Défendons notre patrimoine

Défendons notre patrimoine Agissons ensemble pour le patrimoine français !

Fonctionnement normal

Avant / Après (1991/2021)Gare centrale de KhabarovskS'ils l'ont fait, on peut le faire en France ! 💪
07/02/2021

Avant / Après (1991/2021)
Gare centrale de Khabarovsk

S'ils l'ont fait, on peut le faire en France ! 💪

06/02/2021

On vous attend à 13h devant la Chapelle Saint-Joseph à Lille, contre sa destruction !
(33 rue Colson) 👊

🎉 Hier soir, contre vents et tempêtes, l'équipe Défendons notre patrimoine - Strasbourg est allée nettoyer la statue du ...
01/02/2021

🎉 Hier soir, contre vents et tempêtes, l'équipe Défendons notre patrimoine - Strasbourg est allée nettoyer la statue du Général Desaix. Plus de tags, de pourritures et de saletés, elle est maintenant comme neuve ! 👏
De plus, des policiers sont venus les féliciter pour leur bon travail !

🇫🇷 Rejoignez nous :
- Défendons notre patrimoine - National

Toujours actifs pour défendre le patrimoine. Réunion du bureau de "Défendons notre patrimoine" ce soir pour discuter des...
24/01/2021

Toujours actifs pour défendre le patrimoine. Réunion du bureau de "Défendons notre patrimoine" ce soir pour discuter des prochaines actions.

L'Histoire à la Française - L'HàF
19/01/2021

L'Histoire à la Française - L'HàF

😍 Stéphane Bern suit Défendons notre patrimoine sur Twitter ! Une raison de plus pour nous rejoindre et vous battre pour la préservation de notre patrimoine commun ! 💥

➕ Compte Twitter Défendons notre patrimoine :
- https://twitter.com/DefendonsP?s=09

➕ Groupe Facebook :
- Défendons notre patrimoine - National

⚠️ Les membres de Défendons notre patrimoine - Lille ont mené une action jeudi soir pour empêcher la destruction de la C...
15/01/2021
Ils cadenassent le chantier d'une chapelle pour l'empêcher d'être détruite

⚠️ Les membres de Défendons notre patrimoine - Lille ont mené une action jeudi soir pour empêcher la destruction de la Chapelle Saint-Joseph à Lille !
Valeurs actuelles en a fait un article ! 📰

➡️ Rejoignez nous pour protéger le patrimoine français :
- Défendons notre patrimoine - National
- Défendons notre patrimoine - Lille

⛔ PARTAGEZ UN MAXIMUM !

Il ne reste plus qu'un recours pour sauver la chapelle Saint-Joseph : le Conseil d'Etat. Cette église du XIXe à Lille doit être déconstruite pour laisser pla...

Les attaques contre le patrimoine continuent. Plus que jamais il faut des gens pour le protéger, quel qu'il soit. ➡️Rejo...
12/01/2021

Les attaques contre le patrimoine continuent. Plus que jamais il faut des gens pour le protéger, quel qu'il soit.

➡️Rejoignez Défendons notre patrimoine - National, ainsi que le groupe défendons notre patrimoine de votre ville pour mener des actions concrètes de protection du patrimoine

Quand les pouvoirs publics nous lâchent, il faut que les citoyens s'unissent pour faire front commun contre l'obscuranti...
09/01/2021

Quand les pouvoirs publics nous lâchent, il faut que les citoyens s'unissent pour faire front commun contre l'obscurantisme. L'Etat a trahit, nous continuons le combat.

➡️Rejoignez Défendons notre patrimoine - National, rejoignez ceux qui refusent de se résigner. Vive la France et vive son patrimoine !

Honteux! Notre travail n'en devient que plus important !
03/01/2021

Honteux! Notre travail n'en devient que plus important !

