Fondation pour la Mémoire de la Déportation

Fondation pour la Mémoire de la Déportation Fondation reconnue d'utilité publique La Fondation pour la Mémoire de la Déportation, créée en 1990, est la toute première Fondation de mémoire issue de la Seconde guerre mondiale.
(6)

Comme le souhaitaient ses fondateurs, elle s’est voulue, dès sa création, représentative des différents courants historiques de la déportation et porteuse de mémoires plurielles. La composition de son Conseil d’administration traduit cette volonté puisqu’il est constitué de déportés par mesure de répression (résistants, otages, communistes, syndicalistes, militaires, otages, etc.) et de déportés d

Comme le souhaitaient ses fondateurs, elle s’est voulue, dès sa création, représentative des différents courants historiques de la déportation et porteuse de mémoires plurielles. La composition de son Conseil d’administration traduit cette volonté puisqu’il est constitué de déportés par mesure de répression (résistants, otages, communistes, syndicalistes, militaires, otages, etc.) et de déportés d

Fonctionnement normal

La fin du système concentrationnaire : le retour à la liberté des déportés Panneau 12Exposition réalisée par la Fondatio...
05/05/2021

La fin du système concentrationnaire : le retour à la liberté des déportés Panneau 12

Exposition réalisée par la Fondation pour la mémoire de la déportation

En avril 2010, à l’occasion du 65e anniversaire de la libération des camps de concentration, l’équipe de la Fondation a réalisé une exposition de 30 panneaux retraçant l’histoire de la fin du système concentrationnaire nazi.

Les panneaux continueront d'être publiés ici sur Facebook au cours des semaines prochaines.

Pourquoi ? Pour les raisons suivantes :
•les conditions dans lesquelles les camps ont été progressivement atteints et libérés par les armées alliées sont mal connues.
•la désintégration progressive des structures de commandement du Reich et de la SS ont entraîné des décisions et des interprétations parfois différentes chez les responsables nazis, les commandants des camps et leurs subordonnés, débouchant sur des crimes nouveaux ou au contraire sur la désobéissance, la peur d’obéir, parfois l’incapacité d’exécuter les ordres.
•le rôle des comités internationaux de résistance clandestine a pu peser de façon différente dans les ultimes journées précédant l’arrivée des libérateurs.
•des drames ont jalonné les étapes d’une libération qui n’en finissait pas d’arriver et qui pour beaucoup est intervenue trop tard.
•les images diffusées à l’époque sans recul ni analyse historiques, ont rendu confuse la perception des choses dans l’opinion mondiale, confrontée à des images de cadavres filmées ou prises dans les « mouroirs ».
•on se souvient peu de ce que furent le retour et la réinsertion des survivants dans leur pays, dans un tissu social profondément marqué par la guerre et ses séquelles.

76 ans après le retour des derniers déportés libérés, le souvenir de la déportation demeure dans notre mémoirecollective...
25/04/2021
Message pour la journée nationale du Souvenir des Victimes et des Héros de la Déportation Dimanche 25 avril 2021

76 ans après le retour des derniers déportés libérés, le souvenir de la déportation demeure dans notre mémoirecollective et ne doit pas s’effacer.Ce que furent les camps d’extermination et de concentration nazis et l’horreur vécue par les millions d’êtreshumains qui en furent victimes, n’est pas une simple page documentaire de l’histoire du XXe siècle. L’humanitéy a été atteinte dans ce qu’elle a de plus sacré....

http://fondationmemoiredeportation.com/2021/04/25/message-pour-la-journee-nationale-du-souvenir-des-victimes-et-des-heros-de-la-deportation-dimanche-25-avril-2021/

76 ans après le retour des derniers déportés libérés, le souvenir de la déportation demeure dans notre mémoirecollective et ne doit pas s’effacer.Ce que furent les camps d’extermination et de conce…

Communiqué de presse Paris, le 23 avril 2021 À l’occasion de la Journée nationale du Souvenir des Victimes et des Héros ...
25/04/2021
Partenariat « Mémoire et vigilance »

