ACIA Pour soutenir les actions de l'ACIA devenez membre. ( 12€ annuel,

31/01/2017

Juste un regard... Oups, temps mort...
Un employeur aurait rémunéré les heures sup en prenant un taux horaire de base pour son calcul inférieur au Smic????
Non..... Un employeur ne s'amuserait pas à ça!!!!!!

20/12/2016

Bonjour.

Nous proposons aujourd'hui, à ceux qui auraient travaillé sur le film Coexister, produit par Europacorp, un petit jeu, pas très ludique mais très instructif.
Prenez vos bulletins de salaire et cherchez l'anomalie.
Top chrono..... Tic tac, tic tac, tic tac.....
3 secondes, c'est le temps qu'il vous a fallu pour trouver?
Ben oui, c'est tellement grossier....
Quoi, vous n'avez pas trouvé?
Nous vous donnons un indice.
Une belle petite galipette comptable, au détriment des acteurs de complément bien évidement.

Nous reviendrons vers vous pour la solution si vous n'avez pas trouvé cette anomalie, entourloupe, escroquerie...
On ne sait plus trop comment qualifier cette pratique.

31/08/2016

Procédure au Conseil d'État.
Nous arrivons dans la dernière ligne droite.
Nous serons ce matin à 10h30 en rendez-vous chez notre "VOTRE" avocat.

27/08/2016

Working Girls, le nouveau mouton à 5 pattes.
Mais ou donc sont les heures sup et les majorations d'heures de nuit?
Pas sur les bulletins de salaires en tout cas????

24/08/2016

Nous venons de voir passer une annonce totalement hallucinante, concernant une journée de tournage le 1er septembre sur Star 80 " La suite " faisant référence à un salaire soit disant conventionnel de 75€ (+ de 100 personnes)
Ami(e)s actrices et acteurs de complément, le salaire de plus de 100 personnes n'existe plus depuis le 1er juillet 2013.

28/05/2016

Information déclaration pôle emploi...

Nous vous avons déjà parlé il y a quelques mois de ce problème récurrent quant aux déclarations faites par un employeur en cas de figuration importante avec un grand nombre d'actrices et d'acteurs de complément.
Le cas vient de se représenter avec la journée du 7 avril 2016, sur le film de Grand Corps Malade " Patient ".
L'employeur déclare normalement ses salariés, mais malheureusement, de son côté, pôle emploi ne prends en charge qu'une partie de ces déclarations et envoie malgré tout à l'employeur un accusé réception disant que tout est validé...
Attention, en aucun cas la responsabilité ne peut être supporté par l'employeur.
Vous avez dit Bug???? Effectivement, nous avons dit Bug.

Nous vous invitons dans un 1er temps à vous rendre dans votre espace personnel sur le site Pôle emploi afin de vérification de déclaration, ou pas.
Pour se faire, c'est très très simple.
1) Votre page d’accueil
2) Vous cliquez sur " Suivi d'inscription "
3) Vous cliquez sur " Mon passé professionnel "
4) Vous cliquez sur " Le mois qui vous intéresse "

Dans un 2ème temps, si la journée de travail concerné n'apparait pas, vous appelez votre employeur pour qu'il fasse une nouvelle déclaration. Tout rentre dans l'ordre rapidement, 2 à 3 jours suffisent.
Si tel n'est pas le cas, c'est que l'employeur n'a pas fait de nouvelle déclaration

Amicalement
A.C.I.A

31/03/2016

A titre informatif. " Convention collective de la production cinématographique"

Article II.3 – Prise d’effet du contrat

L’employeur confirmera à l’acteur de complément sélectionné, au plus tard la veille 17h de la date prévue de prise d’effet de l’engagement, la date et l’heure de convocation du premier jour de travail, par courriel de préférence, courrier postal, ou S.M.S.

La convocation doit comporter la raison sociale de l’employeur et son adresse postale.

En cas d’annulation de la date prévue de prise d’effet de l’engagement notifiée à l’acteur de complément dans les délais précités, une nouvelle date de prise d’effet sera proposée par l’employeur pour le même tournage.

A défaut de notification au plus tard la veille de la date prévue de prise d’effet, l’employeur devra verser à l’acteur de complément un dédit forfaitaire équivalant à un salaire journalier minimum garanti par jour annulé.

