diaphane

diaphane Soutien à la création et la diffusion photographiques par la mise en place de résidences de création, la production d'expositions et l'organisation de festivals.

Education à l'image par l'organisation d'ateliers photo, d'actions de médiation... CREER – DIFFUSER – EDUQUER

Diaphane a pour objectif de permettre une plus grande diffusion de l’art photographique et de toutes les pratiques liées à l’image. Les 3 axes d’intervention de Diaphane sont :
- La création par le biais de résidences et de commandes.
- La diffusion vers un large public, par les expositio

Education à l'image par l'organisation d'ateliers photo, d'actions de médiation... CREER – DIFFUSER – EDUQUER

Diaphane a pour objectif de permettre une plus grande diffusion de l’art photographique et de toutes les pratiques liées à l’image. Les 3 axes d’intervention de Diaphane sont :
- La création par le biais de résidences et de commandes.
- La diffusion vers un large public, par les expositio

Fonctionnement normal

[ EXPOSITION ]📌 Couper le son et arrêter le mouvement📸 François KollarPour l’argentier Christofle, François Kollar, conn...
27/10/2021

[ EXPOSITION ]

📌 Couper le son et arrêter le mouvement
📸 François Kollar

Pour l’argentier Christofle, François Kollar, connu pour ses images publicitaires des années 1930, photographie des tables décorées destinées à mettre en valeur les productions de l’entreprise. Au cours de longues séances, pendant lesquelles la place de chaque couvert, assiette, plat ou chandelier a été réfléchie, le photographe installe
sa chambre photographique et ses éclairages. Il travaille les mises en scène, jouant des matières et des reflets du cristal, créant des tables de fêtes, préparatifs de repas qui n’auront jamais lieu.

L’exposition « Couper le son et arrêter le mouvement » est coproduite par Diaphane et la médiathèque de l’architecture et du patrimoine. Elle est présentée au Quadrilatère jusqu’au 2 janvier 2022.

-------------------
Photographie de François Kollar : Table décorée vers 1935

[ EXPOSITION ]

📌 Couper le son et arrêter le mouvement
📸 François Kollar

Pour l’argentier Christofle, François Kollar, connu pour ses images publicitaires des années 1930, photographie des tables décorées destinées à mettre en valeur les productions de l’entreprise. Au cours de longues séances, pendant lesquelles la place de chaque couvert, assiette, plat ou chandelier a été réfléchie, le photographe installe
sa chambre photographique et ses éclairages. Il travaille les mises en scène, jouant des matières et des reflets du cristal, créant des tables de fêtes, préparatifs de repas qui n’auront jamais lieu.

L’exposition « Couper le son et arrêter le mouvement » est coproduite par Diaphane et la médiathèque de l’architecture et du patrimoine. Elle est présentée au Quadrilatère jusqu’au 2 janvier 2022.

-------------------
Photographie de François Kollar : Table décorée vers 1935

[ EXPOSITION ]L'exposition "Rêves d'en France, Rêves d'enfance"  est à découvrir dès aujourd'hui au Safran.◼ Du 26 octob...
26/10/2021

[ EXPOSITION ]

L'exposition "Rêves d'en France, Rêves d'enfance" est à découvrir dès aujourd'hui au Safran.

◼ Du 26 octobre 2021 au 12 janvier 2022
📌 Le Safran, Amiens
👉 Vernissage le mardi 9 novembre à 18h30

On rêve en images comme on rêve d’images.
Le rêve fabrique des images latentes provenant du plus profond de soi, mais qui s’évaporent au gré du temps contrairement à l’image photographique qui le retient et le grave sur le support numérique. Pour des adolescents et de jeunes adultes en construction, aux parcours singuliers, le rêve est une ressource pour se projeter dans leur avenir, mais aussi aller chercher au plus profond d’eux-mêmes ce qui les constitue. Pour le projet artistique Rêves d’en France,
Rêves d’enfance, ils ont rencontré des photographes, graphistes et écrivains, qui ont partagé avec eux leurs rêves d’images.
Dans ces ateliers de photographisme et écriture les participants ont croisé des pratiques artistiques autour de la fabrication des images. Ils ont saisi comment ce jeu, dans la diversité matérielle des supports pouvait être un moyen d’expression personnel et une source d’échanges, qui motive l’imaginaire et permet de se projeter dans un avenir possible.
L’exposition rassemble des photographies, des travaux graphiques et des textes créés dans le cadre d’ateliers artistiques menés en collaboration avec des jeunes accueillis par les Apprentis d’Auteuil.