Communiqué de presse Paris, le 23 avril 2021 À l’occasion de la Journée nationale du Souvenir des Victimes et des Héros de la Déportation, le CESE et la Fondation pour la Mémoire de la Déportation rappellent la nécessité du devoir de mémoire pour le présent. Alors qu’aura lieu dimanche la Journée nationale du Souvenir des Victimes et des Héros de la Déportation, le Conseil économique, social et environnemental (CESE) s’associe une nouvelle fois au message rédigé conjointement par les fédérations et associations de déportés et déportées, que sont la Fédération Nationale des Déportés, Internés, Résistants et Patriotes (FNDIRP), La Fondation pour la Mémoire de la Déportation (FMD) et les Associations de mémoire des camps nazis, L’Union Nationale des Associations de Déportés Internés de la Résistance et Familles (UNADIF-FNDIR)....

http://fondationmemoiredeportation.com/2021/04/25/partenariat-memoire-et-vigilance-2/

Communiqué de presse Paris, le 23 avril 2021 À l’occasion de la Journée nationale du Souvenir des Victimes et des Héros de la Déportation, le CESE et la Fondation pour la Mémoire de la Déportation …

23/03/2021
deportation.yadvashem.org

Mémoire de la Déportation :
Transport parti le 03 février 1944 de Drancy à destination de Sobibor

Le 22 mars à 20 h 00, les déportés sont fouillés minutieusement au camp de Drancy. Ils sont placés dans plusieurs escaliers du camp sous la surveillance des gendarmes français avec interdiction de sortir. Le lendemain, à 5 h 45 l’appel commence. Les hommes et les femmes sont séparés. Les déportés peuvent emporter quelques provisions et une valise portant une carte avec leur nom.

Plus d’information : https://deportation.yadvashem.org/?language=fr&itemId=5092625

La fin du système concentrationnaire : le retour à la liberté des déportés Panneau 11Exposition réalisée par la Fondatio...
16/03/2021

La fin du système concentrationnaire : le retour à la liberté des déportés Panneau 11

Exposition réalisée par la Fondation pour la mémoire de la déportation

En avril 2010, à l’occasion du 65e anniversaire de la libération des camps de concentration, l’équipe de la Fondation a réalisé une exposition de 30 panneaux retraçant l’histoire de la fin du système concentrationnaire nazi.

Les panneaux continueront d'être publiés ici sur Facebook au cours des semaines prochaines.

Pourquoi ? Pour les raisons suivantes :
•les conditions dans lesquelles les camps ont été progressivement atteints et libérés par les armées alliées sont mal connues.
•la désintégration progressive des structures de commandement du Reich et de la SS ont entraîné des décisions et des interprétations parfois différentes chez les responsables nazis, les commandants des camps et leurs subordonnés, débouchant sur des crimes nouveaux ou au contraire sur la désobéissance, la peur d’obéir, parfois l’incapacité d’exécuter les ordres.
•le rôle des comités internationaux de résistance clandestine a pu peser de façon différente dans les ultimes journées précédant l’arrivée des libérateurs.
•des drames ont jalonné les étapes d’une libération qui n’en finissait pas d’arriver et qui pour beaucoup est intervenue trop tard.
•les images diffusées à l’époque sans recul ni analyse historiques, ont rendu confuse la perception des choses dans l’opinion mondiale, confrontée à des images de cadavres filmées ou prises dans les « mouroirs ».
•on se souvient peu de ce que furent le retour et la réinsertion des survivants dans leur pays, dans un tissu social profondément marqué par la guerre et ses séquelles.

La fin du système concentrationnaire : le retour à la liberté des déportés Panneau 10Exposition réalisée par la Fondatio...
10/03/2021

La fin du système concentrationnaire : le retour à la liberté des déportés Panneau 10

Exposition réalisée par la Fondation pour la mémoire de la déportation

En avril 2010, à l’occasion du 65e anniversaire de la libération des camps de concentration, l’équipe de la Fondation a réalisé une exposition de 30 panneaux retraçant l’histoire de la fin du système concentrationnaire nazi.
Les panneaux continueront d'être publiés ici sur Facebook au cours des semaines prochaines.

