Les Sœurs de la Perpétuelle Indulgence - Couvent de Paris

Les Sœurs de la Perpétuelle Indulgence - Couvent de Paris Ces nonnes font vœux de promulguer la joie multiverselle, d'expier la culpabilité stigmatisante et d'informer et prévenir face au VIH et autres IST.
(13)

L'ordre des Sœurs de la Perpétuelle Indulgence est né à San Francisco le samedi de Pâques 1979 d'un groupe de militants homosexuels. Depuis, partout dans le monde, des Couvents se sont ouverts: aux États-Unis, en Australie, en Amérique du Sud et en Europe, à Londres, à Paris, ...

Partout, les Sœurs font vœu d'aider leur communauté et la société entière, de lutter contre les exclusions, de prôner la tolérance, la non-violence et la paix, de lutter contre le sida en apportant leur aide charitable. Elles répandent à tout moment des messages de prévention par la promotion du sexe sans risque. Les Sœurs de la Perpétuelle Indulgence se veulent visibles, outrageantes et même provocantes car elles pensent qu'il est parfois nécessaire de choquer pour faire réfléchir et changer les habitudes. Mais elles le font toujours dans la joie et dans un esprit de fête ! Pour réaliser ces vœux, les Sœurs de la Perpétuelle Indulgence ont recours au happening, à l'animation théâtrale et costumée dans la rue, les lieux publics et privés. Elles redistribuent à d'autres associations (aide aux malades du sida, prévention-éducation, ...) les oboles qu'elles recueillent. Elles proposent enfin d'apporter leur soutien à d'autres associations pour leurs manifestations ou leurs campagnes de récolte de dons. Depuis 20 ans, les folles radicales que sont les Sœurs, accueillent lors de séjours de ressourcement et de jouvences des personnes âgées de quelques mois à 77 ans, touchées directement ou indirectement par le VIH.

Fonctionnement normal

Dernier Appel à COVIDange ! Nous lançons l’Appel aux associations qui auraient besoin d’un coup de main, pour réaliser l...
11/05/2021

Dernier Appel à COVIDange ! Nous lançons l’Appel aux associations qui auraient besoin d’un coup de main, pour réaliser leur projet, en lien avec l’Esprit et les Vœux des Sœurs. Si vous en êtes, rendez-vous sur notre site Internet à cette adresse : https://www.lessoeurs.org/bourses avant le 22 mai prochain, fête de notre chère Sainte Rita, patronne des causes désespérées et donc, des hétéros !
Photo Franck Weens Photographer

Dernier Appel à COVIDange ! Nous lançons l’Appel aux associations qui auraient besoin d’un coup de main, pour réaliser leur projet, en lien avec l’Esprit et les Vœux des Sœurs. Si vous en êtes, rendez-vous sur notre site Internet à cette adresse : https://www.lessoeurs.org/bourses avant le 22 mai prochain, fête de notre chère Sainte Rita, patronne des causes désespérées et donc, des hétéros !
Photo Franck Weens Photographer

Plus qu’un mois pour répondre à notre appel à bourses! Date limite de réception des dossiers : samedi 22 mai Plus d'info...
26/04/2021

Plus qu’un mois pour répondre à notre appel à bourses!
Date limite de réception des dossiers : samedi 22 mai
Plus d'info > https://www.lessoeurs.org/le-missel/actualite/appel-a-covidange-2021?fbclid=IwAR2rntlnCXCNahyYshRumrJ0R_I_lz8UnmNtzjhyEW-44aO-qtGCdmlCpkc

Plus qu’un mois pour répondre à notre appel à bourses!
Date limite de réception des dossiers : samedi 22 mai
Plus d'info > https://www.lessoeurs.org/le-missel/actualite/appel-a-covidange-2021?fbclid=IwAR2rntlnCXCNahyYshRumrJ0R_I_lz8UnmNtzjhyEW-44aO-qtGCdmlCpkc

Mis amores, il y a des mots qui ont des connotations négatives alors même qu'il n'y a aucune raison. Vous avez bien votr...
26/04/2021

Mis amores, il y a des mots qui ont des connotations négatives alors même qu'il n'y a aucune raison. Vous avez bien votre plaid, votre doudou tout doux ou bien votre sextoy préféré ? Parfait !

Aujourd'hui, nous allons parler d'un de ces mots : lesbienne. Saphique, tribade, visiteuse, goudou, homosexuelle, liane, invertie, gouine, vrille, bottine, brouteuse de gazon (liste non exhaustive), bref une personne qui s'identifie femme qui aime les personnes qui s'identifient femme. Au passage, et parce qu'on ne le dira jamais assez : une femme trans est une femme !