Le projet a été encadré par:
Sophie Zénon et Annabelle Muñoz Rio (photographes)
Elsa Abderhamani et le studio Les Canailles (graphistes)
Arno Bertina et Cédric Bonfils (écrivains).

[ EXPOSITION ]

L'exposition "Rêves d'en France, Rêves d'enfance" est à découvrir dès aujourd'hui au Safran.

◼ Du 26 octobre 2021 au 12 janvier 2022
📌 Le Safran, Amiens
👉 Vernissage le mardi 9 novembre à 18h30

On rêve en images comme on rêve d’images.
Le rêve fabrique des images latentes provenant du plus profond de soi, mais qui s’évaporent au gré du temps contrairement à l’image photographique qui le retient et le grave sur le support numérique. Pour des adolescents et de jeunes adultes en construction, aux parcours singuliers, le rêve est une ressource pour se projeter dans leur avenir, mais aussi aller chercher au plus profond d’eux-mêmes ce qui les constitue. Pour le projet artistique Rêves d’en France,
Rêves d’enfance, ils ont rencontré des photographes, graphistes et écrivains, qui ont partagé avec eux leurs rêves d’images.
Dans ces ateliers de photographisme et écriture les participants ont croisé des pratiques artistiques autour de la fabrication des images. Ils ont saisi comment ce jeu, dans la diversité matérielle des supports pouvait être un moyen d’expression personnel et une source d’échanges, qui motive l’imaginaire et permet de se projeter dans un avenir possible.
L’exposition rassemble des photographies, des travaux graphiques et des textes créés dans le cadre d’ateliers artistiques menés en collaboration avec des jeunes accueillis par les Apprentis d’Auteuil.

Le projet a été encadré par:
Sophie Zénon et Annabelle Muñoz Rio (photographes)
Elsa Abderhamani et le studio Les Canailles (graphistes)
Arno Bertina et Cédric Bonfils (écrivains).

[ EXPOSITION ]📌 Couper le son et arrêter le mouvement📸 Émile MullerEn 1950, dans ce reportage réalisé pour l’hebdomadair...
26/10/2021

[ EXPOSITION ]

📌 Couper le son et arrêter le mouvement
📸 Émile Muller

En 1950, dans ce reportage réalisé pour l’hebdomadaire communiste Action, Émile Muller saisit le quotidien des classes populaires. Il s’intéresse ici à une famille modeste
déambulant entre les étals de Noël, achetant le petit sapin qui décorera le foyer ou recevant simplement quelques amis. Dans ces images percent les difficultés de l’aprèsguerre mais aussi les motifs d’un retour à la normale.

L’exposition « Couper le son et arrêter le mouvement » est coproduite par Diaphane et la médiathèque de l’architecture et du patrimoine. Elle est présentée au Quadrilatère jusqu’au 2 janvier 2022
-------------------
Photographie de Émile Muller : Noël ouvrier

[ EXPOSITION ]

📌 Couper le son et arrêter le mouvement
📸 Émile Muller

En 1950, dans ce reportage réalisé pour l’hebdomadaire communiste Action, Émile Muller saisit le quotidien des classes populaires. Il s’intéresse ici à une famille modeste
déambulant entre les étals de Noël, achetant le petit sapin qui décorera le foyer ou recevant simplement quelques amis. Dans ces images percent les difficultés de l’aprèsguerre mais aussi les motifs d’un retour à la normale.

L’exposition « Couper le son et arrêter le mouvement » est coproduite par Diaphane et la médiathèque de l’architecture et du patrimoine. Elle est présentée au Quadrilatère jusqu’au 2 janvier 2022
-------------------
Photographie de Émile Muller : Noël ouvrier

[ EXPOSITION ]📌 Couper le son et arrêter le mouvement📸 François Le DiascornLa photographie de François Le Diascorn cherc...
25/10/2021

[ EXPOSITION ]

📌 Couper le son et arrêter le mouvement
📸 François Le Diascorn

La photographie de François Le Diascorn cherche à capter l’irréalité du monde. Ses séries sur les hommes travestis en arbres ou sur les fêtes religieuses, qu’il photographie dans toute l’Europe pendant une vingtaine d’années, montrent des hommes quittant leur habit du quotidien pour endosser des costumes qui les rapprochent du spirituel.
Pour le photographe, les costumes de fêtes participent de la revendication d’une identité. Celle-ci peut se retrouver dans les images qu’il prend des premières Gay Pride aux États-Unis au début des années 1980.