Pourquoi ? Pour les raisons suivantes :
•les conditions dans lesquelles les camps ont été progressivement atteints et libérés par les armées alliées sont mal connues.
•la désintégration progressive des structures de commandement du Reich et de la SS ont entraîné des décisions et des interprétations parfois différentes chez les responsables nazis, les commandants des camps et leurs subordonnés, débouchant sur des crimes nouveaux ou au contraire sur la désobéissance, la peur d’obéir, parfois l’incapacité d’exécuter les ordres.
•le rôle des comités internationaux de résistance clandestine a pu peser de façon différente dans les ultimes journées précédant l’arrivée des libérateurs.
•des drames ont jalonné les étapes d’une libération qui n’en finissait pas d’arriver et qui pour beaucoup est intervenue trop tard.
•les images diffusées à l’époque sans recul ni analyse historiques, ont rendu confuse la perception des choses dans l’opinion mondiale, confrontée à des images de cadavres filmées ou prises dans les « mouroirs ».
•on se souvient peu de ce que furent le retour et la réinsertion des survivants dans leur pays, dans un tissu social profondément marqué par la guerre et ses séquelles.

Les archives donnent la parole à la mémoire le vendredi 12 mars 2021 MATINÉE9h - mots d’accueil de Pierre CHASTANG (PR e...
08/03/2021
Mémoir(chives)

Les archives donnent la parole à la mémoire le vendredi 12 mars 2021 MATINÉE9h - mots d’accueil de Pierre CHASTANG (PR en histoire médiévale, DYPAC, UVSQ Paris-Saclay) et Pauline LEMAIGRE-GAFFIER (MCF en histoire moderne, DYPAC, UVSQ Paris- Saclay)9h15 - introduction générale Intervention inaugurale9h30 - Philippe ARTIÈRES (directeur de recherche, IRIS-EHESS) « Partager les archives »10h - discussion…...

http://fondationmemoiredeportation.com/2021/03/08/memoirchives/

Les archives donnent la parole à la mémoire le vendredi 12 mars 2021 MATINÉE9h – mots d’accueil de Pierre CHASTANG (PR en histoire médiévale, DYPAC, UVSQ Paris-Saclay) et Pauline LEMAIGRE-GAF…

La fin du système concentrationnaire : le retour à la liberté des déportés Panneau 9Exposition réalisée par la Fondation...
05/02/2021

La fin du système concentrationnaire : le retour à la liberté des déportés Panneau 9

Exposition réalisée par la Fondation pour la mémoire de la déportation

En avril 2010, à l’occasion du 65e anniversaire de la libération des camps de concentration, l’équipe de la Fondation a réalisé une exposition de 30 panneaux retraçant l’histoire de la fin du système concentrationnaire nazi.

Les panneaux continueront d'être publiés ici sur Facebook au cours des semaines prochaines.

Pourquoi ? Pour les raisons suivantes :
•les conditions dans lesquelles les camps ont été progressivement atteints et libérés par les armées alliées sont mal connues.
•la désintégration progressive des structures de commandement du Reich et de la SS ont entraîné des décisions et des interprétations parfois différentes chez les responsables nazis, les commandants des camps et leurs subordonnés, débouchant sur des crimes nouveaux ou au contraire sur la désobéissance, la peur d’obéir, parfois l’incapacité d’exécuter les ordres.
•le rôle des comités internationaux de résistance clandestine a pu peser de façon différente dans les ultimes journées précédant l’arrivée des libérateurs.
•des drames ont jalonné les étapes d’une libération qui n’en finissait pas d’arriver et qui pour beaucoup est intervenue trop tard.
•les images diffusées à l’époque sans recul ni analyse historiques, ont rendu confuse la perception des choses dans l’opinion mondiale, confrontée à des images de cadavres filmées ou prises dans les « mouroirs ».
•on se souvient peu de ce que furent le retour et la réinsertion des survivants dans leur pays, dans un tissu social profondément marqué par la guerre et ses séquelles.

03/02/2021

Mémoire de la Déportation :

Transport parti le 03 février 1944 de Drancy à destination d’Auschwitz-Birkenau

Le convoi 67 part de la gare de Bobigny le 3 février 1944 dans la matinée. L’absence de télégramme concernant ce convoi ne permet pas de préciser l’heure exacte du départ, mais les témoignages indiquent que le convoi est parti vers les onze heures du matin. « Le Calendrier de la persécution des Juifs de France » de Klarsfeld (Tome 3) fait état de 1,214 déportés mais la liste du convoi 67 ne mentionne que 1,201 personnes. Parmi les déportés, beaucoup ont été arrêtés à Paris lors de la rafle du 22 janvier 1944. On note également la présence du rabbin vénéré René Hirschler et de son épouse Simone. Hirschler était grand-rabbin de Strasbourg avant la guerre. Depuis l’invasion allemande, il devient aumônier général des camps d’internement. C’est à Marseille que lui et sa femme sont arrêtés le 22 décembre 1943 (Archives Yad Vashem).

