Fondation pour la Mémoire de l'Esclavage

Fondation pour la Mémoire de l'Esclavage La Fondation pour la mémoire de l'esclavage agit pour l'intérêt national et la cohésion nationale. Reconnue d'utilité publique, elle vise de à transmettre l’histoire, par la culture, pour la citoyenneté.
(6)

Fonctionnement normal

09/10/2020

L’esclavage dans les programmes et les manuels scolaires : La Fondation publie le premier numéro de ses « Notes de la FME ».

Ce premier numéro, publié en coïncidence avec les rendez-vous de l’Histoire de Blois, auxquels la Fondation participe le 9 novembre, est consacré à la place de l’esclavage dans les programmes et manuels scolaires d’histoire. Il fait le diagnostic des progrès réalisés depuis le vote de la loi Taubira, mais aussi des manques, dont le principal est l’absence inexplicable de Toussaint Louverture
et de la révolution haïtienne dans les programmes scolaires sur la Révolution Française, sauf dans les lycées professionnels et en outre-mer : nous montrons ainsi que quand il est question de l’esclavage, on n’enseigne pas la même Histoire de France à tous les enfants de France.

La note formule ensuite 7 propositions pour remédier à cette situation.
Découvrez-les en suivant ce lien :
https://memoire-esclavage.org/sites/default/files/2020-10/Note%20éducation%20FME%20sept%202020.pdf

Henri Christophe - La tragédie du premier roi de HaïtiHenri Christophe est né dans l'esclavage, le 8 octobre 1767 sur l’...
08/10/2020

Henri Christophe - La tragédie du premier roi de Haïti

Henri Christophe est né dans l'esclavage, le 8 octobre 1767 sur l’île de la Grenade, alors colonie britannique, avant d'être amené à Saint-Domingue (aujourd'hui Haïti). A 12 ans, il fera partie, en tant que tambour, des soldats de couleurs qui se battront sous le pavillon français durant la Guerre d'Indépendance d'Amérique. Lorsque les esclaves de Saint-Domingue se soulèvent en 1791, il rallie immédiatement la révolte, et devient l'un des principaux lieutenants de Toussaint Louverture. Nommé général en 1802, il défendra ensuite la ville de Cap-Français (aujourd’hui Cap-Haïtien) contre le corps expéditionnaire français du Général Leclerc, beau-frère de Napoléon Bonaparte.

Après la proclamation de l’indépendance d’Haïti le 1er janvier 1804, Henri Christophe prend part, aux côtés d’Alexandre Pétion, à la conjuration qui assassine Jean-Jacques Dessalines, le vainqueur des Français et premier chef de l'Etat haïtien. Nommé en 1807 président d'Haïti, Henri Christophe rompt avec son compagnon d’armes, Alexandre Pétion, qui établira un gouvernement rival à Port-au-Prince. Laissant le Sud à la République dirigée par Pétion, Henri Christophe gouvernera le nord d’Haïti, d’abord comme président, puis en tant que roi sous le nom de Henri Ier après avoir rejeté la constitution.

A la tête du royaume du Nord, le ""roi Christophe"" cherche à mener une politique modernisatrice symbolisée par son oeuvre législative réunie au sein du « code Henri », composé de 9 lois inspirées des grands Codes napoléoniens, et par sa promotion de l'éducation à travers l'établissement de l'école publique et obligatoire. Mais son règne est marqué par la rivalité avec la république du Sud, par une politique agraire impopulaire, et par un autoritarisme croissant. Menacé par un coup d'Etat, malade, il se donne la mort en se tirant une balle en argent dans le cœur le 6 octobre 1820.

