SOS Paris

SOS Paris Association de défense du patrimoine architectural et du cadre de vie - depuis 1973 SOS Paris fait un travail de veille, de réflexion, d'information et d'alerte auprès des parisiens, amoureux de Paris, médias et décideurs.
(9)

L'association cherche à dialoguer avec la Ville de Paris, l'État ou les institutions pour porter haut les intérêts de la cité et de ses habitants. Nous traitons des projets de destruction ou de construction qui nous semblent porter atteinte au Paris tel que nous voulons qu'il se développe et évolue. Nous sommes constitués de membres actifs, délégués d'arrondissement, qui suivent les projets de la cité et participent à de nombreuses commissions (notamment la Commission des Sites et Commission du Vieux Paris). Nous menons aussi des recours juridiques contre certains projets lorsque le dialogue est impossible (Samaritaine, Serres d'Auteuil, Tour Triangle). Nous soutenons aussi les riverains ou associations plus locales menacés par des projets d'urbanisme. Nous publions un bulletin d'information et communiquons sur les réseaux sociaux. Nous organisons enfin des conférences, des visites, et au besoin, des manifestations…

L'association cherche à dialoguer avec la Ville de Paris, l'État ou les institutions pour porter haut les intérêts de la cité et de ses habitants. Nous traitons des projets de destruction ou de construction qui nous semblent porter atteinte au Paris tel que nous voulons qu'il se développe et évolue. Nous sommes constitués de membres actifs, délégués d'arrondissement, qui suivent les projets de la cité et participent à de nombreuses commissions (notamment la Commission des Sites et Commission du Vieux Paris). Nous menons aussi des recours juridiques contre certains projets lorsque le dialogue est impossible (Samaritaine, Serres d'Auteuil, Tour Triangle). Nous soutenons aussi les riverains ou associations plus locales menacés par des projets d'urbanisme. Nous publions un bulletin d'information et communiquons sur les réseaux sociaux. Nous organisons enfin des conférences, des visites, et au besoin, des manifestations…

Mission: Prévenez-nous ! Nous ne pouvons pas voir tout ce qu’il se passe en matière de projets urbains. Veillez sur Paris, sur votre quartier. Surveillez les publications de votre mairie, les panneaux avisant de travaux, assistez aux réunions des conseils de quartier, ouvrez l’œil dans la rue et signalez-nous ce qui nous a échappé. Envoyez-nous un message, des photos, ou proposez-nous un article. Nous nous en ferons l’écho. Vous pouvez aussi rejoindre nos délégués d’arrondissement. Notre association recrute ! Rien ne se fait tout seul. Et les choses ne s'arrangent pas d'elles-mêmes. Les victoires se jouent souvent à peu de chose, et parfois à une personne près. SOS Paris a besoin de toutes les bonnes volontés et de tous les talents. Historiens, journalistes, rédacteurs, correcteurs, RP, communicants, bons orateurs, juristes, photographes, réalisateurs, webdesigners/ webmasters, community managers, chefs de projet, petites mains ou autres auxquels on ne pense pas sont tous les bienvenus pour nous aider à développer nos actions. Contactez-nous ! Proposez votre article ! Sur un projet d’urbanisme précis qui vous tient à cœur ou bien sur un thème plus général, une analyse, un phénomène, une anecdote liés à notre sujet. Essayez de vérifier que vous apportez quelque chose qu’on n’a pas déjà dit. Accompagnez si possible votre texte d’images. Si votre article est pertinent, on se fera un plaisir de le publier en ligne et/ou dans le bulletin, avec ou sans votre signature (nom de plume possible). Veillez s’il vous plaît à une syntaxe correcte et à une certaine concision car la place est limitée en version papier et l’attention du lecteur l’est aussi sur le web. Adhérer / faire un don L'association à besoin d'adhérents pour exister. Les adhérents reçoivent le bulletin. Pour adhérer : http://bit.ly/adhrSOSParis Aidez-nous à financer les recours juridiques, seule arme donnant une chance de l'emporter dans les gros dossiers. Nous sommes bénévoles, mais pas nos avocats. Les dons sont déductibles à 66% : http://bit.ly/donSOSParis ou par chèque.

L'enquête publique relative à la transformation de la gare d’Austerlitz et à la construction d'un énorme ensemble immobi...
29/07/2020
Enquête publique Gare d'Austerlitz : Avis défavorable de FNE Paris

L'enquête publique relative à la transformation de la gare d’Austerlitz et à la construction d'un énorme ensemble immobilier boulevard de l’Hôpital dans le 13e se clôture ce vendredi 31 juillet à 17h. Vous pouvez y contribuer sur ce lien :
http://projet-austerlitz.enquetepublique.net

Voici l'avis de FNE Paris que SOS Paris partage en tout point.