Plus d’information : https://deportation.yadvashem.org/?language=fr&itemId=5092638

PARIS - A l’occasion du 27 janvier, Journée internationale de commémoration à la mémoire des victimes de l'Holocauste, q...
28/01/2021
Exposition de photos LEST WE FORGET à l’UNESCO

PARIS - A l’occasion du 27 janvier, Journée internationale de commémoration à la mémoire des victimes de l'Holocauste, qui marque le 76ème anniversaire de la libération du camp d'extermination et de concentration d'Auschwitz-Birkenau par l'Armée rouge, le siège de l'UNESCO à Paris accueillera l’exposition de photos «Lest We Forget» du photographe germano-italien Luigi Toscano. L'exposition, qui représente le plus vaste accrochage au monde de portraits documentant les histoires de survivants de la Shoah et d'autres crimes nazis, se compose de deux cents photos qui seront affichées dans les espaces publics du bâtiment de l'UNESCO, ainsi que sur les grilles extérieures....

http://fondationmemoiredeportation.com/2021/01/28/exposition-de-photos-lest-we-forget-a-lunesco/

PARIS – A l’occasion du 27 janvier, Journée internationale de commémoration à la mémoire des victimes de l’Holocauste, qui marque le 76ème anniversaire de la libération du camp d’…

La fin du système concentrationnaire : le retour à la liberté des déportés Panneau 8Exposition réalisée par la Fondation...
26/01/2021

La fin du système concentrationnaire : le retour à la liberté des déportés Panneau 8

Exposition réalisée par la Fondation pour la mémoire de la déportation

En avril 2010, à l’occasion du 65e anniversaire de la libération des camps de concentration, l’équipe de la Fondation a réalisé une exposition de 30 panneaux retraçant l’histoire de la fin du système concentrationnaire nazi.

Les panneaux continueront d'être publiés ici sur Facebook au cours des semaines prochaines.

Pourquoi ? Pour les raisons suivantes :
•les conditions dans lesquelles les camps ont été progressivement atteints et libérés par les armées alliées sont mal connues.
•la désintégration progressive des structures de commandement du Reich et de la SS ont entraîné des décisions et des interprétations parfois différentes chez les responsables nazis, les commandants des camps et leurs subordonnés, débouchant sur des crimes nouveaux ou au contraire sur la désobéissance, la peur d’obéir, parfois l’incapacité d’exécuter les ordres.
•le rôle des comités internationaux de résistance clandestine a pu peser de façon différente dans les ultimes journées précédant l’arrivée des libérateurs.
•des drames ont jalonné les étapes d’une libération qui n’en finissait pas d’arriver et qui pour beaucoup est intervenue trop tard.
•les images diffusées à l’époque sans recul ni analyse historiques, ont rendu confuse la perception des choses dans l’opinion mondiale, confrontée à des images de cadavres filmées ou prises dans les « mouroirs ».
•on se souvient peu de ce que furent le retour et la réinsertion des survivants dans leur pays, dans un tissu social profondément marqué par la guerre et ses séquelles.

La fin du système concentrationnaire : le retour à la liberté des déportés Panneau 7Exposition réalisée par la Fondation...
12/01/2021

La fin du système concentrationnaire : le retour à la liberté des déportés Panneau 7

Exposition réalisée par la Fondation pour la mémoire de la déportation

En avril 2010, à l’occasion du 65e anniversaire de la libération des camps de concentration, l’équipe de la Fondation a réalisé une exposition de 30 panneaux retraçant l’histoire de la fin du système concentrationnaire nazi.

Les panneaux continueront d'être publiés ici sur Facebook au cours des semaines prochaines.

