Tram Réseau art contemporain Paris / Ile-de-France

Tram Réseau art contemporain Paris / Ile-de-France 31 lieux d'art contemporain en Ile-de-France / 31 non-profit contemporary art spaces in and around Paris. Tram est une association fédérant depuis plus de 35 ans des lieux engagés dans la production et la diffusion de l’art contemporain en Ile-de-France.
(2)

Aujourd’hui au nombre de 31, ils témoignent de la vitalité et de la richesse de la création artistique sur le territoire francilien. Centres d’arts, musées, écoles d’arts, collectifs d’artistes, fondation, frac, ces lieux développent des projets artistiques de qualité dans des contextes parfois inattendus. Ils mènent des actions complémentaires de production, de diffusion, de collection, d’enseignement, de médiation, d’édition, de pratiques amateurs.

Fonctionnement normal

#Live à la supérette, résidence de la maison des arts, centre d’art contemporain de malakoff Collectif W, « réserver »Ph...
05/09/2020

#Live à la supérette, résidence de la maison des arts, centre d’art contemporain de malakoff
Collectif W, « réserver »
Phase 3, lancement des réservations des œuvres de la collection #reseautram #idf #malakoff #residence #artcontemporain

«Fabriquer la ville», un projet d’action culturelle en Seine-Saint-Denis | Cnap
03/09/2020
«Fabriquer la ville», un projet d’action culturelle en Seine-Saint-Denis | Cnap

«Fabriquer la ville», un projet d’action culturelle en Seine-Saint-Denis | Cnap

Le Centre national des arts plastiques (Cnap), est l’un des opérateurs de la politique du ministère de la Culture. Il a pour missions de soutenir et de promouvoir la création contemporaine dans sa plus grande diversité, tant du point de vue des disciplines que des parcours professionnels.

«Fabriquer la ville», un projet d’action culturelle en Seine-Saint-Denis | Cnap
02/09/2020
«Fabriquer la ville», un projet d’action culturelle en Seine-Saint-Denis | Cnap

«Fabriquer la ville», un projet d’action culturelle en Seine-Saint-Denis | Cnap

Le Centre national des arts plastiques (Cnap), est l’un des opérateurs de la politique du ministère de la Culture. Il a pour missions de soutenir et de promouvoir la création contemporaine dans sa plus grande diversité, tant du point de vue des disciplines que des parcours professionnels.

28/08/2020
LE BAL

LE BAL

[Les Ondes Éphémères]

J-3

Le festival des Ondes Éphémères se déroulera ce week-end avec une programmation à découvrir en ligne et sur DUUU Radio.

Les inscriptions sont encore possibles pour les interventions en ligne de Carmen Winant samedi 29 à 16h, Chloë Rebmann dimanche 30 à 13h et pour l'ensemble de la session de workshops en ligne menés par Yumi Goto samedi et dimanche.

Tout le week-end retrouvez la programmation radiophonique des Ondes Éphémères sur le site de DUUU radio, ainsi que la retransmission du concert de Christina Vantzou samedi 29.

L'ensemble des interventions du festival sera ensuite disponible en vidéo sur les réseaux du BAL ou en podcast sur DUUU Radio.
-
Le festival Les Ondes Éphémères se déroule en ligne et à la radio, seul le concert de Christina Vantzou aura lieu au BAL (complet).
Programmation : Émilie Lauriola, assistée de Chloë Rebmann et Elise Villatte
-
Avec le soutien de la Direction générale des Affaires culturelles d’Ile-de-France- Ministère de la Culture

Vidéo et son (c) Matthieu Samadet

Xavier Franceschi : « sanctuariser le soutien que l'on apporte à l'art d'aujourd'hui »
25/08/2020
Xavier Franceschi : « sanctuariser le soutien que l'on apporte à l'art d'aujourd'hui »

Xavier Franceschi : « sanctuariser le soutien que l'on apporte à l'art d'aujourd'hui »

The Art Newspaper Daily donne la parole aux dirigeantes et dirigeants des grandes institutions artistiques qui s’expriment sur leur organisation et leurs projets dans les circonstances particulières que nous vivons. Xavier Franceschi est directeur du FRAC Île-de-France.

