Cleantuesday

Cleantuesday http://www.cleantuesday.com Clean Tuesdays are regular casual networking sessions allowing people who are interested in becoming hands on in cleaning up our planet to get together
(3)

L’association rassemble des professionnels et des spécialistes du secteur (start-up, grandes entreprises, collectivités, fonds d'investissement, etc. )

L’association rassemble des professionnels et des spécialistes du secteur (start-up, grandes entreprises, collectivités, fonds d'investissement, etc. )

Nous avons donc une campagne pour planter des arbres , 1000 milliards d'arbres, en cours dans le monde. Imaginez si nous...
03/03/2021
What Would Planting 100 Million Trees Per Week Do In 5, 50, & 500 Years?

Nous avons donc une campagne pour planter des arbres , 1000 milliards d'arbres, en cours dans le monde. Imaginez si nous parvenions à planter 100 millions d'arbres par semaine, au lieu des 63 millions plantés au total par tous les contributeurs à ce jour. À quoi cela commencerait-il pour l'environnement et le climat sur différentes périodes?

100 millions sont-ils beaucoup d'arbres?
Cela ressemble à une question stupide, n'est-ce pas? 100 millions, c'est la définition de «beaucoup», diraient la plupart des gens. Certains esprits diront probablement que si vous cherchiez dans un dictionnaire la définition de beaucoup, une image de 100 millions de n'importe quoi suffirait.

Cependant, l'ampleur du problème est grande. Il y avait autrefois environ 6 mille milliards d’arbres sur la planète, et nous en avons abattu environ la moitié. Une étude suisse d'il y a quelques années que j'ai écrite sur la recommandation de planter mille milliard d'arbres comme une étape majeure dans la lutte contre une partie du changement climatique. Mille milliard, c'est beaucoup plus de 100 millions, environ 10 000 fois plus. Et ces trillions d'arbres ne feraient que suivre nos émissions actuelles, et ne traiteraient pas les 99% des émissions qui sont déjà dans l'atmosphère. Ouais, environ 4 000 milliards de tonnes de CO2 excédentaire sur 300 ans, et seulement environ 1% de plus par an. Beaucoup de CO2 hérité. Ces billions d'arbres absorberaient environ 25 ans de nos émissions actuelles au cours de leur vie. Cela nous donne une marge de manœuvre, mais ne résout toujours pas le problème.

Quand je dis que 100 millions, ce n’est pas beaucoup d’arbres, c’est dans un contexte de besoin 10 000 fois plus élevé. Cela suggère qu'il faudrait environ 200 ans avec quelques semaines de vacances chaque année pour atteindre un billion d'arbres.

Pour un peu plus de contexte, la Chine est l'un des plus grands et est maintenant l'un des pays les plus riches du monde. Et il compte 1,4 milliard de planteurs d'arbres, s'il veut mobiliser ses habitants pour planter des arbres. Le pays mène le programme de reboisement le plus agressif au monde depuis 1990, principalement parce qu'il a mené l'un des programmes de déforestation les plus agressifs, quoique involontaires, au monde avant cela. En 30 ans, la Chine a planté environ 40 milliards d'arbres, soit environ 4% de cet objectif de mille milliards d'arbres, couvrant une superficie de la taille de la France. Alors oui, atteindre 100 millions d'arbres par semaine est difficile.

Notre problème est un peu plus urgent que quelque chose qui prend 200 ans. Planter un billion d'arbres dans les 40 prochaines années serait plus comme ça. Mais encore, c’est seulement cinq fois plus d’arbres par semaine, et soyons clairs, si quelqu'un plantait 100 millions d’arbres par semaine, ce serait une contribution remarquable. Juste insuffisant à l'ampleur du problème en soi.

Donc, après avoir défini le contexte, posons la question suivante.

Qu'est-ce qui fait un bon arbre?
Cela ressemble à une autre question stupide, je sais. Mais vous devriez vraiment lire La vie cachée des arbres: ce qu'ils ressentent, comment ils communiquent - Découvertes d'un monde secret: Wohlleben, Peter, Flannery, Tim, Simard, Suzanne, Billinghurst, Jane. Grand livre et très instructif.

Voici ce qui fait un bon arbre, selon le livre. Il est empêché de croître rapidement en étant privé de nutriments et de lumière par les arbres matures pendant 80 ans ou plus. Il est maintenu en vie par des arbres matures via le réseau racinaire, essentiellement une perfusion intraveineuse constante. En conséquence, il produit des anneaux incroyablement fins et denses et est incroyablement fort, résilient et auto-cicatrisant. Lorsqu'un arbre mûr meurt et qu'une ouverture dans la canopée est créée, l'arbre chanceux pousse rapidement vers le haut, se battant avec tous ses camarades pour obtenir le maximum de lumière et de nutriments jusqu'à ce qu'il comble le vide et affame ses enfants des décennies en retour.