Pourquoi ? Pour les raisons suivantes :
•les conditions dans lesquelles les camps ont été progressivement atteints et libérés par les armées alliées sont mal connues.
•la désintégration progressive des structures de commandement du Reich et de la SS ont entraîné des décisions et des interprétations parfois différentes chez les responsables nazis, les commandants des camps et leurs subordonnés, débouchant sur des crimes nouveaux ou au contraire sur la désobéissance, la peur d’obéir, parfois l’incapacité d’exécuter les ordres.
•le rôle des comités internationaux de résistance clandestine a pu peser de façon différente dans les ultimes journées précédant l’arrivée des libérateurs.
•des drames ont jalonné les étapes d’une libération qui n’en finissait pas d’arriver et qui pour beaucoup est intervenue trop tard.
•les images diffusées à l’époque sans recul ni analyse historiques, ont rendu confuse la perception des choses dans l’opinion mondiale, confrontée à des images de cadavres filmées ou prises dans les « mouroirs ».
•on se souvient peu de ce que furent le retour et la réinsertion des survivants dans leur pays, dans un tissu social profondément marqué par la guerre et ses séquelles.

La fin du système concentrationnaire : le retour à la liberté des déportés Panneau 6Exposition réalisée par la Fondation...
04/01/2021

La fin du système concentrationnaire : le retour à la liberté des déportés Panneau 6

Exposition réalisée par la Fondation pour la mémoire de la déportation

En avril 2010, à l’occasion du 65e anniversaire de la libération des camps de concentration, l’équipe de la Fondation a réalisé une exposition de 30 panneaux retraçant l’histoire de la fin du système concentrationnaire nazi.

Les panneaux continueront d'être publiés ici sur Facebook au cours des semaines prochaines.

Pourquoi ? Pour les raisons suivantes :
•les conditions dans lesquelles les camps ont été progressivement atteints et libérés par les armées alliées sont mal connues.
•la désintégration progressive des structures de commandement du Reich et de la SS ont entraîné des décisions et des interprétations parfois différentes chez les responsables nazis, les commandants des camps et leurs subordonnés, débouchant sur des crimes nouveaux ou au contraire sur la désobéissance, la peur d’obéir, parfois l’incapacité d’exécuter les ordres.
•le rôle des comités internationaux de résistance clandestine a pu peser de façon différente dans les ultimes journées précédant l’arrivée des libérateurs.
•des drames ont jalonné les étapes d’une libération qui n’en finissait pas d’arriver et qui pour beaucoup est intervenue trop tard.
•les images diffusées à l’époque sans recul ni analyse historiques, ont rendu confuse la perception des choses dans l’opinion mondiale, confrontée à des images de cadavres filmées ou prises dans les « mouroirs ».
•on se souvient peu de ce que furent le retour et la réinsertion des survivants dans leur pays, dans un tissu social profondément marqué par la guerre et ses séquelles.

Adresse

30 Boulevard Des Invalides
Paris
75007

Métro : Saint François-Xavier (ligne 13) Bus : 82, 87, 92

Informations générales

La Fondation réalise tous les deux ans une r***e destinée aux collégiens et lycéens dans le cadre du Concours national de la Résistance et de la Déportation. Cette r***e est diffusée dans la plupart des établissements scolaires francophones.

Heures d'ouverture

Lundi 09:00 - 17:30
Mardi 09:00 - 17:30
Mercredi 09:00 - 17:30
Jeudi 09:00 - 17:30
Vendredi 09:00 - 17:30

Produits

R***e semestrielle : "En Jeu. Histoire et mémoires vivantes"

Expositions :
• La libération des camps de concentration
• La Déportation dans les camps n**is

DVD : "Les camps de concentration n**is (1933-1945)"

Triebel, Agnès : Racontez-moi... La déportation dans les camps n**is, Paris, NANE Editions, 2013

Pour commander les produits proposés, contactez notre secrétariat au 01 47 05 81 50.

Notifications

Soyez le premier à savoir et laissez-nous vous envoyer un courriel lorsque Fondation pour la Mémoire de la Déportation publie des nouvelles et des promotions. Votre adresse e-mail ne sera pas utilisée à d'autres fins, et vous pouvez vous désabonner à tout moment.

Contacter L'entreprise

Envoyer un message à Fondation pour la Mémoire de la Déportation:

Vidéos

Organisations à But Non Lucratifss á proximité


Autres Organisation à but non lucratif à Paris

Voir Toutes