CIPAC, Fédération des professionnels de l'art contemporain
25/08/2020

CIPAC, Fédération des professionnels de l'art contemporain

[FORMATIONS CIPAC][COMMENT S'INSCRIRE ?]
Préparez votre rentrée, et retrouvez toutes les informations pour s'inscrire à nos sessions ▶︎ https://bit.ly/313v3k5 ◀︎

APRÈS > 30 cartes blanches confiées par TRAM à des artistes et auteur·e·sQuelle est notre part de responsabilité durant ...
31/07/2020

APRÈS > 30 cartes blanches confiées par TRAM à des artistes et auteur·e·s

Quelle est notre part de responsabilité durant une pandémie ? Notre libre arbitre se construit-il à l’extérieur des États-nations ? Peut-on invoquer la responsabilité individuelle lors d’une épidémie sociale ? Est-ce plus efficace d’utiliser les biais cognitifs plutôt que l’éducation afin de modifier les comportements d’une population ? À partir de ces questions, How to be responsible in a epidemic — comme son nom le laisse percevoir — se veut un questionnement sur notre rapport à la responsabilité durant l’épidémie du Covid-19.
Pensé comme un diptyque transmédiatique, il débute par un entretien dématérialisé avec Tim Madesclaire (consultant indépendant santé sexuelle et communautaire gay, rédacteur et fondateur de la revue Monstre) autour des liens entre le VIH/sida et le Covid-19, les luttes et enjeux qui les accompagnent, en regard du pouvoir des Nudges. Les Nudges sont une technique issue de l’économie comportementale qui se propose d’influencer nos comportements dans notre propre intérêt.
À partir de cet échange, le travail se formalise ensuite par une série d’objets prototypes contre-nudges fabriqué en collaboration avec le Pop [lab], le fablab de la maison populaire qui seront présentés dans le cadre de l’exposition La clinique du queer.
Le titre de l’œuvre est une référence directe au manifeste How to Have Sex in an Epidemic : One Approach de Richard Berkowitz and Michael Calle,1983.

>> Retrouvez ici l'entretien complet : bit.ly/howtoberesponsibleinanepidemic2020

Julien Ribeiro, How to be responsible during an epidemic, Maison populaire, Montreuil (93), Projet de soutien à la création « Après », TRAM Réseau art contemporain Paris / Île-de-France et diffusé dans The Art Newspaper France en juillet 2020

https://tram-idf.fr/projet/apres/

TRAM en août 2020⎜Projet "Après" & actualités estivales - https://mailchi.mp/tram-idf/tram-en-maibalades-venir-et-agenda...
30/07/2020
TRAM en août 2020⎜Projet "Après" & actualités estivales

TRAM en août 2020⎜Projet "Après" & actualités estivales - https://mailchi.mp/tram-idf/tram-en-maibalades-venir-et-agenda-du-mois-n1-1247406

Cher·e·s participant·e·s des TaxiTram, Cher·e·s collègues, Cher·e·s ami·e·s, Déjà le mois d'août ! Avant d'enfiler ses sandales et de prendre ses quartiers d'été, l'équipe de TRAM a le plaisir de partager à nouveau avec vous l'actualité estivale de son réseau... Bel été et à b...

APRÈS > 30 cartes blanches confiées par TRAM à des artistes et auteur·e·sPendant le durée du confinement, en Tchéquie, i...
30/07/2020

APRÈS > 30 cartes blanches confiées par TRAM à des artistes et auteur·e·s

Pendant le durée du confinement, en Tchéquie, il était recommandé de rester chez soi. Mais comment rester chez soi seul, avec enfant, à deux, sans enfant, à trois, quatre, cinq, comment s'aimer, se supporter, faire ensemble.
Pendant le communisme, il était impossible ou très difficile pour les gens de voyager hors du pays. Dans la Tchécoslovaquie de l'époque, l'état communiste a permis un accès à la nature à la plupart des familles afin de pouvoir “prendre l'air". Sur un petit terrain, la plupart ont construit eux-mêmes de petites maisons en bois, sans eau et électricité, mais chacun pouvait apprécier et créer dans son petit bout de nature, plus à l’abri qu’à la ville peut-être, du regard de l’état. Depuis, bon nombre de familles ont gardé ce lieu. Alors, il y a quelques mois, dans la situation que nous connaissons, l'accès à la nature ne fut pas seulement celui des élites, de la bourgeoisie ou des personnes qui avait de la famille ou des amis ailleurs.
Le passé et l'histoire d'un pays aux frontières clauses a ressurgit et beaucoup de gens sont repartis dans les cottages.