Enquête publique : modernisation de la gare d'Austerlitz et construction de l'immeuble A7/A8, Paris 13ème.

Le projet présenté à l’enquête publique s’appuie sur le plan directeur d’aménagement établi il y a 10 ans , en juin 2010 , suite à la consultation lancée par la SEMAPA et SNCF sur l’ensemble du secteur Gare.
L’idée affichée est d’intégrer la gare dans la Ville et de constituer un nouveau quartier en développant un pôle associant activités économiques (tertiaires, commerciales, hôtelières), services aux voyageurs, logements, infrastructures fonctionnelles, en lien avec son environnement immédiat (hôpital, jardin des Plantes...).
En réalité il s’agit, selon nous, et comme pour toutes les autres modernisations de gares parisiennes, de réaliser des opérations financières de promotion immobilière , sous prétexte de moderniser la gare, et l’ensemble des fonctionnalités propres à l’activité ferroviaire et à l’intermodalité.

Nous émettons donc un avis défavorable au projet soumis à l’enquête publique.

Deux points centraux expliquent notre position:

1-une enquête publique au coeur de l’été, à la sortie du déconfinement est un déni de démocratie: malgré la demande en date du 23 juin adressée au Préfet de Paris par le bureau des associations et conseils de quartiers, membres du comité permanent de concertation de la ZAC Paris Rive Gauche , l’enquête publique se déroule du 29 juin au 31 juillet.Une fois de plus des projets centraux et de grande ampleur ne bénéficient pas des conditions optimales de communication et d’accessibilité à l’information pour les parisiens.

2-le projet présenté est issu d’un modèle urbain dépassé, en contradiction complète avec l’accélération actuelle de la crise climatique. La crise sanitaire actuelle rend nécéssaire un autre modèle urbain.
Dix années ans se sont écoulées depuis les premières présentations du projet et son évolution vers la densification extrême du bâti augmente les impacts environnementaux négatifs : ilots de chaleur, congestion des transports, bruit.. et nuit aux éléments patrimoniaux situés à proximité (Hôpital de la Pitié-Salpêtrière, Muséum d’histoire naturel et halle de la gare d’origine )

Nous nous appuyons sur l’avis de l’Autorité environnementale qui a pointé les principaux risques environnementaux du projet:

- l’augmentation des nuisances liées à la circulation routière et aux conditions de desserte du quartier et de la gare ;
- l’accroissement des émissions de gaz à effet de serre;
- l’insuffisante adaptation au changement climatique et notamment la prévention des îlots de chaleur urbains;
- la gestion problématique des déchets générés par le projet immobilier notamment pendant la phase d’exploitationet à proximité d’autres chantiers ( Tours Duo, Massena Bruneseau)
le caractère inondable du secteur lors de grandes crues de la Seine.

Au vu des enjeux de santé publique actuels, il est anormal de ne pas trouver dans le dossier les éléments permettant :

• une quantification des émissions de gaz à effet de serre en phase chantier et en phase exploitation et la démonstration de l’inscription du projet dans l’objectif de neutralité carbone de la Ville de Paris pour ses grandes opérations d’aménagement

• des solutions intégrées pour limiter les nuisances sonores au niveau du bâtiment traversé par le métro aérien

• les informations relatives à la consommation d’énergie et à la production et à la consommation d’énergies renouvelables des bâtiments de l’ilot A7A8

• la compatibilité du projet avec les objectifs de tri et de valorisation du plan économie circulaire de la ville de Paris.

• la description des travaux de modernisation de la gare et les dernières données disponibles sur les hypothèses d’évolution des déplacements à échéance 2025, 2030 et 2040

• les simulations de trafic et l’impact de l’accroissement des trafics sur les temps de déplacement ;

Par ailleurs la massification du projet par rapport aux esquisses de 2007 est problématique: non seulement elle dénature fortement le site patrimonial mais elle augmentera de manière importante la congestion du quartier.
Les éléments fournis dans le dossier sont insuffisants pour apprécier l’intégration urbaine du projet et son effet de masse sur l'environnement.
La hauteur ( jusqu’à R+1) des bâtiments et la densité du projet utilisent au maximum les possibilités offertes par le PLU de 2016 dont nous dénonçons la dérive densificatrice sur Paris.

La justification de l’importance du programme n’est pas développée et ne présente pas au public les variantes étudiées .

