A Light Of Hope

A Light Of Hope ALOH, est une association à but non lucratif dont l’objectif est de promouvoir la scolarisation des jeunes filles en apportant une aide sociale et financière.

Une femme éduquée c'est une génération sauvée.

Fonctionnement normal

31/07/2021
Nous continuons l’aventure avec Fany, une entrepreneure multi-casquette passionnée de l’Afrique que nous avons également...
31/07/2021

Nous continuons l’aventure avec Fany, une entrepreneure multi-casquette passionnée de l’Afrique que nous avons également eu le privilège d’interviewer.

ALOH : Bonjour, Fany, pouvez-vous vous présenter en quelques mots ?

Fany : Bienvenue à toi qui me découvre et qui veut en savoir plus sur moi. Je me prénomme Fany ou Fandjou ou Nwamara, des prénoms respectivement d’origine française, bamiléké (Cameroun) et igbo (Nigéria). J’ai un Master 2 biologie moléculaire et cellulaire obtenu en 2013, un CAP en pâtisserie décroché en parallèle de mon ancien travail en 2017, et une passion pour l’histoire et le patrimoine culturel africain, depuis que j’ai découvert à plus de 30 ans que l’Afrique avait une histoire… Une histoire qui se raconte.
Née au Cameroun, je m’installe en France à l’âge de 15 ans. Après mes études scientifiques à l’université Pierre et Marie Curie (Paris 6 ou Jussieu), j’ai exercé plusieurs années le métier d’attachée de recherche clinique dans les hôpitaux de Paris dans le domaine de la gynécologie-obstétrique (hôpital Port Royal), puis en neuroscience et psychiatrie (hôpital Sainte-Anne), avant de continuer mon voyage terrestre dans un domaine artisanal, la pâtisserie, pour y entreprendre, gérer mon temps en fonction de mes priorités, et surtout, choisir les projets qui me tiennent à cœur.

ALOH : Quel parcours ! Depuis combien de temps entreprenez-vous ?

Fany : Il y a deux dates à citer. La première date est 2017, après l’obtention de mon CAP Pâtissier où je commence à me questionner sur comment vivre de mon activité de Wedding Cake Designer, où je donne des ateliers de cake design à Paris, à Douala, à Kinshasa. Et 2019 où je crée mon entreprise à la suite d’une formation de 4 mois sur de l’entrepreneuriat. On est en 2021, et je dirais que ça fait 2 ans que je suis intellectuellement dans l’entrepreneuriat et 4 ans que je suis « versée » dans l’entrepreneuriat.

ALOH : Mais avez-vous été salarié auparavant ? Si oui, dans quel domaine et pendant combien de temps ?

Fany : Oui, j’ai toujours été salariée durant toutes mes expériences professionnelles précédentes. J’ai arrêté le salariat en 2019. En février 2019 exactement pour suivre ma formation qui demandait d’être libre à temps plein pour réellement profiter de tout l’enseignement qu’on recevait afin de la mettre en pratique au fur et à mesure de notre formation.

ALOH : Du coup Fany quelle est la signification du nom de votre entreprise ou du moins pourquoi ce nom ?

Fany : Très souvent, on pense que j’ai plusieurs entreprises. J’ai une entreprise et plusieurs marques dont « Paticielle », « Africa Blossoms » et « Cake Entrepreneur ». Toutes ont en commun la gastronomie, la pâtisserie. Le nom de marque « Paticielle » veut dire les pâtisseries du ciel. C’est mon côté hyper spirituel. Le nom de marque Cake Entrepreneur veut simplement dire entreprendre en pâtisserie. Le nom de marque « Africa Blossoms » veut dire : la floraison de l’Afrique et ceci symbolise également la renaissance, l’élévation : la révélation des fleurs d’Afrique, toutes les fleurs de l’Afrique.

ALOH :Waouh, C’est vraiment beau ! Mais du coup, qu’est-ce qui vous a motivé à entreprendre ?

Fany : C’est simple : gérer mon temps en fonction de mes priorités, et surtout, CHOISIR LES PROJETS QUI ME TIENNENT A COEUR.

ALOH : Et qu’est-ce qui vous motive à continuer ?