L’exposition « Couper le son et arrêter le mouvement » est coproduite par Diaphane et la médiathèque de l’architecture et du patrimoine. Elle est présentée au Quadrilatère jusqu’au 2 janvier 2022

-------------------
Photographie de François Le Diascorn : Mézilles (Yonne)

[ EXPOSITION ]

📌 Couper le son et arrêter le mouvement
📸 François Le Diascorn

La photographie de François Le Diascorn cherche à capter l’irréalité du monde. Ses séries sur les hommes travestis en arbres ou sur les fêtes religieuses, qu’il photographie dans toute l’Europe pendant une vingtaine d’années, montrent des hommes quittant leur habit du quotidien pour endosser des costumes qui les rapprochent du spirituel.
Pour le photographe, les costumes de fêtes participent de la revendication d’une identité. Celle-ci peut se retrouver dans les images qu’il prend des premières Gay Pride aux États-Unis au début des années 1980.

L’exposition « Couper le son et arrêter le mouvement » est coproduite par Diaphane et la médiathèque de l’architecture et du patrimoine. Elle est présentée au Quadrilatère jusqu’au 2 janvier 2022

-------------------
Photographie de François Le Diascorn : Mézilles (Yonne)

[ EXPOSITION ]📌 Couper le son et arrêter le mouvement📸 Marcel BovisÀ la demande du magazine Art et Métiers graphiques au...
24/10/2021

[ EXPOSITION ]

📌 Couper le son et arrêter le mouvement
📸 Marcel Bovis

À la demande du magazine Art et Métiers graphiques auquel il collabore depuis le milieu des années 1930, Marcel Bovis entame une série de photographies de baraques de foire qui est publiée en 1938. S’il photographie enfants, badauds, manèges ou clowns dans ses images de fête foraine, c’est sur les façades des baraques et leur décor qu’il se focalise. Les inscriptions et les figures peintes le fascinent et, sous son objectif, c’est toute une culture populaire qui se donne à voir.

L’exposition « Couper le son et arrêter le mouvement » est coproduite par Diaphane et la médiathèque de l’architecture et du patrimoine. Elle est présentée au Quadrilatère jusqu’au 2 janvier 2022

-------------------
Photographie de Marcel Bovis : Foire du Trône, Place de la Nation, Paris, France, 1948

[ EXPOSITION ]

📌 Couper le son et arrêter le mouvement
📸 Marcel Bovis

À la demande du magazine Art et Métiers graphiques auquel il collabore depuis le milieu des années 1930, Marcel Bovis entame une série de photographies de baraques de foire qui est publiée en 1938. S’il photographie enfants, badauds, manèges ou clowns dans ses images de fête foraine, c’est sur les façades des baraques et leur décor qu’il se focalise. Les inscriptions et les figures peintes le fascinent et, sous son objectif, c’est toute une culture populaire qui se donne à voir.

L’exposition « Couper le son et arrêter le mouvement » est coproduite par Diaphane et la médiathèque de l’architecture et du patrimoine. Elle est présentée au Quadrilatère jusqu’au 2 janvier 2022

-------------------
Photographie de Marcel Bovis : Foire du Trône, Place de la Nation, Paris, France, 1948

[ EXPOSITION ]📌 Couper le son et arrêter le mouvement📸 Les frères SéebergerAu début du XXe siècle, le corso de Neuilly e...
23/10/2021

[ EXPOSITION ]

📌 Couper le son et arrêter le mouvement
📸 Les frères Séeberger

Au début du XXe siècle, le corso de Neuilly est animé par un étrange défilé à chaque début du mois de juin, pour la Fête des fleurs qui célébre les beaux jours et la nature renaissante.
Les frères Séeberger, Jules (1872-1932), Louis (1874-1946) et Henri (1876-1956), y photographient des élégantes installées dans des voitures à cheval ou à bord des toutes nouvelles automobiles décorées de fleurs naturelles.

L’exposition « Couper le son et arrêter le mouvement » est coproduite par Diaphane et la médiathèque de l’architecture et du patrimoine. Elle est présentée au Quadrilatère jusqu’au 2 janvier 2022

-------------------
Photographie des frères Séeberger : Fête des Fleurs : le corso de Neuilly, Bois de Boulogne, Paris, 1907

[ EXPOSITION ]

📌 Couper le son et arrêter le mouvement
📸 Les frères Séeberger

Au début du XXe siècle, le corso de Neuilly est animé par un étrange défilé à chaque début du mois de juin, pour la Fête des fleurs qui célébre les beaux jours et la nature renaissante.
Les frères Séeberger, Jules (1872-1932), Louis (1874-1946) et Henri (1876-1956), y photographient des élégantes installées dans des voitures à cheval ou à bord des toutes nouvelles automobiles décorées de fleurs naturelles.