Le projet prévoit 52146 m2 de bureaux en pleine gare alors même que l’inflation de l’offre tertiaire à Paris et la quantité de bureaux vides sont manifestes et que l'après crise Covid annonce une réduction de la demande.

Les 24 652 m2 de commerces prévus à Austerlitz semblent disproportionnés. C’est le double des 10 000 m2 commerciaux de la Gare St Lazare dont l’impact sur le quartier n’a pas encore été mesuré.
A Austerlitz les nouveaux commerces entreraient en concurrence avec les rez de chaussée commerciaux prévus dans les immeubles longeant l'avenue Pierre Mendès-France et ceux préexistants le long du Boulevard de l'hôpital sans compter

les marchés qui se tiennent 2 fois par semaine au droit du métro aérien.
Par ailleurs ces nouveaux commerces sont positionnés pour une partie importante d'entre eux en milieu souterrain confiné inadapté aux crises sanitaires.
On constate que comme pour le projet de la Gare du Nord, la création de ce pôle commercial et tertiaire a pour objectif d’aider la SNCF à financer la rénovation de ses gares. plutôt que de répondre aux besoins.
Les services aux usagers et aux habitants sont logés à la portion congrue.

La part prévue pour les futurs logements (11 563 m2 sur plus de 100 000m2 de programme ) ne répond pas aux besoins des parisiens, en particulier pour le personnel hospitalier, question plus que jamais d'actualité.

S’agissant des espaces verts, sur les 8000m2 de végétalisation annoncés, seuls 555m2 de jardin seront en pleine terre pour cet ensemble immobilier de plus de 90 000m2
Situé en cœurs d’ilot dans la partie logements ce jardin est de plus inaccessible au grand public.
Pour les autres espaces la terre se réduit à des substrats de 1m 50 à 30cm d’épaisseur. Une fois de plus l’artificialisation est maximale contrairement aux objectifs annoncés publiquement par la ville de Paris. En outre l’exposition des jardins à l’ensoleillement n’est pas optimale et la priorité a été donnée à la création d’espaces rentables au détriment d’espaces de nature ouverts au public.

En fonction de tous ces éléments, nous demandons une remise à plat du projet afin de concilier la modernisation nécéssaire des espaces ferroviaires et des services aux usagers des transports avec la sobriété environnementale et prenant en compte les réels besoins des habitants en terme d’espaces de nature et de logements.

https://fne-paris.fr/2020/07/29/enquete-publique-gare-dausterlitz-avis-defavorable-de-fne-paris/

Donner son avis sur la modernisation de la gare d'Austerlitz est important : l'enquête publique sera close au 31 juillet malgré la demande par les associations de report de la date d'enquête. Voir en fin d'article les liens pratiques. Vous pouvez bien sûr vous inspirer de notre avis et de ceux q...

Bilan de cette mandature de la Commission du Vieux Paris à laquelle siège SOS Paris. Notre association s'est par ailleur...
21/07/2020
Paris : sauvetages et échecs des protecteurs du patrimoine

Bilan de cette mandature de la Commission du Vieux Paris à laquelle siège SOS Paris. Notre association s'est par ailleurs exprimée sur de nombreux dossiers traités par la Commission, dont ceux cités dans cet article.

La commission du vieux Paris tire le bilan de sa mandature de 2014 à 2020. Dédiée à la protection du patrimoine de Paris a pris pas moins de

Le Champ-de-Mars et les pieds de la tour Eiffel engloutis sous le béton Sans concertation, ce grand écrin de verdure au ...
19/07/2020

Le Champ-de-Mars et les pieds de la tour Eiffel engloutis sous le béton

Sans concertation, ce grand écrin de verdure au cœur de Paris est promis au béton. Cimentation des allées, Grand Palais « éphémère » monumental et espaces techniques pris sur les jardins, c'est un bon quart du parc qui va être soustrait aux Parisiens qui n'en savent rien.