Durant son règne, Henri Christophe construira des palais et des monuments tels que la citadelle la Ferrière et le palais Sans Souci. Son épopée tragique, symbole des débuts difficiles de l'Etat haïtien, marquera les imaginaires puisqu'elle inspirera à la fois l''écrivain cubain et maître du réalisme magique Alejandro Carpentier (Le Royaume de ce monde, 1949), le futur Prix Nobel Derek Walcott, Henri Christophe : une chronique en sept scènes, 1949), et Aimé Césaire, qui lui consacrera en 1963 une pièce de théâtre intitulée La Tragédie du roi Christophe, entrée en 1991 au répertoire de la Comédie-Française.

#esclavage #haiti #Cestnotrehistoire #france

En savoir plus :
https://www.franceculture.fr/emissions/fictions-theatre-et-cie/tragedie-du-roi-christophe-de-aime-cesaire-0
http://agora.qc.ca/thematiques/mort/dossiers/henri_christophe
https://www.erudit.org/fr/revues/etudlitt/1973-v6-n1-etudlitt2193/500266ar/
https://www.1789-1815.com/p_christophe.htm

Lancement du Festival du Mois Kréyol, avec le soutien de la Fondation pour la Mémoire de l’EsclavageInitié en 2017 sous ...
08/10/2020
Festival Le Mois Kréyol #4 – Festival des langues et des cultures créoles | LMK#4 – 2 octobre – 28 novembre 2020 / EN COURS DE MISE A JOUR

Lancement du Festival du Mois Kréyol, avec le soutien de la Fondation pour la Mémoire de l’Esclavage
Initié en 2017 sous la houlette de Chantal Loïal chorégraphe et directrice de la Compagnie Dife Kako/Paris, le Festival du Mois Kreyol se déroule du 12 octobre au 28 novembre 2020, entre l’Hexagone, l’Outre-mer, Haïti, Montréal, Trinidad…
Pour cette édition 2020, l’équipe du Festival a choisi deux thèmes particulièrement d’actualité – l’écologie et les luttes sociales – à un moment où les questions d’environnement, d’égalité, de santé, d’emploi sont plus que jamais d’actualité, entre le chlordécone, l’urgence climatique, la crise sanitaire et les plus importantes manifestations antiracistes des dernières décennies.
Dans ce moment si particulier, la culture est plus que jamais un instrument pour rassembler, étonner et mobiliser, comme les cultures créoles l’ont toujours fait, par leur richesse, par leur inventivité et par leur puissance subversive contre tous les ordres injustes. Nées de l’esclavage et des résistances qu’il a suscitées, elles sont en effet bien plus que des idiomes et des formes artistiques : elles sont des manières de vivre et d’être, pleinement, fièrement, debout.
Du 12 octobre au 28 novembre 2020, c’est un programme éclectique que propose le Festival, en s’adressant à des publics variés : ateliers dans les écoles, concert et dédicace d’auteur, ateliers de cuisine, film documentaire, exposition, musique/concert avec des artistes locaux et des artistes en provenance des outre-mer.
Créée le 12 novembre 2019 avec le soutien de nombreux acteurs publics et privés (liste sur https://memoire-esclavage.org/), la Fondation pour la Mémoire de l’Esclavage est fière et heureuse de pouvoir s’associer, pour sa première année d’existence, à cette 4ème édition du Festival du Mois Kréyol, et participer ainsi à en faire l’un des temps forts annuels de la vie culturelle de notre pays.
Vous pouvez trouver toutes les informations nécessaires sur les réseaux et sites suivants :
Youtube
https://www.youtube.com/watch?v=bVls80iZ7Ag
Facebook Festival Le Mois Kréyol
https://www.facebook.com/LeMoisKreyol/
Twitter
https://twitter.com/MoisKreyol
Instagram
https://www.instagram.com/festival_lmk/
Nous vous espérons nombreux à cette belle manifestation.

https://lemoiskreyol.fr/

Festival Le Mois Kréyol #4   Le Festival Le Mois Kréyol, festival des langues et des cultures créoles, est revenu pour sa quatrième édition, du 2 octobre au 28 novembre, à Paris, en Île-de-France, à Strasbourg, à Lille, à Mulhouse, à Bordeaux, en Martinique, en Guadeloupe, en Guyane, à ...

