Confédération Nationale du Logement

Confédération Nationale du Logement La Confédération Nationale du Logement est une association agréée de consommateurs. C’est la première organisation nationale de défense des intérêts des usagers du logement et des consommateurs.

La CNL est une association présente dans 21 régions, organisée en 89 fédérations départementales structurées et qui regroupe plus de 4 600 amicales sur tout le territoire français. La CNL, c'est aussi plus de 70 000 adhérents et plus de 788 représentants élus aux Conseils d'administration des organismes HLM et EPL. C'est la première organisation représentative des locataires avec 43% des élus. La

La CNL est une association présente dans 21 régions, organisée en 89 fédérations départementales structurées et qui regroupe plus de 4 600 amicales sur tout le territoire français. La CNL, c'est aussi plus de 70 000 adhérents et plus de 788 représentants élus aux Conseils d'administration des organismes HLM et EPL. C'est la première organisation représentative des locataires avec 43% des élus. La

Le numéro de logement et famille de septembre arrive dans vos boîtes aux lettres. Au programme rentrée scolaire avec l’i...
13/09/2021

Le numéro de logement et famille de septembre arrive dans vos boîtes aux lettres. Au programme rentrée scolaire avec l’interview de Benoit Teste, la création de la CNL des jeunes, l’augmentation du gaz et pleins d’autres sujets. A découvrir. Abonnez vous ⤵️

Vous Avez La Parole - CNL 82 - PHARE FM
13/09/2021
Vous Avez La Parole - CNL 82 - PHARE FM

Vous Avez La Parole - CNL 82 - PHARE FM

Temps de lecture : < 1 minute Jocelyne Segara, présidente de la CNL 82 (Confédération Nationale du Logement Tarn-et-Garonne).

[EXCEPTIONNEL]Le 4 octobre prochain la Confédération Nationale du Logement organisera la première édition du congrès des...
10/09/2021

[EXCEPTIONNEL]

Le 4 octobre prochain la Confédération Nationale du Logement organisera la première édition du congrès des habitantes et des habitants.

Au cours de cette journée nous aurons l'occasion de recevoir de nombreuses et nombreux invités pour parler logement sous divers angles, aussi bien concernant la construction, la démocratie dans le monde HLM où comment répondre aux besoins des jeunes.

Un évènement à suivre en direct sur nos réseaux sociaux et sur le média Blast.

Rendez-vous lundi pour la présentation de la première table ronde !

[EXCEPTIONNEL]

Le 4 octobre prochain la Confédération Nationale du Logement organisera la première édition du congrès des habitantes et des habitants.

Au cours de cette journée nous aurons l'occasion de recevoir de nombreuses et nombreux invités pour parler logement sous divers angles, aussi bien concernant la construction, la démocratie dans le monde HLM où comment répondre aux besoins des jeunes.

Un évènement à suivre en direct sur nos réseaux sociaux et sur le média Blast.

Rendez-vous lundi pour la présentation de la première table ronde !

Logement, service public, consommation, conditions d’études, APL. Pour défendre tes droits et en gagner de nouveaux, eng...
10/09/2021

Logement, service public, consommation, conditions d’études, APL. Pour défendre tes droits et en gagner de nouveaux, engage toi avec la CNL JEUNES. Tarif de rentrée 2021 à 10€. N’hésite pas à nous contacter par mail à ➡️ [email protected]

Logement, service public, consommation, conditions d’études, APL. Pour défendre tes droits et en gagner de nouveaux, engage toi avec la CNL JEUNES. Tarif de rentrée 2021 à 10€. N’hésite pas à nous contacter par mail à ➡️ [email protected]

Rentrée scolaire : il faut plus de moyens pour l’éducation !
02/09/2021

Rentrée scolaire : il faut plus de moyens pour l’éducation !

Rentrée scolaire : il faut plus de moyens pour l’éducation !

Le ministre de l’Education, Jean-Michel Blanquer, a osé sous-entendre que l’allocation de rentrée scolaire servaient en ...
01/09/2021

Le ministre de l’Education, Jean-Michel Blanquer, a osé sous-entendre que l’allocation de rentrée scolaire servaient en réalité davantage à « l’achat d’écrans plats » que de fournitures. Des propos intolérables qui montrent bien à quel point les politiques sont éloignés du terrain.

Le ministre de l’Education, Jean-Michel Blanquer, a osé sous-entendre que l’allocation de rentrée scolaire servaient en réalité davantage à « l’achat d’écrans plats » que de fournitures. Des propos intolérables qui montrent bien à quel point les politiques sont éloignés du terrain.

Nouvelle augmentation du gaz : + 8,7 % au 1er septembre ! A l’heure où le pouvoir d’achat de milliers de ménages est déj...
30/08/2021

Nouvelle augmentation du gaz : + 8,7 % au 1er septembre !

A l’heure où le pouvoir d’achat de milliers de ménages est déjà fortement fragilisé par la crise sanitaire, économique et sociale, cette nouvelle risque de renforcer la précarité énergétique, partout en France.

Pour la CNL, la situation prouve la nécessité d’un service public de l’énergie qui garantirait aux foyers un accès à l’énergie à un coût maîtrisé, qui ne déstabilise pas leur fragile équilibre budgétaire

Nouvelle augmentation du gaz : + 8,7 % au 1er septembre !