01/01/2021

🍾 Bonne année à tous les défenseurs de notre Patrimoine commun ! Cette année sera notre année ! 🎉

Un autre pays, après la République Tchèque et la Hongrie, a choisi de prendre des lois contre l'uniformisation de l'arch...
22/12/2020
Trump ordonne que les bâtiments fédéraux soient «beaux»

Un autre pays, après la République Tchèque et la Hongrie, a choisi de prendre des lois contre l'uniformisation de l'architecture. Même si c'est les États-Unis, qui maintenant imposent un style greco romain à leurs bâtiments fédéraux, ce genre de loi devrait se trouver en France pour défendre notre architecture traditionnelle.

L'ancien Blokaus de la ville de Calais, agrémenté d'une fresque ayant plusieurs dizaines d'année. Détruit on se sait pou...
22/12/2020

L'ancien Blokaus de la ville de Calais, agrémenté d'une fresque ayant plusieurs dizaines d'année. Détruit on se sait pourquoi au lieu d'être réutilisé (on pouvait le rénover et en faire plein de choses). Encore une fois l'histoire de France est effacée pour construire du moderne en "Parpaing du pays".

Vous en avez marre de voir le patrimoine être balayé ? Nous aussi, rejoignez ➡️ Défendons notre patrimoine - National pour commencer la lutte.

En parler c'est bien, agir est indispensable.

Bravo à S.O.S Calvaires et à ses membres pour la reconstruction de ce calvaire en Anjou. Le patrimoine ce n'est pas que ...
21/12/2020

Bravo à S.O.S Calvaires et à ses membres pour la reconstruction de ce calvaire en Anjou. Le patrimoine ce n'est pas que les gros châteaux et les musées (même s'ils sont fondamentaux) mais aussi ces petites pièces d'Histoire.

Soutenez, les associations de défense de notre Histoire et patrimoine, soutenez S.O.S Calvaires, soutenez Défendons notre patrimoine - National

19/12/2020

🗞️ Voici un très bon article d'un grand journal norvégien, qui parle de nous, "Défendons notre Patrimoine" !
➡️ Je l'ai traduit en français (enfin google traduction, donc quelques erreurs) régalez vous !
(lecture rapide, nous vous inquiétez pas)

⭐ Les Français ont une relation amour-haine bien établie avec tout ce qui est britannique. Il en va de même pour Winston Churchill, qui ne peut guère être considéré comme un héros folklorique français. Ses désaccords avec De Gaulle sont également bien connus.

Malgré cela, les Français ont été assez généreux pour consacrer l'un des coins les plus pittoresques de leur propre capitale, au British Bulldog. L'avenue Winston Churchill est aussi large que seules les avenues parisiennes peuvent l'être, elle débouche sur le pont Alexandre III, reliant ainsi le 8ème arrondissement à la mode, à la Rive Gauche, la rive sud de la Seine.

Près du bord de la rue se trouve un statut de taille moyenne de Churchill regardant fièrement la rivière. En juin, cependant, cette statue, avec un certain nombre d'autres monuments parisiens, est devenue la cible de l'amertume moderne. Lorsque la version gauloise des manifestations Black Lives Matter (BLM) était à son pire, un mot sans équivoque a été écrit sur le piédestal de la statue: RACISTE.

L'écriture, rappel des vues douteuses de Churchill sur la race, est restée sur la statue pendant plusieurs jours, jusqu'à ce que deux jeunes Français interviennent pour forcer leur version de l'histoire. Aurélien Bréau, un étudiant d'histoire de 24 ans, et Baudoin Fayolle, un entraîneur d'escrime du même âge, ont enlevé la peinture rouge et remis la statue dans son état d'origine.

Bréau et Fayolle sont membres d'un mouvement de jeunesse connu sous le nom de «Défendons notre Patrimoine», qui a été fondé en juin. C'est la vague de violence trop prévisible contre les monuments et les statues qui a donné naissance au mouvement.