L’exposition « Couper le son et arrêter le mouvement » est coproduite par Diaphane et la médiathèque de l’architecture et du patrimoine. Elle est présentée au Quadrilatère jusqu’au 2 janvier 2022

-------------------
Photographie des frères Séeberger : Fête des Fleurs : le corso de Neuilly, Bois de Boulogne, Paris, 1907

22/10/2021

[… EXPOSITION…]

L'exposition "Le Commun" de Cédric Martigny est à découvrir à partir de demain, samedi 23 octobre, et jusqu'au 5 décembre à l'église de Rémécourt.

👉 Ouverture et rencontre autour de l'exposition samedi 23 octobre de 14h à 18h
◼ Entrée libre de 14h à 17h30 le samedi et dimanche

« Accueilli dans le Pays du Clermontois pour les 60 ans de la Communauté de communes, j’ai choisi de questionner “le commun” au sein de chacune des 18 communes du territoire. L’idée de commun a une histoire longue et riche, qui va des “commons“ anglais (gestion des pâturages et prairies) à des mouvements plus contemporains comme les mouvements des places, la ZAD de Notre-Dame-des- Landes ou l’expérience municipaliste du Rojava en Syrie. Ces mouvements ont développé des espaces communs de délibérations et d’actions en dehors de l’intervention de l’état et du marché.
Ces grands exemples sont bien connus, mais qu’en est-il du commun dans le Pays du Clermontois ? Je suis ainsi parti à la rencontre des maires et des habitants en leur posant simplement la question: “Le commun, pour vous c’est quoi ?“
Après un moment de réflexion, les réponses ont été aussi étonnantes que variées : le sauvetage d’un arbre remarquable de la commune, l’entretien de la mare aux canards au centre du village, l’organisation d’un festival sur des questions écologiques et sociales, un lieu de rencontre et de partage dans un potager… Reprenant un principe ancien de tableaux vivants et de photographies scénarisées, j’ai conçu des mises en scènes négociées avec les habitants, autour de la question du commun, où le “faire ensemble“ croise des préoccupations et des centres d’intérêt propre à ce Pays. »

Le livre réalisé à l'occasion de cette commande est à découvrir chez Diaphane Éditions : https://bit.ly/3E334CW

Photographie : Cédric Martigny

[ EXPOSITION ]📌 Couper le son et arrêter le mouvement📸 W***y RonisPhotographe des hasards heureux, W***y Ronis mêle avec...
22/10/2021

[ EXPOSITION ]

📌 Couper le son et arrêter le mouvement
📸 W***y Ronis

Photographe des hasards heureux, W***y Ronis mêle avec bonheur des instantanés du quotidien et les grands événements du siècle qu’il a traversé. Il photographie les auto-tamponneuses de la fête foraine du boulevard Garibaldi, les bals populaires du 14 juillet ou les défilés militants des années 1930. Ses images des participants aux premières fêtes de L’Humanité sont le fruit d’une solidarité avec la lutte ouvrière et d’un engagement actif auprès des laissés-pour-compte.

L’exposition « Couper le son et arrêter le mouvement » est coproduite par Diaphane et la médiathèque de l’architecture et du patrimoine. Elle est présentée au Quadrilatère jusqu’au 2 janvier 2022

-------------------
Photographie de W***y Ronis, Fête foraine, Paris, 1955

[ EXPOSITION ]

📌 Couper le son et arrêter le mouvement
📸 W***y Ronis

Photographe des hasards heureux, W***y Ronis mêle avec bonheur des instantanés du quotidien et les grands événements du siècle qu’il a traversé. Il photographie les auto-tamponneuses de la fête foraine du boulevard Garibaldi, les bals populaires du 14 juillet ou les défilés militants des années 1930. Ses images des participants aux premières fêtes de L’Humanité sont le fruit d’une solidarité avec la lutte ouvrière et d’un engagement actif auprès des laissés-pour-compte.

