de Seix, ayant à ce titre la qualité d’officier de police judiciaire, cet appel à la loi du silence est une pression sur ses administrés, ce qui constitue le délit de subornation de témoin, réprimé par l’article 434-15 du Code pénal d’une peine de 3 ans d’emprisonnement et 45.000 euros d’amende.

« Au-delà du caractère pénalement répréhensible, une telle omerta imposée par la présidente du département constitue une dérive grave dans un Etat de droit » déclare Lamya Essemlali, Présidente de Sea Shepherd France. « L’Ariège serait-il un territoire perdu de la République ? »

Par ailleurs, une plainte en diffamation est également déposée contre la même Christine Téqui pour ses propos qualifiant Sea Shepherd de « pompe à fric ».

Enfin, une plainte en diffamation est parallèlement déposée contre l’ASPAP (Association pour la Sauvegarde du Patrimoine d’Ariège-Pyrénées) qui accuse Sea Shepherd d’avoir lancé une « chasse à l’homme avec prime à la délation » et d’avoir recours à des « procédés dignes de la guerre 39-45 ».

Article : https://seashepherd.fr/index.php/actu-editos/actualites/214-news-08072020-fr-01

www.seashepherd.fr

Crédit photo : © MAXPPP/Danny Green

#SeaShepherd #JusticePourLoursTueEnAriege

Sea Shepherd France
05/07/2020

Sea Shepherd France

COMMENT L’HUMANITÉ CONSUME LA VIE SAUVAGE

Par le capitaine Paul Watson

Le peuple Yanomani d'Amazonie appelle les anthropocentriques (les personnes non-indigènes) le «peuple termite» parce que nous engloutissons tout ce que nous voyons.

Nous exploitons le monde naturel à une échelle stupéfiante.
Notre société est bâtie sur les cadavres de centaines de millions d'êtres vivants abattus chaque jour. Cet horrible massacre de masse se passe souvent loin des yeux, loin du coeur.
La société s’en accommode dans un déni relatif, consommant les produits issus de la misère des animaux qu’elle abat sans respect, ni regret ou reconnaissance.

La population humaine mondiale en ce mois de juin 2020, est estimée à 7,8 milliards. Nous nous rapprochons des 8 milliards qui devraient être atteints d'ici 2024.

L'augmentation a été relativement rapide au cours des 220 dernières années.

1800: 1 milliard
1959: 3 milliards
1974: 4 milliards
1987: 5 milliards
1999: 6 milliards
2011: 7 milliards
2024: 8 milliards prévus

Nous, les milliards d'êtres humains, consommons de grandes quantités de plantes et d'animaux.

Chaque jour, nous tuons:

Poissons sauvages : 2,7 milliards. Sans compter les prises accessoires. 40% des prises quotidiennes sont transformées en farine de poisson pour les fermes industrielles et les piscicultures.

Poissons d'élevage : 300 millions. Le poisson d'élevage est un grand consommateur de poisson sauvage sous forme de granulés.

Poulets : 136 millions. Sans compter les 450 millions tués chaque année par l'industrie de la production d’œufs ni les centaines de millions de poussins broyés chaque année (dont nous ignorons les chiffres). Les poulets sont de grands consommateurs de poisson sous forme de farine.

Canards : 11 millions
Porcs : 4 millions. Les porcs sont un grand consommateur de poisson sous forme de farine de poisson.

Lapins : 3 millions.

Oies : 2 millions.

Moutons : 1,5 million.

Chèvres : 1,2 million.

Vaches : 800 000 (sans compter les dizaines de milliers d’individus tués chaque année par l'industrie laitière, sans compter non plus la moyenne de 260 veaux tués chaque jour pour leur viande. Les mouches ont une durée de vie plus longue qu'un veau).

Chiens : environ 82 000 (principalement en Asie).

Chevaux : environ 13 000 par jour dans le monde.

Kangourous : 10 000.

Pangolins : 8 000 par jour.

Cerfs : Environ 1 000 par jour dans le monde.

Chameaux : chiffres non disponibles.