Une initiative majeure aux Etats-UnisThe Andrew W. Mellon Foundation vient d'annoncer une initiative majeure en réponse ...
06/10/2020
Monuments | The Andrew W. Mellon Foundation

Une initiative majeure aux Etats-Unis
The Andrew W. Mellon Foundation vient d'annoncer une initiative majeure en réponse au vaste mouvement de réinterrogation du patrimoine dans l'espace public que connaissent les Etats-Unis depuis plusieurs années déjà. Présidée par la poétesse Elizabeth Alexander, la Fondation Mellon a en effet décidé de lancer un plan de 250 millions de dollars sur les 5 prochaines années, afin de créer de nouveaux monuments pour enrichir l'espace public et y représenter des figures, des événements ou des mouvements qui y sont aujourd'hui mal représentés, ainsi que pour recontextualiser ou déplacer les monuments existants qui le justifieraient.
Ce mouvement ne touchant pas que les Etats-Unis, mais aussi la France, dans l'Hexagone et outre-mer, on se prend à rêver d'une initiative similaire, avec le même degré d'ambition, pour accompagner les acteurs publics et privés de notre pays qui sont aussi confrontés à ces questions.
Parce que #Cestnotrehistoire.

The Monuments Project will transform the way our country’s histories are told in public spaces.

Un travail remarquableAu Royaume-Uni, le @National Trust, qui gère les monuments historiques dans tout le pays, vient de...
04/10/2020
Addressing our histories of colonialism and historic slavery

Un travail remarquable
Au Royaume-Uni, le @National Trust, qui gère les monuments historiques dans tout le pays, vient de publier un rapport sur les liens entre le patrimoine qu'il protège et valorise, et le système colonial et esclavagiste anglais. Le rapport annonce d'autres travaux dans les années à venir, et il vaut d'être lu dans son intégralité, en suivant le lien suivant :https://nt.global.ssl.fastly.net/documents/colionialism-and-historic-slavery-report.pdf
Dans la vidéo qu'elle a faite pour accompagner la sortie de ce travail important, Hilary McGrady, la directrice générale du National Trust, en explique l'esprit : "Notre responsabilité [en tant que gardien de ces lieux] est de raconter toute leur histoire, pas juste les parties avec lesquelles nous sommes confortables. [Faire cela], ce n'est pas porter un jugement sur l'histoire"
Comme quoi, quand on veut, on peut !
A quand le même travail en France ?
#Cestnotrehistoire
https://www.nationaltrust.org.uk/features/addressing-the-histories-of-slavery-and-colonialism-at-the-national-trust

Find out what's in our report and review our colonialism and historic slavery past connections

Installation du Conseil des Territoires de la FondationJeudi 1er octobre, le conseil des territoires de la Fondation pou...
02/10/2020

Installation du Conseil des Territoires de la Fondation

Jeudi 1er octobre, le conseil des territoires de la Fondation pour la Mémoire de l'Esclavage a tenu sa 1ère réunion sur Zoom, en direct de 3 continents.

Le conseil des territoires de la FME réunit les représentants de ses 22 collectivités fondatrices, ainsi que des grandes associations d’élus locaux.

Les échanges ont été nourris, sur les expériences et projets de chaque territoire, sur leurs attentes à l’égard de la Fondation, et sur la perspective du Mois des Mémoires 2021, marqué par les 20 ans de la loi Taubira.

Merci à Basse Terre Guadeloupe, Bordeaux, Ville de Brest, Ville de Fort-de-France, Ville de Houilles, La Rochelle, Le Havre, Ville de Lorient, Ville de Montceau les Mines, Ville de Nantes, Ville de Paris, Saint-Denis de la Réunion, Ville de Saint-Pierre Martinique - Officiel, VILLE DE POINTE A PITRE, Conseil Départemental de La Guadeloupe, Région Guadeloupe, CTG Collectivité Territoriale de Guyane, Région Ile-de-France, Département de Mayotte, Communauté d'Agglomération Cap Excellence, Département de La Réunion et Région Réunion ainsi qu'à l'association des départements de France, l' Association des maires de France et des présidents d'intercommunalité, Régions de France, partenaires de la FME.