Un bon arbre, selon les normes de la nature, a des centaines d’années et ne pousse que dans les forêts. Nous n’avons pas des centaines d’années, donc cette définition ne nous aidera pas beaucoup.

La définition que la plupart des gens ont utilisée au cours des deux cents dernières années est qu'un bon arbre est âgé de 40 à 80 ans, a poussé suffisamment isolé des autres arbres pour pouvoir atteindre rapidement sa taille, et suffisamment grand pour être abattu et soumis à un scierie et transformé en bois pour divers usages. Oui, c’est la définition de l’humanité d’un bon arbre, un arbre qui ne devient pas la version naturelle d’un bon arbre. Une autre définition d'un bon arbre que nous avons tendance à utiliser est qu'il fournit de l'ombre sur les chemins et les chaussées pour les piétons et les cyclistes, son tronc dépassant des trous dans le béton, et réduit l'effet d'îlot de chaleur urbain. Ouais, cet arbre n’est pas non plus un bon arbre par définition.

Mais cela dit, nous avons abattu trois trillions de bons arbres, donc nous avons beaucoup de terres nues qui pourraient supporter des arbres, et c'est une technologie incroyable qui est en place. J'ai écrit à leur sujet récemment, en disant qu'il s'agissait de cette excellente technologie d'auto-assemblage qui capturait le carbone sans que nous ayons à faire beaucoup plus que de les laisser tomber sur le sol.

Si nous plantons le bon type d'arbres aux bons endroits et que nous les laissons ensuite tranquilles, ils finiront par se transformer en une forêt mature qui fait un très bon travail de résilience, d'auto-guérison, d'auto-entretien et un bon puits de carbone.

Ce qui est un peu un autocollant. Une autre question peut-être stupide est en ordre.

Quand un arbre est-il un bon puits de carbone?
Après tout, les arbres consomment le CO2 de l'air et le transforment en polymère organique que nous appelons la cellulose. Jolie astuce.

Lorsqu'un bon arbre, par définition, est vivant, il a un système racinaire riche qui s'imbrique avec un tapis dense de fils fongiques sous le sol, un réseau de mycélium. Ce réseau fongique contient une protéine appelée glomaline, et cette protéine est la voie vers la séquestration à long terme du carbone dans le sol. Si vous laissez le sol et son réseau de mycélium seuls, dans environ 150 ans, il transforme définitivement les molécules de carbone de l’air en dépôts chimiques souterrains stables et qui ne pourrissent pas.

Et quand ce bon arbre meurt dans une forêt mature, il est rapidement transformé en nutriments pour d'autres arbres et plantes, étant essentiellement extrait de son carbone. Un bon arbre dans une forêt mature a alimenté le carbone dans la voie de la glomaline pendant toute sa vie de centaines d'années, et le carbone laissé dans son tronc massif et dense et ses branches est saisi par d'autres plantes dans de nombreux cas. Même le bois en décomposition laissé derrière se décompose en aérobie (c'est-à-dire en présence d'oxygène, pas dans un studio de fitness) et se transforme en CO2, que les arbres qui l'entourent respirent, donc une grande partie de ce CO2 est aspirée par d'autres arbres.

Mais nous ne plantons pas de bons arbres dans une forêt mature. Nous plantons 100 millions de graines ou de semis par semaine sur un sol couvert d’arbres jusqu’à ce que nous les coupions tous et les jetions dans des scieries.

Pas des conditions optimales pour un bon arbre, mais certainement des conditions où les arbres qui sont bons selon nos définitions peuvent être mis au travail. Il y a des kickers.

Tout d'abord, dans de nombreux cas, le réseau de mycélium a été foiré. Dénuder un tas d'arbres qui y sont depuis dix mille ans fait vraiment des ravages sur un écosystème au-dessus et au-dessous du sol. Il est tout à fait probable que les espèces fongiques les mieux adaptées aux voies de glomaline avec des arbres prendront des décennies ou des centaines d'années pour retrouver leur chemin dans notre nouvelle miniforêt spécialement construite à cet effet. En conséquence, la voie de la glomaline ne démarrera pas assez rapidement, et ce délai de 150 ans est probablement plus proche de 250 ou 300 ans pour la séquestration du carbone à long terme. Le simple fait de laisser tomber des graines ou de tirer des semis dans le sol à partir de drones qui plantent des arbres ne résout pas tout le problème.

Cela peut cependant être résolu. Il est assez facile de propager un champignon, et il est probable qu’il se trouve même dans la fléchette des semis, ce qui pourrait être un processus en une seule étape. Cependant, vous voulez obtenir les bons champignons, et cela doit probablement être adapté aux espèces d'arbres et à la région, donc une certaine planification est nécessaire.

