LEM Les Enfants de la Méditerranée

LEM Les Enfants de la Méditerranée LEM Les Enfants de la Méditerranée LEM Les Enfants de la Méditerranée est une association humanitaire de solidarité internationale à but non lucratif et d´intérêt général, spécialisée dans le développement et la protection de l’enfant par la culture et l'éducation.
(5)

Indépendante, laïque et apolitique, elle est ouverte à tous. L´association enregistrée à la Préfecture de Police de Paris sous le numéro RNA W751233168, et publiée au Journal Officiel le 19/03/2016 sous le numéro de parution 20160012. Pourquoi la Méditerranée? La Méditerranée est un carrefour culturel à l’entrecroisement d’un monde partagé entre l´Europe, l´Afrique et l´Asie. C'est dans cet espace

Indépendante, laïque et apolitique, elle est ouverte à tous. L´association enregistrée à la Préfecture de Police de Paris sous le numéro RNA W751233168, et publiée au Journal Officiel le 19/03/2016 sous le numéro de parution 20160012. Pourquoi la Méditerranée? La Méditerranée est un carrefour culturel à l’entrecroisement d’un monde partagé entre l´Europe, l´Afrique et l´Asie. C'est dans cet espace

Fonctionnement normal

Au Liban, 30 % des #enfants s’endorment le ventre videSelon un rapport de l’Unicef, pour pouvoir subvenir aux besoins de...
02/07/2021
Au Liban, 30 % des enfants s’endorment le ventre vide

Au Liban, 30 % des #enfants s’endorment le ventre vide

Selon un rapport de l’Unicef, pour pouvoir subvenir aux besoins de la famille, les parents se trouvent obligés d’envoyer leur progéniture travailler, de marier les jeunes filles, de sauter des repas et de contracter des dettes.

"Nous vivons d’eau et de zaatar (thym). Mes enfants mangent en premier. S’il en reste, je mange." Rahaf, mère de trois enfants, vit dans une des quarante tentes que forme le camp informel des réfugiés syriens à Darb el-Sim, à l’est de Saïda. Depuis qu’elle a fui sa ville natale de Homs, il y a sept ans, "la situation s’est dégradée graduellement". "Les dix-huit derniers mois toutefois étaient les plus cauchemardesques", confie cette femme dont le mari a perdu son emploi durant la pandémie de coronavirus, de nombreux commerçants ayant fermé boutique en raison des bouclages successifs. À cela s’est greffée la crise économique qui sévit dans le pays.

"Le prix des produits alimentaires est tellement élevé que je n’arrive pas à nourrir ma famille correctement", ajoute Rahaf, soulignant qu’il lui arrive de passer plusieurs jours sans manger. "Tous les jours, mes enfants en demandent plus, poursuit-elle. Que dois-je leur dire ? Nous ne pouvons pas acheter des légumes au prix du jour et nous n’avons pas mangé de viande depuis bientôt un an."

La famille de la jeune femme appartient aux 77 % des ménages au Liban ayant confié ne pas avoir assez de nourriture ou assez d’argent pour acheter des produits alimentaires, selon un rapport du Fonds des Nations unies pour l’enfance (Unicef) rendu public hier. Un chiffre qui s’élève à 99 % dans les familles syriennes. De plus, "60 % des ménages doivent acheter de la nourriture à crédit ou emprunter de l’argent pour le faire" et "dans plus de 30 % des familles, au moins un enfant s’est couché le ventre vide ou a sauté un repas en mars 2021".

Dans ce document intitulé Le Liban : l’avenir des enfants mis en jeu, l’Unicef note que "les enfants du Liban subissent de plein fouet l’un des pires effondrements économiques mondiaux des temps modernes". C’est ce qu’avait déclaré récemment la Banque mondiale qui avait affirmé dans un rapport récent que la crise économique et financière au Liban constituait l’une des trois crises les plus sévères à l’échelle mondiale depuis 1850.