A l’heure où le pouvoir d’achat de milliers de ménages est déjà fortement fragilisé par la crise sanitaire, économique et sociale, cette nouvelle risque de renforcer la précarité énergétique, partout en France.

Pour la CNL, la situation prouve la nécessité d’un service public de l’énergie qui garantirait aux foyers un accès à l’énergie à un coût maîtrisé, qui ne déstabilise pas leur fragile équilibre budgétaire

Solidarité totale avec, Marie Hélène Amiable maire de Bagneux, convoquée au Tribunal administratif pour avoir pris un ar...
19/08/2021
La maire de Bagneux convoquée au Tribunal administratif

Solidarité totale avec, Marie Hélène Amiable maire de Bagneux, convoquée au Tribunal administratif pour avoir pris un arrêté municipal contre les expulsions locatives ! La solidarité n’est pas un délit. Soutien !

Marie-Hélène Amiable, la maire de Bagneux, est convoquée ce mercredi devant le Tribunal administratif de Cergy Pontoise. Elle va devoir défendre un arrêté municipal contre les expulsions locatives.

23/07/2021
lacnl.com

Annoncée par la ministre du Logement comme une réforme de justice sociale permettant de « soutenir le pouvoir d’achat des plus fragiles », la modification du calcul des APL est en réalité une nouvelle attaque en règle du gouvernement contre les plus fragiles. Et les premiers bilans chiffrés ne font que confirmer les craintes des habitants et des associations à leurs côtés !

Pour lire la réaction de la CNL : http://www.lacnl.com/r%C3%A9forme-des-apl-179-million-de-perdants

Fin des repas à 1 € pour les non-boursiers : le gouvernement reprend la chasse aux pauvres ! La CNL et la CNL Jeunes dén...
12/07/2021

Fin des repas à 1 € pour les non-boursiers : le gouvernement reprend la chasse aux pauvres ! La CNL et la CNL Jeunes dénoncent une chasse aux pauvres inacceptable et appellent donc tous les jeunes à se mobiliser et à signer la pétition de l’Unef : cutt.ly/2mOngBY

Fin des repas à 1 € pour les non-boursiers : le gouvernement reprend la chasse aux pauvres ! La CNL et la CNL Jeunes dénoncent une chasse aux pauvres inacceptable et appellent donc tous les jeunes à se mobiliser et à signer la pétition de l’Unef : cutt.ly/2mOngBY

23/04/2021
Réforme de l’assurance chômage : tous mobilisés
23/04/2021

Réforme de l’assurance chômage : tous mobilisés

Réforme de l’assurance chômage : tous mobilisés

5G et fracture numérique, les priorités du gouvernement ne sont pas les bonnes ! Au lieu de concentrer son énergie sur l...
20/04/2021

5G et fracture numérique, les priorités du gouvernement ne sont pas les bonnes ! Au lieu de concentrer son énergie sur le développement de la 5G dont les habitants n’ont ni envie ni besoin, le gouvernement devrait faire de la réduction de la fracture numérique une priorité

5G et fracture numérique, les priorités du gouvernement ne sont pas les bonnes ! Au lieu de concentrer son énergie sur le développement de la 5G dont les habitants n’ont ni envie ni besoin, le gouvernement devrait faire de la réduction de la fracture numérique une priorité

La Confédération nationale du logement d’Ille-et-Vilaine (CNL35) indique relayer l’initiative de ses instances nationale...
19/04/2021
Ille-et-Vilaine. « Éviter toute expulsion dans la situation actuelle »

La Confédération nationale du logement d’Ille-et-Vilaine (CNL35) indique relayer l’initiative de ses instances nationales demandant au président de la République, au terme de la trêve hivernale concernant les expulsions de logements, « des mesures pour éviter toute expulsion dans la situation actuelle, au regard de la crise sanitaire, économique et sociale qui frappe les plus fragiles des locataires et/ou accédants à la propriété ».

La Confédération nationale du logement d’Ille-et-Vilaine (CNL35) relaie un appel lancé au président de la République, alors que la trêve hivernale des expulsions de logements arrive à terme.

Jour noir pour les locataires Berlinois ! Après avoir été saisie par des Député-e-s de droite et du centre, la Cour cons...
16/04/2021

Jour noir pour les locataires Berlinois !

Après avoir été saisie par des Député-e-s de droite et du centre, la Cour constitutionnelle fédérale allemande a, hier, annulé la loi promulguée il y a un an permettant de plafonner les loyers de la capitale.

Alors que les loyers avaient doublé sur les dix dernières années, cette loi avait gelé les loyers pour une durée de 5 ans (jusqu’en 2025) tout en fixant un plafond à ne pas dépasser faisant ainsi passer le prix du mètre carré de 11 euros à 9 euros.
Cette mesure concernait 1,5 millions de logements construits avant 2014, dont plus de 300 000 qui ont vu leurs loyers baisser de 11 % en moyenne avec des pointes à 30 % !

La Cour constitutionnelle n’a pas annulé cette décision sur le fond mais sur la forme, considérant que c’était à l’État Fédéral et non aux Landers, l’équivalent de nos régions, de légiférer en matière de régulation du marché immobilier.

Cette décision est une très mauvaise nouvelle quand on sait que plus de 8 % des logements sont occupés par des locataires.