Au total, environ 75 milliards d'animaux sont massacrés chaque année, sans compter les poissons. Ce chiffre n'inclut pas non plus les animaux sauvages que l’on tue en détruisant et en polluant leur habitat, ou en les chassant.

Les humains ont des chiens et des chats comme animaux de compagnie. La population mondiale de chiens est estimée à environ 900 millions et la population de chats à environ 600 millions.
Ces animaux consomment une quantité incroyable d'autres animaux. 2,7 millions de tonnes de poisson sont transformées en nourriture pour chats. La nourriture pour animaux de compagnie utilise des sous-produits de l'abattage des vaches, des porcs, des poulets et de la dinde en plus du poisson. Dans certains produits haut de gamme, on trouve même du chevreuil.

L'agriculture utilise 50% de la totalité des terres habitables. Aux États-Unis, quelque 400 millions d'hectares sont utilisés pour nourrir les animaux domestiques (41%). À l'échelle mondiale, les animaux de ferme monopolisent environ 80% des terres agricoles.

En 2019, les humains ont produit 770 millions de tonnes de blé. 450 millions de tonnes de riz, 366 tonnes de maïs, 170 millions de tonnes de sucre, 9,5 millions de tonnes de café, 147 mille tonnes de quinoa.

Cela prive les animaux sauvages de leur habitat naturel. À mesure que notre consommation augmente, la capacité de charge des écosystèmes pour subvenir aux besoins des animaux non humains et non domestiqués diminue. À mesure que les populations humaines augmentent, la nature sauvage diminue.

Il y a environ 600 millions de chats domestiques dans le monde. Mais il reste moins de 4 000 tigres à l'état sauvage. La population mondiale de lions est d'environ 20 000 et 95% ont disparu de leur aire de répartition. Le nombre de tous les félins sauvages réunis ne dépasse pas 500 000 individus.

Les chiens sont 900 millions dans le monde. La population mondiale de loups est inférieure à 50 000 individus.

Cette augmentation du nombre d’humains et d’animaux domestiques ainsi que la diminution des populations d'animaux sauvages, entraînent l'effondrement d'écosystèmes entiers, l'augmentation des gaz à effet de serre et de la transmission zoonotique des virus. L’élevage d’animaux génère plus d'émissions de gaz à effet de serre que l'ensemble de l'industrie des transports et c’est l'une des principales causes de pollution des nappes phréatiques, de la diminution des terres disponibles, de l’épuisement des ressources en eau et de la présence de zones mortes dans l'océan.

Le comportement des humains transgresse de manière flagrante les lois fondamentales de l'écologie.

La loi de la biodiversité, selon laquelle la force d’un écosystème repose sur sa diversité.

La loi de l'interdépendance, qui stipule que toutes les espèces d'un écosystème sont interdépendantes les unes des autres.

La loi des ressources finies. Les ressources sont limitées et ont par conséquent une capacité de charge limitée. Nous sommes en train de nous accaparer la capacité de charge disponible pour d'autres espèces et cela aura pour conséquence de diminuer à la fois la biodiversité et les échanges d'interdépendance, et conduira à l'effondrement du Vivant et facilitera l’émergence de virus.

© Crédits des illustrations traduites :
Image 1 - © Population Matters
Image 2 - © Adobe Stock | The Guardian
Image 3 - © Randall Munroe - xkcd

www.seashepherd.fr

Adresse

8 Rue Delouvain
Paris
75019

Notifications

Soyez le premier à savoir et laissez-nous vous envoyer un courriel lorsque LFPO publie des nouvelles et des promotions. Votre adresse e-mail ne sera pas utilisée à d'autres fins, et vous pouvez vous désabonner à tout moment.

Contacter L'entreprise

Envoyer un message à LFPO:

Organisations à But Non Lucratifss á proximité


Autres Organisation à but non lucratif à Paris

Voir Toutes

Commentaires

Bonjour, je viens de vous faire parvenir un mail important, car je voudrais vous aider dans votre magnifique projet. Merci pour eux