Depuis que Gala, ma fille, est petite, nous dessinons sur nos visages avec du maquillage de fond de tiroir. Dessiner sur sa peau, changer de visage, se masquer pour ce démasquer, voici l'image d'une matinée singulière.

Julie Bena, Gala et la Salamandre, Musée d'Art Moderne de Paris Paris (16ème arr.), Projet de soutien à la création « Après », TRAM Réseau art contemporain Paris / Île-de-France et diffusé dans The Art Newspaper France en juillet 2020

https://tram-idf.fr/projet/apres/

APRÈS > 30 cartes blanches confiées par TRAM à des artistes et auteur·e·sL’intérêt de Pierre Paulin pour l’écriture se m...
29/07/2020

APRÈS > 30 cartes blanches confiées par TRAM à des artistes et auteur·e·s

L’intérêt de Pierre Paulin pour l’écriture se matérialise dans la robe, projet éditorial singulier qui a pour fonction d’accompagner la production plastique de l’artiste et de tisser un fil entre ses différent·e·s collaborateurs·trices et les références qui l’habitent. Lien éditorial et social autoréflexif, la robe existe de diverses manières selon les économies dans lesquelles elle s’inscrit dans le temps - parfois par des collaborations institutionnelles (les deux premiers numéros ont été produits avec le cneai = et la Fondation des artistes), parfois en tirage plus réduit dans des contextes d’autoproduction.

Le numéro 4 de la revue comprend un texte de Clara Schulmann « So and So » et trois textes initialement imprimés dans les doublures de vêtements reproduits d’après ceux de la garde-robe de Pierre Paulin.

>> https://tram-idf.fr/pdf/apres_frac_pierre-paulin_la-robe-n4.pdf

Pierre Paulin, La robe n° 4, Frac île-de-france, Paris (19ème), Projet de soutien à la création « Après », TRAM Réseau art contemporain Paris / Île-de-France et diffusé dans The Art Newspaper France en juillet 2020

https://tram-idf.fr/projet/apres/

APRÈS > 30 cartes blanches confiées par TRAM à des artistes et auteur·e·s«Demain dure encore » énigmatique photographie ...
28/07/2020

APRÈS > 30 cartes blanches confiées par TRAM à des artistes et auteur·e·s

«Demain dure encore » énigmatique photographie qui compose le carton d'invitation pour l'exposition de Karim Ghelloussi à Circonstance Galerie à Nice en 2015, créée par l'artiste. Elle est reprise ici en analogie au projet « Après ».

Que nous montre cette photographie ? La main de l'artiste tient ce morceau de papier à dessin presque impeccablement blanc, où en son centre sont collées des lettres noires découpées dans du papier journal pour former les trois mots « demain dure encore ». L'atelier de l'artiste en vue floue sert d'exact cadre à la feuille, le désordre et les couleurs sont sur les murs et au sol. Ce lieu intime et secret est à peine dévoilé, il nous rappelle d'où ont été produites les œuvres. Le pouce de la main de l'artiste a encore du blanc sur la cuticule, le travail ne semble pas délégué, Karim Ghelloussi met probablement les mains dans le cambouis.
Trois mots découpés dans des lettres de papier journal, et c'est une réflexion abyssale qui s'ouvre devant nous. Une lettre anonyme nous invite à l'exposition d'un artiste connu. Est-on forcé d'y répondre ? Au-delà des sens des mots, la forme elle-même parle. Karim Ghelloussi joue avec les antithèses et le contraste y est saisissant.

Dans le texte entretien avec Alexandra Marjoral issu du catalogue de cette exposition, Karim Ghelloussi revient sur cette presque phrase " Est-ce une référence au texte autobiographique d'Althusser L'Avenir dure longtemps ? Pas du tout. C'est un code que j'ai vu sur un tuyau de plomberie. Quelque chose comme DEM1 DUR(COR), que j'ai lu « demain dure encore »".