01/10/2020
Invitation Au Voyage / Stadt Land Kunst

Comme la Guadeloupe a eu Solitude, "Fanm' Doubout'" honorée le week-end dernier par la Ville de Paris, la Jamaïque a eu Nanny, reine des Marrons, évoquée ici par ARTE.
#CestNotreHistoire

En Jamaïque, les esclaves en fuite vivaient en communauté, et ils étaient dirigés par une femme : la reine Nanny.
➡️ bit.ly/MarronsJamaïque

La FME aux Rendez-vous de l’Histoire La Fondation participe au festival à Blois (http://rdv-histoire.com/) dont le thème...
01/10/2020

La FME aux Rendez-vous de l’Histoire

La Fondation participe au festival à Blois (http://rdv-histoire.com/) dont le thème est cette année « Gouverner » avec une carte blanche : « Histoire(s) et mémoire(s) de l’esclavage : y a-t-il péril en la demeure ? ». La table ronde sera animée par Romuald Blaise Fonkoua, président du comité scientifique de la FME avec Pierre-Yves Bocquet (FME), Audrey Celestine (Univ de Lille), Catherine Cocquery-Vidrovitch (Univ Paris Diderot) et Jean Moomou (EHESS).
🗓 Le vendredi 9 octobre à 18h. Amphi 1, site chocolaterie.
Plus d’infos ici: http://rdv-histoire.com/programme/histoires-et-memoires-de-l-esclavage-y-t-il-peril-en-la-demeure-comment-depasser-le-proces-des

Et dans le cadre des rencontres pédagogiques, elle participera à l’organisation d’une table-ronde « Le code noir, un instrument juridique au service du gouvernement des sociétés esclavagistes » modérée par Elisabeth Landi, agrégée d’histoire et professeure CPGE Martinique : Jean-François Niort (Univ. Des Antilles), Eric Mesnard (UPEC) et Sébastien Ledoux (Univ Paris I).
🗓 Le vendredi 9 octobre à 14h Amphi vert, Campus de la CCI
En présence de Jean-Marc Ayrault, président de la Fondation.
Plus d’infos: http://rdv-histoire.com/programme/le-code-noir-un-instrument-juridique-au-service-du-gouvernement-des-societes-esclavagistes

« J'ai demandé à Emmanuel Macron que la journée de commémoration de l'esclavage devienne un jour férié partout en France...
30/09/2020
L'invité - Jean-Marc Ayrault

« J'ai demandé à Emmanuel Macron que la journée de commémoration de l'esclavage devienne un jour férié partout en France. L’année prochaine, nous allons commémorer les 20 ans de la loi portée par Christiane Taubira. (…) J’étais président du groupe socialiste à l’Assemblée nationale, C. Taubira était dans mon groupe, et avec Lionel Jospin, qui était Premier ministre, nous avons fait en sorte qu’un consensus soit voté. La France, pour la première fois, reconnaissait que la Traite et l’esclavage était un crime contre l’humanité. »
« Il est dans l’intérêt de tous les citoyens français que cette histoire soit mieux connue, mieux maitrisée pour nous donner les clés pour comprendre la diversité française et ses origines (…), pour travailler à une cohésion nationale qui passe par la justice sociale, la lutte contre le racisme et les inégalités »

Invité par TV5Monde, Jean-Marc Ayrault, président de la FME, donnait son point de vue sur l’actualité (les élections aux Etats-Unis, les récentes marches, le projet de loi sur le séparatisme…), revenait sur le rôle de la Fondation et la loi de 2005 qui l’a initié. Vous pouvez revoir l’intégralité de son passage ici: https://revoir.tv5monde.com/toutes-les-videos/info-societe/l-invite-jean-marc-ayrault

L'ancien Premier ministre français Jean-Marc Ayrault est aujourd'hui le président de la Fondation pour la mémoire de l'esclavage. Alors que l'on va célébrer les 20 ans de la loi Taubira, avant le mois des mémoires en 2021 en souvenir de l'abolition de l'esclavage outre-mer, la question de la m...

