Genepi Île de France

Genepi Île de France Association estudiantine militant pour le décloisonnement des institutions carcérales.
Association militante œuvrant sur tout le territoire français, le Genepi Île-de-France est la branche francilienne de l'association qui regroupe plus de 350 étudiants bénévoles.

Le Genepi Ile-de-France milite quotidiennement pour le décloisonnement des institutions carcérales par le biais de nombreuses actions : interpellation d'élus, sensibilisation de publics scolaires, interventions auprès de publics enfermés, weekends de réflexion autour de thématiques prison-justice... Chaque année, les bénévoles de la région parisienne mènent de nombreuses campagnes de sensibilisation afin de rappeler à la population que la question carcérale ne doit pas rester un sujet tabou et doit s'installer au cœur du débat public. Nous intervenons également dans les établissements pénitentiaires de Fresnes, Réau, Fleury, Nanterre, Meaux, Villejuif, Melun, Poissy, Villepinte, Versailles et Bois d'Arcy pour y animer de nombreux ateliers à thématique socioculturelle ou scolaire.

Mission: Œuvrer en faveur du décloisonnement des institutions carcérales par la circulation des savoirs entre les personnes incarcérées, le public et ses bénévoles.

🔶 Petit argumentaire juridique pour justifier d’aller voir un.e proche incarcéré.e à plus de 100 kilomètres de chez soi ...
17/05/2020

🔶 Petit argumentaire juridique pour justifier d’aller voir un.e proche incarcéré.e à plus de 100 kilomètres de chez soi !

A lire ici 👇
http://lenvolee.net/petit-argumentaire-juridique-pour-justifier-daller-voir-un-e-proche-incarcere-e-a-plus-de-100-kilometres-de-chez-soi/

🔶 Petit argumentaire juridique pour justifier d’aller voir un.e proche incarcéré.e à plus de 100 kilomètres de chez soi !

Alors que les parloirs ont soi-disant repris depuis le début du déconfinement le 11 mai, et que les déplacements à plus de 100 km de chez soi sont soumis à de très nombreux interdits, nombreuses sont les personnes à se demander si elles peuvent ou non aller visiter leurs proches quand il ou elle est incarcéré.e à plus de 100 kilomètres. Aucune dérogation spécifique n’a été prévue par le gouvernement ; mais nous pouvons dores et déjà nous appuyer sur des éléments juridiques en cas de contrôles policiers pour éviter une verbalisation. En plus de vous munir d’une attestation dérogatoire en y cochant la case « motif familial impérieux » ou « assistance à une personne vulnérable », nous vous invitons à imprimer les éléments qui suivent lorsque vous vous déplacerez pour visiter votre proches. Ils ont été rédigé par un juriste. [...]

La suite :
http://lenvolee.net/petit-argumentaire-juridique-pour-justifier-daller-voir-un-e-proche-incarcere-e-a-plus-de-100-kilometres-de-chez-soi/

❗️Appel à une assemblée publique contre les CRA (centres de rétention administrative)➡️ Dimanche 17 mai à 14h, place de ...
14/05/2020
Appel à une assemblée publique contre les CRA – Les prisons pour sans-papiers doivent être fermées, partout et pour toujours ! – Dimanche 17 mai à 14h, place de la Réunion 20e

❗️Appel à une assemblée publique contre les CRA (centres de rétention administrative)

➡️ Dimanche 17 mai à 14h, place de la Réunion (métro A.Dumas/Maraichers)

https://abaslescra.noblogs.org/les-prisons-pour-sans-papiers-doivent-etre-fermes-partout-et-pour-toujours-appel-a-une-assemblee-publique-contre-les-cra-dimanche-17-mai-a-14h-place-de-la-reunion-20e/

Appel à une assemblée publique contre les CRA – Les prisons pour sans-papiers doivent être fermées, partout et pour toujours ! – Dimanche 17 mai à 14h, place de la Réunion 20e Les prisons pour sans-papiers doivent être fermés, partout et pour toujours ! Appel à une assemblée publiqu....