Fany : J’aime les défis, les challenges. Tant que je ne suis pas indépendante financièrement, je ne lâcherai pas le morceau, car les projets qui me tiennent à cœur sont des projets très souvent sans business modèle, pas très rentables. Donc il faut les faire pour autre chose que pour de l’argent. Cependant, il faut un parapluie financier pour prendre soin de soi et de sa famille avant de s’engager dans ces causes…Donc il me faut VRAIMENT une indépendance financière.

ALOH : Qu’est-ce qui vous a poussé à faire de l’entreprenariat votre activité principale ?

Fany : La créativité, le défi, la palpitation. C’est hyper intéressant, même quand on se prend des murs ça reste intéressant. Je m’éclate, je suis à ma place. Je revis comme quand j’étais sur les bancs de l’université. Je peux penser et expérimenter ma pensée sans demander la signature de quelqu’un. Je préfère ça. Même si de l’autre côté, je sais aussi suivre des ordres à la lettre comme un bon soldat. Comme un caméléon, je sais vite m’adapter. Mais j’ai une nette préférence pour l’autonomie.

ALOH : Combien de collaborateurs et collaboratrices vous accompagnent au quotidien ?

Fany : Ça dépend, il y a des collaborateurs internes et externes. En interne, j’ai un alternant en communication, Une Brand manager freelance depuis peu et bientôt un Marketeur Freelance également. Je recherche un Commercial et un Chef de produit en freelance également pour me constituer mon équipe afin de déléguer ces postes-là que je gérais jusqu’ici et me concentrer sur la promotion et l’incarnation de ma marque. Travailler seule, c’est bon au début, on apprend plein de choses, mais quand on a fait le tour, on cherche des résultats, de meilleurs résultats et là, il faut s’organiser autrement. Je vais faire confiance aux experts de leur domaine que je recrute et me concentrer sur ma propre expertise.

ALOH : Quelles sont les principales difficultés auxquelles vous avez fait face?

Fany : Les principales difficultés auxquelles j’ai fait face étaient premièrement le manque de connaissance sur l’entrepreneuriat. Les choix et décisions à prendre seule et le financement de ses besoins d’investissement.

ALOH : Comment les avez-vous surmontés ?

Fany : Pour le manque de connaissance, j’ai suivi une belle formation et un bon accompagnement avec le programme Entrepreneur Dans La Ville créé par l’association Sport Dans La Ville. Pour la prise de décision, j’ai appris à respecter ma personnalité et ma Vision du Monde afin de choisir selon ce que mon cœur, mon corps et mon esprit me demandent de faire avec lesquels on lutte très souvent par crainte de décevoir les autres qui projettent (avec bienveillance) sur nous leurs désirs pour nous. Il faut savoir se recentrer et se demander « Qu’est-ce que j’ai VRAIMENT envie de faire ». Surtout quand on est hyper sensible comme moi et qu’on veut contenter/plaire à tout le monde. J’ai travaillé dessus. Pour le financement, mon besoin principal actuel, je vais postuler à tous les dispositifs que je connais pour rassembler les 100K€ dont j’ai besoin pour la prochaine étape de mon parcours d’entrepreneur.

ALOH : Quels ont été les impacts de ses difficultés sur votre vie ou sur votre parcours professionnel ?

Fany : Pour moi, l’impact principal est de faire du « surplace », tourner en rond, ne pas avancer et matérialiser ses idées et accoucher de ses projets.

ALOH : Si c’était à refaire, le referiez-vous ?

Fany : Oui, sans hésitation ! Je changerai juste l’âge de mon « réveil ». Je suis impressionnée quand je rencontre des jeunes de 20 ans qui entreprennent.

ALOH : Dernièrement, quelle est la plus belle leçon de vie que votre aventure entrepreneuriale vous aura apprise ?

Fany : La plus belle chose que l’entrepreneuriat vient de m’apprendre est la puissance de travailler à plusieurs, mutualiser les forces, les cerveaux, les énergies, se partager les tâches. Je le savais déjà, car ça me semble évident comme une addition en mathématiques, mais le vivre, l’expérimenter ça fait toute la différence et on le comprend dans tous les sens. Et d’après ce que j’ai appris de moi, quand je comprends par mes sens (et non pas uniquement de manière théorique), je passe à l’action.

ALOH: Merci Fany pour votre franchise et merci d’avoir partager votre parcours avec nous.

Contact:

linkedIn : Fany Nwamara OLANGALIRE

Site Internet : fanynwamara.com

Nous continuons l’aventure avec Fany, une entrepreneure multi-casquette passionnée de l’Afrique que nous avons également eu le privilège d’interviewer.

