Survie

Survie Survie est une association française qui dénonce la Françafrique, en mènant des campagnes d’information et d’interpellation des citoyen.ne.s et des élu.e.s pour changer la politique de la France en Afrique et les relations Nord-Sud. http://survie
Page officielle de l'association Survie. "La Françafrique, c’est comme un iceberg. Vous avez la face du dessus, la partie émergée de l’iceberg : la France meilleure amie de l’Afrique, patrie des droits de l’homme, etc. Et puis ensuite, vous avez 90% de la relation qui est immergée : l’ensemble des mécanismes de maintien de la domination française en Afrique avec des alliés africains…" François-Xavier Verschave Rappel : cette page n'a pas vocation à accueillir des messages de soutien à tel ou tel candidat à une élection. Merci de votre compréhension.

Créée fin 1984, l'association Survie milite en faveur de l’assainissement des relations franco-africaines, c'est-à-dire pour mettre fin au scandale de la Françafrique qu'elle a fait connaître. L'association décortique l'actualité, interpelle les responsables politiques (et les citoyen-ne-s sur ce qui est fait en leur nom) et agit sur le plan judiciaire pour mettre fin à l'impunité - notamment concernant la complicité de la France dans le génocide des Tutsi du Rwanda. Des groupes locaux implantés dans de nombreuses régions de France relaient ce travail indispensable à la défense de la démocratie, en Afrique comme en France. Survie était au départ une campagne de citoyen.ne.s, inspirée par le manifeste-appel de 126 prix Nobel contre la faim et pour le développement (1981), qui cherchait à faire voter une "loi de Survie" pour améliorer l'efficacité de l'action collective de solidarité internationale, l'aide au développement. Un objectif consensuel, bénéficiant officiellement d'un large soutien, mais jamais atteint : les militant-e-s ont réalisé que la politique française en Afrique n'était pas "inefficace" comme ils le pensaient, mais qu'elle était criminelle. LE génocide des Tutsi du Rwanda, en 1994, en a été une preuve effarante. Depuis l'association a fait sien le célèbre adage : "d’abord, ne pas nuire"...

Mission: L'association a fait connaître le scandale de la Françafrique, notamment sous la plume de son ancien président François-Xavier Verschave. L'association continue de décrypter la politique franco-africaine et de dénoncer les soutiens multiformes d'acteurs français aux pires régimes du continent africain.

Communiqué :L'association Survie réagit à la lettre adressée au patron du Parti Socialiste par 23 anciens ministres, au ...
15/05/2019
Rwanda, 1994 : quand les éléphants du PS défendent leur cimetière

Communiqué :
L'association Survie réagit à la lettre adressée au patron du Parti Socialiste par 23 anciens ministres, au sujet des accusations de "complicité de génocide" portées contre François Mitterrand par leur tête de liste aux élections européennes.

"Cette réaction collective au sein du Parti socialiste n’est pas une surprise, tant certains des éléphants de ce parti s’illustrent, parfois depuis 1994, en empêchant tout questionnement sur le sujet"...

La révélation de la lettre envoyée par 23 anciens ministres ou collaborateurs de François Mitterrand à Olivier Faure, enjoignant le premier secrétaire (...)

Au Cameroun, le célèbre présentateur TV Jean-Bruno Tagne  a été licencié de la chaîne Canal 2, son employeur ayant cédé ...
28/04/2019
« Au Cameroun, la presse de qualité est vampirisée par la presse à gage »

Au Cameroun, le célèbre présentateur TV Jean-Bruno Tagne a été licencié de la chaîne Canal 2, son employeur ayant cédé aux demandes de l'entourage de Paul Biya pour éjecter ce journaliste dont la liberté de ton et l’indépendance politique détonaient. Depuis plus d'un an, il était de fait sur un siège éjectable, ses interviews politiques de candidats à la présidentielle d'octobre dernier ayant dérangé sa direction, soucieuse de plaire au pouvoir. Nous diffusons pour l'occasion l'interview que nous avions faite de lui dans notre journal Billets d'Afrique, en février 2018 : « Au Cameroun, la presse de qualité est vampirisée par la presse à gage »

Ce jeudi soir sur France 3, (hélas) à 23h30 : un documentaire édifiant - rigoureux et sensible à la fois - sur le rôle d...
25/04/2019
A voir sur Télérama.fr : “Retour à Kigali”, un documentaire implacable sur le génocide au Rwanda

Ce jeudi soir sur France 3, (hélas) à 23h30 : un documentaire édifiant - rigoureux et sensible à la fois - sur le rôle de la France avant, pendant et après le génocide des Tutsis du Rwanda. Avec la parole, rare, d'acteurs clés de l'époque. Il ne manque que l'affaire, emblématique, de Bisesero (non évoquée) pour avoir un document extrêmement complet sur ce qui permet de parler de "complicité de génocide".
A voir et faire voir à votre entourage, ce jeudi soir ou ensuite en replay.