Le mot "lesbienne" est encore compliqué à dire ou à entendre pour beaucoup, réussir à s'approprier ce mot, c'est le début de la visibilité. Si un mot n'est pas prononcé alors la personne désignée n'existe pas.

Alors, avant de continuer, mis amores, j'aimerais que nous fassions un truc ensemble : répétons à haute voix ce joli mot et expions ensemble la honte que ce simple terme peut encore engendrer.

Lesbienne, lesbienne, lesbienne, lesbienne, lesbienne, lesbienne, lesbienne, lesbienne, lesbienne, lesbienne, lesbienne, lesbienne, lesbienne, lesbienne ! LESBIENNE !

Ça fait du bien, hein ? Je ne sais pas pour vous, mais perso, je pourrais dire ce mot en continu, je pourrais même le chanter ! Enfin non, peut-être pas le chanter, la dernière fois que j'ai voulu pousser la chansonnette, la mère sup' m'a enfermée à la cave pour la préservation auditive de tout le Couvent, mais vous aurez saisi l'idée.

Si la visibilité des lesbiennes se limitait à la réappropriation du mot, ça serait chouette, hélas on en est encore loin.

Déjà, il y a tous ces clichés qui leur collent à la peau :

- Dans un couple de femmes, il y en a toujours une qui fait l'homme ⇒ encore des gens qui n'ont pas bien compris le principe de femme + femme
- Une lesbienne, ça se reconnait dès qu'on la voit ⇒ combien de lesbiennes ont déjà entendu des "oh ? T'es lesbienne ? Ça ne se voit vraiment pas" ou bien encore "t'es bien trop jolie pour être lesbienne !" Et le pire, c'est que ça veut passer pour des compliments ! Genre !
- Les lesbiennes ne veulent pas être visibles, elles préfèrent rester dans leur coin avec leur chat ⇒ on y pense aux lesbiennes allergiques aux chats, hein ? Et non, elles ne veulent pas être invisibles, elles n'étaient tout simplement pas écoutées. Duh !
- Les lesbiennes n'ont pas vraiment de sexualité ⇒ La bite n'est pas une obligation pour s'envoyer en l'air, promis !
- On en parle des violences médicales et gynécologiques en particulier ⇒ Non, il ne vaut mieux pas...

Je ne vais pas continuer cette liste, mis amores, alors même qu'il y a pléthore d'autres exemples, je vais plutôt repartir sur un truc qui fait du bien. Il n'y a rien de plus important que se faire du bien, d'être bien. Vous êtes avec moi ? C'est reparti :

Lesbienne, lesbienne, lesbienne, lesbienne, lesbienne, lesbienne, lesbienne, lesbienne, lesbienne, lesbienne, lesbienne, lesbienne, lesbienne, lesbienne ! LESBIENNE !

Mieux !

La visibilité des lesbiennes, ça passe aussi par une meilleure représentativité dans l'espace public, aux hautes responsabilités. Combien de lesbiennes ont été consultées pour les discussions sur la PMA (que l'on pourrait aussi appeler l'arlésienne) ? Ce sont aussi ces lesbiennes qui retournent tous les jours dans le placard au travail car elles ne se sentent pas en droit / n'osent pas affirmer leur saphisme.

Mis amores, vous voulez bien faire autre chose pour moi ? Si un jour, parmi vos connaissances, vos proches, il y a une femme, qu'importe son âge, qui s'interroge sur son orientation sexuelle ou qui a honte de ce qu'elle est, pourriez-vous la serrer très fort dans vos bras ? C'est une belle personne, avec qui elle couche, ou a envie de coucher, ne la définit pas et elle n'a aucune raison d'en avoir honte. Cette honte doit changer de camp !

Et parce que je ne peux vous quitter sans recommencer cette non-chanson, c'est reparti :

Lesbienne, lesbienne, lesbienne, lesbienne, lesbienne, lesbienne, lesbienne, lesbienne, lesbienne, lesbienne, lesbienne, lesbienne, lesbienne, lesbienne ! LESBIENNE !

Prenez soin de vous, mis amores et que Sainte Sappho, patronne des femmes qui aiment les femmes, vous envoie tout plein de bises pailletées.