Mariées jeunes

L’Unicef fait remarquer que "la crise économique prolongée n’est qu’une des crises qui se renforcent mutuellement au Liban, frappé par l’impact de la pandémie de Covid-19, les conséquences de l’explosion massive d’août 2020, ainsi que de l’instabilité politique persistante". De plus, par rapport à sa population, "le Liban a la plus forte proportion de réfugiés dans le monde, accueillant 1,5 million de réfugiés syriens et plus de 200 000 réfugiés palestiniens", constate l’agence onusienne. Elle note qu’en raison de l’inflation et du chômage, les gens ont du mal à avoir accès aux services de base, dont la qualité régresse rapidement. Elle rappelle que la pauvreté a presque doublé, passant de 28 % de la population en 2018 à 55 % en 2020.

Or ce sont les enfants qui sont les plus touchés. "Leur santé et leur sécurité sont à risques et leur avenir est mis en jeu", déplore l’Unicef. Elle explique que de plus en plus, les parents ont du mal à subvenir aux besoins de leur progéniture. Et pour pouvoir le faire, ils se trouvent obligés de "recourir à des mécanismes d’adaptation négatifs qui mettent les enfants en danger, comme le fait de les envoyer travailler, de marier les jeunes filles, de sauter des repas et de contracter des dettes".

Tel a été le cas de Rahaf, jeune réfugiée syrienne, mariée à l’âge de 13 ans contre son gré. "Le jeune homme avait 18 ans, je ne le connaissais pas, raconte-t-elle. Je ne voulais pas me marier, mais ma mère a insisté, affirmant que je n’avais pas d’autre choix." La jeune femme confie qu’avant le mariage, elle allait à l’école et jouait avec ses amis. "Cela s’est arrêté le jour où je me suis mariée, avance-t-elle. Je savais que cela n’était pas juste, mais ma mère m’avait dit que cet homme allait s’occuper de moi et m’offrir une meilleure vie. Elle m’a également dit que mon but dans la vie était d’être une épouse et une mère." Son mariage n’a duré que trois mois, son mari la maltraitant. Lorsqu’elle a accouché, il lui a pris sa petite fille qu’elle n’a plus jamais r***e.

Privés d’éducation

Selon le rapport, un enfant sur dix travaille, alors que dans 40 % des ménages aucun membre de la famille ne travaille et 77 % des familles ne reçoivent aucune forme d’aide sociale. De ce fait, 15 % des familles ont interrompu l’éducation de leurs enfants. La situation est encore pire pour les ménages syriens, ce chiffre s’élevant à 22 %.

C’est la situation dans laquelle se trouve Hadi, un Libanais de 15 ans, qui passe cinq heures par jour à cueillir des fruits dans les vergers d’un village du Liban-Sud, pour contribuer aux dépenses de sa famille. Mais aussi de Moussa, un réfugié syrien de 15 ans, qui passe ses journées à nettoyer les pare-brise des voitures sur un carrefour de Saïda, au Liban-Sud. Il est le seul à pourvoir aux besoins de sa famille, son père étant alité. Les deux jeunes garçons sont privés d’éducation.

D’après ce document, plus de 400 000 enfants ne suivent aucun enseignement et 25 % des familles n’ont pas les moyens d’acquérir les outils nécessaires pour l’enseignement en ligne. "La vie n’a jamais été aussi difficile", confie Fadia, mère de deux jeunes garçons de 15 et 17 ans, qui rappelle que durant la guerre civile du Liban (1975-1190), « aucun enfant n’a été obligé d’abandonner l’école et de travailler". Ses garçons ne vont plus à l’école et aident à la cueillette des oranges.

"Même avec leur contribution, nous n’avons pas assez d’argent pour nous nourrir", dit-elle.

Privés de soins

Dans son rapport, l’Unicef constate que 30 % des enfants ne reçoivent pas les soins primaires de santé dont ils ont besoin, alors que 76 % des ménages ont confié être affectés par l’augmentation massive des prix des médicaments. Enfin, 80 % des parents affirment que leurs enfants ont des difficultés à se concentrer sur leurs études à la maison, ce qui pourrait indiquer des problèmes de sous-alimentation ou des troubles psychologiques.