« Depuis la suppression des parloirs le 17 mars, les familles et proches de prisonniers et prisonnières vivent dans l’in...
30/04/2020
Lettre de plus de 150 proches à la ministre des tribunaux et des prisons

« Depuis la suppression des parloirs le 17 mars, les familles et proches de prisonniers et prisonnières vivent dans l’inquiétude. Réunis grâce aux réseaux sociaux, plus de 150 mères, pères, femmes, maris, conjoint(e)s, sœurs, frères, ami(e)s de prisonniers et prisonnières enfermés dans plus de 50 établissements ont écrit à la ministre de la justice et des tribunaux. Nous relayons ici leur lettre. »

Depuis la suppression des parloirs le 17 mars, les familles et proches de prisonniers et prisonnières vivent dans l’inquiétude. Réunis grâce aux réseaux sociaux, plus de 150 mères, pères, fem…

« Dans le contexte d’une crise sanitaire sans précédent, ce communiqué de prisonniers rappelle les humiliations, l’arbit...
04/04/2020
L'Envolée journal

« Dans le contexte d’une crise sanitaire sans précédent, ce communiqué de prisonniers rappelle les humiliations, l’arbitraire et la violence de personnels, les conditions misérables, les fouilles à nu, le surenfermement, l’absence d’aménagement, la rareté des rapprochements familiaux… qui font le quotidien de l’enfermement. »

Dans le contexte d’une crise sanitaire sans précédent, ce communiqué de prisonniers rappelle les humiliations, l’arbitraire et la violence de personnels, les conditions misérables, les fouilles à nu, le surenfermement, l’absence d’aménagement, la rareté des rapprochements familiaux… qui font le quotidien de l’enfermement.

22/03/2020

"Le vrai criminel, c’est l’État qui, malgré le danger de nous faire tomber malade et mourir, préfère nous entasser dans ce trou que nous renvoyer chez nous pour être avec nos proches. [...] Depuis des semaines, on essaie de se faire entendre : grève de la faim, on tape contre les barreaux tous les jours avec des mains couvertes de sang, mais à ce qu’il paraît, seuls les murs nous entendent. "
Lettre d'un prisonnier italien

#murparmurnousdetruironstouteslesprisons

http://lenvolee.net/14-morts-dans-les-revoltes-3-000-liberations-annoncees-des-nouvelles-de-la-situation-en-italie/

Aujourd’hui dimanche 22 mars a été adoptée définitivement la loi sur l’Etat d’urgence sanitaire. On retrouve dans celle-...
22/03/2020
Coronavirus : ce que contient la loi instaurant un « état d’urgence sanitaire » votée par le Parlement

Aujourd’hui dimanche 22 mars a été adoptée définitivement la loi sur l’Etat d’urgence sanitaire. On retrouve dans celle-ci la technique habituelle du gouvernement : répondre à toute situation par la répression.

« Toute violation des interdictions ou obligations est punie d’une amende de 135 euros. En cas de récidive dans un délai de quinze jours, la contravention peut aller de 1 500 à 3 000 euros. Si les violations se répètent à plus de trois reprises dans un délai de trente jours, les faits sont punis de six mois d’emprisonnement et de 3 750 euros d’amende ainsi que d’une peine complémentaire de travail d’intérêt général. »
(https://www.lemonde.fr/politique/article/2020/03/22/coronavirus-ce-que-contient-le-projet-de-loi-urgence_6034040_823448.html)

Cette répression touchera encore plus les personnes précarisées, racisées, sans domicile fixe, comme c’est le cas depuis toujours, et particulièrement depuis le début du confinement mardi dernier (des personnes dormant dans la rue verbalisées, des personnes sans attestations frappées et plaquées au sol par des policiers en Seine Saint-Denis ou encore à Château Rouge, des prisonniers sur qui ont lâche les ERIS...)

A bas la répression. A bas les prisons.
🔥

Ce texte donne un cadre légal aux dispositions d’exception qui ont commencé à être mises en œuvre depuis le 16 mars.

