IREF Pour la liberté économique et la concurrence fiscale L’IREF est un « think tank » européen fondé en 2002 par des membres de la société civile issus de milieux académiques et professionnels dans le but de développer la recherche indépendante sur des sujets économiques et fiscaux.
(9)

L’institut est indépendant de tout parti ou organisation politique. Il refuse le financement public.

L’institut est indépendant de tout parti ou organisation politique. Il refuse le financement public.

Il n’y a plus aucun doute. La liberté de choisir son école et l’autonomie réelle des écoles favorisent la concurrence la...
23/10/2020
Les « charter schools » profitent aux minorités et aux enfants défavorisés

Il n’y a plus aucun doute. La liberté de choisir son école et l’autonomie réelle des écoles favorisent la concurrence la qualité de l’enseignement. Les minorités le savent très bien et c’est pour cela qu’elles préfèrent choisir l’école pour leurs enfants. L’élargissement de cette liberté est bien dans le programme des Républicains et du président Trump.

Ce sont des écoles qui bénéficient d’une totale autonomie dans l’enseignement, dans les programmes et d’une gestion privée même si elles peuvent recevoir de l’argent public. Les « charter schools » sont créées surtout à l’initiative des enseignants et des (...)

Après tout, avec une politique monétaire des plus accommodantes et une réglementation bancaire qui ne devrait pas être b...
23/10/2020
Les élections américaines vont-elles entraîner des changements dans la réglementation bancaire ?

Après tout, avec une politique monétaire des plus accommodantes et une réglementation bancaire qui ne devrait pas être beaucoup plus stricte, les banques américaines pourraient se rapprocher des Démocrates car leur vision du monde est plus mondialiste, et parce qu’au niveau national, elles souhaitent une société unifiée. Cependant, si M. Biden gagne et que les critiques concernant la taille excessive des banques américaines refont surface, les figures Démocrates ayant par le passé dénigré les banques, tels que Bernie Sanders et Elizabeth Warren, seront plus proches des leviers du pouvoir, ce qui peut être une source d’inquiétude.

Peu importe le candidat qui remportera les prochaines élections américaines, les grandes banques américaines s’attendent à des concessions supplémentaires dans les deux domaines clés de la politique monétaire et de la réglementation bancaire. La (...)

En court-circuitant les banques privées, la BCE pourrait renforcer son contrôle sur la création monétaire et sur les tau...
22/10/2020
Euro digital : la BCE à l’offensive ?

En court-circuitant les banques privées, la BCE pourrait renforcer son contrôle sur la création monétaire et sur les taux d’intérêt de l’argent. Le risque dans ce cas est que son pouvoir devienne excessif et porte préjudice aux épargnants. Par exemple si elle décidait, en cas de crise, d’imposer unilatéralement des taux négatifs sur cet argent, ce qui rendrait l’épargne impossible. On comprend que la BCE voie en l’Euro digital un formidable instrument de puissance, c’est peut-être pourquoi elle s’y intéresse tant. Et pourquoi c’est un sujet sur lequel nous aussi, nous devons rester très attentifs.

Le 2 octobre dernier, la Banque centrale européenne (BCE) a publié un rapport évaluant la possibilité qu’une monnaie digitale soit créée, les formes qu’elle pourrait prendre, ses enjeux et les problèmes potentiels que cela pourrait poser. En parallèle, (...)

Au mois de juin dernier, nous vous avons fait découvrir la France qui ne veut pas travailler, en évoquant la difficulté ...
22/10/2020
Corse : des Marocains à la rescousse des producteurs de clémentines

Au mois de juin dernier, nous vous avons fait découvrir la France qui ne veut pas travailler, en évoquant la difficulté du secteur agricole, et particulièrement des viticulteurs, à trouver des saisonniers.
Cette difficulté est la même pour les arboriculteurs en Corse. Les producteurs de clémentines doivent faire appel en ce mois d’octobre à une main d’œuvre étrangère pour la récolte, et cela même en pleine phase du retour des mesures sanitaires restrictives. Le cordon sanitaire pour faire venir en France 960 ouvriers marocains est financé à hauteur de 500 000 euros par la filière, ce qui représente un coût massif pour les producteurs, en plus des salaires et du logement fourni à chaque saisonnier. Sans compter l’obligation de la semaine d’isolement à l’arrivée des travailleurs étrangers.