Cimentation des allées de la tour Eiffel

Pendant que les Parisiens étaient cruellement privés d’espaces verts durant le confinement, d'importants travaux de terrassement avaient lieu dans les allées latérales de la tour Eiffel. Les millions de visiteurs doivent désormais s’entasser pour franchir les sas de sécurités, comme dans un aéroport. Ceux-ci ont été intégrés au grand mur de verre et de métal qui emprisonne et enlaidit depuis deux ans la vieille dame ainsi que les deux charmants jardins à l’anglaise, réduits à des zones de file d’attente.
Ces allées n’ayant pas été conçues pour résister à une telle fréquentation, il a donc fallu… les bétonner. Seuls les pieds des arbres sont encore à l’air libre. Tout ceci n’était bien sûr pas annoncé à l’époque de la présentation du projet du mur, tout comme n’était pas annoncée l’implantation de plusieurs centaines de bornes anti-bélier dans un design en métal blanc complètement inadapté à l’esprit du lieu et d’un espace vert parisien.
Ces conséquences malheureuses sont le cortège caché de tous les grands projets. Tout comme, aux Champs-Élysées, l’implantation de la sculpture de Jeff Koons n'évoquait pas la destruction de la pelouse qui l’accueille.
Rappelons que jusque dans les années 2000, le terre-plein sous la Tour Eiffel n'était pas bitumé mais sablé. Et auparavant, il y avait là une grande pelouse dans la continuité des grandes pelouses du Champ-de-Mars.
Toute cette grande parcelle au pied de la tour, à l’origine un beau jardin surplombé d’un monument, est aujourd’hui presque intégralement minéralisée. On ne peut décemment plus parler ici d’espace vert. La Ville, qui prétend désimperméabiliser les sols et se targue de nouveaux hectares d'espaces verts créés, a-t-elle bien soustrait ces surfaces nouvellement étouffées de ses calculs? Sans doute pas.
Par ailleurs, une allée de fortune s’est créée sur une pelouse du côté du pilier Est. En effet, la promenade entre Trocadéro et Ecole Militaire étant désormais entravée par le mur, les promeneurs et les touristes empruntent naturellement et massivement un nouvel itinéraire à travers une pelouse ravagée de plus.

Le mur pour la paix disparaît… pour mieux revenir

Ce monument, dont personne ne conteste le symbole mais la réalisation ou la localisation, était une installation éphémère, restée en place illégalement depuis vingt ans. Il vient d'être démonté pour être réinstallé un peu plus loin dans le quartier, avenue de Breteuil, sur une pelouse qui sera elle encore presque intégralement bétonnée. Mais surtout, le mur sera rehaussé à huit mètres de hauteur, bouchant une des plus belles perspectives sur les Invalides. Une alternative judicieuse avait pourtant été proposée à proximité du Ministère de la Défense, à Balard.

Grand Palais soit-disant éphémère, cinq ans minimum et 110 pieux pas éphémères du tout

Le Grand Palais va subir des travaux pharaoniques pour un demi milliard d'euros. Et c'est le Champ-de-Mars qui va accueillir un Grand Palais « éphémère »… d'au moins quatre ans ! 11.000 mètres carrés d'emprise au sol annoncés, mais combien en réalité si on compte les espaces techniques ? Au moins 1.225 m2 sont à additionner pour le local chauffage et climatisation, appelé sans honte « jardin technique », côté avenue de la Bourdonnais. Plus des extensions temporaire de 4.650 m2 un mois par an, soit 75 m de plus jusqu'à l'allée Risler.
Contrairement aux annonces, l'emprise du Grand Palais « éphémère » sur le Champ de Mars ne représentera pas 4,6 % de sa superficie mais environ 11% du parc. En effet, les trois partenaires : Réunion des Musées Nationaux, Ville de Paris, Comité d’organisation des Jeux Olympiques ont signé une convention stipulant une superficie totale maximale de 27.100 m2 (élément principal 13.500 m2, élément complémentaire 10.000 m2, jardin technique 3.600 m2). Rapportés à la superficie totale du Champ de Mars de 24 hectares, les 2,7 hectares représentent 11 % du parc. Si on les ajoute aux 3,5 hectares déjà absorbés dans le périmètre du mur de sécurité de la Tour Eiffel et de ses abords, c’est plus de 25 % du jardin rendus inaccessibles aux Parisiens.
La structure du Grand Palais « éphémère » nécessite un ancrage par pieux en béton de 14 mètres de profondeur. Ce seront 110 pieux enfoncés dans le cœur du jardin. Les travaux viennent de commencer mi-juillet dans le sol du Plateau Joffre et de la grande pelouse. Comme leur extraction n’a pas été exigée après le démontage, ces pieux resteront en place, permettant à la Ville d'organiser des manifestations lourdes. Une bétonisation de la pleine terre proprement insupportable !

Au recours en annulation de la convention entre la Ville de Paris, la Réunion des Musées nationaux, et le Comité des Jeux olympiques déjà engagé, le Amis du Champ de Mars viennent d’en ajouter un autre à l’encontre de la concession donnée par ces deux derniers acteurs, au prestataire GL Events. Cette action fondée sur de solides arguments juridiques est exercée avec le Comité d’aménagement du 7e arrondissement devant la Cour administrative d’appel, directement compétente aux termes de la loi olympique.