Vingt-cinq ans après le génocide au Rwanda, de quoi la France est-elle responsable ? Réponse implacable de Jean-Christophe Klotz dans ce documentaire à découvrir en avant-première de sa diffusion sur France 3 jeudi 25 avril, à 23h30.

A lire dans Le Monde : Tribune des avocats de parties civiles dans le dossier Bisesero (dont Survie, la FIDH - Internati...
16/04/2019
Archives sur le génocide au Rwanda : « L’accès aux sources secrètes doit être étendu aux juges »

A lire dans Le Monde : Tribune des avocats de parties civiles dans le dossier Bisesero (dont Survie, la FIDH - International Federation for Human Rights et la Ligue des droits de l'Homme), en réaction aux annonces de l'Elysée sur l'habilitation d'une commission d'historiens à consulter les archives sur le rôle de la France en amont, pendant et après le génocide des Tutsis au #Rwanda : « L’accès aux sources secrètes doit être étendu aux juges »

TRIBUNE. Alors qu’une commission d’historiens va pouvoir examiner les archives sur le rôle de la France au Rwanda de 1990 à 1994, les avocats des parties civiles dans le dossier du massacre de Bisesero réclament, dans une tribune au « Monde », que cet accès soit élargi aux magistrats.

12/04/2019
Rwanda, 1994 : la mandataire des archives Mitterrand tente de se justifier

Jeudi soir sur CNEWS, Dominique Bertinotti, mandataire de François Mitterrand pour les archives de l'Elysée (et par ailleurs porte-parole du mouvement Génération.s) a tenté de justifier le fait de ne pas laisser tous les chercheurs et journalistes accéder aux archives en lien avec le génocide des Tutsi du Rwanda. Certaines archives permettraient peut-être de lever des zones d'ombre sur le rôle de la France.
C'est à cette mandataire que Survie et le chercheur François Graner avaient symboliquement ramené en décembre 2017 la "clé" de ce "deuxième verrou" (le premier verrou étant la classification Secret Défense), au moment de la saisine (toujours en cours) de la Cour européenne des droits de l'homme pour contester ce dispositif légal (voir https://survie.org/themes/genocide-des-tutsis-au-rwanda/article/le-chercheur-francois-graner-et-l-association-survie-apportent-a-la-gardienne )

11 avril 2011 : l'armée française pilonne le palais présidentiel en Côte d'Ivoire et aide à arrêter Laurent Gbagbo.Huit ...
11/04/2019
La France et la CPI, toute une histoire

11 avril 2011 : l'armée française pilonne le palais présidentiel en Côte d'Ivoire et aide à arrêter Laurent Gbagbo.
Huit ans plus tard, son procès à la Cour pénale internationale (CPI) a tourné au fiasco. L'occasion de lire "La France et la CPI, toute une histoire", article paru dans le numéro de février de notre journal Billets d'Afrique et que nous diffusons en ligne aujourd'hui.

En dehors des déclarations des ONG, la Cour pénale internationale est largement décriée sur la scène internationale. La France est devenue discrète à (...)

Ce jeudi devait avoir lieu à Nîmes le procès en appel d'un blogueur, poursuivi en diffamation par un colonel de gendarme...
10/04/2019
Robardey au Rwanda : une « mise à niveau pour éviter tout dérapage »

Ce jeudi devait avoir lieu à Nîmes le procès en appel d'un blogueur, poursuivi en diffamation par un colonel de gendarmerie présent au Rwanda les années précédant le génocide. Le procès est reporté, mais nous publions en ligne pour l'occasion l'article paru en janvier dans notre journal Billets d'Afrique : un compte-rendu d'audience qui permet de plonger dans les méandres de la coopération de la gendarmerie française avec le Rwanda, tandis que les extrémistes hutus préparaient le génocide des Tutsis.

Initialement prévu en février puis ce 11 avril à Nîmes, le procès en appel d'un informaticien indépendant, poursuivi en diffamation par le colonel de (...)