En plus d’encourager la spéculation et de chasser les classes populaires du centre-ville, elle aura des conséquences financières dramatiques pour des milliers de ménages. En effet, les locataires devront rembourser, de manière rétroactive, la différence entre le prix plafonné et le prix originel.

Enfin, cette décision est un mauvais signal pour toutes celles et ceux qui se mobilisent partout en Allemagne, et en Europe, pour exiger des politiques d’encadrements des loyers afin de permettre à toutes et à tous d’avoir un toit.

La Confédération Nationale du Logement apporte tout son soutien aux habitantes et habitants de Berlin, victimes de cette décision ainsi qu'à nos amis allemands de la Deutsche Mieter Bund (DMB) qui se sont mobilisés pour la mise en application d'un tel dispositif.

Nous serons à leurs cotés dans cette bataille pour la dignité humaine et contre les logiques de financiarisation du logement.

Jour noir pour les locataires Berlinois !

Après avoir été saisie par des Député-e-s de droite et du centre, la Cour constitutionnelle fédérale allemande a, hier, annulé la loi promulguée il y a un an permettant de plafonner les loyers de la capitale.

Alors que les loyers avaient doublé sur les dix dernières années, cette loi avait gelé les loyers pour une durée de 5 ans (jusqu’en 2025) tout en fixant un plafond à ne pas dépasser faisant ainsi passer le prix du mètre carré de 11 euros à 9 euros.
Cette mesure concernait 1,5 millions de logements construits avant 2014, dont plus de 300 000 qui ont vu leurs loyers baisser de 11 % en moyenne avec des pointes à 30 % !

La Cour constitutionnelle n’a pas annulé cette décision sur le fond mais sur la forme, considérant que c’était à l’État Fédéral et non aux Landers, l’équivalent de nos régions, de légiférer en matière de régulation du marché immobilier.

Cette décision est une très mauvaise nouvelle quand on sait que plus de 8 % des logements sont occupés par des locataires.

En plus d’encourager la spéculation et de chasser les classes populaires du centre-ville, elle aura des conséquences financières dramatiques pour des milliers de ménages. En effet, les locataires devront rembourser, de manière rétroactive, la différence entre le prix plafonné et le prix originel.

Enfin, cette décision est un mauvais signal pour toutes celles et ceux qui se mobilisent partout en Allemagne, et en Europe, pour exiger des politiques d’encadrements des loyers afin de permettre à toutes et à tous d’avoir un toit.

La Confédération Nationale du Logement apporte tout son soutien aux habitantes et habitants de Berlin, victimes de cette décision ainsi qu'à nos amis allemands de la Deutsche Mieter Bund (DMB) qui se sont mobilisés pour la mise en application d'un tel dispositif.

Nous serons à leurs cotés dans cette bataille pour la dignité humaine et contre les logiques de financiarisation du logement.

Passoires thermiques - La CNL n'approuve pas le gouvernement - L'infoRmateur de Bourgogne
16/04/2021
Passoires thermiques - La CNL n'approuve pas le gouvernement - L'infoRmateur de Bourgogne

Passoires thermiques - La CNL n'approuve pas le gouvernement - L'infoRmateur de Bourgogne

Communiqué de la Confédération Nationale du Logement. Le gouvernement refuse d’interdire les passoires thermiques ! L’Assemblée nationale a adopté lundi soir, à l’unanimité, l’interdiction de la mise en location des « passoires thermiques » en 2028. Malheureusement, ce terme d’ «...

La nouvelle association prévoit d’adhérer à la Confédération nationale du logement (CNL) et souhaite désormais se faire ...
16/04/2021
Yvelines. La Verrière : Pour ces locataires du Bois de l'Etang, les démolitions sont une nécessité

La nouvelle association prévoit d’adhérer à la Confédération nationale du logement (CNL) et souhaite désormais se faire connaître auprès des habitants, de la municipalité et du bailleur du quartier, Domaxis. « On va demander un local dans le quartier », annoncent-ils.

A La Verrière (Yvelines), une nouvelle association de locataires s'est constituée au Bois de l'Etang. Ces habitants soutiennent le projet de rénovation urbaine du quartier.

La planète brûle mais le gouvernement refuse d’interdire les passoires thermiques ! La lutte contre le réchauffement cli...
15/04/2021

La planète brûle mais le gouvernement refuse d’interdire les passoires thermiques !

La lutte contre le réchauffement climatique, et les enjeux sanitaires concernant les populations exposées aux passoires thermiques, méritent mieux que des éléments de langage d’une macronie qui continue de se plier aux exigences des lobbies !

La planète brûle mais le gouvernement refuse d’interdire les passoires thermiques !

La lutte contre le réchauffement climatique, et les enjeux sanitaires concernant les populations exposées aux passoires thermiques, méritent mieux que des éléments de langage d’une macronie qui continue de se plier aux exigences des lobbies !

14/04/2021

🎙« Depuis 1916 La CNL milite pour un service public de l’eau. L’eau est un bien essentiel. Non devons l’économiser pour le pouvoir d’achat des familles mais aussi pour l’ensemble de la planète. On ne fait pas payer l’air, on ne doit pas faire payer l’eau ! »

La CNL était cette après-midi présente devant le Ministère de la Transition écologique pour porter les résultats de la v...
14/04/2021

La CNL était cette après-midi présente devant le Ministère de la Transition écologique pour porter les résultats de la votation citoyenne sur l’eau.