Pendant que le président décrète le couvre-feu et que certains demandent le confinement par peur du virus, la filière AOP clémentines de Corse fait venir plus de 900 ouvriers marocains pour récolter des fruits. Le taux de chômage est de 7,6 % dans (...)

Oui, le "Big Guy" c'est bien Joe Biden ! Qu'il gagne ou non les élections, il faudra qu'il s'explique sur ce "business" ...
21/10/2020
Opinion | The Bidens and China Business

Oui, le "Big Guy" c'est bien Joe Biden ! Qu'il gagne ou non les élections, il faudra qu'il s'explique sur ce "business" avec une société chinoise et sur les millions de dollars en jeu ! Le Wall Street Journal fait le boulot que devraient faire tous les vrais journalistes...

The story won’t go away without explanation, even if the Veep wins.

La réalité est que le niveau de vie des retraités baisse. Selon l’enquête de la Drees menée en 2020 sur les retraités et...
21/10/2020
Alerte à la baisse des retraites

La réalité est que le niveau de vie des retraités baisse. Selon l’enquête de la Drees menée en 2020 sur les retraités et les retraites, la pension moyenne de droit direct tous régimes confondus des retraités résidant en France a baissé en 2018 de 1,1 % en euros constants par rapport à l’année précédente, du fait notamment d’une faible revalorisation des pensions, inférieure à l’inflation. La pension nette moyenne a diminué, quant à elle, de 2,6 % en euros constants en raison notamment de la hausse de la CSG. Comme les prix ont globalement augmenté de 1,6 % entre décembre 2017 et décembre 2018, le pouvoir d’achat des pensions brutes déjà liquidées a diminué en 2018. En outre, l’augmentation du taux de la CSG de 1,7 point (de 6,6 % à 8,3 %) a pesé sur le pouvoir d’achat des retraités concernés. Finalement, la pension nette moyenne a diminué de 3,0 % en euros constants, en 2018. La baisse s’est poursuivie depuis.
La solution de courte terme n’est donc que dans le relèvement de l’âge de la retraite, pas dans l’abaissement des retraites et le courage du gouvernement serait de passer outre les cris d’orfraie des syndicats à cet égard. A long terme, et plutôt que l’impossible et inutile réforme envisagée, il faudrait passer progressivement à la capitalisation (cf. mon article).

Les adversaires des systèmes de retraite par capitalisation ont pour argument principal que la capitalisation est dangereuse car en cas de crise la valeur des actifs peut baisser de manière drastique. Et ils soutiennent, - ou ils soutenaient ! – (...)

Ce qui est certain, c’est qu’une censure médiatique cherche à étouffer l’affaire, Tout comme les réseaux sociaux : Twitt...
21/10/2020
Les (très) suspectes et lucratives affaires de la famille Biden

Ce qui est certain, c’est qu’une censure médiatique cherche à étouffer l’affaire, Tout comme les réseaux sociaux : Twitter et Facebook ont empêché la diffusion de l’article du NYP en invoquant le manque de crédibilité (fake news). Quelle louable prudence ! On s’étonne un peu qu’elle ne s’exerce pas à l’encontre des tombereaux d’insultes et autres fake news accablant Trump et on regrette infiniment qu’elle n’ait pas été plus efficace concernant les horreurs qui ont circulé sur le juge Kavanaugh.
Leur attitude - et celle des médias classiques - est inadmissible, d’autant plus que les Biden n’ont pas contesté l’authenticité des mails. Difficile de le faire, en plus des mails, on a trouvé des factures signées par le fils Biden et de nombreuses photos et videos « personnelles ».

La grande majorité des médias a fait semblant de ne rien voir et ne rien entendre. Certains réseaux sociaux ont même empêché la diffusion de l’information. De quoi s’agit-il ? Il y a quelques jours, le New York Post a publié des dizaines de mails du (...)

On pensait que la terrible crise provoquée par la pandémie au mois de mars avait enfin appris à nos politiques l’humilit...
20/10/2020
Covid, couvre-feu, hôpital, étatisme : ils n’ont toujours rien compris !