ALOH : Bonjour, Fany, pouvez-vous vous présenter en quelques mots ?

Fany : Bienvenue à toi qui me découvre et qui veut en savoir plus sur moi. Je me prénomme Fany ou Fandjou ou Nwamara, des prénoms respectivement d’origine française, bamiléké (Cameroun) et igbo (Nigéria). J’ai un Master 2 biologie moléculaire et cellulaire obtenu en 2013, un CAP en pâtisserie décroché en parallèle de mon ancien travail en 2017, et une passion pour l’histoire et le patrimoine culturel africain, depuis que j’ai découvert à plus de 30 ans que l’Afrique avait une histoire… Une histoire qui se raconte.
Née au Cameroun, je m’installe en France à l’âge de 15 ans. Après mes études scientifiques à l’université Pierre et Marie Curie (Paris 6 ou Jussieu), j’ai exercé plusieurs années le métier d’attachée de recherche clinique dans les hôpitaux de Paris dans le domaine de la gynécologie-obstétrique (hôpital Port Royal), puis en neuroscience et psychiatrie (hôpital Sainte-Anne), avant de continuer mon voyage terrestre dans un domaine artisanal, la pâtisserie, pour y entreprendre, gérer mon temps en fonction de mes priorités, et surtout, choisir les projets qui me tiennent à cœur.

ALOH : Quel parcours ! Depuis combien de temps entreprenez-vous ?

Fany : Il y a deux dates à citer. La première date est 2017, après l’obtention de mon CAP Pâtissier où je commence à me questionner sur comment vivre de mon activité de Wedding Cake Designer, où je donne des ateliers de cake design à Paris, à Douala, à Kinshasa. Et 2019 où je crée mon entreprise à la suite d’une formation de 4 mois sur de l’entrepreneuriat. On est en 2021, et je dirais que ça fait 2 ans que je suis intellectuellement dans l’entrepreneuriat et 4 ans que je suis « versée » dans l’entrepreneuriat.

ALOH : Mais avez-vous été salarié auparavant ? Si oui, dans quel domaine et pendant combien de temps ?

Fany : Oui, j’ai toujours été salariée durant toutes mes expériences professionnelles précédentes. J’ai arrêté le salariat en 2019. En février 2019 exactement pour suivre ma formation qui demandait d’être libre à temps plein pour réellement profiter de tout l’enseignement qu’on recevait afin de la mettre en pratique au fur et à mesure de notre formation.

ALOH : Du coup Fany quelle est la signification du nom de votre entreprise ou du moins pourquoi ce nom ?

Fany : Très souvent, on pense que j’ai plusieurs entreprises. J’ai une entreprise et plusieurs marques dont « Paticielle », « Africa Blossoms » et « Cake Entrepreneur ». Toutes ont en commun la gastronomie, la pâtisserie. Le nom de marque « Paticielle » veut dire les pâtisseries du ciel. C’est mon côté hyper spirituel. Le nom de marque Cake Entrepreneur veut simplement dire entreprendre en pâtisserie. Le nom de marque « Africa Blossoms » veut dire : la floraison de l’Afrique et ceci symbolise également la renaissance, l’élévation : la révélation des fleurs d’Afrique, toutes les fleurs de l’Afrique.

ALOH :Waouh, C’est vraiment beau ! Mais du coup, qu’est-ce qui vous a motivé à entreprendre ?

Fany : C’est simple : gérer mon temps en fonction de mes priorités, et surtout, CHOISIR LES PROJETS QUI ME TIENNENT A COEUR.

ALOH : Et qu’est-ce qui vous motive à continuer ?

Fany : J’aime les défis, les challenges. Tant que je ne suis pas indépendante financièrement, je ne lâcherai pas le morceau, car les projets qui me tiennent à cœur sont des projets très souvent sans business modèle, pas très rentables. Donc il faut les faire pour autre chose que pour de l’argent. Cependant, il faut un parapluie financier pour prendre soin de soi et de sa famille avant de s’engager dans ces causes…Donc il me faut VRAIMENT une indépendance financière.

ALOH : Qu’est-ce qui vous a poussé à faire de l’entreprenariat votre activité principale ?