29/09/2020
Conseil supérieur de l'audiovisuel - CSA

Promouvoir la diversité à la télévision, c'est aussi transmettre à la télévision une Histoire de France qui fasse sa place à la diversité française, qui en explique l'origine et qui en montre les apports. L'action du Conseil supérieur de l'audiovisuel - CSA en faveur de la diversité y aide.
https://fb.watch/Pn3MlcecZ/

Votre télévision reflète-t-elle la diversité de la société française ? Réponse dans la vague 2019 de notre baromètre : https://www.csa.fr/Informer/Collections-du-CSA/Observatoire-de-la-diversite/Barometre-de-la-diversite-de-la-societe-francaise-resultats-de-la-vague-2019

Solitude : de la figure historique au mythe littéraireLa mulâtresse Solitude, à qui la Ville de Paris a dédié ce week-en...
27/09/2020

Solitude : de la figure historique au mythe littéraire
La mulâtresse Solitude, à qui la Ville de Paris a dédié ce week-end un nouveau jardin où sa statue sera bientôt installée, n'est que fugacement évoquée dans les archives. C'est par la littérature qu'elle est vraiment entrée dans les imaginaires, avec le roman éponyme qu'André Schwarz-Bart a écrit avec l'aide de sa femme Simone en 1972.
Son écriture s'inscrit dans un cycle romanesque complet dont Simone Schwartz-Bart a pris la suite après la disparition d'André. Sa création est une histoire extraordinaire que l'on peut découvrir ici : https://www.franceculture.fr/emissions/talmudiques/retrouver-andre-schwarz-bart-22-le-sauvetage-des-archives
Force de la littérature, qui transforme en mythe puissant et évocateur une figure historique réelle mais presque sans traces, et qui a porté cette "Fanm' Doubout'" de la Guadeloupe jusqu'au Panthéon, en 2014 grâce à France Culture : https://www.franceculture.fr/emissions/une-vie-une-oeuvre/solitude

26/09/2020

Inauguration du jardin Solitude avec Anne Hidalgo ce matin à Paris. Solitude, camarade de combat de Louis #Delgres, sera bientôt la première femme noire à avoir une statue à Paris. La Ville de Paris est fondatrice de la FME.

Le Mois Kréyol, c’est bientôt ! En partenariat avec la Fondation pour la mémoire de l’esclavage.
26/09/2020

Le Mois Kréyol, c’est bientôt ! En partenariat avec la Fondation pour la mémoire de l’esclavage.

Découvrez la programmation du festival Le Mois Kreyol #4 à Paris et IDF !
Le festival des langues et des cultures créoles met en avant des artistes ultramarins pour faire rayonner la culture créole à travers du théâtre, des contes, des concerts, des expo, des films documentaires…
Les ateliers de danse et de musique bientôt dévoilés ….

Du 22 au 25 septembre 1870, plusieurs communes du sud de la Martinique s’embrasent. 20 ans après l’abolition définitive ...
25/09/2020

Du 22 au 25 septembre 1870, plusieurs communes du sud de la Martinique s’embrasent. 20 ans après l’abolition définitive de l’esclavage, au sortir du Second Empire, plusieurs inégalités subsistent. Les propriétaires ont gardé leurs propriétés, les affranchis sont traités comme de sous-citoyens ; de nouveaux exploités, les « engagés », sont débarqués en masse d’Afrique et d’Inde pour travailler comme des esclaves. Mais le souvenir de la révolution haïtienne perdure. L’exaspération des petits propriétaires et cultivateurs noirs devant la résistance à tout changement social de l’oligarchie possédante se fait de plus en plus ressentir. C’est la période méconnue du « postesclavage ».