Novice Maria Artémis de Goudouges

Mis amores, il y a des mots qui ont des connotations négatives alors même qu'il n'y a aucune raison. Vous avez bien votre plaid, votre doudou tout doux ou bien votre sextoy préféré ? Parfait !

Aujourd'hui, nous allons parler d'un de ces mots : lesbienne. Saphique, tribade, visiteuse, goudou, homosexuelle, liane, invertie, gouine, vrille, bottine, brouteuse de gazon (liste non exhaustive), bref une personne qui s'identifie femme qui aime les personnes qui s'identifient femme. Au passage, et parce qu'on ne le dira jamais assez : une femme trans est une femme !

Le mot "lesbienne" est encore compliqué à dire ou à entendre pour beaucoup, réussir à s'approprier ce mot, c'est le début de la visibilité. Si un mot n'est pas prononcé alors la personne désignée n'existe pas.

Alors, avant de continuer, mis amores, j'aimerais que nous fassions un truc ensemble : répétons à haute voix ce joli mot et expions ensemble la honte que ce simple terme peut encore engendrer.

Lesbienne, lesbienne, lesbienne, lesbienne, lesbienne, lesbienne, lesbienne, lesbienne, lesbienne, lesbienne, lesbienne, lesbienne, lesbienne, lesbienne ! LESBIENNE !

Ça fait du bien, hein ? Je ne sais pas pour vous, mais perso, je pourrais dire ce mot en continu, je pourrais même le chanter ! Enfin non, peut-être pas le chanter, la dernière fois que j'ai voulu pousser la chansonnette, la mère sup' m'a enfermée à la cave pour la préservation auditive de tout le Couvent, mais vous aurez saisi l'idée.

Si la visibilité des lesbiennes se limitait à la réappropriation du mot, ça serait chouette, hélas on en est encore loin.

Déjà, il y a tous ces clichés qui leur collent à la peau :

- Dans un couple de femmes, il y en a toujours une qui fait l'homme ⇒ encore des gens qui n'ont pas bien compris le principe de femme + femme
- Une lesbienne, ça se reconnait dès qu'on la voit ⇒ combien de lesbiennes ont déjà entendu des "oh ? T'es lesbienne ? Ça ne se voit vraiment pas" ou bien encore "t'es bien trop jolie pour être lesbienne !" Et le pire, c'est que ça veut passer pour des compliments ! Genre !
- Les lesbiennes ne veulent pas être visibles, elles préfèrent rester dans leur coin avec leur chat ⇒ on y pense aux lesbiennes allergiques aux chats, hein ? Et non, elles ne veulent pas être invisibles, elles n'étaient tout simplement pas écoutées. Duh !
- Les lesbiennes n'ont pas vraiment de sexualité ⇒ La bite n'est pas une obligation pour s'envoyer en l'air, promis !
- On en parle des violences médicales et gynécologiques en particulier ⇒ Non, il ne vaut mieux pas...

Je ne vais pas continuer cette liste, mis amores, alors même qu'il y a pléthore d'autres exemples, je vais plutôt repartir sur un truc qui fait du bien. Il n'y a rien de plus important que se faire du bien, d'être bien. Vous êtes avec moi ? C'est reparti :

Lesbienne, lesbienne, lesbienne, lesbienne, lesbienne, lesbienne, lesbienne, lesbienne, lesbienne, lesbienne, lesbienne, lesbienne, lesbienne, lesbienne ! LESBIENNE !

Mieux !

La visibilité des lesbiennes, ça passe aussi par une meilleure représentativité dans l'espace public, aux hautes responsabilités. Combien de lesbiennes ont été consultées pour les discussions sur la PMA (que l'on pourrait aussi appeler l'arlésienne) ? Ce sont aussi ces lesbiennes qui retournent tous les jours dans le placard au travail car elles ne se sentent pas en droit / n'osent pas affirmer leur saphisme.

Mis amores, vous voulez bien faire autre chose pour moi ? Si un jour, parmi vos connaissances, vos proches, il y a une femme, qu'importe son âge, qui s'interroge sur son orientation sexuelle ou qui a honte de ce qu'elle est, pourriez-vous la serrer très fort dans vos bras ? C'est une belle personne, avec qui elle couche, ou a envie de coucher, ne la définit pas et elle n'a aucune raison d'en avoir honte. Cette honte doit changer de camp !

Et parce que je ne peux vous quitter sans recommencer cette non-chanson, c'est reparti :

Lesbienne, lesbienne, lesbienne, lesbienne, lesbienne, lesbienne, lesbienne, lesbienne, lesbienne, lesbienne, lesbienne, lesbienne, lesbienne, lesbienne ! LESBIENNE !