Mutineries en cours dans une vingtaine de prisons italiennes.Témoignage à propos des révoltes dans la prison de Modène, ...
09/03/2020
L'Envolée journal

Mutineries en cours dans une vingtaine de prisons italiennes.

Témoignage à propos des révoltes dans la prison de Modène, suite à la suppression des parloirs 👇

Solidarité avec les prisonnierEs et leurs proches. ✊🔥

Les prisonniers italiens se défendent actuellement contre la suppression des parloirs décidée par l’administration. Selon les informations récoltées – qui ne sont surement pas complètes, il y a eu des mutineries dans vingt établissements pénitentiaires, huit prisonniers sont morts et au moins cinquante prisonniers italiens se sont évadés. Nous traduisons un témoignage, recueilli par le site Diario di bordo nella tempesta sociale, à propos des révoltes de la prison de Modène.

🔥 FEMINISTES ET ANTICARCÉRALES, TANT QU'IL LE FAUDRA 🔥« On nous fait croire que nous n'avons pas d'autres choix que de p...
08/03/2020

🔥 FEMINISTES ET ANTICARCÉRALES, TANT QU'IL LE FAUDRA 🔥

« On nous fait croire que nous n'avons pas d'autres choix que de passer par la justice, cette institution qui protège et renforce le patriarcat, alors même que ce système est destructeur pour celles qui y ont recourt.
Une éventuelle reconnaissance de notre vécu est la seule chose que nous promet la justice pénale. On ne peut espérer l'obtenir que lorsqu’il fait appel aux représentations racistes et paternalistes de la justice. Il faudrait ainsi une "bonne victime" (femmes cis, blanches, bourgeoises, hétérosexuelles qui répond aux normes de genre), un "coupable" devant faire partie des groupes visés par le système prison-justice, et une violation du "consentement" tel qu'il est défini par cette justice sexiste de race et de classe. Pourtant, le "bon" comportement qui est attendu de nous, tant vis à vis de notre réaction à l'agression que face au système pénal, est par fonction inatteignable puisqu'il s'agit toujours de contrôler nos réactions et de nous restreindre à leurs représentations paternalistes.
Ainsi, il s'agit de maintenir l'ordre patriarcal et jamais de reconnaître les violences que l'on subit. Ce parcours est destructeur pour beaucoup d'entre nous. Nos histoires ne sont appréhendées qu'à travers ces représentations racistes, transphobes, lesbophobes. Elles sont disséquées, désavouées. Nos affirmations mises en doute. La justice entend définir pour nous ce que consentir veut dire, ce qu'être agressée signifie. Elle n'englobe pas tous nos vécus et toutes les violences que le patriarcat fait peser sur nous au cours de notre vie. La justice n'appréhende nos agressions qu'à travers ses représentations. Nous les refusons. »

https://www.facebook.com/105894627689910/photos/pcb.110154100597296/110149263931113/?type=3&theater

🔥 FEMINISTES ET ANTICARCÉRALES, TANT QU'IL LE FAUDRA 🔥

On nous fait croire que nous n'avons pas d'autres choix que de passer par la justice, cette institution qui protège et renforce le patriarcat, alors même que ce système est destructeur pour celles qui y ont recourt.
Une éventuelle reconnaissance de notre vécu est la seule chose que nous promet la justice pénale. On ne peut espérer l'obtenir que lorsqu’il fait appel aux représentations racistes et paternalistes de la justice. Il faudrait ainsi une "bonne victime" (femmes cis, blanches, bourgeoises, hétérosexuelles qui répond aux normes de genre), un "coupable" devant faire partie des groupes visés par le système prison-justice, et une violation du "consentement" tel qu'il est défini par cette justice sexiste de race et de classe. Pourtant, le "bon" comportement qui est attendu de nous, tant vis à vis de notre réaction à l'agression que face au système pénal, est par fonction inatteignable puisqu'il s'agit toujours de contrôler nos réactions et de nous restreindre à leurs représentations paternalistes.
Ainsi, il s'agit de maintenir l'ordre patriarcal et jamais de reconnaître les violences que l'on subit. Ce parcours est destructeur pour beaucoup d'entre nous. Nos histoires ne sont appréhendées qu'à travers ces représentations racistes, transphobes, lesbophobes. Elles sont disséquées, désavouées. Nos affirmations mises en doute. La justice entend définir pour nous ce que consentir veut dire, ce qu'être agressée signifie. Elle n'englobe pas tous nos vécus et toutes les violences que le patriarcat fait peser sur nous au cours de notre vie. La justice n'appréhende nos agressions qu'à travers ses représentations. Nous les refusons.