- Lorsque la violence contre le patrimoine culturel a explosé aux États-Unis et en Grande-Bretagne début juin, la France a été épargnée par la première vague. Je voulais mettre la violence en tête, et quand elle a eu lieu quelques jours plus tard, nous étions déjà préparés. Nous étions mal organisés, mais nous avons quand même pu faire quelque chose, raconte Thomas Perrigault, l'étudiant en droit marseillais de 21 ans qui a fondé le groupe.

⭐ BLM aussi en France

«Défendons notre Patrimoine» (DnP) se développe désormais lentement mais sûrement. Début décembre, le groupe Facebook comptait environ 4 000 membres répartis dans les plus grandes villes de France, dont près de la moitié à Paris. Ces gardiens modernes du passé parcourent les rues à la recherche de statues en ruine et de manifestations susceptibles de s'intensifier, laissant des statues sans défense comme victimes. S'ils en trouvent un, ils le publient dans le groupe Facebook pour se coordonner avec les autres membres. La solution est généralement que les membres prennent l'affaire en main ou, si une intervention directe n'est pas possible, sensibilisent la police locale à la situation.

Le DnP est une organisation bénévole que l'on peut indirectement qualifier de politique, mais qui pourtant n'a pas de plateforme politique.

- Tout le monde est le bienvenu, peu importe d'où il vient, ou à quel parti il ​​appartient, du moment qu'il veut contribuer à la protection de notre patrimoine culturel, souligne Perrigault.

Paris n'a peut-être pas été en feu cet été, du moins pas de la même manière que Minneapolis et d'autres villes américaines, où l'on pourrait presque parler de révolte totale. Néanmoins, Paris est une ville qui a fait l'objet de nombreux soulèvements contre les autorités, de la Révolution française, jusqu'en 1968 aux manifestations du gilet jaune qui, juste avant la fermeture, avaient transformé la France en une bombe à retardement qui ne demandait qu'à exploser.

Les Français n'avaient plus à chercher leur propre George Floyd. Le sort d'Adama Traoré, un Français de couleur de 24 ans tué lors d'une opération policière douteuse en 2016, repose toujours lourdement sur les habitants des nombreuses banlieues parisiennes, quartiers qui abritent de nombreux enfants et petits-enfants d'immigrés des anciennes colonies françaises. Le groupe de protestation "Vérité pour Adama" ("La vérité pour Adama") a établi des parallèles entre les deux cas de violence policière des deux côtés de l'Atlantique.

⭐ Un conflit culturel importé ?

Pour beaucoup de Français, il s'agit d'une comparaison approximative, et de plus en plus de gens pensent maintenant que la France, comme beaucoup d'autres pays européens, importe simplement des conflits culturels américains.

- Le mouvement BLM est certes légitime aux Etats-Unis, mais pas en France. Il est importé, comme si la France était une province américaine aux prises avec les mêmes problèmes, dit Perrigault.

- Il n'est pas question ici d'une manifestation de masse, ajoute Bréau. Il estime que la culture américaine des armes à feu ne peut être comparée à celle européenne. Fayolle ajoute que les vandales qui détruisent des statues peuvent difficilement être considérés comme des intellectuels néo-marxistes.

- Ils ont même abattu La Petite Sirène à Copenhague, dit-il avec résignation. Je ne comprends pas ce qu'elle a à voir avec le racisme.

En théorie, ce sont les autorités françaises, et notamment les autorités locales de Paris, qui sont chargées de la protection des monuments. Mais comme le souligne Bréau, c'est une tâche presque impossible, étant donné qu'il y a plus de 2000 monuments dans les seuls murs de la ville de Paris. En raison de la réduction des budgets ces dernières années, l'administration parisienne manque à la fois de ressources et de main-d'œuvre.

- Ils font ce qu'ils peuvent avec ce qu'ils ont à leur disposition, mais on comprend qu'ils ne peuvent pas être partout à tout moment, dit Bréau.