Prenez soin de vous, mis amores et que Sainte Sappho, patronne des femmes qui aiment les femmes, vous envoie tout plein de bises pailletées.

Novice Maria Artémis de Goudouges

Appel à COVIDange ! Oyez, oyez cher-e-s Ouailles ! Nous Sœurs de la Perpétuelle Indulgence du Couvent de Paris, avons le...
04/04/2021

Appel à COVIDange ! Oyez, oyez cher-e-s Ouailles ! Nous Sœurs de la Perpétuelle Indulgence du Couvent de Paris, avons le plaisir de vous annoncer la COVIDange de nos bourses ! À cause de la crise sanitaire, l’année 2020 nous est passée sous le nez, avec en prime l’annulation de notre Conclave – Anniversaire des 30 ans de l’Ordre en France. Mais dans la joie qui nous caractérise, nous avons finalement assez de liquide pour remplir nos bourses. Et vous en arroser! Nous lançons l’Appel aux associations qui auraient besoin d’un coup de main, pour réaliser leur projet, en lien avec l’Esprit et les Vœux des Sœurs. Si vous en êtes, rendez-vous sur notre site Internet à cette adresse : https://www.lessoeurs.org/bourses avant le 22 mai prochain, fête de notre chère Sainte Rita, patronne des causes désespérées et donc, des hétéros ! Avec toute notre ALD (Affection de Longue Durée), Les Sœurs de la Perpétuelle Indulgence, du Couvent de Paris.
Photo Franck Weens Photographer

Appel à COVIDange ! Oyez, oyez cher-e-s Ouailles ! Nous Sœurs de la Perpétuelle Indulgence du Couvent de Paris, avons le plaisir de vous annoncer la COVIDange de nos bourses ! À cause de la crise sanitaire, l’année 2020 nous est passée sous le nez, avec en prime l’annulation de notre Conclave – Anniversaire des 30 ans de l’Ordre en France. Mais dans la joie qui nous caractérise, nous avons finalement assez de liquide pour remplir nos bourses. Et vous en arroser! Nous lançons l’Appel aux associations qui auraient besoin d’un coup de main, pour réaliser leur projet, en lien avec l’Esprit et les Vœux des Sœurs. Si vous en êtes, rendez-vous sur notre site Internet à cette adresse : https://www.lessoeurs.org/bourses avant le 22 mai prochain, fête de notre chère Sainte Rita, patronne des causes désespérées et donc, des hétéros ! Avec toute notre ALD (Affection de Longue Durée), Les Sœurs de la Perpétuelle Indulgence, du Couvent de Paris.
Photo Franck Weens Photographer

Très chères ouailles, aujourd'hui je ne vais pas vous demander de rester sous votre plaid mais vous pouvez le prendre av...
31/03/2021

Très chères ouailles, aujourd'hui je ne vais pas vous demander de rester sous votre plaid mais vous pouvez le prendre avec vous, bien sûr, ainsi que votre doudou tout doux et votre sextoy préféré. Non, aujourd'hui, je vais plutôt vous demander de vous lever.

Se lever pour la journée internationale pour la visibilité des Transgenres !

Parlons des choses qui fâchent, mis amores, et je ne sais pas pour vous mais moi, quand je suis fâchée, je suis prête à balancer mon womanizer contre un mur ! ... Ok, là, j'exagère, on n'abime pas mon jouet préféré mais il y a au moins des godes qui volent ! Et si c'est contre des TERF, c'est bonus !

"Concentre-toi un peu sur ton sujet" dirait, là, la mère sup' et elle aurait peut-être raison (pour une fois), les choses qui fâchent donc.

On ne peut pas évoquer la communauté transgenre sans penser aux violences vécues :

Le corps médical : pour certains médecins, les personnes trans seraient atteintes d'une pathologie, et puisqu'il y aurait pathologie, il y aurait un problème médical à diagnostiquer. Dès lors qu'il y a "diagnostique", il y a "norme", "stéréotype" et là ça coince. Vous voyez le petit doigt coincé dans une porte ? Bah pareil, mais en bien plus fort car la douleur n'est pas que physique.

ON SE LEVE, mis amores ! La seule pathologie, ce sont les violences sociales !

Insultes, menaces, agressions sexuelles et physiques, meurtres, suicides... Si vous avez envie de serrer très fort votre doudou en lisant ces mots, c'est normal, il faut toujours s'armer pour affronter la réalité surtout quand elle est aussi dégueulasse.