25/03/2016

Publication de Samuel Churin

A PARTAGER ET DIFFUSER LE PLUS LARGEMENT POSSIBLE
APPEL A LA RÉSISTANCE
Chers amis, je n’ai pas l’habitude de prédire la suppression de l’intermittence mais je peux vous assurer que si nous ne réagissons pas c’est de fait ce qui arrivera. Ce qui s’est passé hier jeudi 24 mars est l’attaque la plus grave portée à ce régime spécifique d’indemnisation chômage depuis bien longtemps. Ce qui est demandé par le Medef et la Cfdt est bien pire que la convention 2014 et son différé d’indemnisation qui avait mis le feu aux poudres.
Rappel des faits : Suite à la convention 2014, Valls prend en charge le différé d’indemnisations des intermittents pour une somme de 80 millions d’euros et en annule les conséquences. Autrement dit, grâce à la forte mobilisation de 2014, aucun intermittent n’a subi cette mesure injuste. Depuis, il a été décidé une mesure dont le but principal a été d’éteindre un mouvement social et surtout de faire la part belle à la communication du gouvernement à savoir :
- Inscrire dans la loi Rebsamen la pérennisation des annexes 8 et 10 ainsi qu’une négociation des futurs accords par les syndicats du secteur
Suite à cela Manuel Valls a pu communiquer sur le thème : les intermittents sont sauvés, les socialistes aiment la culture. Et tout le monde l’a cru, sauf nous.
Pour rappel, nous avons dit depuis le début (reprenez toutes mes publications) :
- Attention, tout ceci est bidon et cette loi est de la pure communication. Seul le titre « annexes 8 et 10 » est « sauvé » mais pas le contenu. Ainsi on pourrait demander aux intermittents de faire 800h en 10 mois pour ouvrir des droits et ce serait compatible avec la loi.
- Les accords négociés par les syndicats du secteur pourront facilement être torpillés pour la raison suivante : c’est le Medef et son partenaire la Cfdt qui fixent le budget !!! Autrement dit Le Medef pourra faire pire qu’en 2014 : supprimer les annexes 8 et 10 sans le dire.
Et bien, tout ce que nous avions prévu est arrivé hier. Le Medef a rendu sa feuille de cadrage, elle a été acceptée par la CFDT et la CFTC. Que dit ce document ?
Les intermittents devront faire 185 millions d’euros d’économies par an pour la convention signée avant juillet et à horizon 2020, 400 millions d’euros d’économies par an ! Rendez-vous compte : ces économies sont bien supérieures au différé d’indemnisation scandaleux de 2014.
Pour rappel encore, Manuel Valls pavanait dans les rues d’Avignon l’été dernier en affirmant (source AFP) : « Aucune nouvelle économie ne sera demandée aux intermittents, ils ne doivent pas servir de variable d’ajustement »
Nous avons tant bien que mal essayé de repousser le pire depuis 13 ans grâce à une forte mobilisation dans les moments critiques. La situation n’a jamais été aussi grave.
J’appelle tous les concernés à se réunir partout au plus vite et à venir très nombreux aux AG d’informations. Nous devons nous organiser pour cela et diffuser le plus largement les lieux et dates des futurs rendez-vous. Votre présence est essentielle. Nous devons lutter par tous les moyens possibles pour éviter une disparition programmée. Nous avons fait des propositions, participé aux tables, averti des dangers de la loi Rebsamen, annoncé à l’avance ce qui allait se passer. On nous a menti, on nous a répondu avec une morgue infinie, et maintenant on veut nous faire disparaitre en silence. Ne les laissons pas faire.
Samuel Churin

26/02/2016

Désolé, mais vous ne trouverez plus la page, Comédien ACIA.

Après un échange un peu vif avec une chargée de figuration, nous avons de toute évidence fait l'objet d'un signalement auprès de Facebook.

Cette chargée de figuration, que nous suivions à la trace depuis plusieurs années en a très clairement affiché son camp.
Notre vigilance a son égard ne peut qu'être non seulement renforcé, mais décuplé.

Rassembler, défendre et informer les actrices et acteurs de complément, ne plait pas toujours malgré certains discours se posant en défenseur de la veuve et de l'orphelin.

Nous étions présent cet après midi au Conseil d'État pour la présentation du rapporteur concernant notre recours.En prem...
17/04/2015

Nous étions présent cet après midi au Conseil d'État pour la présentation du rapporteur concernant notre recours.

En premier lieu, nous apprécions pour ce recours le soutien du S.N.A.C.C.T-C.G.T ainsi que celui de la C.F.T.C.

Nous déplorons malheureusement le silence assourdissant de la FASAP-F.O. Cela s’appelle un lâchage en hase campagne :
« courage, fuyons »…

Le rapporteur reconnait la validité de notre requête.

Il reconnait également l'illégalité de la clause concernant le temps de 30 minutes pour l'émargement en cas de décors naturel s'il y a plus de 50 acteurs de complément et surtout s’interroge sur la légalité concernant l'application des salaires et des indemnités uniquement dans les quelques misérables zones géographiques.

Ça n'est bien sûr que la conclusion du rapporteur et en aucun cas le verdict définitif du Conseil d'État.

Ne crions surtout pas victoire !

Nous restons mobilisés et vigilants.