- En théorie, il ne devrait même pas y avoir un besoin de DnP, mais ce n'est pas le cas, et nous essayons de sensibiliser à la fois l'État et nos citoyens au problème.

⭐ Patrimoine sacré

La France est un pays obsédé par le passé, en particulier par son propre passé. Paris, avec ses nombreux rappels de la grandeur passée du pays, est la première concrétisation de l'idée de la France comme un solide musée à ciel ouvert, visité par d'innombrables Émiliens des États-Unis et d'ailleurs, mais il s'agit surtout de tourisme superficiel. Chaque rue, chaque coin, même le bâtiment le plus délabré, cache une histoire qui forme un petit morceau dans la longue histoire de la ville. Ce n'est pas un hasard si de nombreux bâtiments ne disposent toujours pas d'ascenseur, et encore moins d'autres installations modernes.

Cette culture particulière du passé se reflète dans les marques publiques françaises. La France est l'un des rares pays où les «Journées européennes du patrimoine» (organisées cette année du 18 au 19 septembre) sont un événement majeur. Les gens ordinaires visitent ensuite divers monuments pour rendre hommage à leur Patrimoine, avant de se diriger vers le bistrot local.

L'un des historiens les plus éminents de France, Pierre Nora, a introduit le concept du Lieu de Mémoire et a consacré un ouvrage de plus de 5000 pages du même nom, pour décrire le patrimoine de la France comme un coffre au trésor sans fond et sans cesse renouvelé. Ce coffre au trésor se compose non seulement de monuments, mais aussi de symboles, de rituels, d'événements, d'institutions, même la langue française appartient ici.

Dans une critique du livre, le regretté historien Tony Judt a écrit que cette interprétation très large du patrimoine culturel a trouvé son expression politique dans le ministre de la Culture sous Mitterrand, Jack Lang. Lang a élargi la perception officielle de ce qu'est le patrimoine culturel, et a même inclus le comptoir du bar dans le café où Jean Jaurès, un politicien socialiste, siégeait lorsqu'il a été assassiné en 1914.

⭐ Le patrimoine culturel est «l'espace sûr» français

Selon Judt, la France est le plus ancien État-nation d'Europe avec une perception de soi distincte et un gouvernement central avec sa propre bureaucratie, qui est en soi une institution très appréciée. L'opposition notoire du pays au changement n'est pas une expression de particularité, mais une manière de gérer le présent. Pour les Français, l'histoire de France, ou du moins la version de l'histoire de France que les autorités françaises leur servent, est un «espace sûr», un lieu où les questions d'identité complexes et distinctes à l'ère technologique et mondialisée deviennent insignifiantes.

- Notre héritage est notre propriété commune. C'est ce qui lie tous les Français ensemble. Ces statues que nous défendons honorent notre pays et sont des symboles de la puissance de la France, dit Perrigault et ajoute:
- Tout le patrimoine français mérite d'être protégé. Tout est magnifique. Il vaut mieux avoir des statues comme celle-ci, que de gros blocs de ciment uniformes et tristes. Personne n'a le droit de les toucher.

Cette perception de la France figée dans le temps est la même que les protestants attaquent souvent avec des doses égales de peinture et de vengeance. Les craintes que la jeunesse française n'ait aucune connaissance de l'histoire de France et que le vandalisme des monuments ne soit guère plus que n'importe quoi des grèves de la foule, sont remplacées par un sentiment d'imposer un danger, une menace qui jaillit tout droit du pays. passé violent: guerre idéologique.

- C'est pourquoi nous avons réagi avant les manifestations de George Floyd, pas après. Avant, un tel vandalisme n'était pas motivé par une idéologie, c'est maintenant. Les gens attaquent les statues parce qu'ils croient que la personne que la statue représente, était raciste ou a contribué à l'oppression de groupes sélectionnés, et doit donc être éloignée de l'espace public, dit Bréau.