Karim Ghelloussi, Demain dure encore, Le Cyclop de Jean Tinguely, Milly la-Forêt (91), Projet de soutien à la création « Après », TRAM Réseau art contemporain Paris / Île-de-France et diffusé dans The Art Newspaper France en juillet 2020

https://tram-idf.fr/projet/apres/

APRÈS > 30 cartes blanches confiées par TRAM à des artistes et auteur·e·sÉlaboré par DuPont en 1967, le Corian est matér...
27/07/2020

APRÈS > 30 cartes blanches confiées par TRAM à des artistes et auteur·e·s

Élaboré par DuPont en 1967, le Corian est matériau composite à base de poudre minérale et de résine. Purement factice, il simule des pierres naturelles et s’utilise largement dans la construction, les aménagements urbains et domestiques. Chaque nuance porte le nom de la formation minérale imitée ou de l'imaginaire invoqué. DuPont prit une part majeure au Projet Manhattan, vaste programme scientifico-militaro-industriel qui mit au point la bombe atomique et amorça l'ère nucléaire.
Corianland consiste en une taxinomie d'échantillons de Corian. La classification se fait selon le thème (animal, végétal, minéral, spatial...) évoqué par leur dénomination respective. Les différents groupes se déploient et s'articulent entre eux, formant d'étranges cheminements de pensée. Révélant l’artificialité de ce matériau, cette performance s'attache à la tentative mercatique d'insuffler une aura à chacun par le biais de leur appellation. Corianland tente ainsi d'appréhender un nouveau monde synthétique.

Théodora Barat, Corianland, cneai =, Projet de soutien à la création « Après », TRAM Réseau art contemporain Paris / Île-de-France, 2020 et diffusé dans The Art Newspaper France en juillet 2020

https://tram-idf.fr/projet/apres/

APRÈS > 30 cartes blanches confiées par TRAM à des artistes et auteur·e·sEt si “après” la Terre, il y avait la Lune et ...
24/07/2020

APRÈS > 30 cartes blanches confiées par TRAM à des artistes et auteur·e·s

Et si “après” la Terre, il y avait la Lune et Mars !
Et si dans nos pas “d’après”, la Terre ne possédait plus une seule zone blanche, où même dans les zones les plus reculées et désertiques, nos pas ne pouvaient plus se faire sans un réseau Internet omniprésent !
À l’opposé du déplacement extrêmement limité d’un grand nombre d’humains sur Terre pendant la période de confinement mondial en mars et avril 2020, alors que chacun isolés dans nos espaces confinés, l’entreprise Space X de l’entrepreneur Elon Musk n’a pas cessé son travail de colonisation du ciel. L​'espace « extra-atmosphérique », objet de bien commun par excellence, est d’autorité dénaturé et préempté par des intérêts privés.
Destiné à créer un réseau internet haut débit grâce à la mise en orbite de minimum 12000 satellites légers, le programme Starlink produit indéniablement une pollution lumineuse visible et manifeste par simple observation du ciel. Dans le ciel, passent les satellites, telles des étoiles filantes dans un train de lumière.
Fascinantes et poétiques, ces images sont toutefois le témoignage de cette entreprise de colonisation se déroulant toute simplement au dessus de notre tête.
« Dad Won't Come Back » est une installation en ligne et in situ mettant en lumière cette entreprise de détournement du ciel par un seul homme, Elon Musk.

« Dad Won't Come Back » ​est une installation constituée de :
- compte Instagram @starlink_satellite , collection de vidéos publiées sur Internet capturant les train des satellites de l’entreprise Starlink passant dans le ciel
- « Starlink Live », carte en temps réel des trains de satellites Starlink
>> http://objet.io/starlink-live/
- « Satellites haute couture », série de vidéos pastiches et amateurs de trains imaginaires

Albertine Meunier, Dad won't come back, abbaye de Maubuisson, site d'art contemporain du Val d'Oise, Saint-Ouen-l'Aumon (95), Projet de soutien à la création « Après », TRAM Réseau art contemporain Paris / Île-de-France, 2020 et diffusé dans The Art Newspaper France en juillet 2020

https://tram-idf.fr/projet/apres/

APRÈS > 30 cartes blanches confiées par TRAM à des artistes et auteur·e·sCes trois images sont trois scans d’une édition...
23/07/2020

APRÈS > 30 cartes blanches confiées par TRAM à des artistes et auteur·e·s

Ces trois images sont trois scans d’une édition de 72 pages appelée « Sans Contact » datant de mars 2020. Comme un journal, elle retranscrit des expériences quotidiennes de travail, d’errance, d’amour. Ces petites notes se succèdent et sont la traduction d’un travail d'écriture en cours de construction sur l’argent.