L’Unicef fait remarquer que si les 1,5 million de réfugiés syriens sont les plus durement touchés, le nombre de Libanais ayant besoin d’aide augmente rapidement. Dans ce contexte, elle réitère son appel aux autorités pour la mise en œuvre d’une "expansion majeure des mesures de protection sociale, pour assurer l’accès à une éducation de qualité pour chaque enfant et renforcer les services de soins primaires de santé et de protection de l’enfance". Et l’Unicef de conclure : "Le Liban ne peut pas se permettre que des enfants soient affamés, non scolarisés, en mauvaise santé et menacés d’abus, de violence et d’exploitation. Les enfants sont l’investissement ultime de l’avenir d’une nation."

Nada Merhi - L'Orient Le Jour

https://shoutout.wix.com/so/6fNfcQazT?languageTag=fr&cid=2c1326ca-f54a-42bc-b567-2d96ce5dea17#/main

Selon un rapport de l’Unicef, pour pouvoir subvenir aux besoins de la famille, les parents se trouvent obligés d’envoyer leur progéniture travailler, de marier les jeunes filles, de sauter des repas et de contracter des dettes. "Nous vivons d’eau et de zaatar (thym). Mes enfants mangent en p...

07/06/2021

IL Y A 5 ANS, NOTRE PREMIER PROJET... avec LEM Les Enfants de la Méditerranée !

En juin 2016, LEM Les Enfants de la Méditerranée avec son partenaire libanais Amel Association International a réalisé son premier projet pour des enfants méditerranéens, une tournée de théâtre de marionnettes "Il y avait un oiseau sur l’arbre" du Collectif Kahraba dans les camps de réfugiés syriens d´Ouezzani et Marj El Khokh dans la région de Marjayoun au Sud Liban.

07/06/2021

IL Y A 5 ANS, NOTRE PREMIER PROJET... avec LEM Les Enfants de la MéditerranéeLEM Les Enfants de la Méditerranée !

En juin 2016, LEM Les Enfants de la Méditerranée avec son partenaire libanais Amel a réalisé son premier projet pour des enfants méditerranéens, une tournée de théâtre de marionnettes "Il y avait un oiseau sur l’arbre" du Collectif Kahraba dans les camps de réfugiés syriens d´Ouezzani et Marj El Khokh dans la région de Marjayoun au Sud Liban.

IL Y A 5 ANS, NOTRE PREMIER PROJET... avec LEM Les Enfants de la Méditerranée !En juin 2016, LEM Les Enfants de la Médit...
07/06/2021
IL Y A 5 ANS, NOTRE PREMIER PROJET...

IL Y A 5 ANS, NOTRE PREMIER PROJET... avec LEM Les Enfants de la Méditerranée !
En juin 2016, LEM Les Enfants de la Méditerranée avec son partenaire libanais Amel Association International a réalisé son premier projet pour des enfants méditerranéens, une tournée de théâtre de marionnettes "Il y avait un oiseau sur l’arbre" du Collectif Kahraba dans les camps de réfugiés syriens d´Ouezzani et Marj El Khokh dans la région de Marjayoun au Sud Liban.

Fondation CMA CGM Tahaddi Lebanon Région Sud Provence-Alpes-Côte d'Azur Ambassade du Liban en France Kayany Foundation Bioviva arcenciel.aec Fondation Air France Ville de Paris Benoît Payan CMA CGM GROUP (Official) Renaud Muselier Anne Hidalgo Ville de Marseille Fondation Bioviva Afel Liban SCC France Fondation Princesse Grace de Monaco …
https://www.lem-ong.com/so/3fNdbiKiV?languageTag=fr&cid=05383603-47b7-4162-90fc-c44cf642f845#/main

En juin 2016, LEM Les Enfants de la Méditerranée avec son partenaire libanais Amel Association International a réalisé son premier projet pour des enfants méditerranéens, une tournée de théâtre de marionnettes "Il y avait un oiseau sur l’arbre" du Collectif Kahraba dans les camps de réfu...