Fany : La créativité, le défi, la palpitation. C’est hyper intéressant, même quand on se prend des murs ça reste intéressant. Je m’éclate, je suis à ma place. Je revis comme quand j’étais sur les bancs de l’université. Je peux penser et expérimenter ma pensée sans demander la signature de quelqu’un. Je préfère ça. Même si de l’autre côté, je sais aussi suivre des ordres à la lettre comme un bon soldat. Comme un caméléon, je sais vite m’adapter. Mais j’ai une nette préférence pour l’autonomie.

ALOH : Combien de collaborateurs et collaboratrices vous accompagnent au quotidien ?

Fany : Ça dépend, il y a des collaborateurs internes et externes. En interne, j’ai un alternant en communication, Une Brand manager freelance depuis peu et bientôt un Marketeur Freelance également. Je recherche un Commercial et un Chef de produit en freelance également pour me constituer mon équipe afin de déléguer ces postes-là que je gérais jusqu’ici et me concentrer sur la promotion et l’incarnation de ma marque. Travailler seule, c’est bon au début, on apprend plein de choses, mais quand on a fait le tour, on cherche des résultats, de meilleurs résultats et là, il faut s’organiser autrement. Je vais faire confiance aux experts de leur domaine que je recrute et me concentrer sur ma propre expertise.

ALOH : Quelles sont les principales difficultés auxquelles vous avez fait face?

Fany : Les principales difficultés auxquelles j’ai fait face étaient premièrement le manque de connaissance sur l’entrepreneuriat. Les choix et décisions à prendre seule et le financement de ses besoins d’investissement.

ALOH : Comment les avez-vous surmontés ?

Fany : Pour le manque de connaissance, j’ai suivi une belle formation et un bon accompagnement avec le programme Entrepreneur Dans La Ville créé par l’association Sport Dans La Ville. Pour la prise de décision, j’ai appris à respecter ma personnalité et ma Vision du Monde afin de choisir selon ce que mon cœur, mon corps et mon esprit me demandent de faire avec lesquels on lutte très souvent par crainte de décevoir les autres qui projettent (avec bienveillance) sur nous leurs désirs pour nous. Il faut savoir se recentrer et se demander « Qu’est-ce que j’ai VRAIMENT envie de faire ». Surtout quand on est hyper sensible comme moi et qu’on veut contenter/plaire à tout le monde. J’ai travaillé dessus. Pour le financement, mon besoin principal actuel, je vais postuler à tous les dispositifs que je connais pour rassembler les 100K€ dont j’ai besoin pour la prochaine étape de mon parcours d’entrepreneur.

ALOH : Quels ont été les impacts de ses difficultés sur votre vie ou sur votre parcours professionnel ?

Fany : Pour moi, l’impact principal est de faire du « surplace », tourner en rond, ne pas avancer et matérialiser ses idées et accoucher de ses projets.

ALOH : Si c’était à refaire, le referiez-vous ?

Fany : Oui, sans hésitation ! Je changerai juste l’âge de mon « réveil ». Je suis impressionnée quand je rencontre des jeunes de 20 ans qui entreprennent.

ALOH : Dernièrement, quelle est la plus belle leçon de vie que votre aventure entrepreneuriale vous aura apprise ?

Fany : La plus belle chose que l’entrepreneuriat vient de m’apprendre est la puissance de travailler à plusieurs, mutualiser les forces, les cerveaux, les énergies, se partager les tâches. Je le savais déjà, car ça me semble évident comme une addition en mathématiques, mais le vivre, l’expérimenter ça fait toute la différence et on le comprend dans tous les sens. Et d’après ce que j’ai appris de moi, quand je comprends par mes sens (et non pas uniquement de manière théorique), je passe à l’action.

ALOH: Merci Fany pour votre franchise et merci d’avoir partager votre parcours avec nous.

Contact:

linkedIn : Fany Nwamara OLANGALIRE

Site Internet : fanynwamara.com

Nous continuons notre journée avec Ange ZOUNGRANA, jeune entrepreneure Burkinabè ambitieuse, qui nous a fait l’honneur d...
31/07/2021

Nous continuons notre journée avec Ange ZOUNGRANA, jeune entrepreneure Burkinabè ambitieuse, qui nous a fait l’honneur d’accepter l’interview. Ange est une des rares jeunes femmes qui est très active dans le domaine de l’Agriculture et elle va nous partager son amour pour la nature.

ALOH : Bonjour Ange, nous vous remercions encore une fois de nous avoir accordé cette interview. Pouvez-vous vous présenter brièvement?