Fanny Lallart, Sans Contact, CAC Brétigny, Brétigny-sur-Orge (91), Projet de soutien à la création « Après », TRAM Réseau art contemporain Paris / Île-de-France et diffusé dans The Art Newspaper France en juillet 2020

https://tram-idf.fr/projet/apres/

APRÈS > 30 cartes blanches confiées par TRAM à des artistes et auteur·e·sL'écriture accompagne les oeuvres de Nour Awada...
22/07/2020

APRÈS > 30 cartes blanches confiées par TRAM à des artistes et auteur·e·s

L'écriture accompagne les oeuvres de Nour Awada. Il s'agit d'un territoire qui complète souvent des performances où l'artiste ne veut pas seulement être vue, mais entendue : libérer la parole, c'est la faire résonner dans un espace et provoquer une rencontre. Nour Awada livre à cette occasion un témoignage récent de son expérience des mois précédents.

Nour Awada, "Demain" est le premier mensonge du diable, Centre d'art contemporain d'Ivry - le Crédac, Ivry-sur-Seine (94), Projet de soutien à la création « Après », TRAM Réseau art contemporain Paris / Île-de-France et diffusé dans The Art Newspaper France en juillet 2020

https://tram-idf.fr/projet/apres/

APRÈS > 30 cartes blanches confiées par TRAM à des artistes et auteur·e·sPar ses dessins d’humeur, d’observation ou cari...
21/07/2020

APRÈS > 30 cartes blanches confiées par TRAM à des artistes et auteur·e·s

Par ses dessins d’humeur, d’observation ou caricaturaux, Matthieu Cossé propose un regard distancié et augmenté de notre monde. Il avait été invité par Marine Pagès et Johana Carrier au CACC pour l’exposition « Comme les nuages, les formes du monde tournent les unes dans les autres ». Réalisés pour le projet de soutien « Après » et en réponse à une actualité renversée, Monument 1 et 2, sont deux dessins à l’aquarelle sur papier.
« Les incarnations des cinq sens sont des motifs récurrents de mon travail de dessin et sont prétextes à de nombreuses variations et analogies : le nez ou l’oreille, sont souvent représentés sous la forme d’objet votif, d’attribut sexuel, d’ornement ou de gadget. Dans ces deux dessins ils figurent un monde ou deux sens disparus, l’ouïe et l’odorat, seraient représentés comme des corps entiers et dont on érigerait les statues dans les parcs.»

Matthieu Cossé, Monument 1 et 2, Centre d'Art Contemporain Chanot, Clamart (92), Projet de soutien à la création « Après », TRAM Réseau art contemporain Pairs / Île-de-France et diffusé dans The Art Newspaper France en juillet 2020

https://tram-idf.fr/projet/apres/

Adresse

4ter Rue De La Solidarité
Paris
75019

Heures d'ouverture

Lundi 10:00 - 18:00
Mardi 10:00 - 18:00
Mercredi 10:00 - 18:00
Jeudi 10:00 - 18:00
Vendredi 10:00 - 18:00

Téléphone

+33153197350

Notifications

Soyez le premier à savoir et laissez-nous vous envoyer un courriel lorsque Tram Réseau art contemporain Paris / Ile-de-France publie des nouvelles et des promotions. Votre adresse e-mail ne sera pas utilisée à d'autres fins, et vous pouvez vous désabonner à tout moment.

Contacter L'entreprise

Envoyer un message à Tram Réseau art contemporain Paris / Ile-de-France:

Vidéos

Organisations à But Non Lucratifss á proximité


Autres Organisation à but non lucratif à Paris

Voir Toutes