ON SE LEVE, mis amores ! Aucune insulte, menace, agressions sexuelles et physiques, meurtre, suicide ne doivent être tolérés ! Rien de tout ceci n'est acceptable que ce soit dans la rue ou sur les réseaux sociaux !

L'administration. Quand on n'est pas une personne concernée, il peut être difficile de se rendre compte des complications engendrées par l'administration pourtant, c'est bel et bien une réalité : le mégenrage, l'utilisation du deadname, changer le premier chiffre du numéro de sécurité sociale, et j'en passe.

ON SE LEVE, mis amores ! Aucune identité ne doit être niée !

La journée internationale pour la visibilité des Transgenres, c'est la journée où les personnes Trans disent encore plus fort que le reste de l'année "Hey, on existe !" mais c'est aussi le moment, comme le reste de l'année, où les personnes cisgenres peuvent ajouter "Hey, les personnes trans existent !".

ON SE LEVE, mis amores !

Si vous êtes Trans et que vous vous exposez pour être la voix de votre communauté, ON SE LEVE AVEC VOUS !
Si vous êtes Trans et que vous préférez ne pas vous exposer, toutes les raisons sont bonnes pour votre sécurité, mis amores, c'est le plus important. ON SE LEVE POUR VOUS !
Si vous êtes Cis, que vous voulez faire partie des personnes alliées, ou bien que c'est déjà le cas, informez-vous, écoutez les personnes concernées, apprenez, on n'en sait jamais trop. Dans tous les cas : ON SE LEVE, mis amores !

On se lève pour le droit d'être qui on est !
On se lève pour la sécurité de tout le monde !
On se lève pour aimer les personnes à nos côtés !

Très chères ouailles, mis amores, les Soeurs de la Perpétuelle Indulgence seront toujours à vos côtés, nous nous lèverons toujours pour nos communautés. Si vous n'avez plus de voix alors nous prendrons le relai (et certaines en ont vraiment vraiment beaucoup !)

Prenez soin de vous, physiquement, psychologiquement, qu'importe qui vous êtes, vous êtes des personnes très importantes.

Que Sainte Jean d'Arc, patron des Transgenres bénisse cette journée.

Novice Artémis de Goudouges

Très chères ouailles, aujourd'hui je ne vais pas vous demander de rester sous votre plaid mais vous pouvez le prendre avec vous, bien sûr, ainsi que votre doudou tout doux et votre sextoy préféré. Non, aujourd'hui, je vais plutôt vous demander de vous lever.

Se lever pour la journée internationale pour la visibilité des Transgenres !

Parlons des choses qui fâchent, mis amores, et je ne sais pas pour vous mais moi, quand je suis fâchée, je suis prête à balancer mon womanizer contre un mur ! ... Ok, là, j'exagère, on n'abime pas mon jouet préféré mais il y a au moins des godes qui volent ! Et si c'est contre des TERF, c'est bonus !

"Concentre-toi un peu sur ton sujet" dirait, là, la mère sup' et elle aurait peut-être raison (pour une fois), les choses qui fâchent donc.

On ne peut pas évoquer la communauté transgenre sans penser aux violences vécues :

Le corps médical : pour certains médecins, les personnes trans seraient atteintes d'une pathologie, et puisqu'il y aurait pathologie, il y aurait un problème médical à diagnostiquer. Dès lors qu'il y a "diagnostique", il y a "norme", "stéréotype" et là ça coince. Vous voyez le petit doigt coincé dans une porte ? Bah pareil, mais en bien plus fort car la douleur n'est pas que physique.

ON SE LEVE, mis amores ! La seule pathologie, ce sont les violences sociales !

Insultes, menaces, agressions sexuelles et physiques, meurtres, suicides... Si vous avez envie de serrer très fort votre doudou en lisant ces mots, c'est normal, il faut toujours s'armer pour affronter la réalité surtout quand elle est aussi dégueulasse.

ON SE LEVE, mis amores ! Aucune insulte, menace, agressions sexuelles et physiques, meurtre, suicide ne doivent être tolérés ! Rien de tout ceci n'est acceptable que ce soit dans la rue ou sur les réseaux sociaux !

L'administration. Quand on n'est pas une personne concernée, il peut être difficile de se rendre compte des complications engendrées par l'administration pourtant, c'est bel et bien une réalité : le mégenrage, l'utilisation du deadname, changer le premier chiffre du numéro de sécurité sociale, et j'en passe.