Ange : Je suis Ange Pegh-Wendé ZOUNGRANA, j’ai 26ans, je suis étudiante en économie et politiques agricoles je suis également co-gérante d'une ferme agricole familiale et Promotrice de Éden vitalité.
ALOH : Depuis combien de temps entreprenez vous?

Ange : Depuis toujours. J’ai toujours pris plaisir à vendre de petites choses en plus de mes études non pas par nécessité par la grâce de Dieu, mais par plaisir d'avoir de l'argent que je gagne moi même. Entre autres j'ai vendu des criquets comestibles, des unités (crédit téléphonique), des chemises, des parfums, des plantes..... Et même les infusions j'ai commencé à vendre juste comme ça et au fur et à mesure j'y ai allié la passion.

ALOH: Avez-vous été salarié auparavant? Si oui dans quel domaine et pendant combien de temps?

Ange : Oh non jamais

ALOH : Nous avons entendu dire que vous avez une ferme et que vous faites de l’élevage! Ce qui n’est pas très courant.

Ange : Effectivement, je suis co-gérante de la ferme familiale Sophia :
Nous faisons de l’apiculture et dans ce volet je suis chargée de la commercialisation du miel.

-Nous faisons de l’élevage, je suis chargée de la mise en éclosion des œufs, de la vente des poussins, pintadeaux ou la vente de la volaille.

-Nous faisons de la maraîcher-culture, je suis chargée de la commercialisation des produits, je co-supervise la production de la mise en place de la pépinière jusqu’à la récolte.

ALOH : Ange, parlez-nous de votre entreprise, quel est le nom de votre entreprise?

Ange: Je suis la promotrice de “Eden vitalité ”, nous produisons nous même les plantes aromatiques et médicinales sur la ferme familiale. Par la suite, nous transformons ses plantes en infusions ou en tisanes afin de contribuer au bien-être de toutes les personnes qui consomment. Je tiens à préciser que la ferme est certifiée bio par le Conseil National de l’Agriculture Biologique.

ALOH: Pourquoi ce nom “Eden vitalité ”?

Ange: Au départ c'était Vitali-thé et ensuite je voulais pas juste me limiter aux infusions donc j'ai gardé vitalité écris correctement et éden qui me rappelle le jardin d'éden qui représente le summum du bien être 😌

ALOH: Qu’est-ce qui vous a motivé à entreprendre ? Qu’est-ce qui vous motive à continuer? Qu’est ce qui vous a poussé à faire de l’entreprenariat votre activité principale?

Ange: La passion, l'amour de la nature depuis le bas âge. Je suis entièrement convaincu que dans la nature, nous pouvons trouver tout ce qu'il nous faut pour notre bien être.

ALOH : Combien de collaborateurs et collaboratrices vous accompagnent au quotidien?

Ange: Ma première collaboratrice déjà c'est ma mère qui m'est d'un grand soutien dans la production des infusions et même l'approvisionnement en matière première, ensuite à Éden vitalité nous sommes une équipe de 6 dont 2 permanents et 4 saisonniers.

ALOH: Quelles sont les principales difficultés auxquelles vous faites face? comment les surmontez-vous?

Ange: les principales difficultés que nous rencontrons sont en lien avec l'approvisionnement en emballages et le fait de ne pas disposer à ce jour de tous les équipements dont nous avons besoin.
Je fais face aussi à certaines propositions indécentes qu'on me propose en tant que femme pour m’aider à la promotion de mes produits.

ALOH: Si c’était à refaire, le referiez-vous ? Quelle est la plus belle leçon que votre aventure entrepreneuriale vous aura apprise ?

Ange: Bien sûr que je referai ce choix avec plaisir.
L'une des plus belle leçons c'est que j'ai pris davantage conscience qu'on ne peut pas se confier en Dieu en vain. J'ai aussi beaucoup appris la patience et la maîtrise de soi devant certaines situations.

ALOH : Ce sont de belles valeurs que cette aventure vous aura apprises. Comment concilier vie privée et vie professionnelle?

Ange: Très tôt j'ai commencé l'entreprenariat donc très tôt j'ai commencé à manquer de temps, toujours en activité, toujours en train de réfléchir à trouver certaines solutions donc bien sûr de moins en moins présente dans le quotidien de mes proches et forcément cela entraîne des mécontentements. Mais de plus en plus j'essaie de faire la part des choses, souvent créer du temps pour les miens.