Deuxièmement, les semis ne sont pas entourés d’arbres matures qui les protègent, les nourrissent par voie intraveineuse et leur permettent de pousser assez lentement pour qu’ils soient incroyablement denses et résistants. Au lieu de cela, ce sont les versions faibles que nous voyons le long des routes dans nos villes, qui poussent trop vite et, par conséquent, beaucoup plus sujettes à être soufflées par des vents violents et endommagées par des insectes. Les foreurs de pin adorent le pin reboisé en partie parce que les arbres sont si faciles à creuser.

Cela signifie que beaucoup d’arbres vont mourir tôt parce qu’ils ne sont pas aussi résistants aux insectes et au vent. Et comme ce n’est pas une forêt mature qui mange ses morts aussi efficacement, quand ils meurent, une grande partie du carbone incarné dans leurs troncs et branches pas si denses retournera dans l’atmosphère quand ils mourront.

Troisièmement, vous voudrez peut-être éviter de faire ce que les entreprises forestières font avec les programmes de reboisement depuis leur début, c'est-à-dire planter des monocultures d'arbres à croissance rapide qu'elles peuvent récolter dès que possible et transformer en plus de baguettes et de papier hygiénique. Les monocultures sont de nature problématique car elles sont très sensibles aux maladies et aux insectes. Une forêt diversifiée peut être balayée par une peste d'insectes et se retrouver avec beaucoup d'arbres, mais une monoculture se transforme en forêt morte.

Tout cela suggère donc deux chemins pour planter les 100 millions d'arbres par semaine. Le premier chemin vise à recréer des forêts matures résilientes et de bons arbres selon les normes de la nature. Cela garantit que le carbone qui est mangé reste mangé. La deuxième voie est de faire le reboisement comme nous le faisons depuis cent ans, c'est-à-dire faire exploser un grand nombre de plants sur des terres déboisées, puis les retourner et les récolter dans 40–80 ans.

Les deux ont du mérite. L’un est «meilleur» que l’autre en tant que puits de carbone durable, mais plus difficile à créer. Mais le modèle de reboisement normal nous donne un puits de carbone de 40 à 80 ans, et nous pouvons en récolter une grande partie pour le bois d'ingénierie et d'autres produits de bois durables qui séquestreront une grande partie de ce carbone pendant potentiellement des centaines d'années. Et il est probable qu’ils constituent un continuum et non des éléments séparés. Vous pouvez imaginer un programme de reboisement mixte, avec des portions destinées à une récolte et une replantation complètes, et des portions destinées à être damées dans des forêts matures. Et vous pouvez facilement imaginer une récolte sélective d'arbres spécifiques qui essaie de ne pas détruire les arbres qui les entourent.

Le fait est que les délais de 5, 50 et 500 ans dépendent vraiment des modèles que vous choisissez et de la manière dont ils sont maintenus dans le temps.

Compte tenu de l’ampleur du problème, il est clair que dans 5 ans, seulement 2,5 milliards d’arbres environ auraient été plantés, soit environ 2,5% de l’échelle nécessaire pour faire une grande différence face au changement climatique. C’est toujours une bonne chose, mais ce n’est pas particulièrement significatif en soi. Après 5 ans, il y aura beaucoup de semis et de jeunes arbres là où ils n'existaient pas auparavant, et dans de nombreux cas, ils commenceront à se transformer en écosystème. Mais ce n’est qu’un kit de démarrage.

Après 50 ans, environ 250 milliards d'arbres seraient en place. Cela commencerait à faire une différence. Beaucoup d’entre eux seraient matures, en supposant que les scolytes du pin et les incendies de forêt ne les prennent pas prématurément, et que ceux qui survivraient donneraient naissance à de petits bébés arbres, comme le fait la nature. Ce serait dans la gamme de suivre quelque chose comme un quart de nos émissions annuelles, en supposant que nous continuions avec notre idiotie. En supposant que nous décarbonisons réellement l'énergie, les transports et tout le reste, cela signifie en fait que les arbres puisent dans les 300 ans de CO2 hérités, ce qui est bien mieux.

Oui, si vous commenciez à planter 100 millions d'arbres par semaine maintenant, et que le monde serait décarboné, dans 50 ans, le CO2 atmosphérique diminuerait au lieu d'augmenter.

Pas rapidement, car la Rome de notre problème de réchauffement climatique ne s’est pas construite en un jour, mais en descente. Ce serait une victoire majeure.