Emmanuel Macron annonce que le 7 avril va devenir une journée officielle de commémoration du génocide des Tutsis au Rwan...
07/04/2019
Rwanda 1994 : Macron repousse encore la reconnaissance de l'implication française

Emmanuel Macron annonce que le 7 avril va devenir une journée officielle de commémoration du génocide des Tutsis au Rwanda... sans participer lui-même aux commémorations, à Kigali ou à Paris. Surtout, il repousse, en créant une commission d'historiens, la reconnaissance du soutien multiforme apporté par la France aux génocidaires. Ce soutien est pourtant déjà largement documenté : des militant.e.s de Survie Paris Ile de France l'ont rappelé lors d'une action symbolique au pied de la statue de la République ce dimanche.
Lire notre analyse des annonces des l'Elysée :

Ce dimanche le Président français n'est pas intervenu pour reconnaître les responsabilités françaises dans le génocide des Tutsis du Rwanda, se (...)

06/04/2019
Interview de François Graner par TV5Monde, sur le rôle de la France dans le génocide des Tutsis et la commission d'historiens créée par Macron

François Graner, chercheur membre de l'association Survie, était l'invité du Journal International de TV5MONDE ce samedi 6 avril 2019, pour parler du manque d'accès aux archives sur le rôle de la France au Rwanda de 1990 à 1994 et de la commission d'historiens créée par l'Elysée à l'occasion des 25èmes commémorations du génocide des Tutsis.

Survie's cover photo
06/04/2019

Survie's cover photo

05/04/2019
Interview par Euronews de Survie, sur l'implication française dans le génocide des Tutsis du Rwanda

Emmanuel Macron a officialisé aujourd'hui la création d'une commission d'historiens et de chercheurs "chargée de mener un travail de fond centré sur l’étude de toutes les archives françaises concernant le Rwanda entre 1990 et 1994". Pas d'ouverture complète des archives à attendre, et toujours pas de reconnaissance du soutien de la France aux extrémistes hutus qui ont préparé et commis le génocide des Tutsis du Rwanda. Interview par Euronews de Thomas Borrel, de Survie, au sujet de notre rapport "déni et non-dits" publiés le 4 avril et de ces annonces de l'Elysée

04/04/2019
Rwanda, 1994 : nouveau rapport et Hubert Védrine épinglé comme l'un des responsables français "qui n'ont pas tout dit"

Survie a tenté ce matin de ramener à Hubert Védrine l'une des caisses d'armes expédiées aux extrémistes hutus après le début du génocide des Tutsis du Rwanda, comme l'ancien secrétaire général de l'Elysée l'avait reconnu en 2014 devant les députés de la Commission Défense de l'Assemblée nationale. Au siège d'Hubert Védrine Conseil, personne n'est venue récupérer la caisse...
Cette action était menée à l'occasion de la publication du nouveau rapport de Survie, « Déni et non-dits : 25 ans de mensonges et silences complices sur la France et le génocide des Tutsis du Rwanda ». Il présente vingt cinq documents et les portraits de certains des responsables politiques et militaires français -dont Hubert Védrine- qui n'ont pas tout dit, se taisent ou mentent sur le soutien de la France aux extrémistes hutus avant, pendant et après le génocide. Communiqué et rapport à retrouver sur notre site en suivant ce lien : https://survie.org/themes/genocide-des-tutsis-au-rwanda/la-france-et-le-genocide-des-tutsis/article/25-ans-apres-le-genocide-des-tutsis-du-rwanda-hubert-vedrine-epingle-par-l

Sherpa
04/04/2019
Sherpa

Sherpa

Examen de la proposition de loi du Sénateur Jean-Pierre Sueur relative à l’affectation des avoirs issus de la corruption transnationale.
Interview de William Bourdon, Président fondateur de Sherpa, sur les avantages et les limites du modèle suisse de restitution de fonds, dont la France pourrait s’inspirer.

Invité officiellement au Rwanda pour la commémoration du 7avril, Emmanuel Macron a finalement annoncé qu'il ne se rendra...
22/03/2019
Rwanda : Emmanuel Macron n’ira pas aux commémorations du génocide

Invité officiellement au Rwanda pour la commémoration du 7avril, Emmanuel Macron a finalement annoncé qu'il ne se rendrait pas à Kigali à cette date mais qu'il y serait représenté par un député LREM.

Comme l'explique Fabrice Tarrit, co-président de Survie, dans cet article publié par Le Monde :
« La question n’est pas nécessairement la présence d’Emmanuel Macron à Kigali, même si cela aurait été perçu comme un symbole. Ce que nous attendons, plus qu’un déplacement, c’est que les plus hautes autorités françaises admettent enfin le soutien multiforme apporté par l’Etat français aux génocidaires. »

Le député Hervé Berville, d’origine rwandaise, représentera la France aux cérémonies « Kwibuka 25 » du 7 avril.