⭐ Le patriotisme républicain de Macron

Le gouvernement français, pour sa part, a déclaré qu'il maintiendrait sa position. Lorsque les manifestations du BLM ont été les plus intenses, Emmanuel Macron a admis qu'il y avait un besoin de plus d'égalité des chances, et il a maintenu le patriotisme républicain traditionnel comme le lien qui unit tous les Français. "La république n'éliminera jamais aucun incident ni aucun nom de sa propre histoire", a déclaré le président français dans un discours.

Néanmoins, il est inévitable que le patriotisme civil de Macron soit en collision avec de nombreuses autres interprétations de l'histoire française.

- Il y a une différence entre l'histoire de la république et l'histoire de la France. La France est la nation française, pas la république française, souligne Fayolle.

Perrigault, le fondateur de DnP, utilise une déclaration communément attribuée à Napoléon pour expliquer l'histoire de France comme une séquence cohérente qu'il faut respecter, malgré toutes ses peines: «De Clovis au Comité de salut public, j'accepte tout», il faut le grand général est censé avoir déclaré, en référence à la longue et entrelacée histoire de la France, depuis les premiers rois francs, jusqu'à l'institution qui s'est tenue dans la brise de l'empire terroriste au lendemain de la Révolution française.

⭐ Un passé colonial qui n'a pas encore été oublié

La partie la plus controversée de cette histoire est celle qui ment et travaille encore dans le présent, à savoir l'histoire coloniale de la France. Pour de nombreux Français, c'est une réalité vivante, notamment en raison de la présence militaire française au Sahel, du franc CFA, et des liens entre l'élite française et les régimes corrompus d'Afrique francophone. Perrigault conteste les perceptions négatives.

- La France est un pays ouvert qui a toujours accueilli les nouveaux arrivants et les a traités comme des égaux, bien avant les autres pays. Les Français de la métropole ont toujours combattu aux côtés des Français des colonies, souligne-t-il, se référant à des exemples d'hommes de couleur qui sont partis en guerre pour la France à travers l'histoire. Il s'agit notamment de Thomas Alexandre Dumas et Eugene Bullard, le premier pilote militaire afro-américain à voler pour la France pendant la Première Guerre mondiale.

Tout le monde n'est pas d'accord avec une telle interprétation de l'histoire. L'une des statues détruites cet été était celle de Jean-Baptiste Colbert et se tenait devant le bâtiment du Parlement français. Colbert, ministre et économiste du XVIIIe siècle, est également l'auteur de The Black Code, un livre qui réglemente l'esclavage dans les colonies françaises. Les manifestants qui ont détruit la statue ont écrit «État négrophobe» partout sur le piédestal. Les statues de Louis Faidherbe et Hubert Lyautey, deux généraux qui ont combattu dans les colonies françaises, ont également été vandalisées. Bien que Voltaire n'ait pas été épargné, une statue de lui a également été détruite, probablement parce que le philosophe était impliqué dans le commerce colonial.

- Ces personnalités sont perçues comme racistes par des personnes qui ont des préjugés et qui ne connaissent pas l'histoire. Même les statues de De Gaulle ont été détruites, alors même qu'il était partisan de l'indépendance nationale, et ont traité tous les pays de la même manière, souligne Perrigault.

Pour Perrigault, comme pour beaucoup d'autres en Europe, il est absurde d'essayer de juger l'histoire sur la base de croyances modernes. Colbert, Faidherbe et même Churchill étaient manifestement racistes selon les normes modernes. En même temps, c'étaient des hommes de leur temps.

- Il est insensé de regarder des centaines d'années en arrière et de considérer le passé avec des yeux occidentaux modernes. Personne ne croyait à l'égalité à cette époque, en particulier les humanistes. Ceux qui venaient d'autres cultures étaient considérés comme des barbares. On ne peut pas le qualifier de racisme, tel qu'on le comprend aujourd'hui, explique Perrigault. Il souligne que de nombreux membres du DnP ont des racines à la fois en Afrique du Nord et en Afrique subsaharienne, mais sont dans le mouvement parce qu'ils sont opposés au vandalisme des statues.