Quasiment 300.000 votants, et 98% favorables à l’inscription du droit à l’eau dans la constitution.

C’est un message fort !

"Reste à vérifier qu'il n'y aura pas de hausse des loyers qui aurait un effet désastreux pour les locataires", fait rema...
14/04/2021
18% de "passoires thermiques" dans la Manche : il y a du boulot en perspective

"Reste à vérifier qu'il n'y aura pas de hausse des loyers qui aurait un effet désastreux pour les locataires", fait remarquer Philippe Morel, représentant de la Confédération nationale du logement dans la Manche.

Alors que les députés viennent de voter la loi contre les "passoires thermiques", un important chantier est encore à mener dans la Manche pour réduire le nombre de logements à louer présentant des performances énergétiques quasi inexistantes.

14/04/2021

Depuis trois semaines nous co-organisons une votation citoyenne sur l’eau pour en faire un bien commun et l’inscrire dans la constitution. C’est une exigence populaire ! Rendez-vous à 14h devant le ministère de la transition écologique pour annoncer les résultats ! #VotationEau

13/04/2021

🎙« Les gens ont conscience que l’eau doit être entre les mains d’une autorité légale qui protège. La CNL va continuer le combat. Nous allons continuer de militer pour une gestion publique de l’eau. Nous avons besoin d’un service public de l’eau » Eddie Jacquemart #VotationEau

13/04/2021

🎙 « Aujourd’hui l’eau est en danger notamment pas des prédations de multinationales. Unes des grandes alertes que nous avons provient de Californie. Depuis décembre 2020 il est possible de spéculer en bourse sur l’eau » Mathilde Panot #VotationEau

[LETTRE OUVERTE A EMMANUEL MACRON]Monsieur le Président de la République,Voilà maintenant plus d’un an que notre pays tr...
13/04/2021

[LETTRE OUVERTE A EMMANUEL MACRON]

Monsieur le Président de la République,

Voilà maintenant plus d’un an que notre pays traverse une crise sanitaire, économique et sociale d’une envergue inégalée pour notre pays.

Un an que les plus fragiles souffrent et subissent de plein fouet les conséquences de cette crise.

Un an que nous voyons les indicateurs de pauvreté exploser.

Un an que notre organisation, avec d’autres, alerte sur l’urgence de la mise en place de mesures exceptionnelles pour que le l’État protège ces millions de personnes, aujourd’hui en situation de vulnérabilité.

Un an que vous avez prononcé les mots « quoi qu’il en coute ».
Face à un virus qui circule activement, et continue malheureusement de tuer, nous avons pu mesurer
l’importance d’avoir un logement décent pour se confiner, permettant ainsi à des millions de ménages de se protéger.

Cette crise, qui a bousculé les fondements de notre société, a remis au cœur du débat politique la question du logement et singulièrement, celle d’avoir un toit où se mettre à l’abri.

Elle est même devenue une question politique majeure au cœur des préoccupations mondiales comme en témoigne le rapport intitulé « l’accès au logement abordable et décent en Europe », adopté en janvier 2021 par le Parlement européen, qui rappelle que « le droit au logement décent et abordable est un droit humain
fondamental, opposable en justice, et les États membres doivent en assurer l’accès universel ainsi que la qualité
et la salubrité ».

Le logement, au même titre que l’accès à l’eau et à l’électricité, est un bien de première nécessité. Plus largement, pour la Confédération Nationale du Logement, c’est un enjeu fondamental de la dignité humaine, synonyme d’épanouissement et d’émancipation.

Depuis le début de cette pandémie, la Confédération Nationale alerte sur les conséquences de cette crise sur des milliers de ménages.

Aussi, nous sommes particulièrement inquiets de la possible reprise de expulsions locatives à compter du 1er juin 2021, comme l’a confirmé récemment votre Ministre déléguée au Logement, Madame Emmanuelle Wargon.

En 2020, nous avions déjà interpellé Monsieur Denormandie, Ministre du logement de l’époque, sur l’impérieuse nécessité de prolonger la trêve hivernale pour éviter que des familles se retrouvent à la rue, les exposant ainsi à une contamination accrue par le virus de la Covid.

Monsieur le Président de la République, la crise économique, exceptionnelle, que nous traversons, et qui va durer, va avoir des répercussions durables sur des milliers de ménages.

Étant donné notre présence au plus près des habitant-e-s, y compris jusque dans les cages d’escaliers, nous mesurons chaque jour un peu plus le désarroi de milliers de familles et leur inquiétude pour boucler les fins de mois.

Nous en voyons déjà les premières traductions avec l’explosion des queues devant les banques alimentaires ou l’augmentation important de bénéficiaires du RSA.

Selon l’INSEE, parmi les 10 % de ménages les plus modestes, 35 % ont perçu une dégradation de leur situation financière lors du premier confinement et la Banque de France prévoit, elle, un pic du chômage supérieur à 11,5 % mi - 2021.

Les indicateurs économiques, vous le voyez Monsieur le Président, sont au rouge.

À cela s’ajoute un phénomène tout aussi inquiétant, celui de la santé psychologique de notre population. Un récent rapport de Santé Publique Française précise qu’un tiers de la population souffre d’un état anxieux ou dépressif. C’est une véritable épidémie dans l’épidémie.