Le 21 septembre, une injustice ordinaire met le feu aux poudres : la condamnation à caractère raciste et discriminatoire du mulâtre Léopold Lubin. C’est le début de l’insurrection. A sa tête, figurent des meneurs tels que Telgard, Lacaille, Villard et Bolivard, connus pour leur activisme politique. Ils seront suivis par une foule de petits propriétaires et d’ouvriers agricoles, parmi lesquels des femmes, telle que Lumina Sophie.

La Troisième République vient de naître mais son premier acte sera une répression coloniale en Martinique. L’état de siège est proclamé par le gouverneur. Les habitants blancs, dans le souvenir toujours présent de la Révolution de Haïti, redoutent la fin de leurs privilèges avec l’avènement du nouveau régime et la poussée irrésistible des classes de couleur. Les soldats et des volontaires enrôlés à Saint-Pierre et à Fort-de-France attaquent les positions des insurgés, notamment le camp de la Régale. Des dizaines d’hommes et de femmes sont massacrés.

Pour éviter toute représaille, le gouverneur déclare une amnistie partielle le 30 septembre, sauf pour les chefs et les personnes reconnues pour homicides. L’instruction du procès, confiée au Conseil de guerre, est marquée par une partialité flagrante. Les magistrats ne cachent pas leurs positions ultra-conservatrices, et leur obsession de « l’éviction », c’est-à-dire de la prise du pouvoir par les masses noires, comme à Saint-Domingue 70 ans plus tôt. Ils accréditent même la thèse de la volonté d’exterminer les blancs. Les condamnations sont extrêmement sévères, conformes au désir des possédants créoles, et à la tendance du gouvernement français, qui au même moment réprime dans le sang la Commune parisienne. 22 condamnations à mort sont alors prononcées, dont 14 par contumace.

A l’occasion du 150ème anniversaire de l’Insurrection du Sud, la Fondation pour la mémoire de l’esclavage et Oliwon Lakarayib ont organisé un Live pour revenir sur cet événement important. Vous pouvez en visionner la rediffusion en illimité ici : https://www.facebook.com/fondationpourlamemoiredelesclavage/posts/191210955839167

Pour aller plus loin :
Armand Nicolas, Histoire de la Martinique
Pago, L’insurrection du Sud de la Martinique, in L’Historial antillais, t.IV, 1980, p. 221-258.
BNF Conseil de guerre, 2e série ark:/12148/bpt6k5470322h

Adresse

27 Rue Oudinot
Paris
75007

Heures d'ouverture

Lundi 08:30 - 17:30
Mardi 08:30 - 17:30
Mercredi 08:30 - 17:30
Jeudi 08:30 - 17:30
Vendredi 08:30 - 17:30

Notifications

Soyez le premier à savoir et laissez-nous vous envoyer un courriel lorsque Fondation pour la Mémoire de l'Esclavage publie des nouvelles et des promotions. Votre adresse e-mail ne sera pas utilisée à d'autres fins, et vous pouvez vous désabonner à tout moment.

Contacter L'entreprise

Envoyer un message à Fondation pour la Mémoire de l'Esclavage:

Vidéos

Une nouvelle étape dans la reconnaissance par la France de son passé colonial

La création de la Fondation pour la Mémoire de l’Esclavage s’inscrit dans le long chemin de la reconnaissance par la France de son passé colonial.

Dès les années 1960, un mouvement populaire se développe dans les outre-mer pour faire reconnaître la mémoire des esclaves et de leurs descendants. Porté par les artistes et les intellectuels, soutenu par les collectivités locales, relayé par des initiatives internationales telles que la Route de l’Esclave de l’UNESCO, il a pris une ampleur nationale avec la marche du 23 mai 1998 et le vote, le 10 mai 2001, de la proposition de loi de Christiane Taubira par laquelle la France a reconnu la traite et l’esclavage coloniaux comme crime contre l’humanité.