15/03/2019
Le Monde

Le Monde

Pour acheter leurs armes, les extrémistes hutu ont profité de la complicité de banques françaises comme la BNP, mais aussi de la cécité d’institutions internationales comme le FMI ou la Banque mondiale.

Emmanuel Macron entame ce lundi soir une nouvelle tournée africaine, cette fois dans la Corne de Afrique : Djibouti (vei...
11/03/2019
Emmanuel Macron dans la Corne de l'Afrique : dictature, business et greenwashing

Emmanuel Macron entame ce lundi soir une nouvelle tournée africaine, cette fois dans la Corne de Afrique : Djibouti (veille dictature soutenue par la France), Ethiopie, et Kenya pour le OnePlanetSummit.
Communiqué de Survie :

Le président français entame ce lundi 11 mars sa première tournée dans la Corne de l'Afrique de l'Est, à l'occasion de la nouvelle édition du (...)

Rendez-vous à Paris ce jeudi 7 mars, à 14h devant l'Assemblée nationale pour dénoncer le soutien français au régime d'Id...
06/03/2019
Manifestation à Paris contre les frappes aériennes françaises au Tchad

Rendez-vous à Paris ce jeudi 7 mars, à 14h devant l'Assemblée nationale pour dénoncer le soutien français au régime d'Idriss Déby au Tchad, suite aux frappes aériennes de février.

Survie soutient l'appel à rassemblement ce jeudi 7 mars à 14h devant l'Assemblée nationale à Paris (126 rue de l'université), pour dénoncer le soutien (...)

A écouter en podcast sur France Culture : Survie était ce mercredi l'invitée du 3ème épisode de la série "Les habits neu...
27/02/2019
Les habits neufs du colonialisme (3/4) : Entreprises françaises en Afrique : la fin d'un règne ?

A écouter en podcast sur France Culture : Survie était ce mercredi l'invitée du 3ème épisode de la série "Les habits neufs du colonialisme" de l'émission "Entendez-vous l'éco ?", dédié aux entreprises françaises en Afrique

Nombre de grands noms de l'industrie française ont progressivement bâtis de véritables empires sur le continent africain. Mais face à la montée de la concurrence internationale et des contestations, la place de ces industries semble sérieusement remise en question.

Le journal l'Humanité est en danger ? oui, et au-delà de l’avenir de sa rédaction et de tout son personnel, c’est la que...
25/02/2019
En soutenant l'Huma, l'association Survie soutient le droit à l'information

Le journal l'Humanité est en danger ? oui, et au-delà de l’avenir de sa rédaction et de tout son personnel, c’est la question de l’information qui se pose une fois de plus à nous.

Le journal l'Humanité est en danger ? oui, et au-delà de l'avenir de sa rédaction et de tout son personnel, c'est la question de l'information qui se (...)

Sherpa
25/02/2019
Sherpa

Sherpa

La justice de la Guinée-Equatoriale vient de lancer un mandat d’arrêt international contre William Bourdon, Président fondateur de Sherpa, et Daniel Lebègue, ancien Président de Transparency International France, en représailles à la plainte qui avait débouché sur le procès et la condamnation du kleptocrate Teodorin Obiang dans le cadre de l'affaire des "biens mal acquis".

Tout notre soutien à ces militants des droits de l’homme !

➡️https://bit.ly/2EcR2JR

A lire sur le site de l'Humanité, la tribune collective d'une quarantaine de juristes, historiens, journalistes et acteu...
18/02/2019
Bisesero : pour ne pas être soupçonnée de céder à la raison d’État, la justice française doit se ressaisir

A lire sur le site de l'Humanité, la tribune collective d'une quarantaine de juristes, historiens, journalistes et acteurs associatifs publiée par trois médias aujourd'hui : "Bisesero : pour ne pas être soupçonnée de céder à la raison d’État, la justice française doit se ressaisir"

Alors que plus personne ne conteste sérieusement la nécessité d’ouvrir les archives françaises sur le génocide contre les Tutsi au Rwanda, la justice refusera-t-elle de regarder ce que l’armée française a fait ou n’a pas fait, en 1994, durant l’opération Turquoise, et d'établir le c...