https://www.facebook.com/105894627689910/photos/pcb.110154100597296/110149263931113/?type=3&theater

🔥 La prison ne nous sauvera pas du patriarcat 🔥
08/03/2020

🔥 La prison ne nous sauvera pas du patriarcat 🔥

🔥 LA PRISON NE NOUS SAUVERA PAS DU PATRIARCAT 🔥

La prison est un instrument d'oppression et de mise au pas, une institution oppressive au service du racisme d’État. C'est pourquoi nous refusons que notre féminisme et nos vécus justifient cette institution.

Il ne s'agit en aucun cas pour nous de porter de jugement ou de dicter une conduite à des personnes ayant subi des violences sexistes ou devant s'en protéger. Le désir de vengeance et de reconnaissance est légitime. Il n'y a pas de réponse féministe idéale sous le patriarcat. Et nous aussi on a la rage. On a la rage pour toutes nos sœurs agressées, pour toutes nos sœurs tuées. On a la rage pour Jessyca Sarmiento et toutes les autres. On a la rage devant l'impunité et le silence qu'on oppose à nos cris mais on affirme que la police, la justice et la prison ne nous sauverons pas du patriarcat.

#JusticepourJessyca

https://www.facebook.com/105894627689910/photos/pcb.110154100597296/110149263931113/?type=3&theater

Tour Eiffel Panthéon

Solidarité avec les mères de prisonnierEs ✊🖤🔥
07/03/2020

Solidarité avec les mères de prisonnierEs ✊🖤🔥

🔥 SOLIDARITÉ AVEC LES MÈRES DES PRISONNIER·E·S 🔥

La prison enferme, avec les prisonnier·e·s, leurs proches. Les proches qui parviennent à maintenir des liens sont dans l'immense majorité des femmes : mères, sœurs, compagnes, amies, etc. Ce sont ces femmes qui vont prendre à leur charge les contraintes matérielles de l'institution carcérale, qui vont supporter l'enfer carcéral au quotidien, le vivre mentalement en permanence. Elles se retrouvent également dans des situations d'isolement social du fait de la stigmatisation d'avoir un.e proche incarcéré.e. En parallèle, l’État exige d'elles qu'elles jouent un rôle de "caution de réinsertion" dans ce même système prison-justice qui les exclut. Une autre façon pour l’État patriarcal de contrôler, de précariser et de discipliner certaines femmes.

https://www.facebook.com/105894627689910/photos/pcb.110154100597296/110149263931113/?type=3&theater

Pour un féminisme anticarcéral 🔥
07/03/2020

Pour un féminisme anticarcéral 🔥

🔥 POUR UN FEMINISME ANTICARCERAL 🔥

VOUS NE GEREREZ PAS NOTRE RAGE FEMINISTE PAR VOS INSTITUTIONS RACISTES ET PATRIARCALES !

Toute la semaine, nous, militant·es féministes et anticarcéral·es, avons repris nos rues par l'écriture.

En cette journée du 8 mars, nous, qui devons faire face aux oppressions patriarcales, crions feu aux taules !

Nous affirmons que le féminisme se doit d'être anticarcéral et nous refusons de nous associer à un discours qui instrumentalise nos oppressions pour légitimer les institutions profondément répressives qui forment le système prison justice !