Aussi, alors que nous savons que de très nombreux ménages, du fait de perte de ressources importantes, sont aujourd’hui en situation de fragilité financière et sont, pour un grand nombre d’entre elles, dans l’incapacité de payer leur loyer, nous considérons qu’il est l’heure d’appliquer le « quoi qu’il en coûte » à destination des locataires mais aussi des accédants à la propriété.

N’ajoutons pas à la situation économique et psychologique dramatique, l’angoisse d’une expulsion pour des milliers de ménages.

Une expulsion locative n’est pas un simple acte administratif, c’est un drame humain. Une expulsion locative marque un traumatisme irrémédiable. Avec elle commence l’errance urbaine, les familles étant souvent hébergées d’hôtels en hôtels. Des lieux éloignés des centre urbains, obligeant à changer les enfants d’écoles, à modifier ses habitudes de vie. Souvent, et de manière extrêmement rapide, des décisions irrémédiables ont lieu comme le placement des enfants dans des foyers où, dans le meilleur des cas, des familles d‘accueil.

Les traumatismes sont immenses et des vies entières peuvent être broyées par une procédure d’expulsion.

L’expulsion est une pratique barbare, qui piétine le droit au logement alors même que celui-ci est reconnu par le pacte des droits sociaux des Nations Unies, ratifié par la France.

Monsieur le Président de la République, à période exceptionnelle, mesure exceptionnelle.

Vous avez souvent évoqué, dans vos prises de parole, une rhétorique guerrière. Nous vous demandons aujourd’hui que la guerre soit engagée contre les expulsions.

Nous croyons, Monsieur le Président, que dans ces moments particuliers que nous traversons, il n’y a pas de place pour le dogmatisme.

C’est l’intérêt général et la protection des plus fragiles qui doivent nous animer collectivement.

Aussi, Monsieur le Président de la République, la Confédération Nationale vous demande solennellement de prolonger la trêve hivernale jusqu’au mois d’octobre et de déclarer l’année 2021 « année zéro expulsion ».

La France, 6ème puissance économique mondiale, qui vient d’enregistrer 4 nouveaux milliardaires selon le dernier classement du magazine Forbes, ne peut pas se permettre de mettre des gens dehors et de les priver d’un toit, élément fondamental de la dignité humaine.

Nous devons, collectivement, anticiper cette situation et agir pour éviter que des milliers de ménages ne se retrouvent engagés dans une procédure d’expulsion.

Nous sommes aussi conscients des difficultés que peuvent subir les propriétaires qui ne perçoivent plus les loyers.

Mais à la différence des locataires, un fonds d'indemnisation des propriétaires-bailleurs victimes d'impayés a été mis en place par le gouvernement.

Nous regrettons que la même chose ne soit pas mise en place pour aider les locataires.

La Confédération Nationale du Logement porte également, depuis de nombreuses années, un projet intitulé « Sécurité sociale du Logement » qui a pour but d’éviter toutes situations d’expulsion, à la suite d’un accident de la vie, via un fonds de solidarité nationale.

Ce projet, qui place au cœur de son dispositif la solidarité nationale, sera bénéfique pour les locataires, les propriétaires et les collectivités locales.

Notre organisation se tient à votre disposition pour présenter cette proposition innovante et de nature à répondre aux enjeux de demain.

Monsieur le Président de la République, dites non aux expulsions locatives. Protégez les plus fragiles en prolongeant la trêve hivernale jusqu’au 31 octobre !

Monsieur le Président, appliquez-le « quoi qu’il en coute » aux habitantes et aux habitants.

Si comme vous l’affirmez « nous sommes en guerre », assurez leurs protections et soyez solidaire.

Veuillez recevoir, Monsieur le Président de la République, l’expression de nos salutations distinguées.

Pour signer notre pétition c'est ici : https://www.change.org/ZEROEXPULSION2021

[LETTRE OUVERTE A EMMANUEL MACRON]

Monsieur le Président de la République,

Voilà maintenant plus d’un an que notre pays traverse une crise sanitaire, économique et sociale d’une envergue inégalée pour notre pays.

Un an que les plus fragiles souffrent et subissent de plein fouet les conséquences de cette crise.

Un an que nous voyons les indicateurs de pauvreté exploser.

Un an que notre organisation, avec d’autres, alerte sur l’urgence de la mise en place de mesures exceptionnelles pour que le l’État protège ces millions de personnes, aujourd’hui en situation de vulnérabilité.

Un an que vous avez prononcé les mots « quoi qu’il en coute ».
Face à un virus qui circule activement, et continue malheureusement de tuer, nous avons pu mesurer
l’importance d’avoir un logement décent pour se confiner, permettant ainsi à des millions de ménages de se protéger.

Cette crise, qui a bousculé les fondements de notre société, a remis au cœur du débat politique la question du logement et singulièrement, celle d’avoir un toit où se mettre à l’abri.

Elle est même devenue une question politique majeure au cœur des préoccupations mondiales comme en témoigne le rapport intitulé « l’accès au logement abordable et décent en Europe », adopté en janvier 2021 par le Parlement européen, qui rappelle que « le droit au logement décent et abordable est un droit humain
fondamental, opposable en justice, et les États membres doivent en assurer l’accès universel ainsi que la qualité
et la salubrité ».

Le logement, au même titre que l’accès à l’eau et à l’électricité, est un bien de première nécessité. Plus largement, pour la Confédération Nationale du Logement, c’est un enjeu fondamental de la dignité humaine, synonyme d’épanouissement et d’émancipation.