ALOH: Quel genre de petite fille étiez-vous? une rêveuse?

Ange: Depuis le primaire dans toutes les rédactions mon métier de rêve était d’être agriculteur et éleveur, je ne savais pas mettre exactement de mots sur ce que je voulais faire mais je rêvais d'avoir un ranch comme je pouvais voir à la télé, avoir un verger à perte de vue. Et je repassais constamment cela dans ma tête. Aujourd'hui je suis co-gérante d'une ferme. Je suis entrain de réaliser mon rêve d'enfant et et tenez vous bien j'irais jusqu'au bout peu importe le temps que ça prendra.

ALOH: Quelle ambition! Qu’auriez-vous dit, à la jeune Ange que vous étiez 10 ans en arrière?

Ange: C'est maintenant que tu dois entreprendre les actions qui détermineront ton avenir.

ALOH: Quel conseil pouvez-vous donner à une jeune fille qui manque de confiance en elle et qui veut se battre pour briller dans la société?

Ange: Personne ne te fera confiance si toi même tu ne te fais pas confiance tout pars de là. Échouer c'est pas un problème c'est être un échec qui est déplorable. Dans chaque échec tu tirera une belle leçon et tu sera plus forte. Ne prive pas le monde de tes talents.

ALOH: Merci Ange pour votre spontanéité et merci d’avoir partager votre parcours avec nous.

Mail : eden[email protected]
Contact : +226 66 65 05 05
Facebook : https://www.facebook.com/EdenVitalite

Nous continuons notre journée avec Ange ZOUNGRANA, jeune entrepreneure Burkinabè ambitieuse, qui nous a fait l’honneur d’accepter l’interview. Ange est une des rares jeunes femmes qui est très active dans le domaine de l’Agriculture et elle va nous partager son amour pour la nature.

ALOH : Bonjour Ange, nous vous remercions encore une fois de nous avoir accordé cette interview. Pouvez-vous vous présenter brièvement?

Ange : Je suis Ange Pegh-Wendé ZOUNGRANA, j’ai 26ans, je suis étudiante en économie et politiques agricoles je suis également co-gérante d'une ferme agricole familiale et Promotrice de Éden vitalité.
ALOH : Depuis combien de temps entreprenez vous?

Ange : Depuis toujours. J’ai toujours pris plaisir à vendre de petites choses en plus de mes études non pas par nécessité par la grâce de Dieu, mais par plaisir d'avoir de l'argent que je gagne moi même. Entre autres j'ai vendu des criquets comestibles, des unités (crédit téléphonique), des chemises, des parfums, des plantes..... Et même les infusions j'ai commencé à vendre juste comme ça et au fur et à mesure j'y ai allié la passion.

ALOH: Avez-vous été salarié auparavant? Si oui dans quel domaine et pendant combien de temps?

Ange : Oh non jamais

ALOH : Nous avons entendu dire que vous avez une ferme et que vous faites de l’élevage! Ce qui n’est pas très courant.

Ange : Effectivement, je suis co-gérante de la ferme familiale Sophia :
Nous faisons de l’apiculture et dans ce volet je suis chargée de la commercialisation du miel.

-Nous faisons de l’élevage, je suis chargée de la mise en éclosion des œufs, de la vente des poussins, pintadeaux ou la vente de la volaille.

-Nous faisons de la maraîcher-culture, je suis chargée de la commercialisation des produits, je co-supervise la production de la mise en place de la pépinière jusqu’à la récolte.

ALOH : Ange, parlez-nous de votre entreprise, quel est le nom de votre entreprise?

Ange: Je suis la promotrice de “Eden vitalité ”, nous produisons nous même les plantes aromatiques et médicinales sur la ferme familiale. Par la suite, nous transformons ses plantes en infusions ou en tisanes afin de contribuer au bien-être de toutes les personnes qui consomment. Je tiens à préciser que la ferme est certifiée bio par le Conseil National de l’Agriculture Biologique.

ALOH: Pourquoi ce nom “Eden vitalité ”?

Ange: Au départ c'était Vitali-thé et ensuite je voulais pas juste me limiter aux infusions donc j'ai gardé vitalité écris correctement et éden qui me rappelle le jardin d'éden qui représente le summum du bien être 😌

ALOH: Qu’est-ce qui vous a motivé à entreprendre ? Qu’est-ce qui vous motive à continuer? Qu’est ce qui vous a poussé à faire de l’entreprenariat votre activité principale?