- Le vandalisme n'est tout simplement pas un moyen légitime d'exprimer des opinions politiques dans un pays développé comme la France, surtout pas au 21e siècle, dit-il.

⭐ L'école comme champ de bataille

Comme dans beaucoup d'autres pays, la manière dont l'histoire coloniale est enseignée est devenue un sujet de discussion brûlant en France. Dans le sillage d'une vague mondiale, postmoderne et anticolonialiste, les politiciens progressistes ont soutenu qu'il fallait mettre davantage l'accent sur les expériences et les souvenirs des populations locales. De telles revendications rencontrent une forte opposition des conservateurs, qui condamnent la focalisation croissante sur d'autres cultures, au détriment de la métropole française, et - par extension - de l'histoire et des valeurs européennes.

Ce sujet était à l'ordre du jour politique bien avant l'émergence du mouvement BLM. En 2005, une loi a été adoptée obligeant les enseignants à enseigner également les aspects positifs du colonialisme français. La loi a conduit à tant de protestations que le président de l'époque, Jacques Chirac, a été contraint de retirer certaines de ses parties les plus controversées. L'année dernière, un enseignant créé à Nantes a fait fureur, lorsqu'il a confié à ses élèves la tâche d'étudier les bienfaits du colonialisme.

Dans un livre récemment publié sur le sujet, la professeure d'histoire et chercheuse Laurence De Cock critique la tendance des parties du programme d'histoire française qui concernent l'époque coloniale à former la base sur laquelle on tente d'expliquer les problèmes d'immigration actuels. Perrigault est d'accord.

- Il n'y a aucune raison pour que la France «se débarrasse de son passé de puissance coloniale», comme s'il s'agissait d'un sujet tabou dont personne n'ose parler, et préférerait être poussé sous le tapis. La France a toujours accepté son passé colonial, pour le meilleur ou pour le pire, explique-t-il.

- L'histoire ne doit jamais être utilisée comme argument politique. Les jeunes français connaissent de moins en moins l'histoire de France, ils doivent en apprendre à la fois ses côtés positifs et négatifs. Mais cela doit être fait de manière objective et non pour étayer un agenda politique. L'enseignement de l'histoire doit être basé sur des faits et non dépendre d'opinions.

⭐ Le passé ne peut pas être conservé dans un musée

Une façon de gérer le passé est de simplement le rejeter. Certains ont fait valoir que les musées pourraient être un lieu plus sûr pour les statues de personnages historiques controversés, plutôt que les avenues et les places de la capitale française. Bréau estime qu'une telle solution équivaut à une catastrophe, précisément parce que même les chapitres les plus sombres de l'histoire de France ne doivent pas être oubliés. Pour les nombreux Français qui ne sont pas des visiteurs fréquents des musées, ces statues seront alors désignées comme un oubli éternel.

- Nous oublierons probablement alors des parties de notre histoire, et répéterons les mêmes erreurs, dit-il, soulignant la peur d'oublier que tant de Français sont préoccupés, en ce moment même de nos jours. Bréau estime qu'il serait bien plus sage de protéger le patrimoine national, tout en le replaçant dans un contexte historique afin d'en tirer des leçons.

Ce n'est qu'ainsi que nous pourrons apprendre de nos erreurs et passer à autre chose, conclut-il.

Adresse

Paris

Notifications

Soyez le premier à savoir et laissez-nous vous envoyer un courriel lorsque Défendons notre patrimoine publie des nouvelles et des promotions. Votre adresse e-mail ne sera pas utilisée à d'autres fins, et vous pouvez vous désabonner à tout moment.

Contacter L'entreprise

Envoyer un message à Défendons notre patrimoine:

Organisations à But Non Lucratifss á proximité


Autres Organisation à but non lucratif à Paris

Voir Toutes

Commentaires

Oui mais soyons sélectifs , plus de place Staline !