Depuis le début de cette pandémie, la Confédération Nationale alerte sur les conséquences de cette crise sur des milliers de ménages.

Aussi, nous sommes particulièrement inquiets de la possible reprise de expulsions locatives à compter du 1er juin 2021, comme l’a confirmé récemment votre Ministre déléguée au Logement, Madame Emmanuelle Wargon.

En 2020, nous avions déjà interpellé Monsieur Denormandie, Ministre du logement de l’époque, sur l’impérieuse nécessité de prolonger la trêve hivernale pour éviter que des familles se retrouvent à la rue, les exposant ainsi à une contamination accrue par le virus de la Covid.

Monsieur le Président de la République, la crise économique, exceptionnelle, que nous traversons, et qui va durer, va avoir des répercussions durables sur des milliers de ménages.

Étant donné notre présence au plus près des habitant-e-s, y compris jusque dans les cages d’escaliers, nous mesurons chaque jour un peu plus le désarroi de milliers de familles et leur inquiétude pour boucler les fins de mois.

Nous en voyons déjà les premières traductions avec l’explosion des queues devant les banques alimentaires ou l’augmentation important de bénéficiaires du RSA.

Selon l’INSEE, parmi les 10 % de ménages les plus modestes, 35 % ont perçu une dégradation de leur situation financière lors du premier confinement et la Banque de France prévoit, elle, un pic du chômage supérieur à 11,5 % mi - 2021.

Les indicateurs économiques, vous le voyez Monsieur le Président, sont au rouge.

À cela s’ajoute un phénomène tout aussi inquiétant, celui de la santé psychologique de notre population. Un récent rapport de Santé Publique Française précise qu’un tiers de la population souffre d’un état anxieux ou dépressif. C’est une véritable épidémie dans l’épidémie.

Aussi, alors que nous savons que de très nombreux ménages, du fait de perte de ressources importantes, sont aujourd’hui en situation de fragilité financière et sont, pour un grand nombre d’entre elles, dans l’incapacité de payer leur loyer, nous considérons qu’il est l’heure d’appliquer le « quoi qu’il en coûte » à destination des locataires mais aussi des accédants à la propriété.

N’ajoutons pas à la situation économique et psychologique dramatique, l’angoisse d’une expulsion pour des milliers de ménages.

Une expulsion locative n’est pas un simple acte administratif, c’est un drame humain. Une expulsion locative marque un traumatisme irrémédiable. Avec elle commence l’errance urbaine, les familles étant souvent hébergées d’hôtels en hôtels. Des lieux éloignés des centre urbains, obligeant à changer les enfants d’écoles, à modifier ses habitudes de vie. Souvent, et de manière extrêmement rapide, des décisions irrémédiables ont lieu comme le placement des enfants dans des foyers où, dans le meilleur des cas, des familles d‘accueil.

Les traumatismes sont immenses et des vies entières peuvent être broyées par une procédure d’expulsion.

L’expulsion est une pratique barbare, qui piétine le droit au logement alors même que celui-ci est reconnu par le pacte des droits sociaux des Nations Unies, ratifié par la France.

Monsieur le Président de la République, à période exceptionnelle, mesure exceptionnelle.

Vous avez souvent évoqué, dans vos prises de parole, une rhétorique guerrière. Nous vous demandons aujourd’hui que la guerre soit engagée contre les expulsions.

Nous croyons, Monsieur le Président, que dans ces moments particuliers que nous traversons, il n’y a pas de place pour le dogmatisme.

C’est l’intérêt général et la protection des plus fragiles qui doivent nous animer collectivement.

Aussi, Monsieur le Président de la République, la Confédération Nationale vous demande solennellement de prolonger la trêve hivernale jusqu’au mois d’octobre et de déclarer l’année 2021 « année zéro expulsion ».

La France, 6ème puissance économique mondiale, qui vient d’enregistrer 4 nouveaux milliardaires selon le dernier classement du magazine Forbes, ne peut pas se permettre de mettre des gens dehors et de les priver d’un toit, élément fondamental de la dignité humaine.

Nous devons, collectivement, anticiper cette situation et agir pour éviter que des milliers de ménages ne se retrouvent engagés dans une procédure d’expulsion.

Nous sommes aussi conscients des difficultés que peuvent subir les propriétaires qui ne perçoivent plus les loyers.

Mais à la différence des locataires, un fonds d'indemnisation des propriétaires-bailleurs victimes d'impayés a été mis en place par le gouvernement.

Nous regrettons que la même chose ne soit pas mise en place pour aider les locataires.

La Confédération Nationale du Logement porte également, depuis de nombreuses années, un projet intitulé « Sécurité sociale du Logement » qui a pour but d’éviter toutes situations d’expulsion, à la suite d’un accident de la vie, via un fonds de solidarité nationale.

Ce projet, qui place au cœur de son dispositif la solidarité nationale, sera bénéfique pour les locataires, les propriétaires et les collectivités locales.

Notre organisation se tient à votre disposition pour présenter cette proposition innovante et de nature à répondre aux enjeux de demain.

Monsieur le Président de la République, dites non aux expulsions locatives. Protégez les plus fragiles en prolongeant la trêve hivernale jusqu’au 31 octobre !