Procédure Conseil d'État.Notre avocat vient de nous informer que notre affaire est inscrite à l’audience du 17 avril pro...
09/04/2015

Procédure Conseil d'État.
Notre avocat vient de nous informer que notre affaire est inscrite à l’audience du 17 avril prochain, à 14 heures, au Conseil d’État.

Bonjour.En février 2014, nous déposions par le biais de notre avocat un recours au Conseil d’État pour attaquer « quelqu...
05/04/2015

Bonjour.

En février 2014, nous déposions par le biais de notre avocat un recours au Conseil d’État pour attaquer « quelques articles » de la convention collective de la production cinématographique afférents aux acteurs de complément, notamment l’application des salaires uniquement dans certaines zones géographiques ne représentant qu’environ seulement 2% du territoire.

En parallèle à notre action, un recours de la C.F.D.T attaquait l’ensemble de cette convention collective.
En février 2015, le conseil d’état rendait son verdict et invalidait l’extension de l’ensemble de la convention.

Le ministère du travail ayant décidé de faire passer au pas de charge ce texte, une nouvelle commission était convoquée début mars 2015.

Sans tenir aucun compte de la requête introduite par l’A.C.I.A, le texte est de nouveau passer en l’état sans aucune modification.

Nous sommes donc dans l’obligation morale d’introduire une nouvelle requête auprès du Conseil d’État.

Non, l’A.C.I.A n’est pas morte, du moins pas encore.
Nous continuons ponctuellement d’informer au mieux les actrices et acteurs de complément afin qu’ils puissent faire valoir leurs droits face aux employeurs voyous.
Si nous avons prit la décision de ne plus monter systématiquement aux barricades, c’est simplement que l’énergie au bout de 6 années commençait fortement à nous manquer, ainsi que les bonnes âmes pour partager cette lourde tâche au quotidien.
Lors de notre assemblée générale de début d’année 2015, seul 11 personnes ayant jugé nécessaire de se déplacer dont un représentant de l’A.C.F.D.A venu exposer le point de vue des chefs de file de cette association face à la disparition possible le l’A.C.I.A, la question se présentant à nous était simple. Pourquoi continuer un combat sans troupe valide ?
Cela ne vous aura pas échappé, nous n’avons donc pas lancé d’appel à cotisation pour l’année 2015.

Malgré tout, quelques personnes ont tout de même soit adhéré à l’A.C.I.A, soit renouvelé leur cotisation. Nous sommes à ce jour prêt à rembourser ces adhérents même s’il est évident qu’avec cette nouvelle procédure, nous aurons dans un futur très proche cruellement besoin du moindre euro.

Amicalement
A.C.I.A.

04/01/2015

11 personnes.
Seulement 11 malheureuses personnes à l'Assemblée générale d'hier.
C'est aussi la remarque faite par le représentant de l'A.C.F.D.A présent.
Ça n'est certainement pas comme ça que l'A.C.I.A. survivra.

20/12/2014

Bonjour ami(e)s actrices et acteurs de complément.

Le 10 décembre 2014 voyait le 6ème anniversaire de l’A.C.I.A.
6 années, durant lesquelles nous avons œuvré pour le bien collectif.
6 années de travail intense, 6 années de présence quotidienne.
6 années à nous battre, à vous informer, à vous défendre.

Nous avons pour ce faire dans un souci de plus grande efficacité, soit adhéré aux syndicats représentatifs, soit directement repris un syndicat en sommeil.
Sans cette démarche, nous n’aurions jamais pu être présents lors des négociations de la convention collective du cinéma.
Non seulement nous n’aurions pas été présents, mais les acteurs de complément auraient tout simplement disparu des textes avec les conséquences que vous pouvez imaginer.

Prenons un exemple, un seul, celui du salaire à 105.00€.

Ne croyez surtout pas que ce salaire à 105.00€, comme nous l’avons entendu sur certains plateaux, est arrivé tout seul comme par enchantement. Cette nouvelle convention collective du cinéma, c’est simplement le fruit de 5 années de travail.

D’autre part, suivant la théorie bien connue des dominos, projetons-nous dans un présent sans cette convention, donc sans grille de salaires.
Au lieu de 105.00€, ce serait le smic, soit 76,24€ (9,53€/h x 8h).

Allons maintenant un peu plus loin.
Imaginons que vous réalisiez l’ensemble de vos cachets au cinéma à 105.00€.
Pour l’assedic, votre taux journalier serait donc calculé sur 105.00€, et non pas sur 76,24€, comme cela aurait été le cas. Nous vous laissons à vos calculatrices pour que vous puissiez vous rendre compte par vous-même de la différence en fin d’année.

Lors des négociations de cette nouvelle convention collective du cinéma, nous avions la certitude (qui semblait également partagée par la Direction Générale du Travail, mais également par certains de nos supérieurs syndicaux) que quelques articles de cette convention totalement discriminatoires ne passeraient jamais le cap de l’extension.