Comme d'autres représentants politiques, la maire du 7e arrondissement s'élève contre le projet de Grand Palais « éphémère » et a mis en place une pétition ayant recueilli plus de 26.000 signatures dont voici la teneur :
« La Mairie de Paris, Paris 2024 et la Réunion des Musées Nationaux – Grand Palais ont prévu d’ériger, au mépris des riverains et sans concertation, un Grand Palais « éphémère » pendant 4 ans, sur le Champ de Mars, de 2020 à 2024.
Ce projet témoigne d’un mépris des Parisiens qui s’élèvent chaque jour contre la densification de leur Ville, aux dépens des espaces verts et de l’espace public. Alors que les travaux permanents et que la surfréquentation touristique dégradent la qualité de vie et créent de l’anxiété, la RMNGP et Paris 2024 s’obstinent dans la création d’une structure aussi dispendieuse qu’inutile.
Le Grand Palais « éphémère » sur le plateau Joffre, c’est plus de 10 000 m2, et jusqu’à 18 000 m2 à l’occasion des grands événements… qui occuperont le site en continue puisque c’est la vocation qui a été assignée à cette structure !
Je m’élève depuis plus d’un an, aux côtés des riverains, contre ce projet qui n’est ni utile, ni nécessaire. La construction puis l’exploitation de ce site va générer de nombreux allers-retours de camions de chantier et d’engins de génie civil. Non seulement démesuré, ce projet sera en plus polluant, complétement anti-écologique.
Signez la pétition contre la création d’un Grand Palais, aux allures de terminal d’aéroport, au cœur de l’espace vert le plus visité de Paris. »
Lien de la pétition : https://www.mesopinions.com/petition/nature-environnement/contre-projet-grand-palais-ephemere/77022

Sanctuarisons le Champ-de-Mars !

Le parc du Champ de Mars a été loti à plusieurs reprises déjà, nous ne pouvons prendre le risque d'un « éphémère » qui s'éternise. Il est encore temps de trouver pour ce Grand Palais temporaire une place ailleurs aux portes de Paris. Plus que jamais, les Parisiens ont besoin de nature : nous demandons la sanctuarisation du Champ-de-Mars, du jardin et de sa pleine terre.

SOS Paris
FNE Paris

Les travaux pour enfoncer 110 pieux de bétons de 14 mètres dans la terre, qui resteront là pour toujours, viennent de co...
19/07/2020
Le Champ-de-Mars et les pieds de la tour Eiffel engloutis sous le béton

Les travaux pour enfoncer 110 pieux de bétons de 14 mètres dans la terre, qui resteront là pour toujours, viennent de commencer. Sans concertation, le grand écrin de verdure du Champ-de-Mars est promis au béton. Cimentation des allées, Grand Palais « éphémère » monumental et espaces techniques pris sur les jardins, c'est un bon quart du parc qui va être soustrait aux Parisiens qui n'en savent rien.

Sans concertation, ce grand écrin de verdure au cœur de Paris est promis au béton. Cimentation des allées, Grand Palais « éphémère » monumental et espaces techniques pris sur les jardins, c'est un bon quart du parc qui va être soustrait aux Parisiens qui n'en savent rien.

Canicule et urbanisme : arrêtons de densifier nos villes !
17/07/2020
Canicule et urbanisme : arrêtons de densifier nos villes !

Canicule et urbanisme : arrêtons de densifier nos villes !

Si la densification des zones urbaines vise à préserver les espaces naturels, ses effets sont extrêmement néfastes lors des épisodes caniculaires, amenés à se multiplier.

Adresse

103, Rue De Vaugirard
Paris
75006

Informations générales

103, rue de Vaugirard, 75006 Paris +33 (0)1 45 44 63 26 Adhérer : http://bit.ly/adhrSOSParis Faire un don sécurisé pour financer nos recours : http://bit.ly/donSOSParis Instagram : https://www.instagram.com/sos_paris/ Twitter : https://twitter.com/sosparis YouTube : http://bit.ly/SOSParisTube

Notifications

Soyez le premier à savoir et laissez-nous vous envoyer un courriel lorsque SOS Paris publie des nouvelles et des promotions. Votre adresse e-mail ne sera pas utilisée à d'autres fins, et vous pouvez vous désabonner à tout moment.

Contacter L'entreprise

Envoyer un message à SOS Paris:

Vidéos

Organisations à But Non Lucratifss á proximité