A lire sur Journal La Croix : la tribune collective d'une quarantaine de juristes, historiens, journalistes et acteurs a...
18/02/2019
Massacre de Bisesero au Rwanda : pour ne pas être soupçonnée de céder à la raison d’État, la justice française doit se ressaisir

A lire sur Journal La Croix : la tribune collective d'une quarantaine de juristes, historiens, journalistes et acteurs associatifs (dont Ligue des droits de l'Homme, FIDH - International Federation for Human Rights, Collectif des Parties Civiles Pour le Rwanda - CPCR) appelant la justice française à se ressaisir et à ne pas enterrer le "dossier Bisesero", emblématique du rôle de la France au Rwanda en 1994.

Cette tribune sur le génocide des Tutsi au Rwanda est signée par plusieurs historiens, juristes, journalistes et acteurs associatifs. Alors que l’instruction a décidé de clore leur enquête concernant les accusations portées contre les militaires de l’opération Turquoise à Bisesero. Selon...

A lire sur Mediapart, une tribune collective d'une quarantaine de juristes, historiens, associatifs, journalistes... qui...
18/02/2019
Massacre de Bisesero: la justice française doit se ressaisir

A lire sur Mediapart, une tribune collective d'une quarantaine de juristes, historiens, associatifs, journalistes... qui appellent à ne pas enterrer le dossier "Bisesero". Ce nom de collines rwandaises est aussi celui d'un dossier judiciaire emblématique des accusations de complicité de génocide portées contre la France. Pourtant, les juges d'instruction se détournent de faits accablants pour les responsables politiques et militaires français qui, fin juin 1994, ont sciemment laissé un millier de Tutsi se faire massacrer pendant 3 jours, à portée de jumelles de l'armée française déployée à quelques kilomètres.

15/02/2019
AJ+ français

Que fait l'armée française au Tchad ? Avec l'intervention de Thomas Borrel de Survie

Emmanuel Macron reconnaît l'opposant Juan Guaidó au Venezuela pour “soutenir la restauration de la démocratie”. En revanche, au Tchad, où Idriss Déby est au pouvoir depuis 29 ans, c'est une toute autre histoire... 🙄

Ce mardi doit débuter une série de 3 procès intentés par Vincent Bolloré (ou des sociétés qui y sont liées) contre des j...
11/02/2019
Semaine de la Saint-Valentin : Bolloré toujours fou amoureux des poursuites-bâillons

Ce mardi doit débuter une série de 3 procès intentés par Vincent Bolloré (ou des sociétés qui y sont liées) contre des journalistes et associations... pour cette seule semaine de a Saint-Valentin. On dépasse ainsi les 15 procès contre des journalistes en 2 ans, pour ce champion des "poursuites-bâillons", des procédures qui font taire les voix critiques : au-delà de l'issue même du procès, ce type de poursuite provoque par la suite un effet d'auto-censure parmi les journalistes, associations ou lanceurs d'alerte à même de révéler ou juste publiciser des informations d'intérêt général.
Dans ce communiqué diffusé aujourd'hui, le collectif "On Ne Se Taira Pas", dont Survie est membre, le résume : Bolloré est toujours fou amoureux de ce type de poursuites.

C'est une relation qui dure. Mardi 12 février se tiendra le 16ème procès opposant Vincent Bolloré à des journalistes en seulement deux ans. Le (...)

Les interventions de l’aviation française au Tchad contre des colonnes de groupes de l’opposition armée depuis le 3 févr...
08/02/2019
Les frappes aériennes françaises au Tchad : un cadre légal incertain, un soutien de plus à la dictature

Les interventions de l’aviation française au Tchad contre des colonnes de groupes de l’opposition armée depuis le 3 février 2019 soulèvent évidemment la question de la légitimité d’une telle intervention, qui vise à venir en aide à un dictateur installé et soutenu par la France depuis 1990, mais aussi la question du cadre légal de cette intervention. Survie publie une note d’analyse visant tout d’abord à clarifier ce second point, celui de la légalité, mais dans le but d’éclairer et d’alimenter le débat politique en France sur le rôle de l’armée française au Tchad, au Sahel, et plus généralement en Afrique.

Note d'analyse. Les interventions de l'aviation française au Tchad contre des colonnes de groupes de l'opposition armée depuis le 3 février 2019 (...)

Adresse

21 Ter Rue Voltaire
Paris
75011

Téléphone

+33)9.53.14.49.74

Notifications

Soyez le premier à savoir et laissez-nous vous envoyer un courriel lorsque Survie publie des nouvelles et des promotions. Votre adresse e-mail ne sera pas utilisée à d'autres fins, et vous pouvez vous désabonner à tout moment.

Contacter L'entreprise

Envoyer un message à Survie:

Vidéos

Organisations à But Non Lucratifss á proximité


Autres Organisation non gouvernementale (ONG) à Paris

Voir Toutes