L’exposition « Couper le son et arrêter le mouvement » est coproduite par Diaphane et la médiathèque de l’architecture et du patrimoine. Elle est présentée au Quadrilatère jusqu’au 2 janvier 2022

-------------------
Photographie de W***y Ronis, Fête foraine, Paris, 1955

[ EXPOSITION ]📌 Couper le son et arrêter le mouvement📸 Jean PottierEn 1980, Jean Pottier photographie la lutte des habit...
21/10/2021

[ EXPOSITION ]

📌 Couper le son et arrêter le mouvement
📸 Jean Pottier

En 1980, Jean Pottier photographie la lutte des habitants de Plogoff contre l’installation d’une centrale nucléaire dans leur commune. Il poursuit ici un long travail entamé depuis le début des années 1960 sur l’énergie nucléaire. Photographe mesuré et rigoureux, il documente depuis le début des années 1960 la construction des premières centrales, le travail et les luttes syndicales des professions de l’énergie, mais aussi les mouvements écologistes qui s’y opposent.

L’exposition « Couper le son et arrêter le mouvement » est coproduite par Diaphane et la médiathèque de l’architecture et du patrimoine. Elle est présentée au Quadrilatère jusqu’au 2 janvier 2022

-------------------
Photographie de Jean Pottier : Manifestations contre l’installation d’une centrale nucléaire, Plogoff, Finistère.

[ EXPOSITION ]

📌 Couper le son et arrêter le mouvement
📸 Jean Pottier

En 1980, Jean Pottier photographie la lutte des habitants de Plogoff contre l’installation d’une centrale nucléaire dans leur commune. Il poursuit ici un long travail entamé depuis le début des années 1960 sur l’énergie nucléaire. Photographe mesuré et rigoureux, il documente depuis le début des années 1960 la construction des premières centrales, le travail et les luttes syndicales des professions de l’énergie, mais aussi les mouvements écologistes qui s’y opposent.

L’exposition « Couper le son et arrêter le mouvement » est coproduite par Diaphane et la médiathèque de l’architecture et du patrimoine. Elle est présentée au Quadrilatère jusqu’au 2 janvier 2022

-------------------
Photographie de Jean Pottier : Manifestations contre l’installation d’une centrale nucléaire, Plogoff, Finistère.

[ EXPOSITION ]📌 Couper le son et arrêter le mouvement📸 Bruno REQUILLARTComme de nombreux jeunes gens de sa génération, B...
20/10/2021

[ EXPOSITION ]

📌 Couper le son et arrêter le mouvement
📸 Bruno REQUILLART

Comme de nombreux jeunes gens de sa génération, Bruno Réquillart se rend au festival musical de l’île de Wight en 1970. Il y photographie la foule, les concerts, les baignades improvisées et les lendemains difficiles, plus attiré par la vie du festival que par la scène où joue pourtant Jimi Hendrix. Ses images du festival forment une parenthèse dans son œuvre.

L’exposition « Couper le son et arrêter le mouvement » est coproduite par Diaphane et la médiathèque de l’architecture et du patrimoine. Elle est présentée au Quadrilatère jusqu’au 2 janvier 2022

-------------------
Photographie de Bruno Réquillart : Festival pop Île de Wight, Angleterre, 1970

[ EXPOSITION ]

📌 Couper le son et arrêter le mouvement
📸 Bruno REQUILLART

Comme de nombreux jeunes gens de sa génération, Bruno Réquillart se rend au festival musical de l’île de Wight en 1970. Il y photographie la foule, les concerts, les baignades improvisées et les lendemains difficiles, plus attiré par la vie du festival que par la scène où joue pourtant Jimi Hendrix. Ses images du festival forment une parenthèse dans son œuvre.

L’exposition « Couper le son et arrêter le mouvement » est coproduite par Diaphane et la médiathèque de l’architecture et du patrimoine. Elle est présentée au Quadrilatère jusqu’au 2 janvier 2022

-------------------
Photographie de Bruno Réquillart : Festival pop Île de Wight, Angleterre, 1970

Adresse

16 Rue De Paris
Clermont
60600

Téléphone

+33983563441

Notifications

Soyez le premier à savoir et laissez-nous vous envoyer un courriel lorsque diaphane publie des nouvelles et des promotions. Votre adresse e-mail ne sera pas utilisée à d'autres fins, et vous pouvez vous désabonner à tout moment.

Contacter L'entreprise

Envoyer un message à diaphane:

Vidéos

Organisations à But Non Lucratifss á proximité


Autres Organisation à but non lucratif à Clermont

Voir Toutes

Commentaires

Ce soir !