A bas les CRA ! 🔥Force au prisonnierEs en résistance ✊🖤https://abaslescra.noblogs.org/solidarite-avec-les-revolte-e-s-le...
05/02/2020
Solidarité avec les révolté.e.s : Le CRA de Vincenne en feu !

A bas les CRA ! 🔥
Force au prisonnierEs en résistance ✊🖤

https://abaslescra.noblogs.org/solidarite-avec-les-revolte-e-s-le-cra-de-vincenne-en-feu/?fbclid=IwAR2lNPHMfCdq2hUN9ypa_Qxe1WorQJBJS3a265jwW3_C8sbACu6_fEtiSCM

Solidarité avec les révolté.e.s : Le CRA de Vincenne en feu ! Depuis plusieurs jours les prisonniers du Bâtiment 2A du centre de rétention administrative de Vincennes avaients lancé une grève de la faim. Une répression violente de la part des flicss flics avaients suivis (article sur la grè...

24/12/2019
Genepi France

Force et courage ! ✊

"Ce qu'il y a de plus difficile à supporter en prison, c'est la totale impuissance dans laquelle on se trouve à soulager la peine des êtres chers."
Emma Goldman, Vivre ma vie

Pour les fêtes (ou non fêtes) de fin d'année, nos pensées vont aux personnes enfermées et à leurs proches. Solidarité ! Soutien !

Force particulièrement aux familles dont un.e membre est mort.e dans un lieu d'enfermement.

Solidarité aussi avec les grévistes qui tiennent le coup en ce moment ✊

L'équipe du Genepi France

Le problème ce n’est pas juste les conditions d’enfermement, mais bien l’enfermement lui-même. Force à toustes celleux q...
23/12/2019

Le problème ce n’est pas juste les conditions d’enfermement, mais bien l’enfermement lui-même. Force à toustes celleux qui sont enfermées ainsi qu’à leurs proches ✊🔥
Solidarité avec les prisonnierEs du monde entier !