#PROCHAINEMENT avec LEM Les Enfants de la Méditerranée un nouveau projet pour des enfants défavorisés au Liban avec AFEL...
05/06/2021

#PROCHAINEMENT avec LEM Les Enfants de la Méditerranée un nouveau projet pour des enfants défavorisés au Liban avec AFEL (Association du Foyer de l'Enfant Libanais), Fondation #Bel, Vesto, Fondation CMA CGM, CMA CGM GROUP (Official), … dans le cadre de notre campagne SOLIDARITÉ LIBAN : AIDONS LES ENFANTS VICTIMES !

https://www.helloasso.com/associations/lem-les-enfants-de-la-mediterranee/collectes/urgence-solidarite-avec-le-liban

Arnaud BellityLucille VolpattiXavier Longchambon Rajon …

#PROCHAINEMENT avec LEM Les Enfants de la Méditerranée un nouveau projet pour des enfants défavorisés au Liban avec AFEL (Association du Foyer de l'Enfant Libanais), Fondation #Bel, Vesto, Fondation CMA CGM, CMA CGM GROUP (Official), … dans le cadre de notre campagne SOLIDARITÉ LIBAN : AIDONS LES ENFANTS VICTIMES !

https://www.helloasso.com/associations/lem-les-enfants-de-la-mediterranee/collectes/urgence-solidarite-avec-le-liban

Arnaud BellityLucille VolpattiXavier Longchambon Rajon …

Notre partenaire libanais cirquenciel 💛
04/06/2021

Notre partenaire libanais cirquenciel 💛

1620 benefited from our circus classes in 2020✌️
We believe that through cirquenciel's #educational approach, we are able to boost the physical and social development of our beneficiaries in #Lebanon

#engageindevelopment #cirquenciel

#SOLIDARITÉ LIBAN ! L’explosion du port de Beyrouth, survenue en août 2020, a mis à genoux le Liban, qui était déjà aux ...
26/05/2021
SOLIDARITÉ LIBAN ! L’explosion du port de Beyrouth, survenue en août 2020, a mis à genoux le Liban, qui était déjà aux prises avec une crise économique, financière, politique et sanitaire. A présent, plus d’un Libanais sur deux vit sous

#SOLIDARITÉ LIBAN ! L’explosion du port de Beyrouth, survenue en août 2020, a mis à genoux le Liban, qui était déjà aux prises avec une crise économique, financière, politique et sanitaire. A présent, plus d’un Libanais sur deux vit sous le seuil de pauvreté.

100 000 enfants victimes, et un grand nombre d’entre eux sont traumatisés ! Aujourd'hui à Beyrouth, rien n’est réglé. Les traumatismes sont toujours vifs et la remise en marche de la ville est longue. C'est pourquoi il est essentiel de continuer à se mobiliser pour aider nos amis libanais. ...

LEM Les Enfants de la Méditerranée www.lem-ong.com avec les enfants #Palestiniens 🇵🇸Défendre les droits des Palestiniens...
18/05/2021

LEM Les Enfants de la Méditerranée www.lem-ong.com avec les enfants #Palestiniens 🇵🇸

Défendre les droits des Palestiniens, c’est prôner la reconnaissance d’un État palestinien libre et viable aux côtés de l’État israélien.

C’est lutter contre ce qui rend cette solution à deux États pour deux peuples impossible.

Défendre les droits des palestiniens, c’est donc lutter contre la colonisation et les expropriations orchestrées par le gouvernement de Netanyahou.

C’est lutter contre l’extrême droite israélienne qui fait tout pour rendre impossible l’émergence d’un État palestinien viable.

Défendre le droit des palestiniens, c’est privilégier le droit sur la force, abandonner l’idée que le conflit se réglera sans négociation, juste en affirmant une suprématie militaire ou bien en maintenant un statu quo qui nie les droits d’un des deux peuples à avoir son État, sa souveraineté, sa liberté.

La paix ne se construira pas en misant sur la lassitude ou le désespoir du peuple palestinien.

Défendre les droits des palestiniens, c’est dénoncer le Hamas, sa politique de terreur à Gaza, documentée par Human Rights Watch ou Amnesty International (tortures, exécutions, répression des militants palestiniens démocrates ou pacifistes) et ses plus de 3000 roquettes tirées sciemment sur des zones civiles israéliennes en une semaine.