On pensait que la terrible crise provoquée par la pandémie au mois de mars avait enfin appris à nos politiques l’humilité et la lucidité. Que, face à l’impréparation et à la désorganisation d’un Etat obèse et impuissant, ils avaient compris que les solutions se trouvaient ailleurs, dans le secteur privé et concurrentiel qui, lui, avait continué à fonctionner normalement. Malgré le confinement, c’est grâce aux entreprises privées du secteur alimentaire et des communications que la vie s’est maintenue vaille que vaille et qu’on a pu même travailler à distance. L’Etat a failli au printemps, c’est un constat qui paraissait plutôt partagé par de nombreux analystes et plusieurs politiques.
Nous déresponsabiliser, les politiques savent faire. Comprendre que cela nous exaspère à juste titre, c’est au-delà de leurs capacités cognitives, Ils ne sont pas formatés pour comprendre qu’ils n’ont rien compris, et cela risque de nous coûter très cher.

On pensait que la terrible crise provoquée par la pandémie au mois de mars avait enfin appris à nos politiques l’humiliation et la lucidité. Que, face à l’impréparation et à la désorganisation d’un Etat obèse et impuissant, ils avaient compris que les (...)

Il apparaît nécessaire que la France revoie sa stratégie en matière d’attractivité mais aussi d’immigration. Les grandes...
20/10/2020
Ce que révèlent les données sur l’immigration

Il apparaît nécessaire que la France revoie sa stratégie en matière d’attractivité mais aussi d’immigration. Les grandes envolées médiatiques et moralistes des dirigeants ne prennent pas en compte les situations réelles. Il convient de laisser plus de libertés aux entrepreneurs français afin de créer un climat d’affaires attractif pour les travailleurs, et de favoriser une immigration de talents qui pourront aider au développement économique de notre pays.

Le gouvernement français se targue d’être ouvert sur les questions d’immigration et d’avoir tenu un discours humanitaire sur la crise migratoire vis-à-vis des réfugiés. Mais quelle est la réalité ? Les migrants viennent-ils en France ? Le pays est-il (...)

Commençons peut-être aujourd’hui par demander à chaque Imam, chaque prêcheur de condamner sans réserve le crime de décap...
19/10/2020
Comment vivre ensemble au temps de la barbarie

Commençons peut-être aujourd’hui par demander à chaque Imam, chaque prêcheur de condamner sans réserve le crime de décapitation commis et plus généralement toute violence physique exercée pour désaccord avec la foi de quiconque. Ce sera un premier moyen d’asseoir une vision commune a minima dans l’ordre de nos relations humaines. En même temps, réduisons nos dépenses sociales et que l’Etat exerce pleinement ses missions régaliennes qui sont d’assurer à tous la paix et la tranquillité pour le meilleur exercice de nos libertés. Ce sera le meilleur moyen d’honorer les victimes des extrémismes et de la vacuité de l’Etat.

Un pays ne peut pas demeurer longtemps pacifique quand l’insécurité règne, quand sa police subit des attaques incessantes et meurtrières, quand des réseaux religieux sont capables de mettre en marche le processus qui conduit à l’effroyable assassinat (...)

La juge Barrett reprend donc l’argumentaire de son mentor  qui préserve la nature du pouvoir judiciaire en s’en tenant a...
19/10/2020
Les Démocrates veulent la politisation de la Cour suprême

La juge Barrett reprend donc l’argumentaire de son mentor qui préserve la nature du pouvoir judiciaire en s’en tenant au rôle originel du juge décrit par la constitution et s’oppose à son utilisation comme un troisième organe politique aux côtés des pouvoirs législatif et exécutif.

Du 12 au 15 octobre a eu lieu l’audition de la juge Amy Coney Barrett par le sénat américain afin de confirmer ou non sa nomination par Donald Trump à la Cour Suprême, la plus haute instance juridique du pays. Son audition, et plus particulièrement (...)

Les dépenses publiques augmentent de manière vertigineuse : 54 % du PIB en 2019, 62,8 % en 2020 et encore 58,5 % en 2021...
16/10/2020
Résister aux sirènes de l’argent public L’IREF dans Les Echos

Les dépenses publiques augmentent de manière vertigineuse : 54 % du PIB en 2019, 62,8 % en 2020 et encore 58,5 % en 2021. Mais il y a en sus nombre de dépenses clandestines. Les certificats d’économie d’énergie - CEE -, dont le ministère de la Transition écologique a annoncé l’augmentation sensible du volume en 2021, en sont le meilleur exemple. Le subterfuge consiste à obliger des acteurs privés gros émetteurs de carbone (fournisseurs d’énergie, grande distribution… appelés les « obligés ») à financer les travaux des ménages pour la rénovation de leur logement via ces CEE. Le seul coût pour l’Etat est celui de la gestion du dispositif. La contrainte réglementaire fait ainsi peser sur les « obligés » l’essentiel du financement, hors budget !