Quand humanitaires et Etats s'entendent pour enfermer

Le 7 octobre dernier, vers 9h30, une nouvelle révolte a éclaté dans
la maison d’arrêt d’Abéché, ville située à l’Est du Tchad près de la
frontière avec le Soudan. Pendant plusieurs heures les prisonniers ont
eu le temps de saccager le poste de sécurité et la plupart des
bureaux. L’incendie d’une partie de la taule (dont le bureau du
directeur) aurait permis à certains de s’évader ! D’autres auraient
réussi à piquer les flingues des matons pour se défendre contre
l’armée, mobilisée pour mater la révolte. Suite à des échanges de
tirs, un général de l’armée aurait été grièvement blessé. Les soldats
n’ont repris le contrôle que tard dans la nuit, après avoir tué deux
prisonniers et blessé au moins 11 d’entre eux... Les jours suivants,
les autorités ont décidé de transférer près de 200 détenus, soit la
moitié, dans la prison de Mongo, à 400 km à l’Ouest d’Abéché. Mais
c’était sans compter la détermination des prisonniers à regagner leur
liberté : sur le chemin une vingtaine d’entre eux auraient réussi à
s’évader en sautant des camions qui les transportaient !
Fidèle à son rôle de porte-voix des dominants, la presse, nationale
comme internationale, s’est immédiatement chargée d’expliquer les
faits à sa sauce, en invoquant les mauvaises conditions
d’incarcération et même les lenteurs de la justice... «Cellules
surpeuplées», «repas peu variés», «nombre de lattrines insuffisant»,
«certains détenus enchainés», «des jugements tardifs», voilà les
uniques raisons de la rage des détenus selon RFI et consorts. Que les
prisonniers aient aussi pu être poussés par de furieuses envies de
liberté cela ne compte pas pour eux puisque ce n’est pas l’enfermement
qui leur pose problème mais le «mauvais» enfermement, celui qui n’est
pas démocratique...
C’est bien ce qui ressort d’un rapport d’Amnesty International sur
lequel les journalistes s’appuient vraisemblablement. En 2012, après
s’être déplacés dans plusieurs taules dont celle d’Abéché, les auteurs
du rapport donnent des conseils à l’État tchadien pour rendre ses
prisons plus «humaines», plus conformes à celles d’un État
démocratique. Un certain nombre de «recommandations» vont dans le sens
des besoins vitaux des prisonnièr.es (eau, nourriture, soins),
d’autres visent le renforcement des institutions judiciaires pour
pouvoir les enfermer en respectant leurs droits... quand d’autres
encore soulignent la nécessité de faire des prisons «plus sûres»,
autrement dit plus hermétiques, car les représentants de l’ONG disent
avoir «constaté que la protection des infrastructures était déficiente
et que les détenus pouvaient facilement s’échapper (...) la plupart
des prisons n’ont pas de mirador; les murs, trop bas, ne sont pas
solides».
Non seulement Amnesty recommande de bâtir des murs plus difficiles à
franchir mais son rapport sert aussi et surtout de caution humanitaire
au PRAJUST (PRojet d’Appui à la JUstice au Tchad) financé par l’Union
Européenne pour la construction de nouvelles prisons et la formation
de matons supplémentaires. Ce projet a commencé en 2010 et en 2015
l’UE a aligné 15 millions d’euros de plus pour renforcer le système
pénal, en fournissant du matériel informatique au ministère de la
justice, en formant des magistrats et des matons, puis en réhabilitant
et en équipant une dizaine de taules d’ici 2020. Parmi les collabos de
ce projet on trouve plusieurs cabinets de conseil spécialisés dans le
«développement des pays défavorisés», comme le groupe GOPA consulting
avec ses filiales INTEC et B&S Europe ainsi que les entreprises Altair
Asesores et Proatec, mais aussi l’organisation Avocats Sans
Frontières.
Au Tchad comme dans le reste du monde c’est donc tout un panel
d’acteurs, des États «démocratiques» aux organisations
droits-de-l’hommistes, qui s’activent pour que l’enfermement ne soit
plus perçu comme une torture imposée mais comme une décision légitimée
et banalisée par le droit. Selon eux, savoir «enfermer en respectant
les droits humains» est un aspect important du «développement». Pour
diffuser leur idéologie carcérale conforme à la démocratie, ils
inventent des concepts. Amnesty parle par exemple «d’emprisonnement
arbitraire» pour distinguer les personnes détenues «sans raison
valable», sous-entendant que toutes les autres auraient bien mérité de
finir au trou...
A Abéché comme à la Santé* tout emprisonnement est arbitraire, vive la révolte !

* Centre pénitentiaire de Paris où a été récemment envoyée une
personne qui manifestait contre la venue en France d’Idriss Déby,
actuel chef de l’État tchadien. Deux autres personnes interpellées
dans les mêmes circonstances ont été enfermées à Fleury-Mérogis et à
Villepinte. Il s’agissait pour les trois d’une détention préventive en
attendant leur procès pour violences sur flics le 17 décembre 2019.

Adresse

Maison Des Initiatives Etudiantes, 50 Rue Des Tournelles
Paris
75003

Informations générales

Le Genepi Île-de-France est basé à la Maison des Initiatives Étudiantes (50 rue des Tournelles - 75013), métro Bastille. Deux déléguées régionales coordonnent l'action associative régionale : - Judith Joubert ([email protected]) - Julia Poirier ([email protected])

Notifications

Soyez le premier à savoir et laissez-nous vous envoyer un courriel lorsque Genepi Île de France publie des nouvelles et des promotions. Votre adresse e-mail ne sera pas utilisée à d'autres fins, et vous pouvez vous désabonner à tout moment.