Défendre les droits des palestiniens, c’est s’indigner des 213 Palestiniens tués, dont au moins 61 enfants et 36 femmes. (18 mai 2021)

Défendre les droits des palestiniens, c’est défendre les droits humains. L’idée de justice. Chacun des peuples a droit à son État. Point.

Voilà ce vers quoi il faut pousser, en ne faisant pas semblant cette fois que les choses seront réglées lorsque les bombardements cesseront.

Mais d’abord qu’ils cessent !

Xavier Longchambon Rajon, président et l’équipe de LEM 💛

L’armée israélienne a intensifié ses bombardements sur la bande de #Gaza la nuit dernière, faisant monter le bilan à prè...
18/05/2021

L’armée israélienne a intensifié ses bombardements sur la bande de #Gaza la nuit dernière, faisant monter le bilan à près de 200 mort·e·s, dont 58 enfants et plus de 1300 blessé·e·s côté palestinien.
De plus, au moins 2500 personnes ont perdu leur domicile depuis le 10 mai.

Parmi les enfants et adolescents ayant perdu la vie :


▪️Yazan Sultan Al-Masri, 1 an - 10 mai 2021

▪️Ibrahim Yousef Al-Masri, 10 ans - 10 mai 2021

▪️Hussein Munir Hamad, 8 ans - 10 mai 2021

▪️Rashid Mohammad Abou Ara, 16 ans – 12 mai 2021

▪️Abdelrahman Subuh, 17 ans - 11 mai 2021

▪️Mustafa Mohammed Obeid, 17 ans - 10 mai 2021

▪️Rahaf Al-Masri, 10 ans - 10 mai 2021

▪️Mohammed Obeid, 11 ans - 10 mai 2021

▪️Ibrahim Abdullah Hassanein, 16 ans - mai 2021

#Gaza #bandedegaza #victime #blessé #tué #bombardement #arméeisraélienne #militaire #enfant #enfants #mineur
#ajplusfrançais_photo

#SOLIDARITÉ LIBAN ! L’explosion du port de Beyrouth, survenue en août 2020, a mis à genoux le Liban, qui était déjà aux ...
07/05/2021
SOLIDARITÉ LIBAN ! L’explosion du port de Beyrouth, survenue en août 2020, a mis à genoux le Liban, qui était déjà aux prises avec une crise économique, financière, politique et sanitaire. A présent, plus d’un Libanais sur deux vit sous

#SOLIDARITÉ LIBAN ! L’explosion du port de Beyrouth, survenue en août 2020, a mis à genoux le Liban, qui était déjà aux prises avec une crise économique, financière, politique et sanitaire. A présent, plus d’un Libanais sur deux vit sous le seuil de pauvreté.

https://www.lem-ong.com/so/a4Nb5pJtD?languageTag=fr&cid=05383603-47b7-4162-90fc-c44cf642f845#/main

100 000 enfants victimes, et un grand nombre d’entre eux sont traumatisés ! Aujourd'hui à Beyrouth, rien n’est réglé. Les traumatismes sont toujours vifs et la remise en marche de la ville est longue. C'est pourquoi il est essentiel de continuer à se mobiliser pour aider nos amis libanais. ...

26/04/2021

#PROCHAINEMENT avec LEM Les Enfants de la Méditerranée www.lem-ong.com un nouveau projet pour des enfants défavorisés au Liban avec AFEL Association du Foyer de l’Enfant Libanais, Fondation Bel, Vesto, Fondation CMA CGM, ... dans le cadre de notre campagne SOLIDARITÉ LIBAN : AIDONS LES ENFANTS VICTIMES !

18/04/2021

Un enfant meurt toutes les 5 secondes, soit 5 781 600 par an dans le monde. La famine c’est la peau qui pèle, cheveux qui tombent, hallucinations, risque de devenir aveugle, corps consommant les muscles, y compris le cœur, ...

JE FAIS UN DON À SOLIDARITÉ LIBAN : AIDONS LES ENFANTS VICTIMES !
18/04/2021
JE FAIS UN DON À SOLIDARITÉ LIBAN : AIDONS LES ENFANTS VICTIMES !