Malheureusement, cela n’a pas été le cas. « Exemple : Les zones géographiques pour l’application des salaires et des indemnités »
Il en résulte donc que nous avons engagé une procédure au Conseil d’État contre l’extension de ces articles controversés.

Nous irons bien évidemment au bout de cette procédure que nous considérons comme essentielle.

Durant ces 6 années, nous nous sommes battus pour que vous ayez des droits. Nous estimons qu’il est temps maintenant pour vous de vous battre à votre tour pour les faire respecter. En d’autres termes, cela veut dire que nous passons le flambeau.

Nous avions depuis la création de l’A.C.I.A énormément d’idées, beaucoup de pistes à explorer, mais malheureusement avons cruellement manqué de personnes pour mettre en œuvre ces idées ou simplement aller au bout de ces pistes.

Très régulièrement des questions nous ont été posées :
Pourquoi n’avez-vous pas fait ceci?
Pourquoi n’avez-vous pas fait cela ?
Il est bien sur toujours très facile de critiquer le travail des autres,
de voir ce qu’ils n’ont pas fait, tout en fermant les yeux sur le travail qu’ils ont pu réaliser.

La réponse à cette interrogation est très simple : Manque de personnel…
Une question nous vient à notre tour :
Pourquoi ne venez-vous pas nous donner un coup de main ?

De même que les producteurs ne sont pas tous des employeurs voyous, loin de là, nous avons quelques camarades actrices et acteurs de complément qui ont fait de leur mieux pour nous aider ponctuellement, que ce soit par leurs témoignages de sympathie, ou par leurs cotisations annuelles régulières, et (ou) par leurs adhésions à notre appel de fonds exceptionnel pour la procédure au Conseil d’État.

Après 6 années d’existence, le nombre d’adhérents restant relativement réduit, nous ne sommes plus réellement motivés pour continuer cette aventure.

Lors de la dernière assemblée générale et de la dernière élection de bureau de l’A.C.I.A, le Président avait signalé qu’il voulait bien reprendre du service, mais uniquement à la condition que cette date du 10 décembre soit synonyme d’une fin de mandat.
Nous sommes arrivés à cette date, son mandat est donc fini.
Le bureau actuel ne lancera pas d’appel à cotisation pour l’année 2015.

*******************************************************************************

Pour les membres à jour de cotisation en décembre 2014,
une Assemblée générale est convoquée le :

Samedi 03 janvier 2015 à 14h00
Maison des Associations du 11ème arrondissement
8 rue du Général Renault
75011 PARIS

Ordre du jour

Bilan financier 2014
Procédure Conseil d’État
Application de la convention collective du cinéma
Orientations possibles de l’A.C.I.A.
Élection du nouveau bureau

Nous vous souhaitons de très bonnes fêtes de fin d’année.

Camping PARADIS!!!N'aurait de paradis que le nom.Serait plutôt un enfer concernant la rémunération, voir la non rémunéra...
09/10/2014
Rapport de Tournage

Camping PARADIS!!!
N'aurait de paradis que le nom.

Serait plutôt un enfer concernant la rémunération, voir la non rémunération des heures de dépassement journalier.

Alors non monsieur l'employeur, les heures sup ne commencent pas à la 11éme, mais après 9 heures de présence à partir de l'heure de convocation.
9 heures, parce que 8 heures de travail effectif et 1 heure de coupure repas.
Faut-il vous rappeler la convention collective (IDCC 2642)?

Nous sommes donc à la recherche d'informations concernant ce tournage.
Qu'on se le dise dans les chaumières.

http://aciafrance.org/rapport-de-tournage/

Amicalement.
A.C.I.A.

Voir l’article pour en savoir plus.

09/10/2014

Bonjour à toutes et à tous.

Avec énormément de retard, nous vous prions de bien vouloir nous en excuser, nous avons enfin trouvé le temps de nous occuper du dossier "36 heures à tuer/ Porte flingue", chez LGM Films.

Cela concerne le règlement d'heures de dépassement lors d'interminables journées de tournage à Cannes, au Palais des Festivals.

Merci de votre compréhension.
Amicalement
A.C.I.A

Adresse

A.C.I.A " Boîte 99 " Maison Des Associations Du 11ème Arrondissement 8 Rue Du Général Renault 75011 PARIS
Paris
75011

Notifications

Soyez le premier à savoir et laissez-nous vous envoyer un courriel lorsque ACIA publie des nouvelles et des promotions. Votre adresse e-mail ne sera pas utilisée à d'autres fins, et vous pouvez vous désabonner à tout moment.

Contacter L'entreprise

Envoyer un message à ACIA:

Organisations à But Non Lucratifss á proximité


Autres organisations à but non lucratifss à Paris

Voir Toutes