La France a alors inscrit l’histoire de l’esclavage dans les programmes scolaires, elle a mis en place deux journées nationales du souvenir, les 10 mai, journée nationale des mémoires de la traite, de l’esclavage et de leurs abolitions, et 23 mai, journée nationale en hommage aux victimes de l’esclavage, et elle s'est dotée d’un comité national formé de personnalités du monde de la recherche, de la culture et de la société civile, le Comité national pour la mémoire et l’histoire de l’esclavage (CNMHE), afin de coordonner l’effort de transmission de la connaissance de cette histoire.

Présidé successivement par Maryse Condé (2004-2008), Françoise Vergès (2008-2012), Myriam Cottias (2013-2016) et Frédéric Régent (2016-2019), le CNMHE a contribué à l’organisation des journées nationales du mois de mai, au recensement des œuvres liées à l’esclavage dans l’inventaire des musées et institutions patrimoniales françaises, à la mise en place en 2015 du Mois des Mémoires et du concours scolaire de la Flamme de l’Egalité, à la remise chaque année d’un prix de thèse récompensant les meilleurs travaux sur l’esclavage.

Organisations à But Non Lucratifss á proximité


Commentaires

Et pendant ce temps-là en #france le pays des droits de l'homme qui a déclaré l'esclavage crime contre l'humanité, #colbert le père du #codenoir a 1 statue devant l'@AssembleeNat et ça ne dérange personne. https://t.co/tc9B5SPriA #antoinecrozat #Afrique #martinique #22mai1848 de Gilles Dégras Source: https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Baptiste_Colbert
POUR UNE LITTÉRATURE AFROCENTRIQUE-Check my page. Le nouveau pavé de l'été 2020-une France décousue par ses conflits politiques & raciaux...un polar dynamite où se croisent commerce du sexe et la soif de pouvoir! Supportez les artistes indépendants contemporains
Artistes musiciens
Grand merci pour la commémoration du 10 mai dans le confinement. J'étais chez moi, avec le miens, juste devant la télé, mais je crois pourtant que c'est la première fois que j'ai autant senti les "autres", ceux des autres territoires. La fondation est bien partie.
Merci pour le Live! Pourriez-vous mettre en ligne la bibliographie des différents intervenants ? Merci déjà.
Bonjour monsieur le Président, je veut connaître l'histoire de notre famille descendante de côlon français, tous ensembles pour l'éveil de mémoire.
En cette journée commémorative je vous invite à découvrir le sens du mot YOVODAH, qui devrait être connu de tous et enseigné à l'école. C'est le terme qui désigne l'esclavage et le génocide du peuple Africain. En vous souhaitant à tous une magnifique journée !
Un message du Président Chers amis de la Fondation pour la mémoire de l'esclavage, Depuis trois semaines maintenant, la France est confinée pour lutter contre l'épidémie de Covid-19. Cette épreuve nous ramène à l'essentiel de ce qui fonde nos vies : la valeur des relations humaines, l'importance des solidarités et la dette que nous avons à l'égard de toutes celles et tous ceux qui nous soignent, nous nourrissent, nous protègent. Dans ces circonstances exceptionnelles, la Fondation poursuit ses activités. Désormais en télétravail, son équipe continue à mettre en place ses programmes, à nouer de nouveaux partenariats, à mettre en place les outils qui nous permettront de rester en contact avec vous durant cette période et au-delà, et enfin à préparer le déploiement de ses actions dès que la levée du confinement le permettra. Cette période de confinement inédite nous invite à penser à ce qui nous arrive, et plus encore, à penser le monde d'après, à la lumière de l'histoire, de la culture, de l'expérience des femmes et des hommes résilients qui nous ont précédés. Portez-vous bien, faites-vous confiance, respectons les consignes de sécurité, pour nous et pour les autres. Jean-Marc Ayrault Président