ON SE LEVE, mis amores ! Aucune identité ne doit être niée !

La journée internationale pour la visibilité des Transgenres, c'est la journée où les personnes Trans disent encore plus fort que le reste de l'année "Hey, on existe !" mais c'est aussi le moment, comme le reste de l'année, où les personnes cisgenres peuvent ajouter "Hey, les personnes trans existent !".

ON SE LEVE, mis amores !

Si vous êtes Trans et que vous vous exposez pour être la voix de votre communauté, ON SE LEVE AVEC VOUS !
Si vous êtes Trans et que vous préférez ne pas vous exposer, toutes les raisons sont bonnes pour votre sécurité, mis amores, c'est le plus important. ON SE LEVE POUR VOUS !
Si vous êtes Cis, que vous voulez faire partie des personnes alliées, ou bien que c'est déjà le cas, informez-vous, écoutez les personnes concernées, apprenez, on n'en sait jamais trop. Dans tous les cas : ON SE LEVE, mis amores !

On se lève pour le droit d'être qui on est !
On se lève pour la sécurité de tout le monde !
On se lève pour aimer les personnes à nos côtés !

Très chères ouailles, mis amores, les Soeurs de la Perpétuelle Indulgence seront toujours à vos côtés, nous nous lèverons toujours pour nos communautés. Si vous n'avez plus de voix alors nous prendrons le relai (et certaines en ont vraiment vraiment beaucoup !)

Prenez soin de vous, physiquement, psychologiquement, qu'importe qui vous êtes, vous êtes des personnes très importantes.

Que Sainte Jean d'Arc, patron des Transgenres bénisse cette journée.

Novice Artémis de Goudouges

Adresse

Centre LGBT - Les Soeurs De La Perpétuelle Indulgence - 63 Rue Beaubourg
Paris
75003

Notifications

Soyez le premier à savoir et laissez-nous vous envoyer un courriel lorsque Les Sœurs de la Perpétuelle Indulgence - Couvent de Paris publie des nouvelles et des promotions. Votre adresse e-mail ne sera pas utilisée à d'autres fins, et vous pouvez vous désabonner à tout moment.

Contacter L'entreprise

Envoyer un message à Les Sœurs de la Perpétuelle Indulgence - Couvent de Paris:

Vidéos

Organisations à But Non Lucratifss á proximité


Autres Organisation à but non lucratif à Paris

Voir Toutes

Commentaires

SORTIE CINÉMA - ET PUIS NOUS DANSERONS Présenté cette année au Festival de Cannes, « Et Puis nous danserons » raconte l'histoire de jeunes en quête de liberté et d'un triangle amoureux dans l'univers singulier de la danse traditionnelle géorgienne. L'histoire d'amour entre les deux jeunes danseurs Merab et Irakli questionne le regard porté sur l’homosexualité, les normes de genre et éveille les consciences sur les ravages de l’homophobie dans des sociétés prisonnières de leurs traditions. Un très beau film à découvrir dès le 6 novembre au cinéma.
BARVO mes soeurs je vous soutiens à deux mains !
Nous vous rappelons l'importance de cet événement de Mémoire et du Souvenir des MortEs du Sida et également afin de continuer cette lutte contre le VIH/Sida. Rendez-vous ce dimanche à 15h sur le parvis de la mairie du 11ème, métro Voltaire. Nous comptons sur vous ! https://www.facebook.com/events/302311654020640/
Vu ! les personnages sont très sympathiques et c'est une bonne "étude" de caractères et une bonne critique sympathique de la communauté. Pas de triche dans les comportements et le film ne tombe pas (trop) dans les clichés mais un beau clin d'oeil à Priscilla toutefois. A voir avec des amis
Bonjour, Est-il possible de savoir où l'on peut vous croiser le premier decembre pour la journee internationale de lutte contre le sida ?
Les ami(e)s, vous êtes les bienvenu(e)s ! :)
Appel à participation : NIEPCEBOOK N°10. Thème : “Genres, Cultures, Sociétés”, que dit votre photographie ? Jusqu’au 12 novembre
Coucou mes soeurs ! J'ai besoins de me confesser! Puis je faire appel a vous ? 😀 Vous êtes formidables !
J'avais des photos a vous donner mais comment faire ? j'ai deux photos de superbes soeurs que j'ai pris à la gay prid de Grenoble , je suis photographe comment vous les poster ?
😘
25 ans après, je vous aime toujours autant