Contacter L'entreprise

Envoyer un message à Genepi Île de France:

Vidéos

Organisations à But Non Lucratifss á proximité


Autres Organisation à but non lucratif à Paris

Voir Toutes

Commentaires

📣📣 BESOIN DE SOUTIEN URGENT PLACE DU PANTHEON !
Demain à partir de 18heures, Lecture de lettres de détenus, suivie d'un atelier d'écriture de lettres à des personnes en ce moment incarcérées, certaines depuis plus de 7 ans à l'isolement. RDV au parloir, adresse disponible à l'email : [email protected] Boisson et repas à prix libre, bénéfices reversés à des collectifs anti-carcéraux. https://www.facebook.com/events/427342548005927/
[ #SERVICECIVIQUE #REFUGIES #FLE #IMPACTSOCIAL - Paris 16e] 👉👉👉Poursuivant la démarche initiée sur le site Les Grands Voisins, l'Association Aurore lance un nouveau projet de mixité dans le 16e arrondissement. Elle recherche un service civique pour contribuer à son ouverture et cordonner un programme d'enseignement du FLE/alphabétisation à des demandeurs d'asile ! Pour plus de détails 👇👇👇 En s'appuyant sur l'expérience des Grands Voisins, l'association Aurore ouvre au cœur du 16eme arrondissement de Paris un nouveau projet au sein de la Caserne Exelmans. Elle y développera pendant 2 ans et sur ce site atypique un lieu de vie favorisant le vivre-ensemble, la solidarité et l’insertion d’un public de Demandeurs d’Asile, Réfugiés et Familles sans domicile en expérimentant la mixité des publics et des activités (culturelles, économiques, écologiques, sportives et hébergement). Au sein de la Caserne, il est prévu l’installation de 3 centres d’hébergement. Outre un CPH (Centre Provisoire d’Hébergement) de 100 places pour les Réfugiés Statutaires, il est prévu l’installation d’un HUDA de 150 places pour les Primo Arrivants demandeurs d’Asile ainsi qu’un CHU familles de 50 places soit un total de 300 personnes hébergées au sein de la Caserne d’Exelmans. Au sein de la structure, des espaces seront réservés pour répondre aux besoins du 16eme arrondissement (Ateliers DIY, Conciergerie, Ressourcerie, Restauration, Programmation, Ferme Urbaine…) mais aussi pour mettre en place des activités pour les Demandeurs d’Asile et les Réfugiés statutaires (ouverture des droits, activités informatique, français …) Cette mission vise à appuyer le lancement du projet de mixité avec les objectifs suivants : - Support au lancement des Cours de Français pour les demandeurs d’Asile soit support aux profs de FLE bénévoles - Organisation de cours de conversation où binômes avec mobilisation de bénévoles / cours de théâtre et autre activités facilitant l’apprentissage de la langue française et visant à créer du lien avec le quartier - Organisation de sorties culturelles à Paris soit favoriser l’accès à la culture des personnes hébergées : les mobiliser pour l’émergence et l’élaboration de projets culturels, organiser des temps de découverte culturelle en lien avec les acteurs du territoire + Support aux autres Services Civiques en charge de : - Animation d’une épicerie solidaire en monnaie locale : assurer la gestion de la boutique et des biens à échanger: accueil, diversification des produits, stocks, faire vivre la monnaie locale sur le site,… - Appui aux activités d’agriculture urbaine avec les résidents : lancement du potager, végétalisation des espaces, installation des ruches,…. - Animation d’un espace informatique permettant l’insertion professionnelle et l’apprentissage de l’équipe - Animation d’un espace collectif (point presse/ thé + café / bibliothèque…) Pour plus de détails et pour nous faire part de votre candidature, retrouvez notre annonce en ligne ici : https://www.service-civique.gouv.fr/missions/svdp-gv-paris-favoriser-lintegration-du-public-migrant-par-le-sport-la-culture-lapprentissage-du-francais-et-ou-le-soutien-aux-demarches-administratives A très vite ☀️
"Et ce n'est point, certes, le système pénitentiaire qui prévient les récidives ; les prisons en sont, au contraire, la cause principale." Cesare Lombroso dans l'Homme Criminel, 1887. 130 ans et rien n'a changé ... Combien de temps faut-il à l'homme pour se rendre compte qu'il a fait une connerie ?