Mais notez que cela ne changerait probablement pas grand-chose aux projections de température et d'élévation du niveau de la mer pour 2100. Cela nous maintiendrait dans la bande médiane des projections du GIEC de l'ONU, peut-être RCP4.5, et peut-être même RCP2.6. Cela éviterait le RCP8.5 et ses résultats dévastateurs.

Planter des arbres

Et cela ferait une grande différence pour 2200, 2300 et 2400.

Examinons donc la projection sur 500 ans.

Supposons que vous ayez planté 100 millions d’arbres par semaine pendant 200 ans, entretenu soigneusement les forêts, récolté une grande partie du bois de manière durable à l’aide de machines électriques, et l’aviez transformé en produits en bois durables au lieu de serviettes en papier et de baguettes jetables. Et supposons que nous ayons décarbonisé le monde d'ici 2060 environ, alors nous avions cessé de contribuer au problème. Et supposons que nous ayons également réparé l’agriculture pour qu’elle ne continue pas à détruire la voie de la glomaline.

Ensuite, les billions d'arbres, l'agriculture à faible labour et l'économie durable signifieraient que dans environ 500 ans, nous aurions le niveau de CO2 là où nous voulons le conserver, probablement autour de 300 ppm. Il y aurait une agence internationale de surveillance et de gouvernance qui la surveillerait pour s’assurer qu’elle ne s’abandonnait pas en territoire de glaciation ou qu’elle ne s’infiltrait pas en territoire de réchauffement. Nous pourrions brûler des combustibles fossiles certaines années dans des circonstances contrôlées pour maintenir le CO2 atmosphérique au bon niveau.

Ce serait l'anthropocène intentionnel, par opposition à l'anthropocène involontaire dans lequel nous sommes tombés. Nous gouvernerions notre climat plutôt que de le détruire.

Ne serait-ce pas sympa?

https://cleantechnica.com/2021/02/16/what-would-planting-100-million-trees-per-week-do-in-5-50-500-years/

A trillion trees, low-tillage agriculture, and a sustainable economy would mean that in about 500 years we would have the level of CO2 about where we want to keep it, probably around 300 ppm.

05/01/2021

It's still time to apply for the @Start Up Energy Transition (SET) Award 2021, rewarding international innovative start-ups working for the energy transition! ⚡️ 🚨



Take your chance to become one of the top 5 energy start-ups of 2021. Present your solution to a jury of experts, gain visibility within the international energy and mobility ecosystem and win a cash prize of 10.000€!



Apply by 31.01.2020👉 https://bit.ly/39liKWb

#innovation #startups #energytransition

Investing in #Cleantech #MorrocoThe objective of this 2nd session is to strengthen linkages between local and internatio...
20/11/2020

Investing in #Cleantech #Morroco
The objective of this 2nd session is to strengthen linkages between local and international investors. The 2nd part of the event will comprise the presentation of 4 Moroccan cleantech co-investment opportunities through an online pitching session

La Région Nouvelle-Aquitaine lance un appel à projets « Design bio-inspiré – Biomimétisme marin ». https://les-aides.nou...
27/10/2020
AAP Innovation par le Design Bio-inspiré dans l'Industrie | Guide des Aides Nouvelle Aquitaine

La Région Nouvelle-Aquitaine lance un appel à projets « Design bio-inspiré – Biomimétisme marin ».



https://les-aides.nouvelle-aquitaine.fr/transition-energetique-et-ecologique/aap-innovation-par-le-design-bio-inspire-dans-lindustrie



Quel est l’ objectif de l’AAP : faire émerger et soutenir des projets d’innovation par l’approche créative du design bio-inspiré basé sur l’observation d’organismes marins et/ou appliqué aux secteurs de l’économie de la mer ;

Qui est concerné : toute entreprise qui souhaite s’engager dans un projet d’innovation en allant puiser des solutions dans le vivant marin afin de répondre aux enjeux industriels identifiés ;

Dans quels domaines : le potentiel d’applications du biomimétisme marin concerne l’ensemble des domaines : celui des procédés industriels, du transport, de la mobilité, de la communication, de l’environnement, de la santé, de l’énergie…

Date limite de dépôt de dossier : 31/12/2020

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts. En savoir plus

Adresse

Numa, 39 Rue Du Caire
Paris
75002

Informations générales

L’humanité est, aujourd’hui, confrontée à une question majeure: Saura-t-on par la technique et l'innovation surmonter la décroissance ou, a minima rendre celle ci supportable ?

Notifications

Soyez le premier à savoir et laissez-nous vous envoyer un courriel lorsque Cleantuesday publie des nouvelles et des promotions. Votre adresse e-mail ne sera pas utilisée à d'autres fins, et vous pouvez vous désabonner à tout moment.

Organisations à But Non Lucratifss á proximité


Autres Organisation à but non lucratif à Paris

Voir Toutes