Monsieur le Président, appliquez-le « quoi qu’il en coute » aux habitantes et aux habitants.

Si comme vous l’affirmez « nous sommes en guerre », assurez leurs protections et soyez solidaire.

Veuillez recevoir, Monsieur le Président de la République, l’expression de nos salutations distinguées.

Pour signer notre pétition c'est ici : https://www.change.org/ZEROEXPULSION2021

Adresse

8, Rue Mériel
Montreuil-sous-Bois
93100

Téléphone

01 48 57 04 64

Notifications

Soyez le premier à savoir et laissez-nous vous envoyer un courriel lorsque Confédération Nationale du Logement publie des nouvelles et des promotions. Votre adresse e-mail ne sera pas utilisée à d'autres fins, et vous pouvez vous désabonner à tout moment.

Contacter L'entreprise

Envoyer un message à Confédération Nationale du Logement:

Vidéos

Organisations à But Non Lucratifss á proximité


Autres Organisation à but non lucratif à Montreuil-sous-Bois

Voir Toutes

Commentaires

TRANSFERT DE MOSTAPHA NAFAA Allonnes 72 merci de cette description des charognards des entreprises en difficulté. Entreprises performantes qui vend tout et licencie les salariés. C'est la logique du système économique libéral et capitaliste, ces profiteurs de la misère. En fait l'entreprise Delbard qui appartient au groupe Nalod's est une franchise , en difficultés à partir des années 2010 parce que entre Leclerc jardinerie et les magasins Gamm Vert c'est un petit peu difficile notamment question en vente mais l'entreprise est viable évidemment mais elle n apporte pas assez de profit à la maison mère . .... Celle ci la vend pour presque rien mais sans rien perdre bien sur à une véritable entreprise de prédation nommée Bi Invest ...des charognards ....Leur méthode toujours la même: liquider les stocks, puis les machines et outils et finir par virer les 15 salariés pour ....motif économique ...Les charognards récupèrent 20 fois leur mise environ... Les salariés doivent batailler durant 6 ans aux prudhommes pour invalider le motif "économique" ....ce qui arrive en... 2020....ces charognards sont toujours à l œuvre et leur activité est reconnue "Légale"... Ceci est un résumé pour toi et fb...
Bonsoir, ie suis locataire, mon propriétaire m'a installé lui-même une do**he dans la baignoire, et ça fait 2 jours que j'ai une fuite, il m'a demandé de faire venir un plombier et quand celui-çi est venu j'ai téléphoné au proprietaire pour qu'il lui explique le problème, c'est un problème de joint, le propriétaire me dit que les joints font partie de l'entretien et que c'est à moi de régler la facture! est-ce à moi ou au propriétaire de payer? merçi de me répondre, [email protected]
Commune de Colmar Pôle Habitat, coronavirus COVID-19, jamais entendu parlé ??? 🤔 Je parle au nom de ma sœur Babette Borocco, qui au coeur de l’épidémie a tenté d'aider sa marraine 96 ans ! Un véritable scandale avec preuves à l'appui !🤬 Déménagement interdit, protection sanitaire périlleuse, une personne presque centenaire......Et les services Pôle Habitat se montrent d'un Caporalisme affligeant.🤬 Je n'hésite pas à donner les noms des nantis mis en place sur la Commune de Colmar, afin qu'ils rejoignent très rapidement le radeau du Maire !!! Je vous invite tous à bien relire les échanges courrier, qui ne manqueront pas d'alimenter la Justice. Que le prochain Maire fasse un ménage salutaire pour nos anciens !🧐 Conseil d'administration Le Conseil d’Administration de Pôle Habitat est composé de 23 membres. Président : Monsieur Gilbert MEYER Directeur Général : Monsieur Jean-Pierre JORDAN Membres désignés par Colmar Agglomération: Gilbert MEYER, Maire de Colmar et Président de Colmar Agglomération Jean-Marie BALDUF, Maire de Turckheim Christiane CHARLUTEAU, Adjointe au Maire Hubert CHEVARIER Jean-Marie FELLMANN, Directeur Général Honoraire de l’OPH🤬🤬Roseline HOUPIN, Adjointe au Maire Pascale KLEIN, Adjointe au Maire Hubert PHILIPP, Président de l’association Manne Robert REMOND, Conseiller Municipal Délégué Céline SIFFERT, Adjointe au Maire Lucette SPINHIRNY, Conseillère municipale déléguée Serge THIRODE Mathieu THOMANN, Maire d'Ingersheim Pascal WEILL Membres élus par les locataires : Françoise BUSA Clément DIETRICH Ernest LORENZ Régine MARIAGE Membres socio-professionnels : Alexandre FRIEH, CAF Paul HERTZ, UDAF Alain KAUFFMANN, Action Logement Jean-Claude NOCK, Syndicat CFDT Véronique STOEFERLE-HOHENADEL, Syndicat CFDT🤬🤬🤬