Ange: La passion, l'amour de la nature depuis le bas âge. Je suis entièrement convaincu que dans la nature, nous pouvons trouver tout ce qu'il nous faut pour notre bien être.

ALOH : Combien de collaborateurs et collaboratrices vous accompagnent au quotidien?

Ange: Ma première collaboratrice déjà c'est ma mère qui m'est d'un grand soutien dans la production des infusions et même l'approvisionnement en matière première, ensuite à Éden vitalité nous sommes une équipe de 6 dont 2 permanents et 4 saisonniers.

ALOH: Quelles sont les principales difficultés auxquelles vous faites face? comment les surmontez-vous?

Ange: les principales difficultés que nous rencontrons sont en lien avec l'approvisionnement en emballages et le fait de ne pas disposer à ce jour de tous les équipements dont nous avons besoin.
Je fais face aussi à certaines propositions indécentes qu'on me propose en tant que femme pour m’aider à la promotion de mes produits.

ALOH: Si c’était à refaire, le referiez-vous ? Quelle est la plus belle leçon que votre aventure entrepreneuriale vous aura apprise ?

Ange: Bien sûr que je referai ce choix avec plaisir.
L'une des plus belle leçons c'est que j'ai pris davantage conscience qu'on ne peut pas se confier en Dieu en vain. J'ai aussi beaucoup appris la patience et la maîtrise de soi devant certaines situations.

ALOH : Ce sont de belles valeurs que cette aventure vous aura apprises. Comment concilier vie privée et vie professionnelle?

Ange: Très tôt j'ai commencé l'entreprenariat donc très tôt j'ai commencé à manquer de temps, toujours en activité, toujours en train de réfléchir à trouver certaines solutions donc bien sûr de moins en moins présente dans le quotidien de mes proches et forcément cela entraîne des mécontentements. Mais de plus en plus j'essaie de faire la part des choses, souvent créer du temps pour les miens.

ALOH: Quel genre de petite fille étiez-vous? une rêveuse?

Ange: Depuis le primaire dans toutes les rédactions mon métier de rêve était d’être agriculteur et éleveur, je ne savais pas mettre exactement de mots sur ce que je voulais faire mais je rêvais d'avoir un ranch comme je pouvais voir à la télé, avoir un verger à perte de vue. Et je repassais constamment cela dans ma tête. Aujourd'hui je suis co-gérante d'une ferme. Je suis entrain de réaliser mon rêve d'enfant et et tenez vous bien j'irais jusqu'au bout peu importe le temps que ça prendra.

ALOH: Quelle ambition! Qu’auriez-vous dit, à la jeune Ange que vous étiez 10 ans en arrière?

Ange: C'est maintenant que tu dois entreprendre les actions qui détermineront ton avenir.

ALOH: Quel conseil pouvez-vous donner à une jeune fille qui manque de confiance en elle et qui veut se battre pour briller dans la société?

Ange: Personne ne te fera confiance si toi même tu ne te fais pas confiance tout pars de là. Échouer c'est pas un problème c'est être un échec qui est déplorable. Dans chaque échec tu tirera une belle leçon et tu sera plus forte. Ne prive pas le monde de tes talents.

ALOH: Merci Ange pour votre spontanéité et merci d’avoir partager votre parcours avec nous.

Mail : [email protected]
Contact : +226 66 65 05 05
Facebook : https://www.facebook.com/EdenVitalite

Adresse

Nanterre
92000

Notifications

Soyez le premier à savoir et laissez-nous vous envoyer un courriel lorsque A Light Of Hope publie des nouvelles et des promotions. Votre adresse e-mail ne sera pas utilisée à d'autres fins, et vous pouvez vous désabonner à tout moment.

Contacter L'entreprise

Envoyer un message à A Light Of Hope:

Vidéos

Organisations à But Non Lucratifss á proximité


Autres organisations à but non lucratifss à Nanterre

Voir Toutes

Commentaires

Bonne fête de fin d'année :)
L'ignorance est une pierre d'achoppement pour le developpement de l'Afrique et du Burkina en particulier ensemble instruisons nos filles! Bonnes vaccances a tous et a toutes!
Salut a tous
Bon weekend
Nous disons non à l'excision!
Waouhhhhh je suis waouhhhhhhhhhhhhhhhhhh😍😃😃
Bon weekend