JE FAIS UN DON À SOLIDARITÉ LIBAN : AIDONS LES ENFANTS VICTIMES !

100 000 enfants victimes, et un grand nombre d’entre eux sont traumatisés ! Aujourd'hui à Beyrouth, rien n’est réglé. Les traumatismes sont toujours vifs et la remise en marche de la ville est longue. C'est pourquoi il est essentiel de continuer à se mobiliser pour aider nos amis libanais. ...

Adresse

50 Rue De La Bidassoa
Paris
75020

Heures d'ouverture

Lundi 10:00 - 17:00
Mardi 10:00 - 17:00
Mercredi 10:00 - 17:00
Jeudi 10:00 - 17:00
Vendredi 10:00 - 17:00

Téléphone

+33971565370

Produits

Humanitaire

Notifications

Soyez le premier à savoir et laissez-nous vous envoyer un courriel lorsque LEM Les Enfants de la Méditerranée publie des nouvelles et des promotions. Votre adresse e-mail ne sera pas utilisée à d'autres fins, et vous pouvez vous désabonner à tout moment.

Contacter L'entreprise

Envoyer un message à LEM Les Enfants de la Méditerranée:

Vidéos

Our Story

LEM Les Enfants de la Méditerranée est une association (ONG) humanitaire de solidarité méditerranéenne à but non lucratif et d´intérêt général, spécialisée dans le développement et la protection de l’enfant par la culture et l'éducation. Indépendante, laïque et apolitique, elle est ouverte à tous. L´association enregistrée à la Préfecture de Police de Paris sous le numéro RNA W751233168, et publiée au Journal Officiel le 19/03/2016 sous le numéro de parution 20160012. Pourquoi la Méditerranée? La Méditerranée est un carrefour culturel à l’entrecroisement d’un monde partagé entre l´Europe, l´Afrique et l´Asie. C'est dans cet espace de pluralité culturelle que l´association Les Enfants de la Méditerranée inscrit son action de solidarité internationale. Mare Nostrum est plus qu´une mer partagée c´est notre maison commune depuis 8 000 ans. L’ambition de LEM Les Enfants d ela Méditerranée est de créer des passerelles culturelles, éducatives, transgénérationnelles et solidaires entre toutes les rives de la Méditerranée pour les enfants. Notre conviction : c'est par la culture et l'éducation que les enfants deviennent des citoyens adultes, ouverts et éclairés, à même de conduire leur destin et celui de leur pays vers un avenir plus juste, équitable et tourné vers la paix. Pourquoi Les Enfants de la Méditerranée ? Il n´existe pas d'association de solidarité méditerranéenne qui consacre seulement toute son action dans les pays de la Méditerranée pour les enfants les plus vulnérables et démunis, afin qu´ils deviennent des adultes autonomes capables de construire un avenir meilleur. Comment fonctionnons nous ? L’autonomisation des acteurs locaux est une priorité. LEM s’appuie sur un réseau d’associations partenaires. Nous avons à coeur de mettre en valeurs les talents et compétences existants. Loin de se limiter au financement, notre soutien consiste justement à renforcer ce potentiel humain présent sur place. LEM et ses partenaires mènent des actions de plaidoyers pour défendre publiquement une cause auprès des gouvernements locaux et internationaux, des medias, et de l’opinion publique. Notre programme CULTURE + ÉDUCATION la culture au coeur de l'humanitaire! Aujourd'hui nous agissons principalement au Liban, avant d'étendre nos actions aux pays de la Méditerranée : Syrie, Palestine, Tunisie, Egypte, Grèce, Malte, Italie, Espagne, Maroc, Algérie, France, ... Les relais locaux de LEM, basés sur place, sont disponibles pour dialoguer, aider les enfants à résoudre les difficultés qu’ils rencontrent. Ils assurent un accompagnement et un suivi permanent. Notre travail se conduit dans la durée pour que les résultats soient véritablement positifs et acquis. L´objectif est qu'in fine les associations locales et les enfants n´aient plus besoin d´aide de LEM.

Organisations à But Non Lucratifss á proximité


Autres Organisation à but non lucratif à Paris

Voir Toutes