SCANDALE : Pôle habitat Colmar sur personne âgée et dépendante. Dans la lettre d'accusé ci-dessous pour sortie des lieux le 19 Mars 2020, il fut prévu une visite conseil le 10 Mars 2020. Cette visite fut effectuée, avec la signature de ma sœur sur un boitier informatique. Le rapport prévoyait l'enlèvement des tapisseries, et d'un lavabo fissuré (D'après moi) pour serrage excessif d'une vis de soutien. Lundi 16 mars 2020, devant 35 millions de Français, Emmanuel Macron avait annoncé l'entrée en confinement de la France pour le lendemain, mardi 17 mars, à midi. Donc il fut impossible de quitter les lieux ou de déménager après le 17 Mars, alors que la marraine de ma sœur était déjà en Établissement d'hébergement pour personnes âgées dépendantes, depuis le 20 Février 2020. Par contre aucun document écrit du rapport de cette visite ne fut établie.Je précise que Mme Jeanne GRIESS, marraine de ma sœur, n'a aucun lien familial avec la Famille KACHLER ou BOROCCO, et aucun héritier ! Et que les loyers non remboursés doivent lui permettre de payer son HEPAD.😌.
CNL de NIORT INACTIVE depuis le départ de Gilles SENELIER. Aucune information, aucune réunion, la permanence toujours fermée; Résultat des courses, plus qu'un siège au CA de habitat 79.
Bonjour. Concrètement, si on approche de la date à laquelle on doit partir, suite à un congé pour vente (correctement délivré), si on reste quand même en payant son loyer bien sûr, de combien de temps on peut espérer disposer avant de devoir quitter les lieux ? Quelles sont les pénalités encourues ? Merci d'avance de votre aide.
Permanence a Perpignan sur RDV au 44 rue de la fusterie 0468897471
Bonjour , je vous adresse le double d'un courrier envoyé par voie électronique au Conseil Départemental , déjà publié sur le blog citoyen : https://www.facebook.com/pg/Cernoy-mon-village-368027330455797/posts/?ref=page_internal Cernoy mon village J'écris au conseil départemental .........Destinataire Le Conseil départemental Ville cernoy Object du message surfacturation délibérée et frauduleuse de la SICAE Message Bonjour, Une menace de pénalité pour impayé de la SICAE à été adressée aux ménages qu'elle fournit dans le creux de vigilance des vacances (24 août 2019) pour des factures qui ne risquaient pas d'être payées puisque la SICAE ne les avait pas envoyées. Or la SICAE (société générale d'intérêt collectif agricole d'électricité) a persisté et facturé la pénalité après avoir reconnu son erreur dans un courrier du 26/08/2019.... SICAE-OISE est concessionnaire de distribution et de fourniture d'électricité pour 185 communes de l'Oise. Pour une erreur qu'elle a reconnue et qu'elle n'a pas corrigée voici une estimation de l'arnaque en col blanc (je ne compte pas les entreprises et les équipements collectifs). J'espère ne diffamer personne! Prenons 185 communes de la taille de Cernoy (300 habitants) soit 55 500 individus avec un nombre par ménage (statistique) proche de 4 personnes on a 13 875 factures non envoyées, mais pénalisées à 7,50€.... Ce qui donne un total de trésorerie frauduleuse de 104 062,5 € à La SICAE.. (c'est peut-être davantage ces chiffres sont une hypothèse?) Je tenais à vous signaler cette anomalie avant que mettant la menace de son courrier (informer le Président du Conseil Général (?) -décret 2014-2/4 du 27 fév 2014)à exécution, la SICAE sur sa lancée ne procède à une masse de signalements sans fondement... Joindre un document pénalité_sicae_199922831.JPG
_Je ne lis pas au Contrat de Location, qu’il est interdit au Locataire de soustraire du prix du loyer, frais incombants au Bailleur, ex : changement compteur élelctrique, nid de guêpes, frelons détruits, dératisation. N’y est pas écrit noir sur blanc que cela soit autorisé au Locataire. Que disent les lois sur ce point ? -Il y a les Lois, il y a la Justice, il y a les Juges, ils peuvent ne pas tenir compte des Lois ! _Juges et Lois, Syndicats des Locataires, de Défense des Bailleurs, sont-ils en faveur des Locataires ? _En début de location, je change de compteur électrique, paie l’Artisan, déduit frais du loyer nul soucis. -Il y a 1 an, un Artisan gère un nid de guêpes. J’en parle au bailleur, de cet instant à venue de l’Artisan, longs jours passent lors desquels je suis inquiêt ! _Suite à visite à la cave, de rongeurs, lait en briques, cinq rongés. Jour même je préviens le Bailleur. Sans signe de vie, craignant qu’il tarde, prenne pas la mesure utile, je trouve un Artisan qu’il dératise au plus vite. Et je le paie, déduit € du loyer d’octobre 2019. -Depuis, je fais en sorte en vain 01 de payer le loyer en temps et en heure 02 d’avoir l’autorisation écrite signé de la main du bailleur d’isoler 1€ symbolique cave/combles 03 et les quittances de loyer, n’en ai pas depuis fin 2015… -Je fais part au bailleur des 3 points ci-dessus, chèque loyer refusé, lettre simple refusée, lettre AR le bailleur signe l’avis de réception or, l’AR fermée est à ma boite à lettre ces derniers jours ? Avec les contre temps de deuxième moitié d’octobre 2019, l’AR je poste le 30 10 19 au matin
Malheureument seuls qui sont dans les logements conventionnés peuvent voter.Il faudrait que les règles changent.
Je suis candidat sur une liste CNL aux élections des représentants des locataires à Brennus Habitat (Sens dans l'Yonne) et je salue amicalement tous et toutes les camarades engagés dans le combat pour la défense du logement social dans notrre pays...