Les dépenses publiques augmentent de manière vertigineuse : 54 % du PIB en 2019, 62,8 % en 2020 et encore 58,5 % en 2021. Mais il y a en sus nombre de dépenses clandestines. Les certificats d’économie d’énergie - CEE -, dont le ministère de la (...)

La Pologne et la Hongrie ont été pointées du doigt pour avoir enfreint les normes de l’UE. S’il est souhaitable que les ...
16/10/2020
L’autosatisfaction affaiblit la réussite européenne

La Pologne et la Hongrie ont été pointées du doigt pour avoir enfreint les normes de l’UE.

S’il est souhaitable que les faiblesses de l’indépendance judiciaire soient éliminées au sein de chaque État – dans le respect de sa propre autorité souveraine - pointer du doigt principalement ces deux pays d’Europe centrale est injuste. D’autres États membres ont également des points faibles. Malheureusement, la corruption existe à différents niveaux au sein de l’UE.

https://fr.irefeurope.org/5881

La semaine dernière, la Commission européenne a publié un rapport sur l’état de droit dans les 27 États membres de l’Union. Les auteurs ont analysé le système judiciaire, la réglementation anti-corruption et le niveau de liberté des médias dans chaque (...)

15/10/2020

Membres du Conseil constitutionnel : rendez l’argent !
Aidez-nous à continuer le combat pour la suppression de leurs privilèges litigieux et les obliger à rembourser !

Chers amis de l’IREF, chers contribuables,

“Si l’IREF obtient gain de cause, le scandale sera énorme et les conséquences sur les sages de la rue Montpensier dévastatrices. Ils perdraient une bonne part de leur crédit moral tandis que certains d’entre eux seraient dans une situation financière catastrophique. Si l’IREF a raison (…) restera un grave opprobre moral : tous les gouvernements entre 1960 et 2020 auraient violé la Constitution et les membres du Conseil constitutionnel auraient été leurs complices !”

Ces lignes sont extraites d’un article publié il y a quelques jours sur le site Boulevard Voltaire. D’autres – Capital, Valeurs Actuelles… - ont aussi relayé notre action en justice devant le Conseil d’Etat pour supprimer les privilèges des membres du Conseil constitutionnel et les obliger à rembourser les indemnités illégalement perçues.

C’est notre enquête qui a tout déclenché. Nous avons découvert que, depuis des décennies, il a été octroyé aux membres du Conseil constitutionnel des rémunérations et avantages indus pour environ 26 millions en euros courants.
Ces sommes ont été décidées et versées EN CATIMINI, en parfait mépris des formes et procédures constitutionnelles prévues au titre de la rémunération des membres du Conseil constitutionnel.

Le scandale est effectivement énorme : entre 1960 et 2020, les gouvernements successifs et les membres du Conseil constitutionnel ont violé la Constitution.
Nous avons l’habitude, en France, de ces pratiques souterraines de privilégiés sans scrupules, qui se servent de l’Etat au lieu de le servir. Mais nous parlons là de ceux qui sont au sommet, de ceux qui appartiennent à une élite censée garantir l’intégrité morale de l’appareil d’Etat. En l’occurrence, il s’agit de la Constitution, référence suprême.

L’IREF demande donc la suppression de tous les avantages et indemnités litigieux perçus par les membres du Conseil constitutionnel ainsi que leur remboursement. Il s’agit de l’argent des contribuables. De votre argent.

Mais il s’agit bien plus encore d’une question de morale et de justice. Si ces faits n’étaient pas sérieusement sanctionnés, nous pourrions tous douter de l’intégrité de ceux qui nous gouvernent et de ceux qui sont chargés de les contrôler.

Le combat sera, selon toute vraisemblance, long et coûteux. Votre soutien sera le bienvenu, sur tous les plans. Vous le savez, l’IREF ne reçoit aucune subvention publique, notre institut vit grâce à vous.

Certains d’entre vous nous accompagnent depuis longtemps et savent à quel point il est important que nous puissions continuer à enquêter, collecter et comparer des données, approfondir en toute indépendance ce que d’autres refusent parfois de voir. Et en cette circonstance particulièrement grave, nous avons particulièrement besoin de vous.

Par avance, merci de nous permettre de continuer ce combat avec tous les moyens nécessaires pour le mener à bien. Merci à vous.

Jean-Philippe Delsol
Président

Nicolas Lecaussin
Directeur

>
Faire un don
1. Le don en argent par une personne physique donne droit à une réduction d’impôt sur le revenu égale à 66% du montant des sommes versées, dans la limite de 20% du revenu imposable.

Les versements opérés par une entreprise (assujettie ou non à l’impôt sur les sociétés) donnent droit à une réduction d’impôt égale à 60 % de leur montant dans la limite de 5 p. 1000 du chiffre d’affaires hors taxes.

Désormais, eu égard à l’activité de notre think tank en matière de recherche, nous vous proposons également, si vous le souhaitez, de déduire votre don de votre prochain IFI à concurrence de 75% de son montant. Demandez-nous le reçu correspondant.

Plus que jamais il semble donc utile de décrypter correctement les événements présents, à la lumière de la science écono...
15/10/2020
Journal des Libertés - Automne 2020

Plus que jamais il semble donc utile de décrypter correctement les événements présents, à la lumière de la science économique, de l’histoire, des faits, de la philosophie politique ; en bref à la lumière de la raison. Ne pas le faire serait s’exposer à tomber dans le piège de rhétoriques vides (mais pas pour autant naïves) qui ne feront qu’aggraver la situation..

Chers amis lecteurs du Journal des libertés, Il y a de cela à peine 6 mois, alors que nous étions confinés (de gré ou de force) pour la première fois, nous étions nombreux à penser que ce n’était là qu’un événement exceptionnel et passager que nous (...)

Adresse

35 Avenue Mac Mahon
Paris
75017

Notifications

Soyez le premier à savoir et laissez-nous vous envoyer un courriel lorsque IREF publie des nouvelles et des promotions. Votre adresse e-mail ne sera pas utilisée à d'autres fins, et vous pouvez vous désabonner à tout moment.

Vidéos

Organisations à But Non Lucratifss á proximité


Autres Organisation à but non lucratif à Paris

Voir Toutes

Commentaires

« La Descente aux enfers de la finance » (Georges Ugeux) : Apocalypse finance ! Dans "La Descente aux enfers de la finance", Georges Ugeux​ remonte aux tenants et aboutissants de la crise de 2008 pour noter que pas grand-chose n’a changé dans l’univers de la finance. « La #finance, écrit Georges Ugeux, est un terrain de jeux où les milliards sont parfois légitimes, parfois frauduleux, souvent dénués de toute colonne vertébrale sociale. » Lisez et partagez la recension du livre de Georges Ugeux via le lien ci-dessous et abonnez-vous gratuitement à la newsletter via le site Palingénésie.​ http://palingenesie.com/la-descente-aux-enfers-de-la-finance-georges-ugeux/
Utile mais de parti pris
"Chroniques d'une décomposition française" Le livre qui dénonce les incohérences de la France.
Réforme de l’État: la Suède est-elle le bon modèle?
oui certes vous envoyez un mail et on veut vous connaitre avant de faire des dons tout le monde a des idees nous les propose et au lieu de proposer une adhesion ou des echanges c est le don ;macron pique du fric d accord on en a marre mais des dons aussi faut deja savoir ou on met les pieds sans ambiguite aucune nous donner le dogme l organigrame les adherents le but dogme oui c est plus religieux et ben moi je suis d accord sur pas mal de choses en lisant vos pretentions a reformer mais je defendrai un parti qui est francais et chretien pas parce que je suis anti etranger mais quand je vois que noel les creches les croix nos coutumes disparaissent alors que toute notre vie on a vecu avec voyez c est un tout je suis gauliste mais vraiment jusqu a ses paroles qu il a dites concernant nos rapports avec les autres
Keynes: "Practical men who believe to be quite exempt from any intellectual influence are usually the slaves of some defunct economist." Emmanuel Lechypre Steve Ohana Économie Nicolas Bouzou Marc Touati